En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 19 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 35 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 10 heures 8 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 51 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 13 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 57 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 21 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 37 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 59 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 34 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 20 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 54 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 23 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 38 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 15 heures 1 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 23 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 56 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 19 min
Nouvelle chance

Rencontre Macron Merkel : une envie commune de fédéralisme...mais s'agit-il vraiment du même ?

Publié le 19 mai 2017
Comme l’ont montré les débats et les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, les Français ne sont guère favorables à plus d’intégration européenne, ce qui pourrait fragiliser l'objectif poursuivi par Emmanuel Macron.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme l’ont montré les débats et les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, les Français ne sont guère favorables à plus d’intégration européenne, ce qui pourrait fragiliser l'objectif poursuivi par Emmanuel Macron.

Atlantico : Si Emmanuel Macron est apparu comme le candidat le plus "européen" de cette campagne présidentielle, que peut-on déduire de ses intentions "fédérales" ? Quelles sont les implications réelles d'un tel projet, notamment sur les questions budgétaires ? Que faut-il voir de l'objectif réel d'une telle "transformation" ?

Christophe Bouillaud : Le programme présidentiel d’En Marche ! fait directement allusion à la création d’ "un budget de la zone euro voté par un Parlement de la zone euro et exécuté par un ministre de l’Économie et des Finances de la zone euro" pour expliciter la promesse : «"Nous construirons une Europe qui développe nos emplois et notre économie." On peut y voir la réitération d’une idée classique des élites françaises depuis les premières discussions autour de la création d’une zone Euro. Il s’agit de transférer au niveau européen, fédéral, les instruments de politique économique, qui ne fonctionnent plus au niveau national depuis les années 1970 pour stabiliser ou relancer l’économie. Un budget de la zone Euro, qui couvrirait par exemple les coûts de l’assurance-chômage dans les différents pays, permettrait de créer des stabilisateurs automatiques en cas d’une récession  asymétrique. La mutualisation des frais d’investissements en matière militaire à travers la création d’un "Fonds européen de défense qui financera des équipements militaires communs (comme les drones européens)", évoquée dans le même programme, va dans une direction similaire. L’objectif serait, à terme, de gérer l’économie de l’Union européenne, ou tout au moins de la zone Euro, de la même manière que les autres "économies-continent" comme les Etats-Unis ou la Chine, en ayant à la fois une politique monétaire unifiée et une politique budgétaire assez importante au niveau de la zone Euro pour permettre de gérer la conjoncture au mieux. Il est aussi intéressant de noter qu’Emmanuel Macron promet de respecter les règles budgétaires "maastrichtiennes", de faire les réformes structurelles, mais aussi de baisser le taux d’impôt sur les sociétés et de lutter parallèlement contre l’évasion fiscale des grands groupes. Il prépare de fait le terrain à toute une série d’harmonisations au sein de la zone Euro : fiscale et sociale. Cela se ferait plutôt par le bas pour les Français, mais au moins cela se ferait.

A lire également sur notre site : "Fondre la France dans l'ordo-libéralisme germano-européen, l'autre visage du quinquennat Macron"

Pour savoir quelles seraient les implications d’un tel projet sur les questions budgétaires, encore faudrait-il savoir la nature exacte de ce dernier. Et là, c’est la grande inconnue. En effet, si l’on veut gérer ensemble plus d’argent entre pays européens, il est difficile de rester en dehors des traités. Une grande modification des traités européens parait largement inenvisageable au partenaire allemand, comme vient de le montrer l’entretien de Wolfgang Schäuble au magazine Das Spiegel. On dirait par contre qu’une transformation du Mécanisme européen de stabilité (MES) en "Fonds monétaire européen" est envisageable. Cela signifierait tout de même la modification d’au moins un traité existant, celui instituant ce MES, mais c’est un traité très technique, moins compréhensible pour l’opinion publique que les traités européens qui instituent l’Union européenne en général. Il faudra toutefois que lui aussi soit ratifié dans tous les pays qui voudront y adhérer. Il faut aussi bien se rappeler que le vote du budget par des représentants des contribuables est la première institution démocratique. Faire passer ce pouvoir au niveau européen est, par définition, un choix fédéral.

Par ailleurs, le ministre allemand insiste, de manière classique pour lui, sur le respect des règles qui régiraient ce MES "nouvelle manière", ce qui marque bien la distance avec l’approche plus pragmatique promue à travers l’idée d’un «"Parlement de la zone Euro" qui tiendrait compte des circonstances, y compris politiques.

L’enjeu de cette discussion qui s’amorce est la recherche d’une manière convenable aux deux grands partenaires, la France et l’Allemagne, de renforcer la zone Euro. Tous les économistes soulignent le hiatus entre une politique monétaire unifiée et des politiques budgétaires différenciées et autonomes. Faut-il combler le hiatus par des règles ou par des décisions majoritaires au coup par coup ? 

Si l'idée d'une Europe fédérale est ancienne, en quoi est-ce une nouveauté de voir la France se prononcer aussi favorablement sur cette question ? Comment justifier un tel "revirement" ?

C’est vrai que les dirigeants français, depuis Mitterrand, avaient eu tendance à éluder la question européenne. Personne n’a osé l’aborder de front, surtout après l’échec du référendum de 2005 sur le Traité constitutionnel européen (TCE). Le changement d’approche tient tout d’abord à la conjoncture exceptionnelle qui a permis à un candidat situé au centre de s’imposer. Emmanuel Macron reprend en effet le positionnement classique du Modem, très européiste. Il a pu le faire entendre et s’imposer, parce que Les Républicains et le PS ont fait chacun de leur côté leurs erreurs. Il l’a fait dans un contexte où, par ailleurs, tous les autres candidats ont surfé sur l’euroscepticisme ou la critique de l’Union européenne telle qu’elle est. Comme l’ont montré les débats et les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, l’électorat dans son ensemble n’est en réalité guère favorable à plus d’intégration européenne. Et, sauf à s’illusionner, les résultats du second tour ne sont pas un plébiscite pour le candidat pro-européen, mais un référendum contre la candidate du FN. De fait, ce résultat même confirme qu’Emmanuel Macron opère dans un contexte où, de l’avis général, il faut sauver l’Europe. A suivre les propos du candidat Macron lui-même, on aura compris qu’il prétend justement réconcilier les Français avec l’Europe, parce que cette dernière donnera enfin les résultats attendus.

Par ailleurs, il faut espérer qu’Emmanuel Macron, pour avoir été aux premières loges de la présidence Hollande et ayant vu l’échec de cette dernière en matière européenne, en ait tiré quelques leçons. Nous verrons dans les tous prochains jours comment il gère le début de sa présidence sur ce point avec l’avantage pour lui de ne pas être mis devant le fait accompli d’un traité déjà signé par son prédécesseur, et surtout d’avoir déjà vu tout cela fonctionner de l’intérieur. 

Au regard d'une population frileuse à l'égard de la question européenne, notamment au regard des scores du premier tour des candidats les plus critiques à l'égard de l'Europe, quels sont les dangers d'un tel projet ?   

Le principal danger à court terme, c’est dans un premier temps que ces affaires européennes arrivent à donner le ton de la campagne  pour les législatives. C’est assez facile de vaincre au second tour, au nom de l’Europe à sauver, contre une Marine Le Pen guère apaisée pour le coup, qui fait peur, voire presque pitié pour son absence de préparation, cela le sera peut-être moins d’obtenir une majorité parlementaire face à cet électorat rétif dans sa majorité à la perspective de plus d’intégration européenne. Il ne faudrait pas que les électeurs des eurosceptiques des deux rives s’entraident à avoir des élus…

Le deuxième danger serait de prendre ensuite des mesures de politique économique, au nom du respect des règles européennes et des réformes structurelles, dont les effets seraient particulièrement mal vus par l’opinion publique ou qui provoqueraient de graves troubles sociaux – sans compter les éventuels effets récessifs sur l’économie.  En particulier, je ne suis pas sûr que la hausse de la CSG pour de nombreux retraités passe aussi inaperçue que cela.                                                                                                                                                                                            

Le troisième danger, plus à moyen terme, serait de se retrouver pris dans un nouveau débat institutionnel sur l’intégration européenne. Même s’il n’y a pas de référendum sur un nouveau traité, cela pourra structurer la vie politique. Je m’interroge sur la viabilité à terme d’un système politique français où un grand centre explicitement pro-européen s’opposerait à droite à une aile nationaliste-souverainiste et à gauche à une aile insoumise-internationaliste, comme n’est pas loin de l’envisager mon collègue Pierre Martin. Les jeux politiques des prochaines semaines vont sans doute clarifier tout cela.       

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 16/05/2017 - 07:17
NON
"Il s’agit de transférer au niveau européen, fédéral, les instruments de politique économique, qui ne fonctionnent plus au niveau national depuis les années 1970 pour stabiliser ou relancer l’économie"...

D'abord, je souhaiterais que l'auteur nous explique pourquoi les instruments de politique économique ne fonctionnent plus..etc: le grand choc des années 70 est la fin de l'étalon-or et son remplacement par l'étalon-dollar. Si c'est pour avoir l'euro, qui n'est en réalité que le nouveau mark allemand, c'est parfaitement stupide d'un point de vue monétaire, car il n'est plus possible de jouer sur la dévaluation de la monnaie pour ajuster la réalité de l'économie vis-à-vis de l'étranger.
La relance de l'économie française - il est vrai que l'absence de réformes structurelles, juridiques, fonctionnelles a contibué à creuser l'écart avec l'Allemagne - n'a pu se faire à cause de la politique de la BCE, elle-même mandataire de l'ordo-libéralisme allemand. Si le mandat de la BCE avait été la croissance et le plein emploi, les effets de l'euro fort et de la rigueur budgétaire auraient été mieux amortis en France. Encore eût il fallu s'attacher à faire les réformes structurelles...
Anouman
- 15/05/2017 - 19:43
Fédéralisme
Si les Français n'en veulent pas pourquoi ont-ils voté en masse pour Macron? Qu'on ne me disent pas qu'ils ont voté contre Le Pen, sauf ceux qui ont voté blanc ou se sont abstenus qui ont voté contre les deux.
jurgio
- 15/05/2017 - 14:05
Attention !
Merkel, le même âge que Bibi ! De la politik, seulement de la politk...