En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 8 heures 53 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 17 heures 32 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 17 heures 41 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 18 heures 11 sec
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 18 heures 34 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 19 heures 39 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 10 heures 5 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 17 heures 15 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 17 heures 48 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 18 heures 23 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 19 heures 7 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 19 heures 17 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 19 heures 46 min
© AFP
© AFP
Enfance volée

Ces enfants qui ont été volés par les régime de Franco parce que leur mère était communiste

Publié le 29 mai 2017
L'Eglise catholique et le ministère espagnol de la santé consentent à ouvrir leurs archives à ceux qui pensent qu'un membre de leur famille a été volé sous le règne du Général Franco. Cette pratique répandue consistait à purger les femmes républicaines trop proches des communistes et des anarchistes pendant la guerre civile.
Bernard Bessière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Bessière, professeur émérite d'Aix-Marseille Université, est spécialiste de l'histoire et de la culture de l'Espagne contemporaine. Il a publié récemment avec Bartolomé Bennassar : Espagne : histoire, société, culture, Paris, La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Eglise catholique et le ministère espagnol de la santé consentent à ouvrir leurs archives à ceux qui pensent qu'un membre de leur famille a été volé sous le règne du Général Franco. Cette pratique répandue consistait à purger les femmes républicaines trop proches des communistes et des anarchistes pendant la guerre civile.

Atlantico : L'Eglise catholique espagnole et le ministère de la santé ont accepté d'ouvrir leurs archives aux parents qui pensent que leurs enfants ont été volés à leur naissance. On découvre cet épisode méconnu selon lequel, à l'époque du Général Franco, dans les années 1930, les autorités espagnoles ont procédé au vol et à l'enlèvement de dizaines de milliers de bébés. Dans quel contexte ce projet s'inscrit-il ? 

Bernard Bessière : C'est à partir de la fin de la guerre civile, en 1939-1940 que le régime, sous l'influence du colonel Antonio Vallero Naleira de l'armée espagnole et psychiatre, ce qui est rare lance cette mode. Il s'agit d'une vague de vol d'enfants de femmes dites "rouges", impures, portants un gène rouge ; à savoir, des communistes, des socialiste et des anarchistes. L'anti Espagne dans la dialectique de Franco. Pour éliminer ce gène, il fallait voler les enfants. Cela fait vingt ans que l'on parle de cette histoire. Des équipes d'historiens ont travaillé sur ce scandale épouvantable qui a eu lieu également dans d'autres pays. Les femmes qui étaient internées dans des prisons spécialement faites pour elles, accouchaient normalement. La plus connue étant Las Ventas à Madrid. Elle n'existe plus cependant. Les enfants étaient pris après leur naissance et une bonne sœur, elles inspiraient confiance auprès des femmes, expliquaient que les enfants étaient morts. Elles insistaient sur le fait qu'elles avaient tout tenté pour le sauver. Mais ce n'était en réalité pas le cas. Cette politique s'est généralisée à partir de 1939.

Qui étaient les victimes de ces vols d'enfants et comment se sont-ils déroulés ? A qui étaient revendus ces enfants ?

Les principales victimes de ce système étaient des femmes qui étaient accusées à juste titre d'appartenir au camp républicain. Le Général Franco a fait passer une loi dès le mois de février 1939 de responsabilité politique. Il décrétait alors que les républicains, s'ils se rendaient seraient jugés humainement, ce qui n'a jamais été le cas soient elles étaient soumises à la justice. Tous les opposants de gauche étaient concernés. C'était des "indésirables". Elles soutenaient l'Espagne républicaine. 

Le rôle de l'Eglise catholique est bien connu des historiens. Elle a été inféodée au régime franquiste. C'est le monseigneur Pla I Deniel qui avait baptisé le coup d'Etat de Franco se sainte croisade. Les hôpitaux et les cliniques étaient régis par l'Eglise et les infirmières étaient des religieuses. L'Eglise a vraiment joué un rôle central.

Les enfants ont été revendus ou donnés à des gens issus de la hiérarchie, des généraux et des élites issues du franquisme, notamment des militaires qui étaient en mal d'enfants ou qui ne pouvaient pas en avoir. Ces familles qui étaient dans ce besoin en ont acheté. On ne connait pas le nombre d'enfants qui ont été vendus ainsi. Un ordre de grandeur serait plutôt 40 000 enfants. On ne dispose pas d'une comptabilité. Le sujet était tabou. 

Comment est-ce que ce système a prospéré pendant et après la fin de l'ère franquiste ? Est-ce que les institutions comme l'Etat ou l'Eglise en ont tiré des bénéfices ? 

Franco est mort en 1975. Une transition a eu lieu jusqu'en 1976. Ces vols d'enfants se sont poursuivis jusqu'à ce moment. Ce système était le plus répandu dans l'après-guerre, entre 1950 et 1960. L'épiscopat espagnol était lié à l'Etat jusqu'en 1962. Le concile Vatican 2, sous l'égide de Jean XXIII a prôné la séparation des églises et des régimes dictatoriaux. Les églises ne devaient plus en être leurs comparses. 

Je ne suis pas spécialiste de ce sujet, mais il serait probable que des profits juteux en aient été tirés pour les institutions religieuses et les couvents. Des chercheurs travaillent dessus. L'ancien Premier ministre, José Luis Zapatero a promulgué une loi de mémoire historique en 2007. C'est un effort considérable, tout à fait nouveau. La droite d'origine franquiste s'y est opposé bec et ongles. L'Eglise ouvre enfin ses dossiers. C'est une étape importante. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
POLITQ
- 30/05/2017 - 10:04
QUI EST VRAIMENT SALE?
Oui, bien sûr vive le communisme!!! 80 millions de morts sous Staline, 60-70-80 avec Mao, combien de civils Français pendant la 2ème guerre? combien de blessés graves et de MORTS juste après la guerre pour extorquer des positions à de Gaulle? etc, etc….. Et en France on a encore un SALE MELANCHON qui ACCUSE ,certes un pauvre type, d'ASSASSINAT…. C'est pas beau ça? Quel pays….. Ce Bessiere a une "bonne tête"…. en plus se goinfre payé par l'Etat….
VV1792
- 29/05/2017 - 21:21
@clint
Il faut etayer vos affirmations. L' Eglise a combattu le communisme car celui-ci, des le depart a exprime son objectif de supprimer, par l' assassinat methodique, de toute existence religieuse.. Il ne faut pas oublier le contexte ou dans les annees 30, on n' enlevait pas les enfants affames en Ukraine, mais on les exterminait. Ensuite sur le fond, Elle s'est toujours opposee au materialisme et donc au communisme qui en est l' expression militante, ainsi qu' au socialisme national reposant sur la suppression des races jugees inferieures. Que Franco se soit fait le defenseur de l' Eglise allait de soi, son ennemi etait radicalement identifiable.
clint
- 29/05/2017 - 19:34
Le comportement de l' Eglise catholique a été ignoble en Espagne
A cette époque le Vatican déclenchait des "croisades" contre le communisme partout où il se trouvait, et partout où le pape était puissant (la France fut partiellement épargnée). Il y a beaucoup d'études et de livres sérieux qui sont menées et écrits en Espagne sur cette période. Ce qui en ressort en général est que les massacres pendant la guerre civile ont été des deux côtés (prêtres et soeurs enfermés dans des arènes et abattus) . Le rôle de l' Eglise garante de l'évangile de Jésus est un autre problème, mais difficilement compréhensible pour ma part.