En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
info atlantico
© Odd ANDERSEN / AFP
Déboussolés
Washington, Moscou et nous : le sondage qui révèle à quel point les repères géopolitiques traditionnels des Français sont chamboulés
Publié le 14 avril 2017
En représailles des frappes américaines sur une base militaire syrienne, Vladimir Poutine a finalement décidé de ne pas recevoir personnellement le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, en visite à Moscou ce mercredi. Une tension diplomatique qui inquiète les Français, comme le souligne l'institut de sondage IFOP dans une enquête réalisée pour Atlantico.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Tenzer, professeur associé International Public Affairs, Sciences Po
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Nicolas Tenzer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Tenzer, professeur associé International Public Affairs, Sciences Po
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En représailles des frappes américaines sur une base militaire syrienne, Vladimir Poutine a finalement décidé de ne pas recevoir personnellement le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, en visite à Moscou ce mercredi. Une tension diplomatique qui inquiète les Français, comme le souligne l'institut de sondage IFOP dans une enquête réalisée pour Atlantico.

Atlantico: Quels sont les enseignements principaux de ce sondage?

Jérôme Fourquet : Pour les Français le contexte géopolitique est très lourd de menaces : la Russie de Poutine et (fait nouveau) les Etats-Unis de Trump sont perçus comme des sources d'inquiétude à égalité, 20% chacune; mais surtout un Français sur deux estime que la Russie et les Etats-Unis l'inquiètent tout autant l'un que l'autre.

C'est une situation totalement nouvelle; qui s'explique à la fois par l'élection de Trump, ses prise de positions sur l'avenir de l'OTAN, les frappes récentes en Syrie, les propos qu'il a pu tenir, ce à quoi s'ajoute le fait que la Russie apparaisse depuis plusieurs années comme ayant recours à la force dans les relations internationales.

Pour les Français, on est revenu dans une période très tendue, très inquiétante, et le menaces de tous les côtés, pas seulement de l'est, comme on avait été habitué à penser pendant les années de la Guerre Froide, mais aussi maintenant de l'ouest avec une personnalité comme Trump.

C'est l'élément le plus important qui peut jouer aussi sur la présidentielle; ça commence à rentrer en ligne de compte dans les débats: que faut-il faire avec l'Amérique de Trump? Quel avenir pour notre défense? Les relations avec la Russie et la menace terroriste.

On a donc ce cocktail anxiogène  de la montée de l'insécurité avec les attentats terroristes, et de la redistribution des cartes géopolitiques qui inquiète beau nombre de nos concitoyens. On voit un consensus large pour augmenter le budget de la défense; la situation internationale apparaît pour les Français comme potentiellement dangereuse. 

Le deuxième enseignement est que si l'électorat de Macron est le plus atlantiste et désigne le plus la Russie de Poutine, les autres électoraux renvoient dos à dos les deux pays, sauf l'électorat du Front National dont 24% ne considère ni l'un ni l'autre comme une menace. Alors qu'au fond la ligne à l'égard de Poutine a créé un clivage dans le paysage politique français, les sentiments sont équilibrés à l'égard de la Russie et des Etats-Unis, sauf dans l'électorat de Macron. 

La deuxième question concerne l'approbation de Trump; là-dessus on a une opinion publique coupée en deux, avec une courte majorité qui approuve, mais une forte minorité qui désapprouve. On voit que le paysage n'est pas aussi clair que ce qu'on aurait pu penser. L'électorat de droite et Macron approuve majoritairement, tandis que celui de gauche est partagé; les électeurs de Mélenchon suivent la voie pacifiste qui refuse le recours à la force.

 

 

Enfin,  l'approbation aux frappes américaines en 2017 se situe exactement au même niveau que celui d'Août 2013 concernant une potentielle intervention de l'ONU suite à la première série d'attaques à l'arme chimique. C'est comme si l'opinion publique sur ce sujet n'avait guère évolué en quatre ans de conflit, alors qu'on aurait pu s'attendre à une montée en puissance de l'adhésion à ces frappes. La complexité de la situation sur place rend nos concitoyens perplexes, autant qu'il l'étaient en Août 2013. 

Que pensez-vous de ces résultats historiques? Comment les interprétez vous? Qu'est ce qu'ils montrent sur l'évolution de la  société française?

Nicolas Tenzer : Nicolas Tenzer : Ce sondage montre qu’il existe globalement une défiance des Français tant envers la Russie de Poutine que l’Amérique de Trump. Ils confirment ce que d’autres études avaient démontré : Poutine est clairement perçu comme une menace pour une majorité de Français et la présidence Trump inaugure une ère d’incertitudes majeures. Les frappes en Syrie, décidées par le gouvernement américain, pourraient changer cette perception à l’avenir, pour autant qu’elles soient suivies de nouvelles actions et de résultats concrets.

Il est frappant de considérer que ce double rejet est globalement consensuel dans l’électorat. Certes, l’électorat d’Emmanuel Macron considère davantage que la Russie est le principal danger, sans doute car il est mieux averti de la menace géopolitique globale que représente Moscou et que le dirigeant du Kremlin est le plus en opposition avec des valeurs politiquement libérales, mais même les électorats de Marine Le Pen, François Fillon et Jean-Luc Mélenchon sont loin de témoigner une indulgence envers Poutine, alors que ces personnalités ont une attitude de forte complaisance envers le régime russe. Même les partisans de la dirigeante du Front national, quoique plus nombreux à considérer que ni Trump – dont Le Pen avait fait l’éloge avant les frappes – ni Poutine ne sont des dangers, perçoivent très majoritairement cette double menace.

Les frappes américaines en Syrie à la suite des bombardements à l’arme chimique perpétrés par le régime d’Assad sont approuvées par une majorité de Français. Seul l’électorat de Mélenchon ne les approuve pas majoritairement et celui de Hamon est divisé en deux moitiés égales, sans doute en raison d’une vieille tradition pacifique de l’électorat d’extrême gauche et d’une indulgence envers la Russie qui a peu changé depuis l’époque communiste. Curieusement, ceux de Le Pen et de Fillon, largement complaisants envers le régime syrien, approuvent majoritairement l’intervention américaine.

De manière générale, ce sondage montre une inquiétude croissante des Français envers la situation internationale et ils désignent clairement le régime autoritaire de Poutine et une Amérique devenue imprévisible et tentée par le repli comme des facteurs d’instabilité.

Quelle est la part contextuelle liée au rejet de Trump en France ? Quelles pourraient être les conséquences à long terme? Les Français pourraient-ils être plus nombreux à remettre en question le système de valeur que représente les USA ?

Le rejet de Trump est aussi évident que l’était l’enthousiasme envers Obama lors de son élection en 2008. Sans doute une forme d’anti-américanisme de principe existe-t-il dans une partie de l’électorat de droite et de gauche, mais la représentation de l’Amérique, quelles que fussent les critiques adressées à certains gouvernements (notamment l’Amérique de George W. Bush en raison de son intervention en Irak), était globalement positive. C’était une terre de liberté, d’ouverture, d’intégration, et au dynamisme incomparable. Trump paraît clore cette ère en alignant son discours sur une droite ultra opposée aux droits de l’homme, aux valeurs libérales et à la tolérance, et dont la préoccupation est la fermeture sur elle-même et le retrait du monde. Les liens entre l’équipe de Trump et la Russie de Poutine, son manque d’intérêt pour l’Europe, son éloge du Brexit, ont donné l’impression que l’Amérique n’est plus elle-même. La crainte d’un cousinage entre Poutine et Trump ne fait que renforcer le sentiment d’abandon d’une Europe livrée à elle-même et qui doit conduire le combat désormais sur deux fronts.

Paradoxalement, le fait qu’une majorité de Français approuvent les frappes en Syrie, en particulier au centre et à droite, montre que, au-delà du choc des images des enfants gazés et des crimes de guerre et contre l’humanité commis par Assad avec l’appui de la Russie et de l’Iran, il y a une attente d’une Amérique forte, seule réassurance possible devant la menace russe alors que l’Europe n’est sans doute pas considérée comme un rempart crédible aujourd’hui. A contrario, cela démontre que la chose la plus redoutée est un retrait américain. Par contrecoup, si les Etats-Unis de Trump décident de montrer leurs muscles, rompant avec l’isolationnisme annoncé, cela pourrait changer la perception d’un danger américain. Encore faudra-t-il cependant que l’engagement américain ne se fasse pas à moitié, en oubliant la gestion de l’après, et que le nouvel autoritarisme américain s’estompe. Si l’Amérique abandonne son système de valeurs libérales et renoue avec un interventionnisme brouillon, son image ne pourra que se dégrader.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JonSnow
- 11/04/2017 - 21:01
Sondage manipulateur et mensonger
Les questions de ce sondage présentent comme des faits ce qu'aucune enquête n'a prouvé, à savoir la responsabilité du régime d'Assad dans les attaques chimiques, en 2013 comme en 2017. C'est une honte, un manque de professionalisme et de déontologie flagrant, ou une pure manipulation. Personnellement, avant la dernière frappe en Syrie, je ne craignais ni la Russie, ni les USA. Depuis cette frappe, qui prouve la puissance de l'Etat profond américain, je crains le pire de la part de l'Empire américain qui ne supporte pas qu'on lui tienne tête et qui veut pousser toujours plus loin son pouvoir, en changeant les régimes récalcitrants un à un, quelqu'en soit le prix. Les tensions internationales sont toujours bénéfiques pour le complexe militaro-industriel.
Texas
- 11/04/2017 - 20:40
En espérant..
...que Mr Trump se foute du mandat de l' ONU comme de sapremière brouette de béton ! . Par contre , le passage par le Congrès U.S , mieux vaudra ne pas l' oublier une seconde fois . Quand aux rédacteurs sur la politique libérale de la précédente Administration , c' est à s' astiquer les côtes flottantes.
vieux croco
- 11/04/2017 - 13:52
Manipulations en tous genres
On voit bien qu'il n'est plus possible pour un quidam de base de se faire une opinion basée sur la vérité des faits.Une certitude c'est bien 2 églises chrétiennes qui ont "sautées"en Egypte.A l'inverse les mosquées sont parfois taquées,sans plus ,par des "zigotos" qui ne revendiquent rien.