En direct
Best of
Best of du 5 au 11 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Bridgestone ne ferme pas son usine de Béthune à cause du Covid-19 mais de l’incompétence de ses dirigeants...

07.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 51 min 42 sec
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 5 heures 32 min
pépites > Santé
Luttre contre le coronavirus
Covid-19 : Olivier Véran a détaillé la nouvelle stratégie du gouvernement
il y a 19 heures 31 min
pépites > Terrorisme
ONG Acted
Niger : l'Etat islamique revendique l'assassinat des six humanitaires français et de deux Nigériens
il y a 20 heures 35 min
light > Culture
Reconstruction
Gallimard va reverser 40.000 euros provenant des ventes de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo pour la restauration de l'édifice religieux
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 3 heures 1 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 3 heures 15 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 4 heures 3 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 4 heures 34 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 5 heures 18 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 6 heures 8 min
light > Media
Présentatrice du "13 heures" de France 2
Marie-Sophie Lacarrau va officiellement remplacer Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h sur TF1
il y a 19 heures 59 min
pépites > Histoire
Education
Deux tiers des jeunes Américains ignorent l'existence de la Shoah
il y a 20 heures 59 min
pépites > International
Investigations
Alexeï Navalny aurait été empoisonné à son hôtel à l'aide d'une bouteille d'eau, selon les proches de l'opposant
il y a 23 heures 33 min
Singe, Homme, IA

Pascal Picq : "Le vrai risque n'est pas celui de la robotisation mais celui de la paresse intellectuelle et physique au fur et à mesure des progrès de l'intelligence artificielle"

Publié le 12 mai 2017
Qui dominera le monde entre l'IA, les Hommes ou les singes. La réponse n'est pas si évidente pour le célèbre paléoanthropologue, maître au collège de France. Entretien.
Pascal Picq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Picq est paléoanthropologue et maître de conférence au Collège de France. Il publie Un paléoanthropologue dans l'entreprise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qui dominera le monde entre l'IA, les Hommes ou les singes. La réponse n'est pas si évidente pour le célèbre paléoanthropologue, maître au collège de France. Entretien.

Dans votre livre, vous faites le parallèle entre certains singes et les hommes politiques français. Est-ce que certaines réponses à nos problèmes sociétaux actuels pourraient se trouver dans l'étude des singes à défaut de celle des politiques ?

Il ne s'agit pas d'anthropomorphisme dans mon livre. Je pars de l'animal pour aller vers le candidat à travers des rapports analogiques J'ai extrait différents grands sujets de société (immigration, rapport de genres…) et pour chaque thème j'ai pris un singe qui est confronté aux mêmes problématiques dans le but de montrer que l'Homme n'est pas la seule espèce confrontée à ces questions. Il n'y a pas que l'Homme qui est confronté à tous ces problèmes, l'étude des singes a pu apporter des réponses, notamment sur les nominations de genre. Mais également sur des questions de fidélité, droiture, d'éducation…

Les bonobos sont une espèce particulière au vu de leur proximité avec l'humain. Lorsqu'on les observe, on remarque la genèse de la politique et on se rend compte que la politique a des millions d'années, a énormément évolué et continuera à le faire. Pour preuve, quand le mur de Berlin est tombé, Francis Fukuyama écrivait la "Fin de l'Histoire" avec comme finalité la démocratie libérale. On voit bien aujourd'hui que la politique a donné tort à Fukuyama en continuant à évoluer, notamment vers les réflexions qu'induisent les nouvelles technologies. Aujourd'hui, si nous ne sommes même pas capables de comprendre les grands singes, comment allons-nous être capables de vivre avec l'intelligence artificielle.

Comment jugez-vous les réponses données par les candidats à la présidentielle sur ces thématiques d'ubérisation de la société ou de développement de développement de l'intelligence artificielle?

Pascal Picq : Il n'y en a eu aucune à part Benoît Hamon qui a touché à la question du salaire universel. Mais ces questions ne sont pas récentes, elles commencent avec Utopie de Thomas More, à chaque fois qu'il y a un changement de société, la question du transhumanisme et de l'allocation universelle reviennent. A chaque fois.

Mais toutes les nouvelles formes de travail, de redistribution des richesses … Tout cela n'a pas été abordé en profondeur et les candidats se sont contentés de réponses pour l'immédiat. Du côté de la gauche de la gauche on veut "fonctionnariser" et à la droite de la droite, pour Fillon, on veut supprimer des postes de fonctionnaires. Cela ne fait rien avancer. Cela n'a aucun sens, ni d'un côté ni de l'autre. En ethnologie on peut faire le parallèle avec le travail de Nicolas Tinbergen avec les causes immédiates. On a des taux de chômage qui sont indéniablement haut, des problèmes dans le financement de la sécu… Sans être caricatural, les hommes politiques apportent des réponses dignes de la deuxième révolution industrielle alors que l'on est déjà dans la troisième voire dans la quatrième révolution industrielle.

On sait que le monde du travail va être bousculé c'est déjà le cas d'ailleurs par les nouvelles technologies. Nous n'avions jamais autant travaillé mais la partie rémunérée de notre travail est de moins en moins importante. La question que porte notamment l'intelligence artificielle n'est pas celle du travail mais du travail salarié. Comment va-t-il se maintenir, quelle sécurité de l'emploi et quelle rémunération ?

Pendant les trente glorieuses le choix a été fait de ne rémunérer que les métiers de production et ceux qui y sont associés. Ne peut-on pas envisager une nouvelle forme de société avec différentes formes de redistribution des richesses, surtout avec les robots qui arrivent. Et ces questions n'ont pas du tout été abordées pendant la présidentielle.

La question centrale que vous posez est au fond celle du travail. Qui va travailler dans les sociétés à l'avenir, le robot, le singe ou l'humain ? Et avec quelles conséquences?  Est-ce que le développement l'IA est synonyme de paresse intellectuelle ou physique pour l'homme.

J'ai ressorti les travaux d'un homme qui s'appelait Victor Meunier, un fondateur de la vulgarisation scientifique en France. Lui compte tenu de la misère qu'il y avait dans les conditions de travail il se demandait pourquoi ne pas utiliser les singes pour effectuer ces travaux. Il essayait déjà de libérer la société du travail laborieux.

C'est la même idée que l'on a vis-à-vis de l'intelligence artificielle. Qui va travailler in fine ? C'est la vraie question. Une société dans laquelle les hommes et les femmes sont libérés du travail de production qui est pénible peuvent s'adonner à la culture, à l'échange citoyen, l'épanouissement…

Comment passer d'une société basée sur le travail et les cotisations basées sur le salariat, à une société dans laquelle nous avons la possibilité de jouir de bien et de services sans sombrer dans "le syndrome de la planète des singes". Le monde a déjà évolué et nous n'avons eu aucune campagne présidentielle dans le monde qui abordait ces changements civilisationnels. Le vrai risque n'est pas celui des robots mais plutôt effectivement du développement de la paresse intellectuelle et physique au fur et à mesure que l'IA progresse. La "servitude volontaire" de La Boétie en somme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pierre de robion
- 07/05/2017 - 18:27
La catastrophe annoncée!
La robotisation avec l'IA va réduire le nombre d'actifs responsables et augmenter le nombre de citoyens passifs car inaptes! C'est d'ailleurs la cause première du chômage (je devrais dire le sous emploi) actuel!
Cette inactivité subie mais rémunérée et donc acceptée, voire recherchée engendre la paresse: je rejoins tout à fait l'auteur.
Mais comme la paresse est mère de tous les vices, ce temps libre sera mis à profit par certains (or les révolutions ont toujours été le fait de minorités) pour s'enrichir aux dépens des autres par des activités plus ou moins avouables, ou comment devenir "califes à la place du calife" par des méthodes dans lesquelles la démocratie n'aura que peu de place!
J'accuse
- 07/05/2017 - 15:36
Mon grand-père le singe, mon petit-fils le robot ?
"...s'adonner à la culture, à l'échange citoyen, l'épanouissement"... Oui, mais voilà: depuis toujours, culture, échanges et épanouissement possible viennent du travail et de rien d'autres. Imaginer les conséquences sans les causes, c'est comme croire qu'on pourra s'accrocher au pinceau quand on aura retiré l'échelle. Le travail est nécessaire à l'homme, physiologiquement, psychologiquement et socialement. Génétiquement, pour tout dire. Ce qu'il faut tendre à supprimer, c'est la pénibilité du travail, pas le travail lui-même; le robot doit nous assister, pas nous remplacer. L'IA n'est pas l'évolution de Sapiens, mais un outil de plus.