En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

04.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 10 heures 17 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 14 heures 55 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 15 heures 44 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 16 heures 21 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 16 heures 59 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 17 heures 36 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 18 heures 45 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 19 heures 32 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 13 heures 15 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 15 heures 8 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 16 heures 5 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 16 heures 37 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 17 heures 13 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 17 heures 54 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 19 heures 3 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 19 heures 12 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 19 heures 33 min
© LIONEL BONAVENTURE / POOL / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / POOL / AFP
L'heure du bilan

La fin, c'est maintenant : le quinquennat Hollande face à l'histoire

Publié le 14 mai 2017
Bien que la présidence Hollande ne fut pas la plus flamboyante de l'Histoire, il n'est pas à exclure que l'on puisse s'accorder, avec le temps, sur le fait que son quinquennat fut marqué du sceau de la tragédie et qu'il sut, malgré les circonstances, s'y confronter au jour le jour.
Jean Petaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Petaux est docteur habilité des recherches en science politique. Ingénieur de recherche, directeur de Communication, des Relations extérieures et institutionnelles de Sciences Po Bordeaux, il dirige une collection aux éditions Le Bord de l’Eau, «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bien que la présidence Hollande ne fut pas la plus flamboyante de l'Histoire, il n'est pas à exclure que l'on puisse s'accorder, avec le temps, sur le fait que son quinquennat fut marqué du sceau de la tragédie et qu'il sut, malgré les circonstances, s'y confronter au jour le jour.

L’exercice est tentant : se livrer le jour-même de la passation de pouvoir entre le président de la République élu il y a cinq ans et son successeur à un bilan, forcément comparatif, au regard de l’histoire politique immédiate française. La tentation est grande mais il n’est pas abusif de considérer que ce "droit d’inventaire" est destiné à échouer du fait, d’une part, du manque de recul et, d’autre part, de l’impossible comparaison en histoire qui devient vite, selon l’aphorisme célèbre, "déraisonnable". Succombons quand même à la tentation…

Des messages et des symboles reçus avec une inégale qualité

Le septième président de la Vème République, premier à ne pas se représenter pour un second mandat alors qu’il n’était pas empêché de le faire par la maladie ou la mort a été également le premier à annoncer, dès avant son élection, qu’il serait "un président normal". Aucun de ses prédécesseurs n’avaient jusqu’alors utilisé ce terme. Est-ce la raison pour laquelle les Français n’ont pas correctement perçu pas le "bon usage" du mot ? Toujours est-il qu’entendant "normal" ils comprirent "banal". Le style, le mode de fonctionnement du président Hollande, son allure, firent que, très vite, la présidentialité du titulaire de la charge suprême en France fut entamée, pour ne pas dire entachée. Là où il aurait fallu comprendre que François Hollande voulait rompre avec certaines pratiques antérieures propres à la "monarchie républicaine" ou à "l’hyper-présidence sur-vitaminée" de son prédécesseur immédiat, deux ruptures que les Français souhaitaient, il s’avéra que le nouvel élu en 2012 ne ressemblait pas à un "vrai président". Au-delà des choix philosophiques, au-delà de l’adhésion ou non à la politique engagée, cette dissonance cognitive sur la forme-même de l’exercice du pouvoir, par comparaison avec les six titulaires de la fonction présidentielle avant lui, plomba, dès l’été 2012, la présidence de François Hollande.

Pour autant, le style et les symboles hollandais n’ont pas engendré que des malentendus. L’attitude du président, chef des Armées, "commandant en chef", au moment de décider de l’intervention au Mali, alors que les  pick-ups  des malades mentaux d’AQMI fondaient sur Bamako, n’a pas souffert le moindre hiatus. Il fut ferme du début à la fin de cet épisode et les Français (sans parler des Maliens) lui en furent très largement reconnaissants. Un même constat peut être fait, avec bien plus de force encore, lors des attentats de janvier et de novembre 2015 et la terrible nuit du 14 juillet à Nice, prélude aux ignobles attentats "individuels" qui suivirent, tels celui du curé de Saint-Etienne-du-Rouvray, le père Jacques Hamel. François Hollande, au cœur de ces tempêtes d’une rare violence, au cours desquelles la France aurait très bien pu se perdre, a été, nul ne le contestera, un président qui a montré un courage et un souci de ses concitoyens sans retenu et sans faille.

Il reste un dernier aspect, qu’il faut souligner pour sa rareté… Parmi tous ses prédécesseurs, au moins jusqu’à Giscard inclus, aucune rumeur d’affaires, aucun soupçon de corruption, de prévarication, n’a pesé sur François Hollande, personnellement, pendant les cinq années de son mandat. On peut considérer que "c’est la moindre des choses"…. On aurait raison de le dire ainsi. Il reste, sans préjuger des procédures en cours concernant son prédécesseur, qu’il y a longtemps que l’on n’avait pas vu une telle probité dans la gestion modeste de la plus haute charge de l’Etat.

Le chômage et les "frondeurs" : les deux aspects d’un échec économique et politique

Au plan de la politique française, l’échec principal se situe bien évidemment sur le terrain de l’emploi, au regard des promesses et des attentes. Maintes fois annoncée et donnée comme acquise, "l’inversion de la courbe du chômage" (formule littéralement "insensée") n’est jamais vraiment advenue. Cette absence de réponse à la préoccupation numéro 1 des Français a profondément participé à la "chute de la maison Hollande". Cet échec économique s’est doublé d’un échec politique sanglant : l’émergence, très tôt dans le quinquennat, d’un collectif hétéroclite de "frondeurs" au sein du groupe parlementaire majoritaire qui vont se donner un seul objectif : pourrir la vie du nouveau président en multipliant les actes de provocation à son endroit jusqu’à concevoir l’idée de déposer une motion de censure contre le gouvernement Valls ("leur" gouvernement), au mois de juin 2016. Ce fut une "première" sous la Vème République et elle échoua. Là où il aurait fallu être d’une intransigeante sévérité et exclure tous ceux qui participèrent à cette tentative de déstabilisation, le choix fut fait… de ne rien faire. Erreur funeste. Elle participa, sur la fin du quinquennat, à décrédibiliser définitivement l’action politique du président et de son Premier ministre. Entre la "courbe" et les "traitres", le président se révéla incapable de casser la première et de crosser les seconds.

Des mesures sociétales et politiques phares qui resteront dans les mémoires

Pour autant, lorsque l’on quitte le champ économique et social, le bilan du quinquennat de Hollande est loin d’être modeste et médiocre. On ne retient généralement d’une présidence que quelques "lois-totémiques" qui "disent" à elles seules tout un mandat. Pour Valéry Giscard d'Estaing, l’avortement et le Parlement européen élu au suffrage universel. Pour Mitterrand, l’abolition de la peine de mort, la cinquième semaine de congés, le traité de Maastricht et l’engagement de l’armée française, pour la première fois depuis 1956 et l’intervention de Suez, aux côtés de ses alliés, lors de la première guerre du Golfe, le 17 janvier 1991. Pour Chirac, on retiendra le très beau "discours du Vel d’Hiv’ ", le refus courageux de suivre George W. Bush dans ses errements moyen-orientaux, la création du Musée du Quai Branly. Pour Sarkozy, rien hélas hormis l’illusion du mouvement tenant lieu d’action. De Hollande ? La loi permettant le mariage entre personnes de même sexe, la COP 21, le renforcement de mesures coercitives lourdes en matière de moralisation de la vie politique par la création, entre autre, du Parquet national financier. Des occasions manquées aussi en matière de décentralisation ou de réforme du mode de scrutin (vote des étrangers résidant en France ou introduction d’une dose de proportionnelle pour l’élection des députés).

Une réévaluation qui ne manquera pas dans un avenir proche

Le quinquennat Hollande a fait l’objet d’un "bashing" systématique et sans répit, à partir de l’automne 2012. Encourait-il autant de critiques et de déshonneur ? Certainement que non. Aura-t-il connu plus que des ratés, de vrais échecs ? Oui, sans aucun doute. Dans un futur proche s’amorcera, c’est la règle, une réévaluation du quinquennat Hollande. On estimera, à juste raison, que ce ne fut pas la plus flamboyante des présidences. Mais il ne serait pas surprenant que l’on s’accorde à considérer qu’il fut un quinquennat marqué du sceau de la tragédie et que le président Hollande s’y confronta, aimant la France et les Français bien au-delà de ce que la contingence politique et le nécessaire débat démocratique ont pu laisser croire, au jour le jour d’une présidence de plus en plus sous pression.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 15/05/2017 - 07:38
M. Pétaud
autant de mauvaise foi de votre part peut surprendre. mais vous ne représentez que vous-mêmes. 80% des électeurs français pensent le contraire.
Anguerrand
- 14/05/2017 - 17:28
Le plus mauvais Président de la V ème Republique
et aussi le plus tordu. Il n'a cesssé de tremper avec l'aide de son cabinet noir ( payé par nos impots ) dans des affaires en sous main comme l'aide qu'il a procuré à Macron. Pour cela il fallait éliminer Fillon, par un " roman " 3 mois avant l'élection et avec l'aide de ses amis journalistes. Roman inédit et quotidien . Hollande a bien profité lui et ses familles successives. De plus il a le culot d'affirmer qu'il laisse la France dans un meilleurs etait qu'il l'a trouvé ( 650.000 chômeurs de plus et 650.000 milliards de dettes supplémentaires malgré l'alignement des planètes ) . Bon débarras pauvre type .
- 14/05/2017 - 16:39
déclarées les plaintes !
déclarées les plaintes !