En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 2 min 5 sec
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 1 heure 49 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Politique
Présidentielle américaine

Retrait de Bernie Sanders : les failles idéologiques de l’idole des jeunes n’auront pas résisté au coronavirus

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Société
Contrepoids

Pourquoi les fantasmes de nouveau monde de Frédéric Lordon et des anti-capitalistes ne sont que les mêmes et (vieilles) lunes dangereuses

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Santé
Restrictions

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

il y a 5 heures 20 min
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 14 heures 31 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 15 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 16 heures 50 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 17 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 44 min 1 sec
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Economie
Nouveau symptôme du coronavirus

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

il y a 4 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Société
Du grand soir au petit matin

Et si la seule chose que nous ayons vraiment besoin de réapprendre à gérer post-Coronavirus était le temps

il y a 5 heures 37 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 14 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 16 heures 25 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 17 heures 10 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 19 heures 53 min
Circulez, y a rien à voir

Adoption de la loi contre l’usurpation d’identité : protection ou fichage généralisé ?

Publié le 11 mars 2012
Les Français bientôt équipés d'une carte d'identité biométrique avec carte à puce ? C'est en tout cas ce que devrait entraîner la loi votée mardi dernier. Un recensement systématique de données digitales dont le contrôle pourrait échapper à son objectif initial : lutter contre l'usurpation d'identité. Une réaction démesurée au vu des menaces concernées.
Antoine Chéron est avocat spécialisé en propriété intellectuelle et NTIC, fondateur du cabinet ACBM.Son site : www.acbm-avocats.com
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Chéron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Chéron est avocat spécialisé en propriété intellectuelle et NTIC, fondateur du cabinet ACBM.Son site : www.acbm-avocats.com
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français bientôt équipés d'une carte d'identité biométrique avec carte à puce ? C'est en tout cas ce que devrait entraîner la loi votée mardi dernier. Un recensement systématique de données digitales dont le contrôle pourrait échapper à son objectif initial : lutter contre l'usurpation d'identité. Une réaction démesurée au vu des menaces concernées.

Le 6 mars 2012, le Parlement a adopté définitivement la proposition de loi visant à lutter contre les usurpations d'identité par l'instauration d'un fichier des données biométriques de tous les Français. La loi vise, selon le gouvernement, à assurer une fiabilité maximale aux passeports et aux cartes nationales d’identité, grâce à la mise en place d’une puce « régalienne ».

De manière plus surprenante, la nouvelle carte tend également à sécuriser les échanges administratifs et commerciaux électroniques, en proposant au titulaire d’une carte d’identité électronique de bénéficier d’une autre puce, dite de « services électroniques ». Jusqu’à présent, les passeports biométriques et cartes nationales d’identité étaient délivrés à partir de deux bases distinctes. Désormais il n’existera qu’une seule base appelée « TES » (Titres électroniques sécurisés).

La loi n’a pas été adoptée sans difficulté. En effet, les sénateurs s’étaient prononcés en faveur de la création d’une base biométrique « à lien faible ». En d’autres termes, ils souhaitent l’adoption d’un fichier dans lequel une empreinte correspond, non pas à une identité, mais à un ensemble d’identités. Cette solution aurait supposé la construction d’une base centrale, contenant une séparation entre les données relatives à l’identité d’un côté et aux empreintes digitales de l’autre. Le croisement de ces données aurait ainsi été impossible sauf pour la délivrance du titre ou son renouvellement.

A contrario, les députés de la majorité ont optés pour le système d’une base de données à « lien fort ». Ce système permet la consultation du fichier regroupant les identités et informations génétiques des citoyens dans le cadre par exemple de recherches criminelles. Ainsi, les effets résultant du choix de la création d’un fichier à « lien fort » n’est pas neutre et son adoption par le biais d’une simple loi est problématique au regard de l’impact de cette mesure sur les libertés individuelles des personnes concernées, à 45 millions de personnes.

Au surplus, pour mémoire la loi LOPPSI 2 adoptée le 14 mars 2011, complétait le code pénal en y insérant un article 226-4-1 prévoyant le délit d’usurpation d’identité et sa sanction à savoir un an d'emprisonnement et 15 000 € d'amende. Il semble ainsi contradictoire d’augmenter les peines pénales de l’usurpation d’identité si la carte d’identité biométrique est supposée éradiquer le problème. En outre, du fait du corpus légal en vigueur, la nouvelle carte d’identité n’apparaît pas comme particulièrement nécessaire pour lutter contre l’usurpation d’identité.

Enfin la création d’une seconde puce, à vocation commerciale, qui permettrait, sous réserve de volontariat, de réaliser des transactions avec des opérateurs économiques dont la liste serait définie en Conseil d’État laisse craindre des éventuelles dérives. Effectivement, le degré d’étanchéité de la base TES est méconnu et le fait que les données personnelles et génétiques d’un consommateur soient accessibles in fine aux commerçants souhaitant vérifier l’identité et la solvabilité des interlocuteurs peuvent être sujet distorsion.

Conscient de ces difficultés, le législateur a encadré le dispositif afin de préserver, à tout le moins, les  libertés individuelles des personnes visées.

A ce titre, la CNIL devra rendre un avis sur ce nouveau système qui à défaut d’être juridiquement contraignant sera indicatif et l’application de la loi devrait faire l’objet d’un décret en Conseil d’Etat.

De plus, le gouvernement assure que la nouvelle carte d’identité demeurera facultative et gratuite, que la traçabilité totale des consultations sera garantie, que la durée de conservation sera limitée et enfin, que le fichier ne concernera pas les mineurs de moins de douze ans.

En tout état de cause, le Conseil Constitutionnel se prononcera sur la validité de la loi au regard de la Constitution, puisque le Conseil des Sages vient d’être saisi en ce sens. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

04.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 11/03/2012 - 22:48
Traçabilité des consultations?
Cela ne signifie pas qu'il n'y aura pas de fuites vers l'extérieur: on l'a vu lors des dernières élections régionales.
Puce commerciale: qui nous dit que les gouvernements ne vendront pas les fichiers au privé?
fms
- 11/03/2012 - 11:04
mauvaise réponse à un vrai probléme
Nos députés viennent de faire toute la démonstration de leur manque de liens (forts ou faibles) avec leurs électeurs et de leur amnésie historique.
Cette disposition s'inscrit très bien dans la continuité de la déclaration de la détection des mineurs délinquants dés 3 ans...
Il y a d'autres moyens de contrôler la fraude, par exemple des emplois bien formés occupés par des personnes motivées. Ca ne coûtera pas plus cher que la création de cette base de données et que son maintien, et les dérives commerciales ou autres, surtout autres, seront évitées.
ACL
- 11/03/2012 - 10:33
Une mesure attendue et trop tardive
"Il semble ainsi contradictoire d’augmenter les peines pénales de l’usurpation d’identité si la carte d’identité biométrique est supposée éradiquer le problème."
Pour éradiquer le phénomène catastrophique par sa multiplication de l'usurpation d'identité, ce ne sera pas cette nouvelle carte non obligatoire qui mettra des années avant sa généralisation, mais plus surement la menace de vraies sanctions envers les délinquants (ou criminels) qui agissent à l'abri d'une fausse identité