En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

05.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 28 min 24 sec
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 5 heures 7 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 6 heures 44 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 17 heures 8 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 20 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 21 heures 19 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 6 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 4 heures 58 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 6 heures 15 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 16 heures 53 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 19 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 21 heures 5 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 21 heures 42 min
© Pixabay
© Pixabay
Les fleurs du mal

Progression record du nombre d’overdoses mortelles aux Etats Unis : comment la France s’organise pour échapper à ce grand retour des drogues

Publié le 13 juin 2017
Aux Etats-Unis, la principale cause de décès chez les adultes de moins de 50 ans est l'overdose de drogue. Si la France est encore loin de ce résultat, elle se prépare néanmoins à faire face à une possible augmentation.
Muriel Grégoire est addictologue et psychiatre. Elle est responsable du CSAPA la ville Floreal à Aix-En-Provence. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Muriel Grégoire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Muriel Grégoire est addictologue et psychiatre. Elle est responsable du CSAPA la ville Floreal à Aix-En-Provence. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, la principale cause de décès chez les adultes de moins de 50 ans est l'overdose de drogue. Si la France est encore loin de ce résultat, elle se prépare néanmoins à faire face à une possible augmentation.

Atlantico : Selon une compilation de données réalisées par le New York Times, les overdoses auraient tué environ 60 000 personnes au cours de l'année 2016, soit environ 10 fois plus que dans les années 80. Comment comprendre une telle poussée au cours ce de ces années, et notamment la très forte accélération observée depuis le début des années 2010 ?

Muriel Grégoire : Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène aux Etats-Unis:
Le marché américain est saturé par rapport aux drogues psychostimulantes et notamment la cocaïne, en quantité mais aussi qui a vu sa qualité baisser tout en ayant des prix prohibitifs. on voit se développer depuis quelques années des productions illégales d'opiacés (via des champs de pavot) en Amérique centrale et du sud avec, on l'imagine, la volonté d'inonder plus facilement le marché américain de produits comme l'héroïne.
Le développement des nouveaux produits de synthèse qui s'est d'abord orienté sur les stimulants, les cannabinoïdes et les hallucinogènes s'orientent aussi vers les opioïdes de synthèse et notamment le fentanyl et ses dérivés. Le fentanyl est 100 à 5000 fois plus fort que la morphine, est beaucoup moins cher et plus accessible que les opiacés plus classiques: ils sont vendus sur internet. On voit bien les risques beaucoup plus grands courus par les usagers ignorant la puissance de ces produits qui sont en outre plus accessibles.
Le système de santé américain est en partie responsable de cette situation: une inadaptation de la prescription des antalgiques opioïdes dans un pays où souvent c'est le "tout médicament " qui prime mais paradoxalement  un accès au traitement de substitution limité et compliqué fait aussi que les patients s'automédiquent comme ils peuvent avec des produits achetés dans la rue ou sur internet, devenus plus dangereux et accessibles.
Mais au-delà de ces explications techniques, le mal-être et la souffrance, notamment sociale sont grands pourvoyeurs de consommation et surtout d'abus de produits illégaux ou légaux.  Et notamment des opiacés qui sont des calmants de la souffrance, physique et aussi psychique.

Dans quelle mesure la situation de la France peut être comparée à celle des Etats Unis ? Les phénomènes en cours aux Etats Unis peuvent ils être comparés à ce qui se produit sur le territoire français ?

Le phénomène est émergent en France mais les proportions sont largement inférieures à celles des Etats-Unis.
Les deux premiers facteurs se retrouvent mais de façon moins prégnante. En effet l'offre d'opiacés augmente aussi dans notre pays, offre illégale par le biais d'internet et des nouveaux produits de synthèse opioïdes et c'est d'ailleurs les décès (moins d'une dizaine en France) recensés depuis deux ans qui alertent en lien avec du fentanyl ou ses dérivés obtenus sur le net. les usagers sont ignorants des effets et de la dangerosité, ce sont d'ailleurs des usagers plutôt novices qui ont été touchés. Mais les tendances montrent une augmentation de ce marché et les accidents qui en découlent. L'offre illégale d'héroïne, même si elle est minime est actuellement en hausse, du fait des producteurs nécessiteux d'argent, et aussi  pour répondre en partie là aussi une saturation du marché en cocaïne, devenue chère et considérée de plus en plus de mauvaise qualité avec une demande plus axée sur le soulagement de souffrance plus que de stimulations.
La prescription aussi en France d'opiacés a vu augmenter pour plusieurs raisons. D’abord une meilleure prise en compte de la souffrance des patients, ce qui est une bonne chose, mais  aussi de prescription parfois inappropriée. De plus l'arrêt de la commercialisation du di-antalvic a amené un report soit vers des antalgiques mineurs (comme le paracétamol) mais pour d'autres vers les antalgiques codéines plus à risque d'abus et de dépendance.
Le phénomène pointe son nez en France mais dans une mesure beaucoup moins grande. Le système de santé et les données sociales sont différentes et expliquent cela, ils sont aussi souvent plus " en avance" pour ces questions de consommations.

Qu'est ce que la France peut apprendre des Etats Unis ? Quelles sont les erreurs à ne pas répéter ? Quelles sont les politiques publiques à mettre en place pour lutter efficacement contre ce phénomène ?

Notre système de santé à plusieurs égards protègent de ces phénomènes en partie: l'accès aux soins, pour la douleur et aussi la substitution permet aux usagers d'avoir un accès légal et accompagné de médicaments opioïdes adaptés: c'est primordial de conserver cela et le développer, mais dans le cadre de bonnes pratiques.
Le système d'alerte, par l'addiction vigilance par exemple et les instances responsables permettent de suivre les évolutions des usages et des risques liés , évidemment en décalage, et de prendre des mesures par rapport aux prescriptions possibles de certains médicaments.  Le système n'est pas parfait mais efficient pour grande partie. Et puis un médicament bon pour quelqu'un ne le sera pas forcément pour un autre. D’où l'indispensable liberté de prescription, mais un encadrement pour certains médicaments permet de limiter certaines évolutions et dérapages. La formation et la communication à ce propos est indispensable, vers les professionnels mais aussi les usagers.
La possibilité d'analyse de produits pour les usages est aussi une nécessité (cela existe mais est peu connue et pas toujours simple) car un usager averti est un usager qui risque beaucoup moins. L’interdiction des drogues ne solutionne pas le problème car comme on le voit les produits qui ont le plus tué sont accessibles sur internet et plus on interdit, plus ce marché se développe avec de nouveaux produits mal connus et plus dangereux.
Traiter les questions d'abus, dépendance et ses risques c'est aussi aborder la question sociale et personnelle des individus. Ce n'est pas la "faute " d'un produit ou d'une personne, c'est tout un contexte où la souffrance sociale et personnelle est le plus souvent au cœur de ces problématiques.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires