En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

06.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

07.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Epicentre de l'épidémie

Une crise migratoire que cette crise sanitaire ne saurait nous faire oublier

il y a 7 min 10 sec
décryptage > Politique
Principales leçons

En France, le virus tue. Et les Amateurs apprennent la communication…

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Santé
Contrefaçon

La crise du Coronavirus fait flamber la circulation de faux médicaments

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Economie
Or noir

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

il y a 2 heures 12 min
décryptage > France
Obstacles

Ces 5 maux français qui nous entravent face à la crise du Coronavirus

il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Solidité

Résilience : oui, la crise est profonde, non l’apocalypse occidentale n’est pas en cours

il y a 4 heures 4 min
pépites > Europe
Solidarité européenne
Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus
il y a 14 heures 8 min
pépites > Europe
Combat contre le Covid-19
Coronavirus : le Premier ministre britannique Boris Johnson est sorti des soins intensifs
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Maître du Haut Château - The Man in the High Castle", une série visible sur Amazon Prime Video : et si l'Allemagne et le Japon avaient gagné la guerre ? Une uchronie palpitante

il y a 16 heures 49 min
pépites > Economie
"Plus grande récession en France depuis 1945"
Gérald Darmanin et Bruno Le Maire annoncent un "plan d'urgence révisé à 100 milliards d'euros" face à une chute du PIB de 6% cette année
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Europe
Même sans corona-bonds

Réponse économique au Coronavirus : l’Europe avance plus qu’il n’y parait

il y a 23 min 9 sec
décryptage > Défense
Silence des armes après le déluge de feu ?

Le Coronavirus, candidat au prix Nobel de la Paix ?

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Education
Peut mieux faire

Les diplômes pour tous et sans examens ! C’est ce que réclame l’UNEF, syndicat résolument révolutionnaire

il y a 2 heures 52 sec
décryptage > Economie
Nouvelle étape dans la guerre commerciale ?

Dé-mondialisation passagère ou profonde ? Les entreprises américaines ont commencé à se désengager de Chine

il y a 2 heures 48 min
décryptage > Politique
Entretien

David Lisnard : "A Cannes, nous nous sommes très vite inspirés des exemples étrangers pour pallier les défaillances de la bureaucratie d’Etat"

il y a 3 heures 42 min
pépites > Europe
Tournant dans la crise ?
Coronavirus : les pays de l'Union européenne trouvent un accord pour une réponse économique commune face à l'épidémie
il y a 13 heures 32 min
pépites > Finance
Espoir…
Le FMI estime que le coronavirus provoque les "pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929
il y a 14 heures 30 min
pépite vidéo > Culture
Chansons pour le personnel soignant
"Et demain ?" : 350 personnalités mobilisées pour une chanson caritative au profit de la lutte contre le Covid-19
il y a 16 heures 12 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Neige Noire" de Paul Lynch : un tableau saisissant du monde paysan d’avant-guerre, loin d’une image bucolique et stéréotypée

il y a 17 heures 11 min
light > Politique
Sécurisation des déplacements présidentiels
Le parc automobile de l’Elysée a été équipé de barrières antipostillons
il y a 18 heures 37 min
Après moi, le déluge

Quel patron pour la droite si Nicolas Sarkozy quitte la politique ?

Publié le 09 mars 2012
Nicolas Sarkozy a déclaré ce jeudi qu’il "arrêterait la politique s’il n’était pas réélu en mai prochain". Quelles seraient les conséquences ? L'UMP exploserait-elle ? Quelles personnalités se disputeraient sa succession ? Analyses croisées d'André Bercoff, Ruth Elkrief, Jean-François Kahn et Ivan Rioufol.
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), et plus récemment Qui choisir (First editions, 2012)Ivan Rioufol est essayiste et éditorialiste au Figaro. Il tient quotidiennement le blog Liberté d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff, Ivan Rioufol,Jean-François Kahn, Ruth Elkrief
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), et plus récemment Qui choisir (First editions, 2012)Ivan Rioufol est essayiste et éditorialiste au Figaro. Il tient quotidiennement le blog Liberté d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy a déclaré ce jeudi qu’il "arrêterait la politique s’il n’était pas réélu en mai prochain". Quelles seraient les conséquences ? L'UMP exploserait-elle ? Quelles personnalités se disputeraient sa succession ? Analyses croisées d'André Bercoff, Ruth Elkrief, Jean-François Kahn et Ivan Rioufol.

Atlantico : Nicolas Sarkozy a déclaré ce jeudi qu’il "arrêterait la politique s’il n’était pas réélu en mai prochain". Si cette dernière hypothèse survenait effectivement, qui pourrait alors prendre les rênes de la droite ?

André Bercoff : Je crois que Jean-François Copé et François Fillon se livreraient à une lutte personnelle. Cela fait partie des gènes du politique : quand le plus haut poste est libre, pour un certain nombre de candidats, cela implique qu’il faut tuer et la politique est l’art de tuer au bon moment. Mais on ne peut pas dire maintenant qui va tirer son épingle du jeu.

On ne peut pas exclure non plus qu’apparaisse un héros de la droite dure, plus populaire, qui émerge avec des solutions à la crise. Tout dépendra de l’aggravation de celle-ci. Regardez ce qui s’est passé en Hollande ou en Autriche. Ce ne serait pas forcément quelqu’un issu de l’extrême droite, mais quelqu’un qui pourrait faire un appel à l’ordre généralisé.

Jean-François Kahn : Le conflit Fillon/Copé devrait prendre une teinte politico-idéologique. Je pense que la tendance UMP qui pourrait accepter une alliance avec le Front national sera représentée par Jean-François Copé. La tendance Fillon/Juppé penchera plus vers l’ « UMP maintenue ».

Par ailleurs, si Nicolas Sarkozy est battu assez nettement, il va se passer une première chose très désagréable. Comme il est un homme qui a du caractère et de la volonté, il n’a pas toujours bien traité ses amis. Il les a brutalisés, même humiliés dans certains cas. A partir du moment où il serait battu assez nettement, il devrait être "lynché" par ses propres amis. Un peu comme un piranha qui s’acharne sur la bête qui perd son sang. Si cela va vraiment trop loin, je me mettrai même à défendre Sarkozy…

Ivan Rioufol : Les personnalités se calent sur la volonté des électeurs. En l’occurrence, leur volonté tendrait plus, selon moi, vers un rapprochement entre une partie de l’UMP et l’électorat du Front national. La refondation de la droite se fera en fonction des opinions et non des personnes. Les personnes viendront par la suite. Il faudrait qu’il y ait des personnalités suffisamment ouvertes pour cesser de diaboliser toute cette opinion qui n’est pas représentée depuis tant d’années. Cette opinion qui pense qu’il existe une crise identitaire aussi importante que la crise économique. Je ne suis pas sûr que Jean-François Copé puisse entendre ces voix-là. Il me semble très conventionnel, très imprégné par le discours conformiste.

Deux précisions : d'une part, je crois Nicolas Sarkozy quand il dit qu'il arrêtera la politique s'il perd l'élection. D'autre part, je pense que la droite a encore des chances de gagner.  

Ruth Elkrief : Avant tout, Nicolas Sarkozy n’arrêtera pas la politique. Il aime trop la bataille, l’adrénaline, la victoire. S’il perd, iI va partir en vacances, se reposer, récupérer physiquement, mais la politique va vite lui manquer. C’est une drogue plus forte que tout. Je le pense donc sincère aujourd’hui, mais doute qu’il ira jusqu’au bout.

Si Nicolas Sarkozy n’est pas réélu, une chose est sûre : la guerre ouverte entre François Fillon et Jean-François Copé apparaitra au grand jour, avec en embuscade Alain Juppé. Jean-François Copé est d’ailleurs déjà prêt. Il a ses bataillons en ordre de marche. François Fillon pourrait alors demander des votes, un conseil national d’urgence, etc. De son côté, Alain Juppé sera là pour pacifier, séparer les candidats et proposer une période de transition, de pacification.

On devrait aussi trouver parmi les prétendants pour reprendre le flambeau des personnalités plus jeunes comme Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez ou Xavier Bertrand. Ces jeunes sarkozystes tenteront de se démarquer. Ils ne seront peut-être pas prêts pour 2017, mais puisque c’est un travail de longue haleine, autant commencer tôt...

Le choix devrait in fine s’effectuer par une primaire. Même si les primaires socialistes ont été très critiquées à droite, le parti ne devrait pas y couper.

Une explosion de l'UMP serait-elle alors inévitable ?

André Bercoff : Si Nicolas Sarkozy n’est pas réélu, il y aura une explosion, les plaques tectoniques bougeront. On pourrait assister à une recomposition de la droite, avec une partie qui revendique un certain nombre de croyances et n’a pas envie de brader les questions d’identité et, de l'autre, une tendance plus centriste, plus modérée, qui irait de François Bayrou à Laurent Wauquiez. L’UMP se scinderait et l’on retrouverait deux versions 2012 du RPR et de l’UDF.

Ivan Rioufol : Dans tous les cas de figure, si la droite échoue, il faudra qu’elle fasse son examen de conscience. Cela voudra dire qu’elle n’a pas su s’intéresser aux électeurs. Elle n’aura pas été suffisamment audacieuse et devra revoir ses fondamentaux, s’ouvrir davantage à droite. Ensuite, si la droite perd, elle devra se poser la question de savoir si les centristes ont été un poids, une sorte de mauvaise conscience permanente.

Jean-François Kahn : Si Nicolas Sarkozy perd de très peu, l’UMP peut être sauvée. Si la défaite est nette, le sarkozysme éclatera. L’UMP se retrouvera avec des sensibilités différentes et notamment un courant « centristo-humaniste » qui voudra reprendre leurs billes, surtout si François Bayrou fait un bon score.

Ensuite, si Sarkozy est battu assez nettement, cela signifie que, pour les élections législatives qui suivent, nous aurons un parti UMP aux alentours de 22% et éventuellement un Front national à 18-19%.

  • Soit l’UMP refuse toute alliance avec le Front national au nom des valeurs.
  • Soit ils acceptent un accord au second tour avec le Front national et le parti sauve 200-250 députés. 

L’UMP devrait se scinder sur cette question. Il y a aura les partisans d’une UMP maintenue qui se regroupera autour d’Alain Juppé ou de François Fillon, et une fraction qui sera décidée à faire une alliance, au moins électorale, avec le Front national.

Quel rôle pourrait jouer François Bayrou dans cette éventuelle recomposition de la droite ? 

André Bercoff : S’il n’est pas au second tour, il me paraît très difficile qu'il arrive à rassembler autour de son nom. 

Ivan Rioufol : François Bayrou aurait toutes les qualités pour représenter cet homme qui pourrait unifier la droite. Mais son problème est qu’il ne voit que d’un œil. Il a parfaitement analysé la crise économique le premier dès 2007. Mais il ne perçoit pas la crise identitaire qui est pour moi plus importante encore. Cette crise n’est abordée nulle part, sauf pour l’instant au Front national. C’est une crise de la cohésion nationale, causée par les phénomènes migratoires, la survenue de l’islam politique, le communautarisme et les revendications identitaires.

Jean-François Kahn : Je ne vois pas pourquoi François Bayrou reviendrait au bercail au moment où le bercail explose en vol. C'est à l’ensemble de la mouvance droite humaniste gaulliste à se rallier à lui. C'est ce qu'elle finirait par faire d'ailleurs. Il existe toutefois une autre inconnue. Si François Hollande est élu, est-ce qu’il fera des avances à François Bayrou et au Modem ? Est-ce qu’il lui proposera un poste ? Je pense personnellement qu’il ne le fera pas, même si un gouvernement de coalition ne serait pas une mauvaise chose pour le pays.

Ruth Elkrief : Tout dépendra du score de François Bayrou à la présidentielle : il pourrait récupérer quelques sarkozystes déçus, ce qu’il fait déjà un peu dans les sondages. Par contre, s’il réalise un score aux alentours de 12%, je ne sais pas comment il pourra s'en sortir.

 

Quel héritage pourrait laisser Nicolas Sarkozy s'il n'était pas réélu ?

André Bercoff : Les vrais héritiers de Nicolas Sarkozy, ne seront peut-être pas ses fils et ses filles affichés. Car il n’a pas engendré de famille, il a juste créé un tempérament, une manière de se battre, une manière d’être, avec tout l'aspect "nouveau riche", mais aussi un côté extrêmement pugnace.

Jean-François Kahn : Si Nicolas Sarkozy perd nettement, je pense que ceux qu'il a favorisés seront marginalisés. Mais ils sont peu nombreux finalement, une dizaine tout au plus. Si la défaite est moins lourde, ils resteront unis au moins jusqu’aux législatives.

Ivan Rioufol : Si Nicolas Sarkozy est battu et que la gauche passe, nous aurons une République confisquée. La gauche détiendra, outre l’Elysée et le Parlement, les grandes régions, les grandes municipalités, elle aura en plus (ce qu’elle a d’ailleurs depuis toujours) son magistère sur les médias, la justice, les syndicats et l’éducation. Cela sera un système un peu étouffant. Nicolas Sarkozy restera comme un réformiste. Je crois qu’il y a une mauvaise interprétation qui est faite de lui : on le présente comme un boutefeu, alors qu'il est plutôt un avocat qui ne cesse de faire des compromis.

Ruth Elkrief : Même en cas d’échec à la présidentielle, je pense que Nicolas Sarkozy pourrait revenir plusieurs mois plus tard et s’imposer comme l’une des personnalités majeures de la droite. On entend même ici ou là, qu’il pourrait se présenter en cas d'échec à la présidentielle à la mairie de Paris… 

 

Propos recueillis par Aymeric Goetschy et Jean-Benoît Raynaud 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

02.

Le monde de l’Arabie saoudite s’effondre

03.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

04.

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

05.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

06.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

07.

Manuel Valls alerte sur le risque d’effondrement de l’Europe face à la crise du coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

Commentaires (40)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Thierry5635
- 11/03/2012 - 12:26
La fascination de la gauche pour Nicolas Sarkozy
La prose de Nyor est intéressante en ce qu’elle résume le sentiment des militants de gauche et d’extrême gauche.

Tout ce qui les intéresse dans les perspectives d’avenir, c’est le sort de Nicolas Sarkozy. C’est conforme à la stratégie du Parti Sectaire et ça montre qu’Hollande a bien endoctriné ses troupes. Elles veulent focaliser l’élection sur ce que Thomas Hollande lui-même qualifie d’anecdote, le passage au Fouquet’s. Le PS entend résumer le débat à un référendum, peuple de France, as-tu approuvé ou non que Nicolas Sarkozy dîne une fois au Fouquet’s ?

C’est petit et réducteur. Il est aisé de riposter à cette gauche hypocrite et dissimulatrice que c’est également ridicule quand on présente un champion qui déguste en entrée une salade de truffes à 140 € dans un restaurant de luxe du Rond-point des Champs Élysées !

Cette fascination que Nicolas Sarkozy exerce sur la gauche est révélatrice de son manque d’idéal et de l’absence de tout projet de société dans son programme. Elle est si obsédée par le personnage Nicolas Sarkozy qu’elle ne s’intéresse pas au candidat qu’elle affrontera dans le futur, quel que soit le résultat de l’élection de 2012.
quesako
- 10/03/2012 - 21:01
La gauche va bien s'allier avec Mélanchon and Co, alors
pourquoi pas avec le FN qui est par certains côtés beaucoup moins sulfureux que le PC et l'extrême gauche (vous vous rappelez de Georges Besse ?).
Quant à moi, s'il y a le choix, ce sera la tendance modérée et libérale (je sais, vous n'en avez rien à faire !!)
Thierry5635
- 10/03/2012 - 20:05
Politique fiction ?
La réalité dépasse souvent la fiction.
La science fiction la précéde de quelques unités de temps.Comme la politique fiction.

La politique fiction en l'espèce n'est que l'analyse logique de ce que fera un homme manoeuvrier comme Hollande s'il se trouve à la tête du pays. La réalité dépassera la fiction en matière de manoeuvres pour conserver le pouvoir. L'homme ne manque pas d'imagination ni de sens de la manipulation des appareils, il faut lui reconnaître ces talents.

Sauif bien sûr à démontrer de façon rationnelle, argumentée et objective qu'Hollande n'utilisera pas un artifice qui lui assurerait le pouvoir pour très longtemps.

Ce sera très difficile à démontrer. Pourquoi ?

Déjà parce que Hollande s'efforce désespérément de ressembler à Mitterrand. Or, Mitterrand avait compris très vite que créer un problème d'immigration non intégrée enlisait la droite et favorisait le PS. Mitterrand a aidé Le Pen à devenir un acteur important de la politique française. Pour une fois qu'il pourra être digne de la voix de son maître, Hollande s'inspirera de lui en mettant les recettes mitterrandiennes au goût du jour s'il est élu, ce qui reste encore de la politique fiction.