En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

04.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

07.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Catarina Bonvicini

il y a 3 heures 25 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 3 heures 43 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 4 heures 20 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 17 heures 20 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 18 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 19 heures 17 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 4 heures 37 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 6 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 17 heures 48 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 18 heures 40 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 20 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Inconstance

La grande confusion : du Brexit aux législatives britanniques en passant par l’élection d’Emmanuel Macron ou celle de Donald Trump, comment l'interprétation de la volonté réelle des électeurs est devenu un exercice à haut risque

Publié le 16 juin 2017
Pour le Brexit mais pas complètement derrière Theresa May, pour Donald Trump mais incapable de le suivre depuis le début de son mandat, pour Macron parfois contre leurs familles politiques... les électeurs semblent plus confus que jamais.
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour le Brexit mais pas complètement derrière Theresa May, pour Donald Trump mais incapable de le suivre depuis le début de son mandat, pour Macron parfois contre leurs familles politiques... les électeurs semblent plus confus que jamais.

Atlantico : L'issue de l'élection britannique sème le trouble quant aux intentions des électeurs, offrant un résultat difficilement lisible entre le Brexit et le vote de ce mois de juin 2017. En quoi ce trouble peut-il être simplement la conséquence d'une difficulté pour les électeurs de se prononcer réellement sur le fond ? En quoi cette situation peut elle également se rapporter à la France ?

Vincent Tournier : Les médias n’ont pas bien présenté les résultats des dernières élections anglaises. Leur conclusion générale est qu’on a assisté à une défaite des conservateurs et de Theresa May. Bien sûr, cette présentation n’est pas totalement fausse puisque le Parti conservateur a effectivement perdu la majorité absolue, obtenue en 2015. Mais il faut quand même souligner que les conservateurs ont progressé dans les urnes, passant de 36% des suffrages en 2015 à 42% cette année.

Si les conservateurs n’ont plus la majorité absolue des sièges, c’est d’abord parce que les travaillistes ont eux aussi progressé, et même plus que les conservateurs, puisqu’ils sont passés de 30% à 40%. Mais donc, sur le plan électoral, ce sont bien les deux partis traditionnels qui ont gagné des voix (+6 pour les conservateurs, + 10 pour les travaillistes). Cette double hausse s’explique essentiellement par l’effondrement du parti UKIP, tombé à moins de 2%, alors qu’il était monté à 13% en 2015, et aussi un peu par la chute des écologistes. La clef de ce scrutin est donc le parti UKIP. Ce parti, d’orientation nationaliste, a été littéralement sabordé par son leader charismatique Nigel Farage, qui a décidé de se mettre en retrait après le Brexit, estimant que sa mission était remplie. Soulignons au passage que la montée des travaillistes concomitamment à la baisse de l’UKIP confirme qu’une partie des électeurs UKIP venaient de la gauche, mais que ceux-ci sont désormais revenus au bercail. Le positionnement de Jeremy Corbyn y a évidemment contribué, notamment parce qu’il a mis l’accent sur la défense des services publics. Mais le leader travailliste a aussi insisté sur les questions de sécurité, ce qui a pu jouer dans un contexte marqué par les attentats.

Au total, la situation anglaise n’a donc rien à voir avec la situation française. C’est même tout le contraire puisque, en Angleterre, les partis traditionnels se portent bien alors qu’en France, ils se font littéralement tailler en pièces par le phénomène Macron. 

Que nous apprend la comparaison entre ces élections anglaises et la France ? La confusion démocratique ne s'explique-t-elle pas par la fin du vote "naturel" des catégories sociales, qui ne sont plus "attachées" à une "ligne" politique ?

On ne peut qu’être admiratif pour la façon dont le système politique anglais a su « digérer » une passe difficile. La séquence peut être résumée de la façon suivante. La poussée du parti UKIP est due à un mécontentement populaire au sujet de l’Europe et de l’immigration. Plutôt que de s’enfermer dans un dénigrement hautain, le gouvernement a choisi d’organiser un référendum. Ce référendum a permis de trancher un problème qui commençait à diviser sérieusement l’Angleterre, même si la décision a été douloureuse, en raison notamment de l’hostilité des milieux économiques et financiers. Mais finalement, cette crise a été surmontée. Les partis politiques traditionnels n’ont pas explosé et ont réussi à retrouver leur place.

Il est intéressant de faire une comparaison avec la France. Imaginons ce qui se serait passé si, dès les années 1980, les partis traditionnels, au lieu de se braquer contre le FN, ou d’en faire un instrument pour se torpiller entre eux, avaient accepté de prendre en charge la colère des électeurs. Si une politique migratoire et sécuritaire avait été mise en place dès le début, on n’en serait sans doute pas là aujourd’hui. On n’aurait pas eu ce déclin de la participation électorale, et le FN n’existerait quasiment pas.

Aujourd’hui, le phénomène Macron peut être vu comme une conséquence différée de cette fragilisation du système politique qui s’est produite dans les années 1980-1990. Le système politique ne s’est pas effondré, mais il a réussi à survivre de façon artificielle, sans traiter les problèmes de fond. Aujourd’hui, les conditions sont réunies pour que les choses évoluent. Cela ne veut évidemment pas dire que tout va être réglé, mais simplement que les partis traditionnels ne sont plus en mesure de conserver leur position hégémonique et qu’un nouvel espace politique est en train de s’ouvrir. 

 

​Que traduit cette situation en France ? Faut-il y voir une incapacité​ réelle des partis à proposer une offre politique "mobilisatrice"​ ? Dans ce contexte, peut-on s’attendre à ce qu’Emmanuel Macron fasse mieux que les partis traditionnels ? 

Il ne faut pas être bien malin pour comprendre que l’offre politique proposée par les partis traditionnels ne correspond plus aux demandes de la société actuelle. On ne peut pas dire non plus qu’Emmanuel Macron ait été élu de façon enthousiaste et consensuelle. Pour autant, son élection n’est pas le fruit du hasard. S’il a réussi à passer devant tout le monde au premier tour, c’est manifestement parce qu’il a su constituer un électorat conséquent. De plus, il n’est pas impossible qu’il se révèle comme un président plus subtil que l’image qu’il a donnée pendant la campagne électorale, où il a pu apparaître comme le candidat des marchés financiers et du multiculturalisme. Ses propos sur les Comoriens indiquent par exemple qu’il n’est pas aussi soucieux du politiquement correct qu’on aurait plus le penser, ce qui lui donne même un côté Donald Trump qui est assez original et qui a dû en surprendre plus d’un. Plus fondamentalement, ses déclarations sur sa conception verticale du pouvoir ainsi que sa volonté d’assumer une présidence régalienne montrent qu’il a su saisir des attentes fortes dans l’électorat.

Il reste que la société française est aujourd’hui fortement divisée, ce qui n’est pas peu dire. Rappelons tout de même qu’on n’a jamais autant parlé de « guerre civile ». Certes, on en est encore très loin d’une issue aussi dramatique, mais cette hypothèse ne saurait être totalement écartée. L’enjeu actuel est donc très lourd : il s’agit finalement de redéfinir le contrat social, de trouver une nouvelle formule politique capable de réunir les Français. On verra comment les choses vont évoluer, mais pour l’heure, les annonces du gouvernement laissent deviner deux axes dans la politique qui se met en place : d’un côté une relative libéralisation de l’économie (avec la réforme du marché du travail), de l’autre une réaffirmation de la sécurité et de l’ordre (avec les propositions sur l’école ou encore la volonté de faire entrer l’état d’urgence dans le droit commun). On voit donc se dessiner un plan qui essaie de trouver un équilibre entre les aspirations des classes aisées et les attentes des classes populaires, projet qui semble séduire les électeurs puisque ceux-ci ont manifestement l’intention de lui donner une large majorité au Parlement. Mais évidemment, à ce stade, il faut rester prudent car le quinquennat d’Emmanuel Macron ne fait que commencer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
thymthym711
- 11/06/2017 - 08:49
La trouble volonté des électeurs.
A quoi servent les députés ? On nous dit qu'ils sont la représentation nationale. Mais aujourd'hui Nation est devenue un gros mot !
Autrefois les partis politiques avaient une vision de la Nation et de son unité ; aujourd'hui ils ont une vision de la société des libertés individuelles, c'est à dire d'une société atomisée.
Tout a été fait pour faire disparaître la spiritualité et aujourd'hui une très grande part de la population est matérialiste. Le vide laissé est immense, et s'y engouffrent des gens qui peuvent représenter de grands dangers.
Ce pilier abattu, il en restait deux essentiels : la communauté nationale (la Nation) et la famille. Contre la famille beaucoup a été fait. Quant à la Nation, les gens que les électeurs sont en train de porter au pouvoir préfèrent l'europe à la France, préfèrent une vague idée aux contours plus que flous à la Nation française. A leurs yeux c'est le "dieu europe" qui doit forger le destin de la France.
Espérons qu'à la chambre élue en juin la profession majoritaire des élus ne soit pas celle de fossoyeur. Fossoyeur de la Nation française qui sait aimer les autres Peuples en restant elle-même, en gardant son identité et ses valeurs.
Michèle Plahiers
- 10/06/2017 - 17:55
Les contes
Si les djihadistes en herbe lisaient plus de contes, ils seraient certainement moins violents.
Michèle Plahiers
- 10/06/2017 - 17:52
Dorine
Les Mille et une Nuit sont AUSSI dans ma bibliothèque. Je vide toutes les maisons d'enchère sur les contes illustrés par les grands (Rackham, et tant d'autres). C'est ma passion....et la meilleure manière d'enseigner la langue aux enfants. Maintenant, je relis Barjavel.