En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 8 heures 56 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 11 heures 42 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 12 heures 5 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 13 heures 26 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 14 heures 21 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 14 heures 57 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 8 heures 18 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 9 heures 40 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 10 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 11 heures 46 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 12 heures 21 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 15 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Le déclassement social ou le malaise des diplômés du supérieur

Publié le 28 mai 2017
Vous-vous ennuyez au travail malgré de bonnes études ? Vous- vous sentez inutile ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Ceux qu’on appelle encore les « cadres et professions intellectuelles supérieures » n’encadrent plus personne, d’ailleurs ils n’utilisent plus vraiment leur cerveau et sont menacés par le déclassement social. Chez ces anciens premiers de la classe, les défections pleuvent et la révolte gronde. Vous ne les trouverez cependant pas dans la rue à scander des slogans rageurs, mais à la tête de commerces des grands centres urbains : boulangers, restaurateurs, pâtissiers, fromagers, bistrotiers ou brasseurs, derrière leur comptoir et les deux mains dans le concret. La quête de sens de ces jeunes urbains n’a pas ni de redessiner nos villes, notre consommation mais aussi notre vision du succès, car ces nouveaux entrepreneurs marquent peut-être le renversement des critères du prestige en milieu urbain. (Extrait de "La Révolte des Premiers de la Classe" de Jean-Laurent Cassely, publié aux éditions Arkhê 2/2)
Jean-Laurent Cassely est journaliste à Slate.fr, où il chronique la vie et l’œuvre des classes supérieures urbaines. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et guides pratiques sur la survie en milieu urbain.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Laurent Cassely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Laurent Cassely est journaliste à Slate.fr, où il chronique la vie et l’œuvre des classes supérieures urbaines. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et guides pratiques sur la survie en milieu urbain.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vous-vous ennuyez au travail malgré de bonnes études ? Vous- vous sentez inutile ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Ceux qu’on appelle encore les « cadres et professions intellectuelles supérieures » n’encadrent plus personne, d’ailleurs ils n’utilisent plus vraiment leur cerveau et sont menacés par le déclassement social. Chez ces anciens premiers de la classe, les défections pleuvent et la révolte gronde. Vous ne les trouverez cependant pas dans la rue à scander des slogans rageurs, mais à la tête de commerces des grands centres urbains : boulangers, restaurateurs, pâtissiers, fromagers, bistrotiers ou brasseurs, derrière leur comptoir et les deux mains dans le concret. La quête de sens de ces jeunes urbains n’a pas ni de redessiner nos villes, notre consommation mais aussi notre vision du succès, car ces nouveaux entrepreneurs marquent peut-être le renversement des critères du prestige en milieu urbain. (Extrait de "La Révolte des Premiers de la Classe" de Jean-Laurent Cassely, publié aux éditions Arkhê 2/2)

Publié aux éditions  Arkhê

Au sortir de la guerre, les cadres formaient une petite élite salariale et ne représentaient guère plus de 2% de la population active. Proches de la direction, ils jouissaient d’une forte identité professionnelle collective, et leurs niveaux de revenu étaient très nettement supérieurs à ceux des salariés non cadres de l’entreprise. Regroupant aujourd’hui entre 15 et 20% de la population active, ils ont assisté à la banalisation de leur statut à mesure que leurs effectifs grossissaient. Le spécialiste du malaise des cadres, Denis Monneuse, rappelle que, s’ils ne sont encore qu’une minorité de salariés, ils représentent la norme dans les sièges des grandes entreprises27. « Or, remarque-t-il, si tout le monde est cadre, plus personne ne l’est dans les faits : cette catégorie sociale ne veut plus rien dire en interne. Trop de cadres tue les cadres ! » Cette banalisation s’est accompagnée d’une dégradation de leur situation jadis privilégiée, et les distinctions de statut qui les différenciaient des autres catégories de salariés s’estompent. Leur salaire n’est « plus que » de 2,7 fois celui d’un ouvrier, contre quatre fois dans les années 1960. Certaines contraintes quotidiennes nouvelles comme les « transports en seconde classe, les bureaux partagés voire l’open-space, la badgeuse, sont les marques concrètes de cette perte de statut. » Les prolétaires de l’ère industrielle n’avaient que leurs bras pour survivre, les diplômés de l’enseignement supérieur n’ont que leur cerveau. Or, celui-ci se révèle une ressource de plus en plus banalisée dans l’économie de la connaissance.

Ce malaise des diplômés du supérieur porte un nom : le déclassement social. Pour les plus optimistes des sociologues et des économistes, il n’est qu’une peur irrationnelle, un sentiment de relégation, comme il existe un sentiment d’insécurité. Pour d’autres, il s’agit au contraire d’une réalité objective dont les conséquences sont fort concrètes au quotidien. Louis Chauvel, sociologue spécialiste de la démographie, a popularisé en France ce thème d’un déclassement social des catégories moyennes et supérieures. Dans son récent livre La spirale du déclassement, son constat est sans appel : la seconde massification de l’accès à l’enseignement supérieur et au diplôme qu’a connue le pays dans les années 1980 à 2000 (après celle des années 1960), ne s’est pas accompagnée d’une création en nombre correspondant de postes susceptibles d’absorber ces nouvelles populations de diplômés28. La conséquence mécanique de ce déséquilibre est qu’il n’y a plus d’adéquation automatique entre les qualifications et les professions, que le rendement des titres scolaires est en baisse et qu’une portion de chaque génération de diplômés doit accepter une position sociale inférieure à celle à laquelle elle pensait prétendre à la fin de ses études. En d’autres termes, écrit Louis Chauvel, il faut un niveau supérieur à celui de ses parents pour occuper une position comparable à la leur et, en bonne logique, un titulaire de diplôme de niveau égal à la génération précédente a donc toutes les chances de descendre d’un barreau de l’échelle sociale. « Les bacheliers nés dans les années 1980 occupent une position sociale située à peine au-dessus de celle de titulaires d’un B.E.P.C. nés au début des années 1950 », constate le sociologue. Cette chute de la valeur des diplômes sur le marché de l’emploi s’observe à chaque grade scolaire et universitaire : « le prestige de l’emploi du titulaire d’un diplôme supérieur long né en 1980 est comparable maintenant à celui d’un diplômé du DEUG de la génération de ses parents. »

Extrait de "La Révolte des Premiers de la Classe" de Jean-Laurent Cassely, publié aux éditions Arkhê

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires