En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 42 min 9 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 30 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 27 sec
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 17 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 38 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 44 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 9 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 6 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 16 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 36 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 1 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 13 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 19 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 10 heures 59 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 12 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Quelle opposition ?

L'alternance d'après : y-aura-t-il encore une place pour une opposition qui ne soit pas anti-système après une élection d'Emmanuel Macron ?

Publié le 28 avril 2017
Avec l'éclatement des partis politiques traditionnels, et la montée des groupes antisystèmes, le temps du classique clivage gauche / droite semble de moins en moins d'actualité.
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous les pseudonymes Philippe de Commines et Caton.Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), Qui choisir (First editions, 2012), de Moi,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bréchon est professeur émérite de science politique à l’IEP de Grenoble, chercheur au laboratoire PACTE, directeur honoraire de l’IEP de Grenoble, et auteur notamment de Comportements et attitudes politiques aux Presses universitaires Grenoble....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous les pseudonymes Philippe de Commines et Caton.Il est l'auteur de La chasse au Sarko (Rocher, 2011), Qui choisir (First editions, 2012), de Moi,...
Voir la bio
Pierre Bréchon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bréchon est professeur émérite de science politique à l’IEP de Grenoble, chercheur au laboratoire PACTE, directeur honoraire de l’IEP de Grenoble, et auteur notamment de Comportements et attitudes politiques aux Presses universitaires Grenoble....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec l'éclatement des partis politiques traditionnels, et la montée des groupes antisystèmes, le temps du classique clivage gauche / droite semble de moins en moins d'actualité.

Atlantico : si l'avenir politique d'Emmanuel Macron, dans la perspective des législatives, semble encore incertain, il en est de même de la structuration de l'opposition. Alors que la France semble aujourd’hui divisée entre quatre courants se partageant 80% des votants, comment l'opposition pourrait-elle se structurer ? Alors que chaque camp semble se diviser entre ceux qui souhaitent faire perdurer un clivage traditionnel droite-gauche et ceux qui cherchent à incarner une opposition antisystème, quels sont ceux, qui pourraient prendre le "dessus" au cours des prochains mois, au sein de chaque camp ?

André Bercoff : C'est difficile de dire comment va se structurer l'opposition sans les résultats du second tour. Ce qui est certain, c'est que le clivage droite – gauche va s'estomper, sinon disparaître. Dans l'hypothèse d'une victoire d'Emmanuel Macron, tout dépend du score de Marine Le Pen. Si il obtient un pourcentage important de voix, elle incarnera l'opposition de droite. Il faut également compter sur Mélenchon qui, avec France insoumise, effacera certainement le PS en s'imposant comme l'opposition antisystème de gauche. Mais en tout cas, je ne vois pas ces deux-là mélanger leurs votes et leurs étiquettes. 

Pierre Bréchon : Les rapports de force qui structureront l’assemblée ne seront pas identiques à ceux qui ont émergé du premier tour présidentiel. Le mode de scrutin majoritaire utilisé pour les législatives, dans 577 circonscriptions, donne une prime très importante aux forces politiques qui auront noué une alliance électorale en vue du second tour. Comme antérieurement, le Front national sera probablement isolé et devrait donc n’avoir qu’un nombre de députés assez limité sauf si les Républicains éclataient et qu’une partie de leurs élites forment une nouvelle entité passant alliance avec le FN. Ce n’est pas l’hypothèse la plus probable ! La France insoumise aura aussi beaucoup de difficulté à obtenir un résultat  semblable à celui du premier tour et son nombre de députés élus risque d’être très bas, sauf peut-être si un accord de désistement était passé avec le socialistes ou une partie d’entre eux. Donc les principales forces antisystème de la présidentielle – aux extrêmes de l’échiquier politique - risquent de n’avoir qu'un poids restreint dans l’assemblée et dans l’opposition. Le mode de scrutin législatif favorise aussi les forces politiques qui ont des personnalités implantées depuis longtemps dans leurs circonscriptions, donnant ainsi une prime aux partis traditionnels de gouvernement. Le « dégagisme » qui semble fonctionner au niveau national marche jusque-là moins bien au niveau local. Le système partisan est en pleine recomposition et il n’est pas encore possible de bien identifier s’il y aura aux législatives une majorité issue des urnes, ni de quelle couleur politique serait cette majorité. On peut très bien imaginer une majorité de droite et une situation de cohabitation avec le président fraichement élu. On peut aussi imaginer que la majorité devra se construire par coalition entre forces politiques ou sur chaque projet, sans pérennité.

Dans cette logique d'opposition, François Fillon a-t-il fait le bon choix, en appelant immédiatement à voter pour Emmanuel Macron ? L'appel du bureau politique à voter contre Marine Le Pen change-t-il la donne ? Quels sont les scénarios envisageables pour la constitution d'une opposition de droite ? La droite pourra-t-elle se contenter efficacement du clivage droite - gauche, ou est-ce qu'un courant d'opposition antisystème de droite peut être en mesure de mener les débats ?

André Bercoff : Non, je ne pense pas qu'il ait fait le bon choix dans une mesure très simple. Honnêtement, je ne comprends pas que François Fillon appelle immédiatement à voter pour quelqu'un qui fait partie des gens qui l'ont coulé. Appeler spontanément à voter pour son tueur dans la foulée de son échec me paraît relever d'un masochisme ou d'un aveuglement qui ne paraît pas très fort. L'appel du bureau politique à voter contre Marine Le Pen ne changera pas la donne, dans la mesure où, et c'est valable pour tout le monde, je pense que les consignes de vote sont de moins en moins suivies. L'influence des réseaux sociaux et d'internet font que les gens n'écoutent plus les leaders. En plus, et je l'ai ressenti, tout ceux qui ont traité Macron de tous les noms, appellent aujourd'hui à voter pour lui. Ce qui est quand même hallucinant. Ça montre bien la "ruée vers la gamelle" de certains, et je ne sais pas si la majorité des Républicains vont les suivre. C'est évident que la droite ne pourra pas se contenter d'un clivage droite – gauche, puisqu'encore une fois on constate que les parties politiques sont éclatés (on l'a vu sur les primaires). Le PS est en soins palliatifs et les Républicains en coma prolongé. Ils ont besoin de se refaire, et ils ne pourront certainement pas le faire sur les critères qu'ils ont utilisés jusqu'à présent. Il y a toute une recomposition qui est en train de se faire au-delà de l'élection présidentielle, mais dont celle-ci a montré du doigt de façon éclatante. À partir de là, difficile de dire quelle opposition il y aura. On est dans cette période où, comme disait le philosophe italien Gramsi, "quand le vieux n'est pas encore mort, le jeune pas encore né, c'est le temps de la crise". 

Pierre Bréchon : Les Républicains apparaissent très divisés sur la consigne de vote à donner à leurs électeurs. Si certains appellent clairement à voter pour Emmanuel Macron, d’autres ne veulent pas prendre fait et cause pour le représentant d’une tendance qu’ils combattront aux législatives. Le bureau politique – dans une volonté de compromis entre tendances internes – appelle seulement à faire battre Marine Le Pen, laissant donc ouverte la possibilité d’un vote Macron ou blanc, mais pas de s’abstenir : « Face au Front national, l’abstention ne peut être un choix, nous appelons à voter contre Marine Le Pen (…) et nous engagerons dès demain la campagne des législatives avec notre projet d’alternance, le seul capable de redresser la situation de la France ». Le Parti affirme donc se projeter déjà au-delà de la présidentielle et plusieurs déclarations indiquent que ce programme d’alternance est encore à décider et ne saurait être exactement celui de François Fillon pour la présidentielle. Il faudra attendre quand même un peu pour voir se dessiner des propositions éventuellement décalées de celles qu’on a entendues pendant la campagne présidentielle puisque les différentes tendances du parti risquent de ne pas être spontanément d’accord sur les mesures à mettre en avant.

De la même façon, quelle pourrait être l'avenir d'une gauche d'opposition ? Le choix assumé de Jean Luc Mélenchon, de ne pas avoir appelé, ni immédiatement, ni clairement au vote Emmanuel Macron, pourrait-il lui faciliter l'avenir ? Quelle perspective pourrait se présenter au parti socialiste ?

André Bercoff : C'est la même chose que pour gauche. La position de Mélenchon me paraît, contrairement à ce que beaucoup disent, très digne et cohérente. Il dit clairement qu'il ne va pas appeler à voter Macron, après avoir dit tout ce qu'il pensait de lui. Faire barrage au Front National, alors que le front républicain n'a jamais existé si tenté que, ou n'a en tout cas aucun sens. Il y a là aussi un travail à faire sur ce que doit être la gauche en 2017, qui ne peut plus être celle du Programme commun, ni celle de 70. Il y a quelque chose pour la gauche et la droite qui est une denrée rare et périssable, et qu'ils n'ont pas beaucoup utilisée : c'est ce que j'appelle le travail. Il serait temps qu'ils se mettent au boulot, avant de dire n'importe quoi du matin au soir. Il y a un travail de fond à faire, comme il y a eu avec Sanders aux Etats-Unis, ou avec Trump. Il a à reclarifier tout ça, mais cela ne se fera pas, et j'insiste, sans un véritable travail de réflexion. 

Pierre Bréchon : Le discours de Jean-Luc Mélenchon dimanche soir n’était d’un discours provisoire. Ses sympathisants sont consultés à partir d’aujourd’hui sur leur préférence pour le second tour. Et on annonce une prise de position officielle pour la fin de semaine. On comprend bien le dilemme de la France insoumise qui ne peut évidemment soutenir Marine Le Pen mais qui hésite entre l’abstention et le vote pour un candidat libéral très éloigné du discours mélenchoniste. Quand on consulte les sondages sur les intentions de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon pour le 7 mai, on voit qu’environ 10 % disent actuellement avoir l’intention de voter pour Marine Le Pen, exprimant le point de vue minoritaire existant depuis longtemps des « gaucho-lepénistes », mais près d’un sur deux pourraient voter Macron et 40 % s’abstenir ou voter blanc.La perspective pour le Parti socialiste est très sombre. Il sort complètement laminé de l’élection, ses élus se sont opposés fortement pendant la campagne et un nombre important d’entre eux s’est plus ou moins positionné en faveur d’Emmanuel Macron, renonçant à soutenir le candidat de son parti. La scission semble « en voie de construction » entre des députés vallsistes qui pourraient être des soutiens critiques ou des opposants modérés à un président Macron et des « Hamonistes » - le camp des frondeurs – dans une opposition claire, peut-être appuyés aussi par les quelques députés communistes et mélenchonistes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
j2b2
- 29/04/2017 - 15:36
si tant est que ...
Le pauvre Bercoff doit s'étrangler en voyant qu'on lui fait dire (ou plutôt écrire) "le front républicain n'a jamais existé si tenté que [...]"
gerint
- 29/04/2017 - 10:13
@langue de pivert
Vous êtes assez radical dans votre raisonnement mais au moins c'est clair et assumé. J'ai la même hiérarchie de choix que vous devant une présidentielle aussi pourrie. Pas facile de faire comprendre cela à pas mal de mes Amis qui vont voter Macron à contre-coeur. Il est vrai que je suis furieux néanmoins ma religion est faite
gerint
- 29/04/2017 - 10:04
@Lafronde
En effet les Législatives devraient être démocratiques mais d'une part bien des Français apeurés risquent de voter contre leur cœur pour assurer une majorité à Macron (ou par légitimiste ou résignation) et d'autre part on ne peut pas faire confiance à la majorité des députés qui défendent avant tout leur plan de carrière comme les crevures qui ont abandonné Fillon au premier coup de canon. Macron à sa disposition des finances illimitées vu la fortune inépuisable de ses soutiens et il pourra acheter qui il veut ou presque