En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 38 min 39 sec
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 40 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 20 heures 17 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 22 heures 43 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 42 min 53 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 2 heures 53 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 16 heures 59 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 18 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 20 heures 14 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 22 heures 21 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 22 heures 35 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 22 heures 48 min
© Reuters
© Reuters
(Très) économique

Troisième classe : derrière l'incident du passager expulsé du vol United airlines, voilà comment la montée des inégalités a mis la pression sur la qualité des services clients

Publié le 21 avril 2017
Le débarquement brutal d'un passager d'un avion surbooké de la compagnie United Airlines a provoqué un tollé mondial. La cause de cette expulsion (au-delà de son caractère violent) vient notamment de la pratique du surbooking dans les compagnies de transport. En parallèle, les compagnies aériennes semblent de plus en plus élaborer des offres réservées à des clients très aisés.
Jean-Pierre Chevallier est économiste, spécialiste de politique monétaire et analyste financier indépendant.Il anime le blog chevallier.biz.                                                                                                                 ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Desjeux est professeur émérite à la Sorbonne, université de Paris. Il est le directeur de la Formation doctorale professionnelle en sciences sociales et responsable du Centre de Recherches en SHS appliquée aux innovations, à la consommation et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Chevallier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Pierre Chevallier est économiste, spécialiste de politique monétaire et analyste financier indépendant.Il anime le blog chevallier.biz.                                                                                                                 ...
Voir la bio
Dominique Desjeux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Desjeux est professeur émérite à la Sorbonne, université de Paris. Il est le directeur de la Formation doctorale professionnelle en sciences sociales et responsable du Centre de Recherches en SHS appliquée aux innovations, à la consommation et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débarquement brutal d'un passager d'un avion surbooké de la compagnie United Airlines a provoqué un tollé mondial. La cause de cette expulsion (au-delà de son caractère violent) vient notamment de la pratique du surbooking dans les compagnies de transport. En parallèle, les compagnies aériennes semblent de plus en plus élaborer des offres réservées à des clients très aisés.

 

Dans quelle mesure l'exemple du débarquement brutal de ce passager d'United Airlines illustre-t-il le fait que le creusement des inégalités sociales s'est également accompagné d'un creusement entre consommateurs sur la qualité de services ou encore les services après-vente qui leur sont accordés ? 

Jean-Pierre Chevallier : Le problème est mal posé car le concept de creusement des inégalités sociales signifie (ou incite à penser) à tort que les plus pauvres deviennent plus pauvres à cause du fait que les riches deviennent plus riches. Le creusement des inégalités sociales correspond en réalité au fait que les plus pauvres s'enrichissent et qu'ils peuvent maintenant accéder à des biens et des services qui auparavant leur étaient inaccessibles et réservés aux riches... qui s'enrichissent davantage. Un exemple concret : jadis (dans les années 60), les Français moyens n'avaient pas de voiture ni de télé, maintenant, les Français moyens en ont, alors que les riches sont toujours plus riches : ils ont des voitures encore plus perfectionnées que les pauvres qui ont alors conscience d'être pénalisés par rapport aux riches... qui ont les mêmes postes de télé ! Pour reprendre l'exemple du passager d'un avion surbooké de la compagnie United Airlines, jadis, les Américains moyens ne pouvaient pas voyager en avion, ce qui était réservé aux riches. Maintenant les pauvres peuvent voyager en avion. Pour diminuer les coûts, les compagnies aériennes procèdent au surbooking qui permet aux pauvres de voyager en avion à des coûts moindres encore. La contestation de certaines innovations d'entreprises telles que ce cas de surbooking dans les médias est un exemple de contestation dans la plupart des médias du capitalisme libéral par ses adversaires plus ou moins socialistes...

Banques, téléphonie, santé... En France, dans quels secteurs ce creusement a-t-il pu être observé ?

Jean-Pierre Chevallier : Autre exemple appuyant mon opinion : beaucoup de restaurants gastronomiques du type 1 ou 2 étoiles Michelin ont ouvert une salle proposant des menus dans les 30 €, ce qui permet aux plus pauvres (des Français moyens) de bénéficier de plats issus de la grande gastronomie mais en version un peu simplifiée, ce qui ne leur était pas possible auparavant. En contrepartie, les restaurateurs sont assurés d'avoir un certain chiffre d'affaires de base quasiment assuré qui leur permet d'augmenter leurs bénéfices...

 

A contrario, on observe que des services autrefois accordés uniquement à des classes aisées, comme le fait de détenir une carte bancaire haut-de-gamme est aujourd'hui à la portée d'un plus grand nombre. Dans un certain nombre de cas, le fait de s'adresser à des segments de consommateurs plus aisés peut-il également profiter à d'autres ? 
 

Jean-Pierre Chevallier : Oui, la segmentation des marchés, partant de biens et de services au départ réservés aux riches, permet aux pauvres d'en bénéficier au fur et à mesure que les coûts et les prix baissent relativement.

Qui sont les perdants de cette mutation dans le niveau des services accordés ? Quelles en sont les conséquences pour la société, sur la perception des inégalités par la population ?

Jean-Pierre Chevallier : Là aussi, la question est biaisée : Qui sont les perdants de cette mutation dans le niveau des services accordés ? En fait, tout le monde est gagnant : les plus pauvres peuvent bénéficier de biens et de services qui étaient précédemment réservés aux plus riches et les plus riches disposent de biens et de services encore plus élaborés. Quand les médias incitent à penser qu'il faut agir contre les inégalités dans la population, il s'agit là d'un exemple de pure propagande d'une contestation de la réussite du capitalisme libéral qui profite à tout le monde, ce qui devrait plutôt être publié !
 
Beaucoup d'électeurs américains ont sur ces problèmes des avis qui correspondent à ce que j'ai exposé ci-dessus :  ils ne font plus confiance aux médias qui contestent la réussite du capitalisme libéral et ils ont élu le Donald pour qu'ils puissent s'enrichir davantage, et donc pour pouvoir bénéficier de biens et de services qui étaient précédemment réservés aux plus riches, même si certaines aspects sont inférieurs à ceux qui sont proposés aux plus riches.
 
 

Dominique Desjeux : Aujourd'hui les tensions entre classes sociales passent par la différenciation des services et ceci dans la plupart des pays ou une classe moyenne s'est développée, comme en France, aux États Unis, en chine, au bresil ou en Israël pour reprendre des pays où j'ai fait des enquêtes. La classe moyenne supérieure trouve qu'elle paye deux fois les services, une fois avec les impôts et une fois en finançant un service privée comme l'Ecole, La clinique ou meme La voiture pour compenser les déficiences du service publique qui est censé être financé par l'impôt. La classe moyenne basse n'a accès qu'à de mauvais services.

Tout cela donne lieu à des manifestations de rue et plus globalement à la montée des populismes dans le monde.

Les trois plus importantes sources de conflits tournent autour de l'accès à l'école, de l'accès à la mobilite (les transports collectifs) et de l'accès à la santé, sans oublier une autre source de tension, celle de l'accès au travail et donc le chômage qui n'est pas un service mais qui conditionne le revenu qui permet l'accès aux services. Aujourd'hui émerge une autre source de tension, l'accès à l'énergie qui conditionne les usages de l'électroménager et des objets de la communication, ordinateur, TV, Tel, tablette, etc., et aussi La mobilite. Quand le cout du pétrole augmente, ce sont les classes moyennes basse qui sont le plus touchées car elles ont besoin de leur voiture pour se déplacer, puisqu'elles ont achetées des logements moins chers mais plus éloignés de leur lieu de travail.

Et enfin une autre grande source de tension vient de la pollution comme je l'ai observé en chine et en Corée du Sud.

Le probleme est qu'une partie des prix des services ne dépend plus d'une relation en face à face mais du "yield pricing " géré par un algorithme, qui calcul comment optimiser au mieux La vente des sièges dans les avions, lui meme réalisé sous contrainte de concurence forte, ce qui explique le surbooking.

Le paradoxe est que tout cela conduit en même temps à baisser les prix, à réduire la qualité de la prestation, et donc à augmenter la frustration dès clients a qui le marketing veut faire croire que l'entreprise s'y intéresse alors qu'elle ne peut pas du fait de la concurrence. Mais en même temps cela permet de développer des services dits premium pour ceux qui peuvent se le payer.

La différenciation de la qualité des services par les prix, les plus riches ayant accès à de meilleurs services reflètent les nouveaux clivages entre classes sociales.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Totor Furibard
- 16/04/2017 - 18:19
Quelle mauvaise fois Mr Chevalier!
Prendre le niveau d'equipement dans les années 60 comme point de départ pour comparer le creusement des inégalités, c'est vraiment se foutre du monde. D'une part c'était il y a 60 ans! Une autre époque. Et surtout, le creusement des inégalités à commencé bien plus tard, au moment du choc de libéralisation des années 80-90. Donc prenons ce nouveau point de départ et comparons. La classe moyenne a considérablement chuté : c'est indéniable. Seule la classe moyenne supérieure et bien sûr surtout les 1% les plus riches progressent toujours et encore.
Anguerrand
- 16/04/2017 - 07:23
Mélenchon voyage entre Paris et Rome en classe affaire
Dans cet avion, quel ne fut pas la surprise de voir le PDG d'une grosse boite internationale monter dans le même avion. Petite différence, Le PDG est monté en classe ECO quand le richissime Melanchon est monté en classe AFFAIRE ( a peu près 10 fois plus cher) surtout sur un trajet aussi court. Trotskiste, oui mais on aime son confort le défenseur des sans culottes et sans dents !
Paulquiroulenamassepasmousse
- 15/04/2017 - 21:46
@théojasmin....
Et bien sûr embaucher 20.000 fonctionnaires supplémentaires pour palier à cette nouvelle contrainte administrative et ainsi peser encore un peu plus sur les 20 millions de salariés du privé qui financent à eux seuls les 40 millions de non productifs plus 6 millions de fonctionnaires.......