En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© © E. Emo et A. Llaurency / Galliera / Roger-Viollet
Atlanti-culture

Balenciaga, l'oeuvre au noir : un dialogue hors du temps entre deux artisans du beau

Publié le 07 juin 2017
Du 8 mars au 16 juillet, le Musée Bourdelle consacre une exposition à Balenciaga. Une exposition qui met à l'honneur le noir dans toute sa splendeur sans verser dans l'élitisme.
Mathilde Deyries est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathilde Deyries
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathilde Deyries est chroniqueuse pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Du 8 mars au 16 juillet, le Musée Bourdelle consacre une exposition à Balenciaga. Une exposition qui met à l'honneur le noir dans toute sa splendeur sans verser dans l'élitisme.

EXPOSITION
Balenciaga, l’oeuvre au noir
Musée Bourdelle

INFORMATIONS
Musée Bourdelle 
18 rue Antoine Bourdelle 
75015 Paris
Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
Jusqu'au 16 juillet

Recommandation : BON

THEME

« J’aime l’autorité du noir. C'est une couleur qui ne transige pas. Une couleur violente mais qui incite pourtant à l'intériorisation. A la fois couleur et non-couleur. Quand la lumière s'y reflète, il la transforme, la transmute.» S’ils n’étaient pas ceux de Pierre Soulages, ces quelques mots anachroniques suffiraient à synthétiser la vision de Cristobal Balenciaga, couturier énigmatique et surdoué, sculpteur des ténèbres et ingénieur éclairé du vêtement. dont la technique et les productions au milieu du XXème siècle ont défini les principes souverains qui régissent depuis le milieu exigeant de la haute couture.

POINTS FORTS

• Une fois arrivé au musée Bourdelle, trouver l’entrée de l’exposition relève de l’exploit - mais l’agacement laisse vite place à la fascination : le visiteur est invité à déambuler dans les différentes pièces qui composent cet ancien atelier d’artiste, où sont supposées dialoguer les statues de Bourdelle et les silhouettes tout aussi structurales de Balenciaga - sans grande évidence pourtant, l’exposition temporaire serait-elle un prétexte à mettre en lumière l’extraordinaire richesse du musée et de l’oeuvre de Bourdelle ? C’est ainsi que dans cet espace baigné de lumière, on en oublie la raison première de notre venue, et l’on se plaît à découvrir la galerie de portraits de Beethoven ou le jardin luxuriant qui abrite, loin de l’agitation urbaine, des oeuvres aussi grandioses que La France ou le Monument au Général Alvear. 

• En se concentrant sur une unique « matière première » - le noir - le Musée Bourdelle aurait pu tomber dans le travers élitiste de ne présenter qu’une partie très réduite et pointue du travail de Balenciaga. Pourtant, le propos est technique mais sans prétention, et parvient à vulgariser - dans le bon sens du terme - la complexité du travail du vêtement, de sa matière et de sa couleur. Dans une mise en scène aussi sobre que son sujet, la quarantaine de pièces exposées se suffisent à elles-mêmes pour appréhender la rigueur presque sacerdotale du couturier : à ses lignes pures et parfois austères se mêlent la richesse de l’artisanat français - de magnifiques broderies Lesage - et son héritage hispanique - jeux de dentelles, passementeries et volants qui rappellent ceux des costumes de toréadors - sans sombrer pour autant dans la caricature. 

• Enfin, une clé de lecture plus profonde se dégage si l’on comprend le sens figuré du sous-titre énigmatique de l’exposition : l’oeuvre au noir pourrait faire référence à l’une des phases qui, en alchimie, conduirait à la transformation du plomb en or. Comme l’architecte bouleverse l’espace ou le sculpteur façonne la pierre, Balenciaga, que l’on surnomme « le couturier des couturiers », expérimente à la manière d’un scientifique la simple matière noire et la transforme en une silhouette intemporelle et proprement absolue. 

POINTS FAIBLES

Très centrée sur les productions de Balenciaga plutôt que sur sa personnalité - à raison - l’exposition ne parvient pas à lever le voile sur l’obscurité du personnage - mais était-ce son but ? Au sortir de l’exposition, celui qui n’a donné qu’une seule interview dans sa vie reste tout aussi obscur et mystérieux. Peu d’inspirations ou de photographies, seuls quelques croquis nous permettent, à regret, d’appréhender l’humanité du créateur.

EN DEUX MOTS

 

Deux artistes, deux ingénieurs de la matière, deux artisans du Beau : le marbre lumineux de Bourdelle se mêle avec un surprenant éclat au noir vibrant de Balenciaga, dans une exposition délicate et hors du temps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires