En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

03.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

06.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

07.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 25 min 5 sec
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 2 heures 46 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 3 heures 15 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 5 heures 27 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 5 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 6 heures 17 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 6 heures 35 min
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 2 heures 24 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 3 heures 4 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 3 heures 48 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 4 heures 53 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 5 heures 33 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 6 heures 2 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Justice
Garde des Sceaux

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

il y a 8 heures 17 min
© AFP
© AFP
L'oeil de Moscou

Quand l’Obs s’inquiète d’une intervention de Poutine contre Emmanuel Macron : inquiétude sérieuse, ou pulsion de complotisme à gauche ?

Publié le 25 avril 2017
Entre intérêts non déguisés du Kremlin pour certaines candidatures et réalisme politique de Vladimir Poutine, il est aisé d'imaginer une intrusion russe dans la campagne présidentielle française. Mais parce qu'il est réaliste, le soutien de Vladimir Poutine n'ira jamais aussi loin que d'autres soutiens plus visibles du monde économique français qui se pressent derrière Emmanuel Macron.
Laurent Leylekian
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Leylekian est analyste politique, spécialiste de la Turquie.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre intérêts non déguisés du Kremlin pour certaines candidatures et réalisme politique de Vladimir Poutine, il est aisé d'imaginer une intrusion russe dans la campagne présidentielle française. Mais parce qu'il est réaliste, le soutien de Vladimir Poutine n'ira jamais aussi loin que d'autres soutiens plus visibles du monde économique français qui se pressent derrière Emmanuel Macron.

Dans un article publié par l'Obs, l'hebdomadaire indique "Le Kremlin va-t-il laisser perdre Le Pen sans intervenir ? Sûrement pas". En laissant croire que Vladimir Poutine chercherait à favoriser Marine Le Pen au détriment d'Emmanuel Macron, une telle vision ne tombe-t-elle pas dans une forme de piège complotiste ? Comment expliquer cette facilité à faire un tel lien ?

Laurent Leylekian : Pas nécessairement. Cette vision des choses est attestée par des faits et notamment par des prises de positions du Kremlin qui a réellement exprimé directement ou indirectement sa préférence pour certains candidats à la présidentielle française dont, évidemment, Marine Le Pen. Ce qui est problématique en revanche, c’est la paresse intellectuelle qui accompagne souvent ce genre de commentaires. Il est d’une part proprement ridicule de vouloir tout expliquer par, ou tout réduire à, la préférence de la Russie pour tel ou tel candidat. Evidemment, il y a des dynamiques nationales sur lesquelles le Kremlin n’a aucune prise. 

D’autre part et surtout, il est préoccupant que beaucoup de médias rapportent ce fait sans chercher à lui donner une explication mais uniquement à des fins de diabolisation mutuelle entre Le Pen et Poutine. Les systèmes dominants sont ainsi faits qu’ils ne portent sur eux-mêmes aucun regard critique. Le système de valeurs que proposent la Russie ou le Front national – dans le cadre de l’actuelle doctrine Philippot – fondé sur la souveraineté, l’identité ou la préférence nationale n’est certainement pas exempt de travers. Mais l’aberration écologique et "l’horreur économique" - pour reprendre le titre d’un ouvrage – toutes deux induites par la circulation débridée des hommes, des marchandises et des capitaux ne le sont certainement pas non plus. Voir Poutine derrière Le Pen est moins préoccupant que de ne pas voir les grands intérêts capitalistiques derrière Macron.

Cet aveuglement procède d’un immense et long travail de fascination face auquel les réseaux d’influence de Poutine sont des jouets d’enfants. Quand on lit le programme lepéniste de 2017, on pourrait croire qu’il est issu d’une vision dirigiste et souverainiste de la société telle qu’elle était conçue par les gaullistes ou les communistes de l’après-guerre. Mais beaucoup l’ont oublié et semblent considérer qu’une telle vision, qui a pourtant prévalu jusque dans les années 1980, relève de l’utopie.

Emmanuel Macron incarnerait-il réellement une opposition à Vladimir Poutine ? N'y a-t-il pas une forme d'excès dans ces propos quant aux intentions réelles du Kremlin ? 

C’est effectivement très exagéré. Encore une fois, on ne peut nier qu’une vision de la société plus conservatrice – façon Fillon – ou plus dirigiste – façon Le Pen ou Mélenchon – soit plus en phase avec la conception actuellement dominante en Russie. De ce point de vue, Vladimir Poutine préférerait certains ce type de leaders avec lequel il pourrait plus facilement s’entendre. De là à dire qu’Emmanuel Macron pourrait incarner une forme d’opposition, il me semble que c’est excessif pour deux raisons. 

D’une part, Poutine est un réaliste et certainement pas un idéologue. Il s’accommodera de Macron comme il s’accommode de Merkel, c’est-à-dire dans l’exacte mesure des marges d’actions retrouvées par la Russie. Pour être clair, la Russie comme toute puissance globale, ira aussi loin que l’équilibre des forces le lui permet et je ne vois pas que Macron, ou la France de Macron, change substantiellement l’équilibre de ces forces par rapport à la situation actuelle ; ce qui serait effectivement différent avec Marine Le Pen. 

Mais au-delà de ce tempérament "pragmatique" que je prête à Poutine, il me semble qu’il y a un autre facteur lié à ce que sont devenus l’Europe et les Etats européens : des acteurs régionaux dominés par la seule pensée socioéconomique. Nos responsables politiques, et nous avec eux, ont abdiqué toute pensée stratégique. C’est d’ailleurs là une différence notable – peut-être la seule – entre les libéraux européens et leurs homologues étatsuniens. A l’instar des autres libéraux européens, et à supposer qu’il le veuille, Macron ne sera sans doute pas en mesure de constituer une opposition à Poutine car il est probable que les considérations requises pour cela sont hors de son champ de préoccupations. En ce sens, il ne diffère guère de ses deux prédécesseurs immédiats et il me semble que – quels qu’aient été ses qualités et ses défauts – Chirac a été notre dernier président muni un tant soit peu d’une telle pensée stratégique. 

C’est d’ailleurs pour cela que la plupart des pays européens ne sont plus des sujets de l’Histoire. Nous ne sommes plus que des objets de la confrontation entre les Etats-Unis, la Russie mais aussi une zone d’influence que se disputent d’autres Etats de moindre puissance qui, eux, ont conservé ou acquis une stratégie globale. Ceux des rares Etats européens qui ont gardé une telle vision stratégique sont accusés de "faire le jeu de Moscou" et sont régulièrement vilipendés par les institutions européennes et les médias dominants qui ne conçoivent plus aucune politique européenne autonome. 

Quels sont les points communs de la critique anti russe au sein des pays occidentaux ? Comment faire la part des choses entre une critique légitime, et une critique qui semble parfois tomber dans une forme de réflexe ?

En fait, on peut exhiber assez facilement un critère pour déterminer si la critique est légitime : il existe un grand nombre pays au moins aussi autoritaires que la Russie – par exemple la Birmanie ou l’Azerbaïdjan – et dont nous avons moins à redouter dans la mesure où ils ont moins de moyens de rétorsion – notamment énergétiques – à notre égard. Chaque fois, qu’une critique est adressée à la Russie, observez si cette même critique est adressée avec autant de véhémence à ces autres pays. Si la réponse est non, c’est que la critique contre la Russie relève du conditionnement ambiant. 

Il me semble que c’est particulièrement funeste à l’intérêt général européen : Contrairement à ce qu’on peut fantasmer, je ne crois pas du tout que la Russie ait des visées territoriales en Europe et nous avons avec elle un certain degré de communauté civilisationnelle. Nous présentons en outre des complémentarités évidentes – nos produits manufacturés contre ses ressources énergétiques – et nous sommes confrontés à des menaces similaires : le terrorisme, le contrôle des frontières, une démographie chancelante, etc... Après la chute du mur, la Russie était prête à se tourner vers l’Europe mais la pensée stratégique américaine – bien au-delà des seuls néoconservateurs puisqu’elle s’est poursuivie avec Obama – nous a empêchés de donner corps à ce partenariat stratégique euro-russe qui n’existe que sur le papier. Résultat : aujourd’hui Moscou se tourne vers Pékin. C’est déjà ballot pour Washington mais pour nous, c’est carrément critique car nous sommes beaucoup moins puissants que les Etats-Unis et beaucoup plus proches des zones de fracture géopolitiques. 

Il serait donc urgent que l’Union européenne redevienne acteur de son destin mais je ne vois pas que nous en prenions le chemin. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 27/05/2017 - 19:10
Les fauteurs de guerre sont ici!
Désolé d'en décevoir ici mais Macron est une personne parfaitement pacifique.
tapio
- 25/04/2017 - 20:08
Mais alors, qu'attend le président macron ...
pour déclarer la guerre à la Russie ? Quoi? il n'a pas encore été élu ? Et alors ? Pourquoi perdre son temps en formalités administratives alors que le danger est à nos portes ? Bon, Brejnev, ça passait encore, mais Poutine, NON !!!! De plus, en supprimant Poutine dès à présent, macron s'éviterait du même coup ce douloureux supplice qui se profile à l'horizon : chier dans son froc devant les caméras en titubant à la sortie du bureau de Poutine lors de leur première rencontre à venir, comme son prédécesseur sarko.
habert
- 25/04/2017 - 18:02
l'obs
L'Obs ? C'est quoi ? L'obsession ?
l'obsédé ?
l'obscurantisme ?
l'obscurité ? ...