En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 9 heures 42 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 10 heures 20 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 13 heures 3 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 18 heures 23 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 18 heures 21 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 19 heures 11 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 19 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 10 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 12 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 14 heures 58 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 17 heures 42 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 17 heures 57 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 18 heures 12 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 19 heures 3 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 19 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Plouf

Le renouveau (mais pas) pour tous : LREM face à la même difficulté que les "vieux partis" à intégrer les catégories populaires dans la vie politique

Publié le 17 mai 2017
Le déficit de représentation des catégories populaires, caractéristique de notre Assemblée nationale depuis plusieurs dizaines d'années, se traduit, d'une certaine manière, par une moindre connaissance de leurs difficultés.
Olivier Rozenberg
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rozenberg est chargé de recherche au Centre d’études européennes (CEE) de Sciences Po, spécialisé dans l'étude des parlements en Europe.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le déficit de représentation des catégories populaires, caractéristique de notre Assemblée nationale depuis plusieurs dizaines d'années, se traduit, d'une certaine manière, par une moindre connaissance de leurs difficultés.

Atlantico : Comme l'indiquait Libération le 11 mai dernier sur la base des documents issus du #MacronLeaks, les donations au mouvement En Marche ! sont principalement issues des start-ups et autres réseaux bancaires. De plus, l'émission "C Politique" du 15 mai indiquait que les investitures En Marche ! voyaient une représentation forte de chefs d'entreprises (26%), de cadres issus du privé (17%), de personnes exerçant une carrière médicale (10%) ou juridique (15%). Outre les députés, et en se concentrant plus précisément sur l'entourage d'Emmanuel Macron, quelle est la capacité d'une sociologie aussi "homogène" de pouvoir "dépasser" le cadre de pensée de cette même sociologie ?

Olivier Rozenberg : Ce qui est frappant, c'est que la sociologie des candidats d'En marche ! est assez proche de la composition de notre Assemblée nationale depuis plusieurs dizaines d'années. Ainsi, le profil des candidats du mouvement du nouveau président est assez similaire à celui que l'on retrouve dans les grands partis dits de gouvernement. De ce point de vue-là, il n'y a pas de renouvellement sociologique.

Dans l'Assemblée sortante, nous avons un élu ouvrier sur 577, alors que les ouvriers représentent entre 1/5 et 1/4 de la population française. Mais de ce point de vue-là, la France n'est pas exceptionnelle. Dans les autres démocraties européennes, on remarque cette difficulté à faire entrer en politique des personnes issues des catégories populaires.

Avec En Marche !, ce qui pourrait constituer la nouveauté, c'est le fait que le mouvement puisse faire entrer en politique des novices. Il va donc y avoir un renouvellement, de ce point de vue, sans précédent. Mais ce renouvellement ne se fera que dans le rapport à la politique, à la société, mais pas sur la représentation de catégories populaires. 

La France est marquée par une forte présence de fonctionnaires au Parlement. Ceci pourrait changer, bien que nous ne disposions pas du chiffre exact relatif aux candidats La République en marche qui seraient fonctionnaires. Toutefois, je sens qu'il y en aura moins que d'habitude. Nous pourrions ainsi nous rapprocher de la moyenne européenne, aux alentours d'1/3. 

D'un point de vue historique, notamment dans le cas du "grand renouvellement" de 1981, ou en faisant référence à d'autres épisodes contemporains, que peut-on dire de la capacité des élus à sortir du cadre de leur propre sociologie ? 

En France, le scrutin est majoritaire, ce qui pousse à un enracinement local des parlementaires. On touche à un paradoxe qui est, en général, celui de la démocratie représentative : la promesse faite que tout le monde pourra accéder théoriquement au pouvoir et le constat selon lequel les catégories populaires ont plus de difficultés que les autres pour cela.

À travers l'exemple de certains députés, on voit qu'il est possible de parvenir à sortir de la pensée relative à la catégorie socio-professionnelle à laquelle on appartient. C'est le cas notamment de Christian Jacob, un professionnel de l'agriculture, qui, non seulement n'est pas spécialement connu pour cela, mais qui ne s'est pas non plus spécialisé sur ce sujet. Ceci étant dit, le déficit de représentation des catégories populaires, mais aussi des femmes et des minorités ethniques, se traduit tout de même par une moindre connaissance de leurs problèmes, un moindre intérêt. Quelques études ont été réalisées au Royaume-Uni sur les élus issus de minorités ethniques, qui montrent qu'ils tendent à s'intéresser davantage aux problèmes des minorités dont ils sont issus, si et seulement si ces minorités sont très représentées dans la circonscription. 

Une hétérogénéité sociologique permet-elle un tel dépassement ? S'agit-il d'une garantie de pouvoir intégrer les intérêts de chacun dans la structuration d'une offre politique, ou bien d'un leurre ?

Les Parlements ne sont pas du côté de l'efficacité mais dans celui de la représentation, dans cette volonté de donner à la Nation un portrait de sa diversité et de son pluralisme. Dans ce cadre-là, il est mieux pour un Parlement de donner à voir une hétérogénéité sociale et partisane.

Il n'y a pas d'effet mécanique en la matière, mais plus il y a de groupes différents représentés, plus les chances sont grandes que leurs intérêts soient pris en compte. On le voit sur les questions relatives aux femmes : à chaque fois, il y a de plus en plus de femmes qui font leur entrée à l'Assemblée nationale, et l'on remarque que les lois portant sur des enjeux relatifs aux femmes sont un peu plus nombreuses qu'avant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Luca8369
- 17/05/2017 - 16:45
26% entrepreneurs à l'Assemblée Nationale?
On parle de la même assemblée
elle serait plutôt remplie de fonctionnaires, à priori.
...
A suivre
Deneziere
- 17/05/2017 - 14:44
Femmes, minorités, fonctionnaires
Arrêtez de nous bassiner avec votre bien-pensance. 1/ Les femmes, il suffit d'avoir des épouses, des amies, des collègues ou des sœurs pour comprendre leurs problèmes. Il n'y a pas besoin d'être femme soi-même, et la position féministe traditionnelle sur ce point est une imposture. 2/ Les minorité ethniques : plus elles seront représentées, plus les allégeances ethniques l'emporteront sur l'intérêt général, plus le clientélisme se développera, et plus la France sera libanisée. 3/ Les fonctionnaires : l'"enmarcheur" serait moins fonctionnaire ? J'attends de voir.