En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 8 heures 34 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 9 heures 53 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 10 heures 25 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 11 heures 8 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 13 heures 30 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 16 heures 13 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 8 heures 45 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 10 heures 1 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 10 heures 39 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 13 heures 46 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 15 heures 48 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Plouf

Le renouveau (mais pas) pour tous : LREM face à la même difficulté que les "vieux partis" à intégrer les catégories populaires dans la vie politique

Publié le 17 mai 2017
Le déficit de représentation des catégories populaires, caractéristique de notre Assemblée nationale depuis plusieurs dizaines d'années, se traduit, d'une certaine manière, par une moindre connaissance de leurs difficultés.
Olivier Rozenberg
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rozenberg est chargé de recherche au Centre d’études européennes (CEE) de Sciences Po, spécialisé dans l'étude des parlements en Europe.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le déficit de représentation des catégories populaires, caractéristique de notre Assemblée nationale depuis plusieurs dizaines d'années, se traduit, d'une certaine manière, par une moindre connaissance de leurs difficultés.

Atlantico : Comme l'indiquait Libération le 11 mai dernier sur la base des documents issus du #MacronLeaks, les donations au mouvement En Marche ! sont principalement issues des start-ups et autres réseaux bancaires. De plus, l'émission "C Politique" du 15 mai indiquait que les investitures En Marche ! voyaient une représentation forte de chefs d'entreprises (26%), de cadres issus du privé (17%), de personnes exerçant une carrière médicale (10%) ou juridique (15%). Outre les députés, et en se concentrant plus précisément sur l'entourage d'Emmanuel Macron, quelle est la capacité d'une sociologie aussi "homogène" de pouvoir "dépasser" le cadre de pensée de cette même sociologie ?

Olivier Rozenberg : Ce qui est frappant, c'est que la sociologie des candidats d'En marche ! est assez proche de la composition de notre Assemblée nationale depuis plusieurs dizaines d'années. Ainsi, le profil des candidats du mouvement du nouveau président est assez similaire à celui que l'on retrouve dans les grands partis dits de gouvernement. De ce point de vue-là, il n'y a pas de renouvellement sociologique.

Dans l'Assemblée sortante, nous avons un élu ouvrier sur 577, alors que les ouvriers représentent entre 1/5 et 1/4 de la population française. Mais de ce point de vue-là, la France n'est pas exceptionnelle. Dans les autres démocraties européennes, on remarque cette difficulté à faire entrer en politique des personnes issues des catégories populaires.

Avec En Marche !, ce qui pourrait constituer la nouveauté, c'est le fait que le mouvement puisse faire entrer en politique des novices. Il va donc y avoir un renouvellement, de ce point de vue, sans précédent. Mais ce renouvellement ne se fera que dans le rapport à la politique, à la société, mais pas sur la représentation de catégories populaires. 

La France est marquée par une forte présence de fonctionnaires au Parlement. Ceci pourrait changer, bien que nous ne disposions pas du chiffre exact relatif aux candidats La République en marche qui seraient fonctionnaires. Toutefois, je sens qu'il y en aura moins que d'habitude. Nous pourrions ainsi nous rapprocher de la moyenne européenne, aux alentours d'1/3. 

D'un point de vue historique, notamment dans le cas du "grand renouvellement" de 1981, ou en faisant référence à d'autres épisodes contemporains, que peut-on dire de la capacité des élus à sortir du cadre de leur propre sociologie ? 

En France, le scrutin est majoritaire, ce qui pousse à un enracinement local des parlementaires. On touche à un paradoxe qui est, en général, celui de la démocratie représentative : la promesse faite que tout le monde pourra accéder théoriquement au pouvoir et le constat selon lequel les catégories populaires ont plus de difficultés que les autres pour cela.

À travers l'exemple de certains députés, on voit qu'il est possible de parvenir à sortir de la pensée relative à la catégorie socio-professionnelle à laquelle on appartient. C'est le cas notamment de Christian Jacob, un professionnel de l'agriculture, qui, non seulement n'est pas spécialement connu pour cela, mais qui ne s'est pas non plus spécialisé sur ce sujet. Ceci étant dit, le déficit de représentation des catégories populaires, mais aussi des femmes et des minorités ethniques, se traduit tout de même par une moindre connaissance de leurs problèmes, un moindre intérêt. Quelques études ont été réalisées au Royaume-Uni sur les élus issus de minorités ethniques, qui montrent qu'ils tendent à s'intéresser davantage aux problèmes des minorités dont ils sont issus, si et seulement si ces minorités sont très représentées dans la circonscription. 

Une hétérogénéité sociologique permet-elle un tel dépassement ? S'agit-il d'une garantie de pouvoir intégrer les intérêts de chacun dans la structuration d'une offre politique, ou bien d'un leurre ?

Les Parlements ne sont pas du côté de l'efficacité mais dans celui de la représentation, dans cette volonté de donner à la Nation un portrait de sa diversité et de son pluralisme. Dans ce cadre-là, il est mieux pour un Parlement de donner à voir une hétérogénéité sociale et partisane.

Il n'y a pas d'effet mécanique en la matière, mais plus il y a de groupes différents représentés, plus les chances sont grandes que leurs intérêts soient pris en compte. On le voit sur les questions relatives aux femmes : à chaque fois, il y a de plus en plus de femmes qui font leur entrée à l'Assemblée nationale, et l'on remarque que les lois portant sur des enjeux relatifs aux femmes sont un peu plus nombreuses qu'avant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Luca8369
- 17/05/2017 - 16:45
26% entrepreneurs à l'Assemblée Nationale?
On parle de la même assemblée
elle serait plutôt remplie de fonctionnaires, à priori.
...
A suivre
Deneziere
- 17/05/2017 - 14:44
Femmes, minorités, fonctionnaires
Arrêtez de nous bassiner avec votre bien-pensance. 1/ Les femmes, il suffit d'avoir des épouses, des amies, des collègues ou des sœurs pour comprendre leurs problèmes. Il n'y a pas besoin d'être femme soi-même, et la position féministe traditionnelle sur ce point est une imposture. 2/ Les minorité ethniques : plus elles seront représentées, plus les allégeances ethniques l'emporteront sur l'intérêt général, plus le clientélisme se développera, et plus la France sera libanisée. 3/ Les fonctionnaires : l'"enmarcheur" serait moins fonctionnaire ? J'attends de voir.