En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 23 min 14 sec
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 2 heures 53 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 5 heures 20 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 6 heures 6 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 7 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 9 heures 14 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 9 heures 49 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 41 min 38 sec
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 4 heures 16 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 4 heures 57 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 5 heures 49 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 6 heures 44 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 9 heures 21 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 10 heures 2 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 11 heures 3 min
© Pixabay
© Pixabay
Questions d'éducation

L'école Facebook : pourquoi le plan de Mark Zuckerberg pour l'éducation des enfants creuserait terriblement les inégalités

Publié le 10 juin 2017
Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook a une grande idée pour faire évoluer l'éducation des enfants à travers le monde. Selon lui, les enfants pourraient apprendre en toute autonomie, à l'aide de supports numériques tels que des application, des sites internet. Chaque élève pourrait y apprendre ce qu'il préfère et le professeur serait là pour assister et évaluer.
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook a une grande idée pour faire évoluer l'éducation des enfants à travers le monde. Selon lui, les enfants pourraient apprendre en toute autonomie, à l'aide de supports numériques tels que des application, des sites internet. Chaque élève pourrait y apprendre ce qu'il préfère et le professeur serait là pour assister et évaluer.

Atlantico : Mark Zuckerberg a un grand rêve concernant l'éducation des enfants. Il souhaiterait que les enfants apprennent en autonomie à partir d'applications et de logiciels spécialisées. Le professeur occuperait un rôle de mentor et d'évaluateur. Quelles sont les limites de cette idée ? 

Pierre Duriot : Nous en rêverions tous, d'un apprentissage autonome, et personne n'a attendu Mark Zuckerberg. Ces types d'apprentissages existent déjà sous diverses formes très opérationnelles, mais pas adressées à tout le monde. En réalité, elle marchent essentiellement avec les très bons élèves, qui apprennent vite, ont des réflexes analytiques, organisationnels et sont doués pour la communication verticale avec le professeur ou horizontale, entre eux. Avec les élèves qui également, ont le réflexe et le souci de rechercher des savoirs connexes, sur les thématiques étudiées et de faire des recoupements. Avec les élèves en difficulté également, même si ce ne sont pas les mêmes méthodes, ni le même esprit. Les élèves a-scolaires, allergiques aux cours magistraux, peu disposés à l'abstraction, repartent de choses concrètes qui existent sous la dénomination de « Main à la pâte », entre autres, une méthode basée sur l'expérimentation, mais dont le principe est le même que celui des logiciels de Mark Zuckerberg. On exploite des situations concrètes, réelles ou virtuelles, qui servent de base de départ à la construction de savoirs ou de savoir-faire.

A l'usage, on s'aperçoit que ces méthodes conviennent à l'ensemble des élèves pour peu qu'ils disposent déjà d'un beau bagage, de bases, comme on dit communément, en lecture et raisonnement mathématique et aussi d'une certaine capacité à l'autonomie. Or beaucoup d'entre eux sont très peu émancipés et comptent sur l'adulte à la moindre embûche. Les élèves avec qui ça marche le mieux sont très reconnaissables, déjà, dans les classes. Ils perçoivent, dès l'ouverture du fichier de mathématique, ou du livret d'exercices de français, quelle sera la consigne, en quoi va consister l'exercice, ou ce que l'on va apprendre et mettent en synergie plusieurs compétences déjà acquises pour en créer de nouvelles, mais c'est une posture assez rare. Ils donnent l'impression qu'effectivement, ils semblent pouvoir se passer du professeur ou le reléguer au rôle de mentor évoqué par l'homme d'affaires.

Qui seraient les élèves à qui cette idée pourrait s'appliquer et pour quelles raisons ? Quels sont ceux qui en sont "exclus" ? 

En théorie, cette idée pourrait s'appliquer à tout le monde. Mais en pratique, elle s'appliquerait peu puisque qu'elle nécessite une forte appétence aux savoirs, une envie d'apprendre, une curiosité dont trop peu d'élèves font preuve aujourd'hui, mais qui doit être la caractéristique principale des enfants que Mark Zukerberg a eu l'occasion de côtoyer. On pourra toujours arguer que les élèves ont peu d'appétence parce que les méthodes actuelles d'enseignement ne leur conviennent pas, mais ce serait beaucoup trop simple. Nombre d'enfants, peu cadrés, gavés de biens de consommation et pétris toute la journée d'écrans de jeux et de télévision, ont développé des attitudes extrêmement passives face aux tâches et aux apprentissages. Et même parfois un refus d'apprendre. La tâche est rude pour les pédagogues, même avec l'aide machines ludiques et captivantes. On risque de ne faire qu'ajouter un écran de plus dans la vie d'un enfant qui en comporte déjà beaucoup.

Mais dans la prime enfance, les processus d'apprentissage sont très liés aux phénomènes d'identification dans lesquels l'enfant prend l'adulte pour modèle et apprend pour s'élever à son niveau et éprouver les règles, les interdits et les autorisés, selon un mécanisme de « frottement » entre les caractères et les personnalités. Là où l'ordinateur, les logiciels, ne disposeront que d'un éventail de réponses programmées. Il est fort compréhensible que l'éditeur de logiciels puisse être tenté de « programmer » ainsi les consciences, à son image, puisqu'il sera bien lui-même à l'origine, du moins en phase, avec ce qu'il diffusera sur le marché. Et aussi, de trouver un argumentaire susceptible de faire marcher son business. L'écueil de la dictature intellectuelle n'est pas loin, même s'il existe aussi avec les méthodes ordinaires. La déshumanisation guette et l'excès se traduirait sans doute par une ressemblance malvenue, à terme, entre l'élève et la machine. A n'en point douter, un processus de standardisation des pensées et des compétences, pour quoi faire ? On en a bien une petite idée...

Qu'est-ce qui pourrait être fait pour faire évoluer les conditions d'enseignements pour le rendre plus accessible aux élèves, y compris ceux qui sont en difficulté ? 

C'est le grand débat actuel, à savoir si les conditions d'enseignement doivent s'adapter à la vie et aux personnalités nouvelles des enfants d'aujourd'hui, ou s'il faut au contraire demander un effort d'adaptation des élèves aux méthodes qui ont réussi par le passé. La solution est sans doute entre les deux et nombre d'expérimentations ont montré leur validité mais aussi leurs limites. Encore une fois, face à un élève apathique, blasé, tout puissant, ne supportant pas les règles ou les contraintes, fort peu de méthodes sont efficaces et la capacité d'accession au savoir résulte d'un travail commun des parents, de la société et des établissements d'enseignement. Les premiers pour proposer à l'institution un élève « enseignable », à charge pour l'institution de proposer un enseignement de qualité, avec des enseignants formés et pas seulement diplômés, des méthodes adaptées aux milieux et aux profils, dans des établissements disposant de plus de latitude pour trouver des solutions pédagogiques convenant au public rencontré, même si le risque est l'officialisation d'une école à plusieurs vitesses, mais c'est déjà le cas. Egalement, savoir sur quoi on se recentre, si l'école continue, comme elle le fait actuellement, à distiller de la pensée politique à haute dose, ou si elle se consacre aux apprentissages fondamentaux. Une fois ces questions tranchées, de nombreuses solutions existent, depuis le dédoublement de classe, en passant par l'expérimentation, les logiciels de Mark Zuckerberg, qui sont bien l'une des solutions mais pas la seule, les groupes de travail, les réalisations de projets communs, etc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Michèle Plahiers
- 10/06/2017 - 15:50
Et dire que ses parents sont psys,...
J'ai travaillé en centre psycho-méco-social et fais passé des tests à de jeunes enfants: quatre vingt pourcents avaient des problèmes affectifs (donc incapables d'être autonomes) et certains parfois graves. Alors, d'accord aprés sept ans, quand la personnalité est formée (lire Piaget). C'es à dire: quand l'enfant a atteint le stade de l'abstraction de la la capacité critique. Jamais avant.