En direct
Best of
Best Of
En direct
© Chantal BRIAND / AFP
Ni, ni c'est fini
Désistements face au FN : le joli piège tendu par En Marche dans lequel la droite s'est empressée de tomber
Publié le 31 mai 2017
Emmanuel Macron envisage d'intégrer une dose de proportionnelle à l'Assemblée Nationale. Une mesure qui permettrait que toutes les forces politiques puissent figurer au Parlement, dont le Front national.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron envisage d'intégrer une dose de proportionnelle à l'Assemblée Nationale. Une mesure qui permettrait que toutes les forces politiques puissent figurer au Parlement, dont le Front national.

Atlantico : Quelle est la logique d'une telle réforme alors même que le Front républicain semble être la ligne de conduite du mouvement en Marche, justement pour faire barrage au Front national ?

Les Arvernes : La ligne de conduite d’Emmanuel Macron est simple : un maximum de pouvoir et pour cela, fragiliser la droite. En fait, il s’inscrit dans les pas de François Mitterrand qui par l’introduction en 1985 de la proportionnelle dans la loi électorale  -  manœuvre si odieuse que Michel Rocard avait démissionné en signe de protestation - a été l’événement réellement fondateur du Front National qui a pu d’un coup faire entrer une trentaine de députés au Parlement en 1986. Cette manœuvre avait parfaitement réussi et considérablement fragilisé le RPR à l'époque. Emmanuel Macron connait ses classiques et fait la même chose. 

Après avoir tué le Parti Socialiste, il veut à présent tuer la droite pour qu'il n'y'ait plus que deux forces possibles en France. 

La sienne, de centre gauche, qu’il qualifiée de progressiste, face à une seule opposition souverainiste de Marine Le Pen. Et qu'il n'y ait rien entre les deux. 

La manœuvre est logique et intelligente. Emmanuel Macron souhaite redéfinir le clivage droite/gauche, modernes/ anciens, autour de deux galaxies : la sienne, et celle du Front National, dont il sait qu’il reste fondamentalement un parti d’amateurs, comme la prouvé la façon dont Marine Le Pen, sous l’influence désastreuse de Florien Philippot, a transformé l’or en plomb en concentrant le tir sur la question de l’euro. Le danger, pour Emmanuel Macron, c'est la reconstruction rapide d'une droite républicaine forte, dont il sait bien qu’elle est majoritaire dans le pays, et qu’il en a triomphé contre toute logique. Il comprend bien la porosité qui existe entre la droite républicaine et le Front National. Donc tout ce qui pourra fortifier l'une se fera au détriment de l'autre. 

Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, a affirmé que des désistements de candidats de la majorité présidentielle auraient lieu si le FN était en position de l’emporter. Une ligne également défendue par François Baroin, qui prône le désistement du candidat LR en cas de victoire possible du Front national. Quel est le danger d'une telle décision pour LR ? 

Le premier c'est que ce soit Emmanuel Macron qui impose ses thèmes aux Républicains. Or, c'est aux Républicains de savoir ce qu'ils sont, ce qu'ils veulent et quelles sont leurs valeurs. 

Deuxièmement, c'est quelque chose qui empêche toute idée d'union des droites. Si la droite exclut par définition toute forme d'union, elle n'a plus qu'à s'allier durablement avec Emmanuel Macron. Elle sera soit le supplétif d'Emmanuel Macron (par ce qu'elle ne pourra pas être suffisamment puissante pour être autre chose), soit elle sera un grand pôle de droite fort qui accueillera qui il veut sur les valeurs qui sont les siennes et une partie des gens qui, par dépit, sont partis au FN et qui ne demandent qu'à revenir (comme ils sont revenus en 2007 auprès de Nicolas Sarkozy et comme ils étaient prêt à le faire ces dernières semaines, écœurés par la prestation de Marine le Pen). Il faudrait également ajouter les électeurs de centre droit qui se sont laissés tentés par Emmanuel Macron et qui vont rapidement découvrir qu’il sera un Hollande 2.0. Tant qu'Emmanuel Macron dictera les thèmes, opportunément relayé par un système médiatique bien-pensant tout acquis à sa cause, la droite ne sera pas maitresse de son destin. 

A cet égard, nous, Les Arvernes, avions fait une interview  chez Atlantico il y a quelques semaines pour dire que nous nous ne voterions ni Emmanuel macron ni Marine le Pen au second tour. Nous restons parfaitement cohérents. Ce qui ne veut pas dire que l’une ou l’autre ont toujours tort. Ccela veut dire que quand on est un parti politique qui prétend être la principale force d'opposition –et c'est ce que doivent être les Républicains aujourd'hui- on ne doit se laisser dicter son agenda ou ses valeurs par personne. 

 
 

Quels sont les autres risques, dans le débat politique, de voir surgir un jeu d'opposition politique principalement structuré par un duel Front Républicain-mené par le mouvement en Marche - et le Front national ? 

Un autre exemple qui est intéressant c'est celui de la question européenne. Le danger de l'écrasement de la droite prise en étau entre le Front National et En Marche!, c'est l'incapacité à penser l'Europe. 

D'un côté les gens du Front National continueront à expliquer que l'Europe est la mère de tous nos maux et que c'est en sortant de cette Europe que la France sera remise sur les rails, ce qui est faux. 

De l'autre côté, En Marche! nous explique que seul un approfondissement puissant et rapide de l’intégration communautaire permettra de sortir la France de l’ornière. Ce qui est évidemment tout aussi faux, suscite déjà le scepticisme en Allemagne, et consiste à commencer une négociation dans la pire des situations. 

La position raisonnable et nécessaire qui est celle que nous préconisons et qui doit être celle des Républicains c'est de dire et d’assumer que l'Europe n'est ni un vice ni une solution à tout. Elle est une organisation internationale importante, dédiée aux questions économiques, dans laquelle la France doit peser de tout son poids et faire valoir ses intérêts. 

 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 02/06/2017 - 09:38
" l’influence désastreuse de Florien Philippot,"
... Bizarrement , je pense que c'est l'influence de FloriAn Philippot qui est à l'origine des scores de Marine le Pen, le peuple n'est pas idiot et un certain nombre sait reconnaitre une ligne politique.
Poussard Gérard
- 01/06/2017 - 08:12
Ne nous donnez pas de consignes
Ni pour en marche, ni pour le FN, nous votons piur nos elus de proximité et nous savons ce qu'ils valent...
Bravo aux Arvernes et hors de question de laisser le nazillon gerer seul le pays..
Votons pour une véritable majorité de droite
Mamounette
- 31/05/2017 - 22:11
Le vote blanc
La fin du ni-ni !! pour le deuxième tour de la présidentielle, les ceusses qui étaient ni-ni ont voté blanc ou nul. Pour les législatives, ce sera pareil, si le LR n'est pas au deuxième tour : c'est blanc.
Pour les primaires, ne pas occulter que 600 000 électeurs de gauche sont venus pour Juppé. C'est le triumvirat qui a voulu les primaire et Sarko était obligé d'accepter, les hurlements s'il avait refusé. La comédie faite par certains quand Sarko voulait faire appliquer la Charte de la primaire pour le vote électronique, le scandale. L'ironie, ce sont les premiers qui ont quitté le navire quand les affaires ont commencé.