En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
info atlantico
Présidentielle
Pour qui votent les chômeurs à la présidentielle : analyse exclusive
Publié le 14 avril 2017
Six millions de demandeurs d'emplois ont été au centre du débat entre les candidats. Analyse du comportement électorat des chômeurs.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Six millions de demandeurs d'emplois ont été au centre du débat entre les candidats. Analyse du comportement électorat des chômeurs.

Les près de six millions de demandeurs d’emploi (toutes catégories confondues), ont été au cœur des récents débats entre les candidats. De la même façon, la question de l’emploi et de la lutte contre le chômage se place en tête des préoccupations des Français. Si l’enjeu du chômage occupe donc une place centrale dans cette campagne, quel est le comportement électoral des demandeurs d’emploi ? Vont-ils s’abstenir davantage que la moyenne des Français ou au contraire vont-ils davantage participer compte-tenu de leurs fortes attentes en matière économique et sociale ? Et parmi ceux qui iront voter sur quels candidats se porteront-ils en priorité ?

Un public plus abstentionniste que la moyenne

Alors que selon le rolling Ifop-Fiducial pour Paris-Match, CNews et Sud Radio, l’intention de s’abstenir s’établit actuellement à 37% dans l’ensemble du corps électoral, cette proportion est encore plus importante parmi les demandeurs d’emploi puisque pratiquement un sur deux (45%) n’envisage pas d’aller voter à l’élection présidentielle. 

Différents travaux de sciences politiques avaient montré que la participation électorale était d’abord le fait des catégories les plus intégrées. Le fait d’être privé d’emploi constitue un symptôme d’exclusion sociale et a pour effet de renforcer la tentation abstentionniste déjà élevée dans la période actuelle. On notera d’ailleurs que parmi les chômeurs, ceux qui ont déjà travaillé et qui ont donc eu un lien avec le marché du travail, seraient potentiellement 44% à s’abstenir contre 51% parmi les personnes se déclarant à la recherche d’un premier emploi, qui eux n’ont jamais pu accéder au monde du travail et se sentent manifestement encore moins intégrés socialement. Cette sur-abstention parmi les personnes à la recherche d’un premier emploi s’explique également par un effet d’âge, les jeunes, tranche d’âge structurellement abstentionniste, étant massivement surreprésentés dans cette catégorie.

Un survote pour Marine Le Pen et les candidats de gauche chez les demandeurs d’emploi

Si les chômeurs se caractérisent par une propension plus importante à s’abstenir, les spécificités sont plus marquées encore en termes d’intentions de vote. Comme on peut le voir sur le tableau ci-dessous, on constate en effet dans cette population un tropisme pour Marine Le Pen et pour les candidats de gauche assez manifeste. 36% des demandeurs d’emploi qui iront aux urnes envisagent de voter FN, soit une prime de 11 points par rapport au potentiel électoral moyen actuel de Marine Le Pen (25%). 

Différentes analyses de l’Ifop avaient déjà montré que le FN obtenait ses meilleurs résultats dans les bassins d’emplois les plus touchés par le chômage, traduisant la colère et la désespérance des populations locales. Ces chiffres montrent que si dans ces territoires de larges pans de l’électorat optent pour le vote FN, les demandeurs d’emploi constituent l’une des catégories les plus acquises à ce mouvement politique.  

Le vote FN au premier tour des régionales de 2015 en fonction du taux de chômage dans le bassin d'emploi (au second trimestre 2015)

Pour autant, le vote des chômeurs est loin d’être homogène puisque le score de l’ensemble des candidats de gauche équivaut à l’audience du FN (35,5% contre 36%). Chacun de ces candidats de gauche bénéficie d’un soutien un peu plus prononcé des demandeurs d’emploi que de l’ensemble de la population. Cette « prime » parmi les chômeurs atteint 1,5 point pour les deux candidats trotskistes, 4 points pour Jean-Luc Mélenchon (le leader de la France insoumise, rassemblant près d’un chômeur sur cinq) et 3,5 points pour Benoît Hamon. Alors que le candidat du PS a placé au cœur de son programme le revenu universel et la réduction du temps de travail, mesures présentées comme autant de réponses à la fin de la société du plein emploi, il ne rencontre qu’un faible écho parmi les chômeurs, même si ces derniers voteraient davantage pour lui que la moyenne des Français : 13,5% contre 10% en moyenne.

Alors que les candidats de gauche et Marine Le Pen bénéficient donc d’une audience particulière auprès des demandeurs d’emploi, ces derniers semblent en revanche nettement moins attirés à la fois par Emmanuel Macron qui atteindrait seulement 17% contre une moyenne de 25% (soit un déficit de 8 points), le handicap étant encore plus lourd pour François Fillon avec un score de 8%, soit 10 points de moins que son niveau moyen. Le programme de réformes libérales du candidat de la droite ainsi que les révélations dans le cadre des affaires Fillon le rendent manifestement inaudibles par les chômeurs.

 De son côté, Emmanuel Macron, qui plaide lui aussi pour des modifications du marché et du droit du travail, souffre d’un handicap manifeste parmi les chômeurs alors même qu’il revendique un programme tourné vers les outsiders (que sont les demandeurs d’emploi) au détriment des insiders, bénéficiant de positions acquises et d’un statut. 

Si l’on compare par rapport à l’élection présidentielle 2012, des tendances se font jour. Alors que Marine Le Pen enregistrerait actuellement une progression de 7 points dans l’ensemble de la population (de 18% à 25%), cette hausse serait encore amplifiée parmi les demandeurs d’emploi puisque la candidate du FN y passerait de 26% à 36% soit un gain de 10 points. Jean-Luc Mélenchon, également candidat en 2012, avait obtenu 15% des voix des chômeurs, il progresserait de 4 points pour atteindre désormais 19%, cette hausse étant comparable à celle mesurée dans l’ensemble de la population. Nicolas Sarkozy, quant à lui, n’avait recueilli que 12% des suffrages des chômeurs. Son successeur de droite, François Fillon, enfoncerait à la baisse cet étiage déjà faible avec seulement 8% des voix.

Le fait d’être au chômage amplifie le vote en faveur du FN et de la gauche 

On notera que la lecture du tableau précédent fait apparaitre un gradient qui se vérifie pour quasiment tous les candidats et qui fonctionne de la manière suivante : les écarts qui existent à la hausse ou à la baisse entre les actifs ayant un emploi et l’ensemble de la population   sont systématiquement encore accentués dans la catégorie des chômeurs. Ainsi par exemple, Marine Le Pen ferait un meilleur score parmi les actifs occupés que dans l’ensemble de la population (29% contre 25%), mais son niveau serait encore rehaussé chez les chômeurs (36%). On constate le même phénomène, mais de manière un peu estompée, pour Jean-Luc Mélenchon : 15% dans l’ensemble de la population, 16,5% parmi les actifs occupés et 19% chez les chômeurs. 

Le processus se vérifie également mais selon une logique inversée pour François Fillon : 18% dans l’ensemble de la population, 12% auprès des actifs occupés et seulement 8% chez les chômeurs. Ces chiffres semblent indiquer qu’un sentiment de vulnérabilité sociale est plus répandu actuellement dans le monde du travail que dans les catégories moins exposées (retraités, femmes au foyer, étudiants) et que cette France du travail est en demande de davantage de protection et adhère moins fortement aux réformes en matière de droit du travail et de protection sociale. Cette France du travail est donc aujourd’hui plus attirée par les programmes de gauche ou du FN et assez inquiète ou opposée à celui défendu par François Fillon. Ces tendances à l’œuvre se retrouvent de manière encore plus marquée parmi les chômeurs qui sur-voteraient pour Marine Le Pen et les candidats de gauche et sanctionneraient parallèlement durement le candidat des Républicains.  

 L’analyse détaillée des intentions de vote dans certaines catégories confirme ce diagnostic. Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessous, parmi les cadres et les professions intermédiaires, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen bénéficient d’une prime parmi les personnes actuellement à la recherche d’un emploi comparativement à ceux occupant un poste quand, dans le même temps, François Fillon est moins soutenu par les demandeurs d’emplois que par les personnes ayant le même statut mais étant actuellement en activité. Concernant le vote Fillon, on constate également un fossé béant au sein de cet univers des classes moyennes et des cadres entre les actifs et les retraités. Ces derniers seraient 33% à voter pour le candidat de droite alors que les actifs de même condition sociale ne seraient que 13,5% dans ce cas soit un écart de près de 20 points. On peut penser notamment que la volonté exprimée par le candidat de droite d’abolir les 35 heures et de reculer l’âge de départ à la retraite à 65 ans constitue un puissant répulsif parmi les électeurs en activité quand ces mesures sont, à l’inverse, assez soutenues par des électeurs en retraite qui, par définition, ne seront pas concernés.  

Le schéma évoqué plus haut fonctionne également pour ce qui est des votes Le Pen et Mélenchon, qui sont les moins élevés chez les retraités, qui gagnent ensuite en intensité parmi les actifs occupés et qui s’amplifient encore parmi les demandeurs d’emplois. 

Ces logiques prévalent également dans les catégories populaires. Marine Le Pen n’atteint ainsi « que » 27% parmi les employés et les ouvriers à la retraite. Ce score est boosté de 10 points parmi ceux qui sont actuellement en poste (37%) et grimpe encore de 4,5 points supplémentaires parmi ceux qui sont aujourd’hui à la recherche d’un emploi.  

Le vote Mélenchon suit la même trajectoire mais de manière moins exponentielle. François Fillon, quant à lui, dispose d’un point d’appui dans les milieux populaires en la personne des employés et des ouvriers à la retraite qui seraient 25% à voter pour lui, mais son audience est faible parmi ces mêmes employés et ouvriers en activité (9%) et marginale parmi ceux qui sont au chômage (6,5%). 

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
07.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 02:36
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire?

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales...

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant.
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions.
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié...
bd
- 12/04/2017 - 02:36
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.
lafronde
- 10/04/2017 - 19:09
Pas de conscience de classe chez les chômeurs.
Que les jeunes n'étant pas encore entré dans la vie active ne vote pas ou mal est banal. Ce n'est pas l'éducation nationale qui va les instruire de ce qu'est un citoyen d'une Société libre : nourrir et défendre sa famille en priorité. Par contre les seniors ont déjà fait carrière même s'ils sortis de la voie royale de l'emploi stable. Ils ont donc eut le temps de réflechir à ce qui leur arrive, mais la plupart d'entre eux croient que le chômage est une fatalité de notre temps. Faute de culture en micro-économie la majorité d'entre-eux votent pour les système politico-économique qui les maintiennent hors du marché du travail. Car le chômage n'est pas une fatalité, mais la conséquence de politique budgétaire puis fiscale erronée, choisies par clientélisme politique : pour se faire élire les politiciens au pouvoir ont distribué des rentes. En payant ces rentes, l'économie marchande, l'entreprise n'a plus assez de marge pour investir avec une rentabilité suffisante. Faute d'investissement les postes sont moins productifs et restent virtuels. L'Entreprise, pillée par l'Etat au profit des politiciens n'offre plus assez d'emplois. Ce n'est pas la subventionnée Presse qui le leur apprendra