En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
30 ans

L'échec de la décentralisation à la française : la faute au culte de l'État

Publié le 08 mars 2012
30 ans de décentralisation en France ... et un bilan mitigé. Les politiques territoriales se sont succédées sans parvenir à confier de véritables responsabilités aux localités. Bilan des points négatifs d'une décentralisation qui reste antinomique avec la culture traditionnelle de l'Etat français.
Philippe Laurent est maire de Sceaux et, depuis novembre 2014, secrétaire général de l'Association des maires de France. Il est l'auteur de Décentralisation, pour en finir avec les idées reçues (LGDJ / 2009).  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Laurent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Laurent est maire de Sceaux et, depuis novembre 2014, secrétaire général de l'Association des maires de France. Il est l'auteur de Décentralisation, pour en finir avec les idées reçues (LGDJ / 2009).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
30 ans de décentralisation en France ... et un bilan mitigé. Les politiques territoriales se sont succédées sans parvenir à confier de véritables responsabilités aux localités. Bilan des points négatifs d'une décentralisation qui reste antinomique avec la culture traditionnelle de l'Etat français.

Atlantico : La France vient de célébrer les 30 ans de la loi Defferre sur la décentralisation. La politique française en la matière est-elle une réussite ? Quels sont les points sur lesquels elle est un échec ?

Philippe Laurent : La décentralisation est et a été une réforme structurelle de l’action publique. En France, elle se fait d’une manière très particulière. C’est le seul pays où elle a pris cette allure. Nous avons gardé une conception très centralisée de l’Etat. La politique de décentralisation s’est faite sans que la structure et le rôle de l’Etat ne suivent ce mouvement.

Il ne s’agit pas de décentraliser l’action de l’Etat, qui doit rester, dans une grande nation, totalement cohérente. Il s’agit de décentraliser la culture administrative de l’Etat. Il y a en France une conception des hautes fonctions administratives qui doit rester dans l’uniformité afin de garantir une parfaite égalité entre les citoyens. Cette approche se retrouve en confrontation avec la volonté de décentralisation.

C’est pour cette raison que les doublons continuent d’exister. Ils ne se manifestent en général pas entre différentes collectivités mais entre les collectivités et l’Etat central.

Pourquoi n’arrivons nous pas à changer cela ?

C’est un problème culturel. Il y a un France un culte culturel de l’Etat. Le seul moyen de faire évoluer la situation serait de remettre en cause la vision culturelle que nous avons du rôle de l’Etat. Une direction que nous ne semblons pas prêts d’emprunter : ces dernières années, les discours politiques se sont plutôt prononcés en faveur d’un retour vers l’Etat. Une situation d’autant plus étonnante qu’elle va quasiment à rebours des valeurs de la droite.

Ces dernières années, les responsables politiques au pouvoir ont cru pressentir une orientation à gauche des autorités administratives locales. C’est aussi pour cette raison qu’ils ont cherché à maintenir un Etat centralisé et puissant.

Même lorsque les individus ont une bonne compréhension du rôle des collectivités locales, même lorsqu’il y a une volonté d’améliorer leur action, à un moment donné, les chefs de services ou d’administrations centrales arrivent au bout de leurs capacités de manœuvres. Ils se braquent alors et se retrouvent de nouveau dans une position arrogante, dominatrice.

En réalité, aujourd’hui, plus que de décentralisation, c’est de réforme de l’Etat dont il faudrait débattre.

La manière dont est perçu le rôle des collectivités publiques, dont les activités restent abstraites pour beaucoup de Français, n’est-elle pas un échec de la politique de décentralisation ?

Il y a un échec, une insuffisance dans la communication des collectivités et de l’Etat. Elle est en grande partie liée à la difficulté que les gens ont pour s’intéresser à ces sujets. Il faudrait qu’ils fassent preuve d’un minimum d’attention.

Il y a un autre échec, directement lié à cela : c’est le cumul des mandats. A partir du moment où vous avez une décentralisation développée, avec de vrais responsabilités au sein des collectivités territoriales, il faut mettre en place une interdiction de cumul entre ces fonctions et des fonctions parlementaires. L’avantage supposé de certains cumuls, censé mettre en place des députés connaissant le terrain, n’existe pas. Ils font autant d’erreurs que les autres. Il y a plus d’inconvénients dans cette confusion des rôles que d’avantages.

D’autre part, face à des élus locaux qui sont aussi parlementaires, les citoyens n’ont pas toujours la bonne lecture de leur position politique. Députés et sénateurs sont encartés dans des partis qui faussent la compréhension des projets des collectivités qu’ils peuvent diriger. C’est très visible au niveau de la région. Ça l’est moins au niveau du département ou de la commune.

Il existe en réalité deux niveaux de lecture pour les citoyens : la nation et la commune. Ils comprennent qu’ils sont dirigés par des parlementaires et un gouvernement qui sont à la tête du pays et ils savent qu’ils ont des maires pour répondre aux questions de proximité. Cette approche est d’ailleurs la même dans de nombreux pays européens.

On voit une différence en Allemagne où les Landers ont le pouvoir. C’est le principe d’un Etat fédéral. D’où l’approche paradoxale en France : nous tâchons de mettre en place un fédéralisme régional sans se départir d’un Etat central.

La France serait-elle en train d’hésiter entre plusieurs modèles ?

Exactement. Nous ne parvenons pas à choisir entre plus de fédéralisme ou pas. Si l’on va vers le fédéralisme, c’est une révolution complète à laquelle la société française n’est pas encore prête, en dehors peut-être des Corses ou des Bretons. Mais si l’on n’y va pas, il est clair que la logique actuelle, mélangeant de nombreux niveaux de responsabilités, ne fonctionne pas.

Si en Allemagne, la vie politique a su se construire à l’échelle régionale, ce n’est pas le cas en France. Chez nous, la vie politique ne parvient à exister ni au niveau régional, ni au niveau départemental. Tant et si bien qu’en France, les Etats-majors de partis politiques ne commencent à vous considérer qu’à partir de l’échelon régional. Le maire est un amateur, le président de département un professionnel de la politique : c’est là que se décide l’éligibilité à un siège parlementaire. Cette vision est la preuve d’une rupture entre l’Etat et la localité.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Septentrionale
- 09/03/2012 - 10:40
l'Etat débilitant français
Des faux nez passent sur le site d'atlantico, ces protégés d'un système mafieux aliénant le service public
ils affirment ne plus vouloir voter Nicolas Sarkozy pour la raison qu'il n'a rien fait
le réel reproche, N.S.s'est investi dans la modernisation de la structure archaïque dispendieuse et lourde en l'état de la fonction publique
et ces faux nez sont dans le filon de ses improductifs, clientèle du PS et autre cocos entretenue avec l'argent du travail du secteur privé
N.S. est une menace pour leurs privilèges indus
et il y a encore tant à faire pour nettoyer ces nouvelles écuries d'Augias
LSD
- 09/03/2012 - 04:54
le foutoir francais
36 000 communes, 40% du total du l UE
Mais hollande dit que c est une "richesse"
Par ailleurs le culte de l Etat semble revenir comme pour se rassurer,
au secours! quelqu un doit clarifier tout ca!
Peinoudore
- 08/03/2012 - 19:22
C'est clair
Il faut simplifier le système non compétitif et réduire la pression fiscale.