En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 1 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 3 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 31 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 20 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 4 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 40 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 22 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 21 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 41 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 3 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 8 min
© Reuters
© Reuters
Bullshit jobs

Jean-Laurent Cassely : "l'imaginaire entrepreneurial est assez puissant, même en France"

Publié le 28 mai 2017
Ils sont de plus en plus à tout plaquer. Des cadres dans une situation confortable mais en perte de sens dans leur travail quittent tout pour devenir artisan, petit commercant... Derrière le phénomène médiatique se cache un mouvement de fond, un mouvement générationnel que Jean-Laurent Cassely raconte dans son livre "La révolte des premiers de la classe". Entretien.
Jean-Laurent Cassely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Laurent Cassely est journaliste à Slate.fr, où il chronique la vie et l’œuvre des classes supérieures urbaines. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et guides pratiques sur la survie en milieu urbain.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ils sont de plus en plus à tout plaquer. Des cadres dans une situation confortable mais en perte de sens dans leur travail quittent tout pour devenir artisan, petit commercant... Derrière le phénomène médiatique se cache un mouvement de fond, un mouvement générationnel que Jean-Laurent Cassely raconte dans son livre "La révolte des premiers de la classe". Entretien.

Atlantico :Dans votre livre "La révolte des premiers de la classe" vous traitez du phénomène qui se répand de plus en plus de cadres exerçant des "bullshit jobs" qui quittent leur travail pour exercer ce que vous appelez des "métiers du concret". Comment expliquer ce phénomène, combien de gens est-ce que cela concerne ?

Jean-laurent Cassely : On l'explique d'abord par un sentiment de malaise vis-à-vis du travail lui-même. C'est un mélange d'ennui et une incapacité à trouver du sens, une finalité à ce qu'on fait au quotidien.Il s'agit des "cadres et professions intellectuelles supérieures" de l'Insee ou "manipulateurs de symboles" comme les désignent certains économistes américains. C’est-à-dire des gens qui manipulent des informations (au sens large) au quotidien. Des documents Word, Powerpoint, Excel, des lignes de code…  Des gens qui ne sont en contact ni avec l'amont, ni avec l'aval de la chaîne, qui voient mal la finalité du travail qu'ils produisent. Ils sont au milieu, ils passent les plats sans voir de choses tangibles. 

Les gens que j'ai étudiés ne sont pas des gens au chômage, ce sont des gens en poste dans des situations assez confortables dans des boulots pas forcément inintéressants d'ailleurs mais  qui sont dans cette abstraction vis-à-vis de de l'économie réelle. 

En plus de ce sentiment de perte de sens, il faut ajouter deux phénomènes structurels qui sont d'abord celui du déclassement des cadres (qu'il soit réel avec la routinisation de certaines tâches, ou qu'il s'agisse d'une perception des individus) et ensuite la dévaluation des diplômes en France pour comprendre ce mouvement dans sa globalité.

Concernant l'ampleur, il n'y a pas de chiffres précis malgré la grande médiatisation et les portraits qui s'enchaînent dans les médias du banquier qui devient plombier. Le phénomène reste marginal évidemment mais il y a une telle production de diplômés que même un peu de beaucoup en valeur absolue cela finit par faire du monde. 

Enfin, sur les métiers du "concret" vers lesquels ils s'orientent, on peut déjà distinguer deux branches. La première est composée de gens qui veulent se reconnecter avec l'environnement physique, vers des métiers manuels donc. De l'artisanat, de la production, des métiers de bouche… Ensuite, il y a ceux qui vont être dans le besoin d'avoir plus d'interactions avec les autres. Ils peuvent alors s'orienter vers le commerce par exemple mais à une échelle plus petite, plus locale, alors qu'ils travaillaient souvent dans de grandes entreprises

On imagine que des gens en quête de sens dans leur travail qui travaillent dans de grandes entreprises peuvent vite être séduits par l' "aventure startup"? 

Typiquement les gens qui vont aller dans les startups, ont le même profil que les entrepreneurs urbains dont je parle. Ce sont souvent des gens issus de grandes écoles qui s'ennuient dans leur travail et qui, jeunes, vont décider de créer une entreprise pour faire le même genre de métier mais qui veulent s'absoudre de la bureaucratie et tendre vers l'imaginaire de la startup que l'on connaît. L'imaginaire entrepreneurial est assez puissant, même en France, et très présent dans le milieu "tech". Il y a une aspiration à être son propre patron, à déposer quelque chose de soi, d'intime, dans sa production, dans son travail. C'est une reprise en main de son destin, dans tous les sens du terme. C'est une reprise en main de tous les aspects de la production. Après il y en a qui vont plus ou moins fétichiser l'aspect productif (et vont s'orienter vers des métiers très concrets) ou l'aspect entrepreneurial (pour lesquels l'aventure compte plus que le produit ou le secteur). 

Passer d'un statut de cadre derrière un bureau à un statut d'artisan-commerçant… En termes de fatigue et de pénibilité il y a un monde. Comment s'adaptent vraiment ces gens et a-t-on une idée de combien retournent au point de départ ? 

Nous n'avons pas encore le recul là-dessus, c'est peut-être un peu tôt. J'ai rencontré beaucoup de gens qui s'étaient installés il y a peu ou qui étaient en phase d'installation avec l'envie de le faire. Une fois que l'on a enlevé les filtres Instagram, ce n'est pas facile. Il y a des horaires contraignants, le problème de la pénibilité même sans être dans l'artisanat, pour les gens qui sont dans le commerce par exemple, assumer la position debout pendant une dizaine d'heures d'affilée c'est fatigant.

Après il faut voir qu'il n'y a pas que ces deux cas de figure. Beaucoup de gens vont rentrer dans un poste de créateur d'entreprise, de gestionnaire. Ce sont des gens qui ont fait des études et qui, pour beaucoup ont pour objectif de gérer en étant très porté sur le côté innovation des entreprises. 

Finalement ils aiment bien faire ce qu'ils ont quitté, de la stratégie, du marketing, du storytelling... Ils adorent ça. Après ils mettent les mains dans le cambouis clairement mais il y a plusieurs configurations. A l'extrême la personne qui veut devenir vraiment un manuel et qui va passer un CAP, là c'est très difficile et contraignant, surtout lorsque l'on est plus très jeune et après il y a ceux qui vont évoluer d'un secteur à un autre en restant des managers. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires