En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 23 min 28 sec
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 53 min 28 sec
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 1 heure 27 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 2 heures 24 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 2 heures 25 min
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 11 heures 29 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 14 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 16 heures 38 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 17 heures 47 min
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 42 min 39 sec
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 59 min 48 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 2 heures 24 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 2 heures 25 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 2 heures 25 min
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 11 heures 6 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 12 heures 36 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 16 heures 9 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 17 heures 22 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 19 heures 4 min
© acturelab.com
© acturelab.com
Sauter dans le wagon

Record de création d’emplois en zone euro depuis 10 ans : mais comment la France pourrait-elle faire pour maximiser ses résultats au cœur de la reprise ?

Publié le 25 avril 2017
Du fait de l'absence de réactions des pouvoirs publics, depuis 2012, suite à la crise des dettes souveraines, la France se traîne économiquement parlant, avec un double déficit, à la fois commercial et public.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Du fait de l'absence de réactions des pouvoirs publics, depuis 2012, suite à la crise des dettes souveraines, la France se traîne économiquement parlant, avec un double déficit, à la fois commercial et public.

Atlantico : L'indice PMI pour la zone euro a, une nouvelle fois, augmenté en avril, pour atteindre son plus haut niveau depuis 6 ans (56.7) selon les chiffres communiqués par IHS Markit. Le groupe d'études et de conseil aux entreprises précise également que la création d'emplois dans la zone euro vient d'atteindre son plus haut niveau depuis 10 ans. Comment expliquer alors, qu'au cours des 5 dernières années, la France n'ait pas su tirer profit de son potentiel de croissance ?

Philippe Crevel : Aussi paradoxal que cela puisse paraître aux yeux des Français, la situation économique s’améliore de jour en jour en Europe. Les stigmates de la grande récession de 2008 commencent à disparaître. Plusieurs pays connaissent à nouveau le plein emploi : l’Allemagne, les Pays-Bas, la République tchèque, le Royaume-Uni, les Etats-Unis. Le chômage, qui avait atteint des sommets, recule en Espagne et au Portugal. L’assainissement des comptes publics, opérés en Europe après la crise des dettes souveraines en 2011, est en bonne voie, même au sein des Etats d’Europe du sud. L’Espagne, le Portugal, l’Italie et même la Grèce pourraient respecter la barre des 3 % de PIB de déficits publics. La croissance commence à prendre ses quartiers même en Europe. L’Espagne enregistre depuis deux ans une croissance de 3 %. Une grande majorité des pays européens ont des croissances de 2 %. Avec un tel contexte, il n’est pas étonnant que les indices PMI, qui reflètent l’opinion des directeurs d’achat des entreprises, soient au plus haut depuis 6 ans.

Même si les indices PMI de la France sont également en hausse, il n’en demeure pas moins que notre pays a accumulé un réel retard en matière de croissance, d’emploi et d’assainissement des comptes publics.

Ces cinq dernières années, la France a navigué à vue en hésitant sur la politique à mener. La France avait été moins touchée que ses partenaires par la grande récession et par la crise des dettes souveraines du fait du poids de ses amortisseurs sociaux. En revanche, du fait de l’absence de réactions des pouvoirs publics, depuis 2012, la France se traîne économiquement parlant avec un double déficit, déficit commercial et déficit public. Notre pays a été incapable de relever le défi de la compétitivité, avec à la clef une diminution de ses parts de marché à l’exportation.

En 2012, François Hollande, empêtré dans son programme démagogique, a opté pour une politique à contretemps. Il a relevé, entre 2012 et 2013, les prélèvements obligatoires sur les classes moyennes, les CSP + et les entreprises au moment même où la croissance était faible. Il a cassé la machine économique française sans pour autant mettre en œuvre des politiques de réforme structurelle. Les ménages ont réduit leur consommation, les entreprises ont ralenti leurs investissements. Du fait de l’adoption de la loi Duflot, la construction de logement s’est effondrée à moins de 350 000. Du fait de cette politique inappropriée, le nombre de demandeurs d’emploi s’est accru : 540 000 en plus en 5 ans. François Hollande avait fait le pari d’un retour rapide de la croissance de l’économie mondiale, qui aurait limité les effets de la potion amère qu’il appliquait au pays. Surtout, il pensait que ce retour lui éviterait de réaliser des économies budgétaires.

Au bord du gouffre économique et conscient des erreurs commises entre 2012 et 2013, François Hollande a réorienté, dans un deuxième temps, ou plutôt tenté de réorienter sa politique économique. Avec le CICE, le pacte de responsabilité, il a voulu renforcer l’offre, la compétitivité des entreprises. Mais cette conversion tardive s’est opérée dans la douleur avec la montée en puissance de son propre parti des frondeurs. En outre, en raison de négociations au sein de la gauche aboutissant à de multiples concessions, le gouvernement a pratiqué l’art de la godille. In fine, de demi-mesure en demi-mesure, la France n’est pas en position pour générer sa propre croissance et pour capter le vent de la croissance de l’économie mondiale. Le déficit public demeure un des plus élevés de l’Union européenne. La France a atteint des sommets en matière de prélèvements obligatoires et de dépenses publiques. Par ailleurs, la dette publique constitue une menace de moins en moins fantôme pour les prochains gouvernements.

A l'aube de l'élection présidentielle, qu'est-ce qui permettrait à la France de maximiser son rattrapage économique désormais ?

La France a besoin d’un cap et d’une politique économique simple et efficace. Se battre pour réduire un déficit, une dette n’est pas très motivant. Faire du retournement de la courbe du chômage, l’OBJECTIF d’un mandat n’a aucun sens économique. Les pouvoirs publics devraient avoir comme objectifs de faire de la France un pays compétitif, un pays de la haute technologie, du tourisme durable….. Comme au moment du TGV ou du Concorde, il faut prendre des risques. Ce n’est pas à l’Etat de construire, de chercher, d’innover mais c’est à l’Etat de créer l’environnement favorable. Les pouvoirs publics doivent être des catalyseurs. I

Le nouveau président, le nouveau gouvernement, ne doivent surtout pas regarder l’indice, l’indicateur de demain ou d’après-demain. Ils doivent être enfin des stratèges pour faire de la France un pays plus grand.

Un grand plan de mobilisation en faveur de la formation associant le corps professoral, les acteurs locaux, l’Etat, devrait être engagé avec des objectifs simples : maîtrise des fondamentaux, obtention d’un taux de réussite à l’enseignement supérieur dans les zones en difficultés et dans les zones rurales. Il faudrait appliquer des méthodes d’enseignement dérogatoires au sein de ces zones. Le nombre d’élèves par classe devrait être réduit dès que, dans un établissement scolaire, les résultats baissent. Il faudrait généraliser les cours sous forme d’ateliers comme dans les pays d’Europe du Nord.

Les entreprises devraient être incitées à participer à l’effort de formation. Ainsi, toutes les grandes entreprises devraient mettre en place des classes d’apprentissage ouvertes sur les bassins d’emploi. De même, la formation continue devrait être rendue obligatoire avec des modes de financement qui ne pénalisent pas les PME. A cet effet, les Comités d’entreprise ne devraient plus être des structures au sein des entreprises mais des émanations de bassins d’emploi ou des émanations de branches professionnelles.

Le rattrapage économique de la France passe par un effort en faveur de l’investissement avec le maintien, comme le propose François Fillon, du régime dérogatoire d’amortissement. Il convient également de permettre aux Français d’améliorer leur pouvoir d’achat qui stagne depuis 5 ans. Cela passe par l’obtention de gains de productivité. La possibilité d’augmenter le nombre d’heures de travail est sans nul doute indispensable afin de rétablir les grands équilibres de notre pays.

Depuis 10 mois, les chiffres PMI pour la France ne cessent d'augmenter selon IHS Markit, témoignant d'une accélération de l'activité économique. Quels sont les facteurs pouvant expliquer cette dernière ? Sont-ils durables ?

La France bénéficie de l’amélioration de la conjoncture de l’économie mondiale. La politique de relance des Etats-Unis, le retour de la croissance au sein des pays exportateurs de pétrole, le moindre ralentissement que prévu de l’activité en Chine expliquent l’optimisme de mise depuis quelques mois. Les pays d’Europe tirent enfin profit des politiques d’assainissement de leurs comptes publics.

Les annonces de la BCE de maintien d’une politique monétaire accommodante, au moins jusqu’à la fin de l’année voire au-delà, sont bien perçues par le milieu économique.

Les entreprises, après des heures noires en début de mandat, commencent à tirer profit des baisses des prélèvements décidés depuis 2013. Le chômage semble se stabiliser, voire à légèrement de baisser, même si ce recul se fait à petite vitesse en ce qui concerne la France. Les ménages français ont repris le chemin de l’investissement résidentiel.

Plusieurs facteurs pourraient contrecarrer ces bons indices : 

- La remontée des prix pourrait peser, en Europe et notamment en France, sur la consommation. La reprise de l’activité, en 2015, est imputable, essentiellement, à la baisse des cours du pétrole. Le pouvoir d’achat des ménages s’est accru, en moyenne, de plus de 1 000 euros entre 2015 et 2016 ;

- La remontée de l’inflation due à la hausse du prix du pétrole réduit le pouvoir d’achat des ménages et pourrait peser sur la demande intérieure. Certes, la hausse du baril de pétrole semble avoir atteint un palier. En raison de l’augmentation de la production américaine, le baril s’échange entre 50 et 60 dollars, ce qui est jugé comme un prix raisonnable, pas trop bas pour ne pas pénaliser les pays producteurs, pas trop haut pour ne pas freiner la croissance des pays avancés et des pays émergents non producteurs ;

- La progression des taux d’intérêt pourrait également jouer un mauvais tour à la croissance. Elle réduirait les marges de manœuvre budgétaires en aggravant le coût de la dette publique. Les agents économiques pourraient revoir leurs projets d’investissement en raison de l’augmentation des taux d’intérêt. Selon certains économistes dont ceux de Natixis, une hausse durable de 150 points de base des taux serait susceptible d’affecter la croissance ;

- La montée du protectionnisme est susceptible de ralentir la croissance de l’économie mondiale. Dans la catégorie des menaces, figurent également les négociations sur le Brexit.

Pour endiguer un éventuel ralentissement, les États européens ne disposent que de peu d’outils. La BCE ne peut pas rendre sa politique monétaire plus expansionniste car l’inflation est revenue, dans certains pays, dans la zone cible des 2 %. De même, l’arme de la dépréciation est de plus en plus délicate à manier. Elle entraînerait une réaction des États-Unis et, en outre, il n’est pas certain que son effet sur l’activité soit réel. 

Le retour de l’optimisme se briserait net en cas évidemment de victoire d’un candidat d’extrême droite ou de gauche en France. L’onde de choc ne s’arrêterait pas à la France. L’euro serait menacé d’implosion, tout comme l’Union européenne. Ce serait une nouvelle page qui se tournerait pour la France avec un saut dans l’inconnu. L’augmentation des taux d’intérêt provoquerait l’arrêt de l’investissement et entraînerait la chute des prix de l’immobilier. Le lancement d’une procédure de sortie de l’euro nécessiterait la mise en œuvre d’un contrôle des changes, des capitaux afin d’éviter leur fuite. Les banques et des compagnies d’assurance seraient en grande difficulté et il ne faut pas oublier, contrairement à ce que pense la très grande majorité des candidats à la présidentielle, que les banques et les compagnies d’assurance ne sont pas riches en tant que telles : elles le sont avant tout grâce à notre épargne dont elles sont les dépositaires. En cas de problèmes financiers, les premières victimes sont les déposants...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lemillanh
- 25/04/2017 - 19:02
TROP TARD IL FALLAIT VOTER FILLON
LA FRANCE VA S ENFONCER MOLLEMENT ET A LA PROCHAINE CRISE TOUT S EFFONDRERA
totor101
- 25/04/2017 - 11:47
IL FAUT OUVRIR LES YEUX !
- en 1967 le cout de la structure d'une boite de 2500 personnes dans 4 usines était de 15%
- actuellement c'est entre 45 et 55% même dans des petites boites !
quand on balayera la bureaucratie redondante et inutile la croissance reviendra.....
D'autre part si l'éducation nationale valorisait intellectuellement les "métiers productifs" qui sont actuellement dénigrés, la France y gagnerait !
Gordion
- 25/04/2017 - 11:21
In fine...
...que fait-on?

Tant que le mandat de la BCE ne mentionnera pas la croissance ET le plein emploi, rien ne changera

Ce n'est pas demain la veille que Merkel lâchera les retraités allemands qui n'attendent que la hausse des taux d'intérêt. Et Macron suivra comme un toutou pour préserver le statu quo.