En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

02.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

03.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

04.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

07.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 6 min 24 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 12 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 14 heures 28 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 15 heures 58 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 19 heures 52 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 20 heures 56 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 21 heures 14 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 9 min 33 sec
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 17 min 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 14 heures 16 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 15 heures 16 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 20 heures 23 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 21 heures 1 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 21 heures 31 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 22 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

"Il faut vivre entre soi pour mieux vivre" : la dérive inquiétante de ceux qui prêchent le "vrai islam"

Publié le 15 avril 2017
Les musulmans français sont-ils en pleine régression par rapport à la promesse d’un « islam français » bien intégré qui s’annonçait dans les années 70 ? N’avons-nous plus que des « quartiers perdus de la République » ? Un grand connaisseur de l’islam politique dans le monde interroge une praticienne de terrain de confession musulmane, en colère contre les dérives et les travers de la politique de la ville. Extrait de l'ouvrage "Et tout ça devrait faire d'excellents Français" de Naïma M'Faddel et Olivier Roy, publié aux Editions du Seuil (1/2)
Olivier Roy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.Il dirige le Programme méditerranéen à l'Institut universitaire européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme. Son dernier livre, Le...
Voir la bio
Naïma M'Faddel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les musulmans français sont-ils en pleine régression par rapport à la promesse d’un « islam français » bien intégré qui s’annonçait dans les années 70 ? N’avons-nous plus que des « quartiers perdus de la République » ? Un grand connaisseur de l’islam politique dans le monde interroge une praticienne de terrain de confession musulmane, en colère contre les dérives et les travers de la politique de la ville. Extrait de l'ouvrage "Et tout ça devrait faire d'excellents Français" de Naïma M'Faddel et Olivier Roy, publié aux Editions du Seuil (1/2)

Olivier Roy : On rentre ici dans une question délicate, que vous évoquez implicitement. Dès que l’on parle de la place de l’islam, ou de ce qu’un(e) musulman(e) doit faire, toute personne d’origine musulmane (mais pas seulement, d’ailleurs) se sent obligée de se référer au « vrai islam », soit contre l’intégrisme, soit contre les coutumes. Échappez-vous à la règle ? J’ai abordé, en tout cas indirectement, cette question dans La Sainte Ignorance. Pour faire court : ne pensez-vous pas que tous ces comportements visibles, ou visiblement identitaires, correspondent à une défense contre une sécularisation croissante, qui n’est pas seulement extérieure, mais aussi (et sans faire de psychanalyse sauvage) ressentie intérieurement par les croyants ? Cette visibilité, vous le savez bien, n’est pas que musulmane : on la trouve aussi chez les juifs et les chrétiens, et même dans les religions de l’Asie, l’hindouisme et le bouddhisme. Pouvez-vous dire, d’abord, si vous échappez à l’illusion de vouloir définir le « vrai islam » ?

Naïma M'Faddel : Non. Je ne pense pas qu’on puisse y échapper. Sauf qu’on oublie une chose : c’est que le « vrai islam » n’existe pas. Chacun se fait son « vrai islam », n’en déplaise aux fondamentalistes et aux salafistes. Chacun défend sa propre conception de l’islam, ou ses propres convictions sur l’islam, mais il n’y a pas d’autorité religieuse incontestée qui pourrait dire le « vrai islam ». Puisque n’importe quel petit illuminé inculte se permet de prêcher et de faire la morale, les gens comme moi peuvent et doivent donc prendre la parole. Avec la fascination que le djihad exerce sur beaucoup de gens, notamment des jeunes (et pas seulement sur ceux d’origine musulmane), avec l’omniprésence médiatique de Daech, ne pas aborder la question de l’islam, en particulier de son instrumentalisation et de la manipulation des musulmans en cette période de tension, ne pas nommer les choses sous couvert de tabous, de crainte de réactions passionnelles, tout cela relève, à mon sens, de la « non-assistance » à personne en danger. Des parents sont démunis face aux comportements d’enfants qui leur échappent : inconscients des dangers qu’ils courent sur les réseaux sociaux, bien plus insidieux que la propagande montrée à la télé, ils les croient en sécurité à la maison. Or, aujourd’hui, c’est bien de l’islam que se réclament tous ces terroristes, bien que l’ensemble des musulmans soient les premiers à en souffrir chaque jour et lui paient un lourd tribut. On a beaucoup cité la phrase de Camus : « Mal nommer les choses en rajoute au malheur du monde. » Il avait raison : il faut parler avec des mots clairs de l’islam.

O. R. : Parlons donc d’un terme à la mode : la « radicalisation ». On l’utilise indifféremment pour parler de la radicalisation religieuse (en gros le passage au salafisme) et pour parler de la radicalisation politique (basculement dans le djihad et le terrorisme). Le terrorisme est bien sûr le prisme à travers lequel on analyse la radicalisation religieuse. Parlons de manière concrète : qu’avez-vous à dire sur terrorisme, djihad et salafisme dans les lieux sur lesquels vous travaillez ?

N. M’F. : Sur Dreux, Trappes et Mantes-la-Jolie, il n’y a qu’un cas de terroriste avéré : Abballa, l’assassin des policiers de Magnanville. Il vivait au Val-Fourré mais était originaire des Mureaux, où il tenait une pizzeria ; il avait sa page Facebook (sur laquelle d’ailleurs il critiquait les salafistes, qu’il trouvait trop mous et trop enfoncés dans la théorie). Il n’était pas inséré dans les réseaux religieux, c’était plutôt un individu isolé. En revanche, des dizaines de jeunes de Trappes sont partis en Syrie, dont beaucoup de filles, et ils/elles viennent bien des « quartiers » difficiles, même si encore une fois ils n’étaient pas des membres assidus d’une mosquée. Ils se sont retrouvés dans le cadre d’une bande de copains auto-radicalisés en surfant sur Internet. Ce sont des takfiristes, qui traitent les autres musulmans, à commencer par les imams, d’« apostats ». Dès qu’ils acquièrent le vernis religieux qui leur permet d’utiliser les grands mots (kafir, jihad), ils basculent dans la rupture avec le reste de la société, y compris les musulmans qui refusent le djihad. La radicalisation passe par une « salafisation takfiriste », aussi superficielle soit-elle, souvent brève, bancale, non structurée. Cet endoctrinement idéologique légitime les actes. Ce processus de déshumanisation se pare d’une légitimité religieuse (sacrée, donc absolue). On rejoint bien votre idée d’une « islamisation de la radicalisation ».

Pour ma part, je dirai « takfirisation de la radicalisation ». Plus le désir de vengeance contre la société est puissant, plus le passage par la case salafisation est bref, voire anecdotique. Peut-être qu’un processus de salafisation plus long pourrait même les sauver d’un passage à l’acte. La radicalisation se fait majoritairement par des liens de proximité. Les mosquées sont, souvent à leur insu, des lieux qui permettent la mise en place de réseaux, de connaissances proches, de liens forts entre « radicalisés djihadistes », qui vont ensuite continuer le processus via le « marché noir » de l’Internet. Mais, au-delà de ces deux catégories assez précises (le terroriste et le djihadiste), on assiste depuis quelques années à l’augmentation de « signes » révélateurs d’une pratique plus ostentatoire et plus rigoriste, notamment, comme je l’ai dit, dans l’habillement, le comportement, la manière de manger, avec le refus de la mixité homme-femme. Le principal argument est la prétention de ressembler au Prophète, aux fidèles de la première période de l’islam. C’est typiquement une pratique de type salafiste. Ils sont loin d’être tous takfiristes, car, pour la plupart des salafistes, un musulman n’a pas le droit de déclarer apostat un autre musulman. En revanche, on a le devoir de le (ou de la) rappeler à ses devoirs (le jeûne, la prière, la pudeur). Bref, ils prêchent et font la leçon à tous les musulmans déclarés tels. Ils encouragent moins la violence qu’un certain séparatisme, une ségrégation : il faut vivre entre soi pour mieux vivre selon la règle. Mais ce faisant, ils posent un vrai problème de société, car ils détruisent le vivre-ensemble – même s’ils condamnent le terrorisme, voire la simple délinquance.

 

Extrait de l'ouvrage "Et tout ça devrait faire d'excellents Français" de Naïma M'Faddel et Olivier Roy, publié aux Editions du Seuil 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lemillanh
- 15/04/2017 - 22:26
C EST LE VRAI PROBLEME
PROFITER DE LA GENEROSITÉ DE L ÉTAT PROVIDENCE ET VIVRE EN AUTARCIE AVANT DE NOUS BALAYER C EST A NOUS D EMPÊCHER LE COMMUNAUTARISME
Pourquoi-pas31
- 15/04/2017 - 19:01
Ils veulent vivre entre eux, mais chez nous, avec
la securité sociale, les allocations familiales, le RSA, RMI, etc ....
lafronde
- 15/04/2017 - 17:38
Contenu instructif sur la takfirisation de la radicalité.
Ce qui détonne dans l'article, c'est son titre : "Il faut vivre entre soi pour mieux vivre" qualifiée de dérive ! Or c'est un mode de vie universel que la vie en communauté partageant plus entre eux qu'avec les autres. Ce reproche de "dérive" est typique du politicien progressiste républicain. Tout le monde en France voudrait vivre "entre soi". Il n'est que voir le prix de l'immobilier pour constater cette volonté sociale et populaire. Notre République réprime cette aspiration communautaire, car des communautés cohérentes peuvent se passer de l'Administration et de ses règlements et interventions, ce que le politiciens clientéliste n'aime pas, il deviendrait inutile. Le seul problème communautaire et s'il existe une Législation concurrente, comme c'est la cas avec la Charia, et s'il existe un ressentiment envers le pays d'accueil, et c'est le cas avec la victimisation des immigrants et des musulmans, avec la culpabilisation du Peuple natif, avec le mix-républicain d'Etat-Providence et de laxisme scolaire, civique, et pénal. Notre République progressiste tolère ressentiment et radicalité, que les sectes islamistes transforment en djihadistes.