En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 48 min 57 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 3 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 4 heures 37 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 5 heures 43 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 6 heures 48 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 7 heures 41 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 8 heures 44 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 9 heures 17 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 1 heure 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 5 heures 23 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 59 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 7 heures 28 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 54 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 8 heures 38 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 9 heures 21 min
© AFP
© AFP
Onde de choc sur les sondages

Nouvelle donne présidentielle : la vague Mélenchon peut-elle provoquer des changements d’intention de vote en cascade ?

Publié le 07 avril 2017
Depuis le débat des cinq candidats le lundi 20 mars dernier, Jean-Luc Mélenchon est remonté dans les intentions de vote dépassant le candidat socialiste Benoît Hamon. Suite au dernier débat du mardi 4 avril réunissant cette fois-ci les 11 prétendants, cette remontée se concrétise et l'écart entre le candidat de la France Insoumise et François Fillon se resserre (17% et 19%).
Sylvain Brouard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Brouard est chargé de recherche de la Fondation nationale des sciences politiques au Cevipof.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le débat des cinq candidats le lundi 20 mars dernier, Jean-Luc Mélenchon est remonté dans les intentions de vote dépassant le candidat socialiste Benoît Hamon. Suite au dernier débat du mardi 4 avril réunissant cette fois-ci les 11 prétendants, cette remontée se concrétise et l'écart entre le candidat de la France Insoumise et François Fillon se resserre (17% et 19%).

Atlantico : Quelle pourrait être la réaction des électeurs de tous bords si Jean-Luc Mélenchon double François Fillon dans les sondages, devenant ainsi un véritable prétendant à l'Elysée ?

Sylvain Brouard : Clairement le phénomène de vase communicante entre l'électorat de Benoît Hamon et celui de Jean Luc Mélenchon profite très fortement au candidat de la France Insoumise. 

Aujourd'hui dans la dernière enquête Cevipof on a 15% d'intentions de vote pour Jean-Luc Mélenchon  et 17.5% pour François Fillon. On rentre donc dans la marge de l'incertitude statistique. Si on utilise les différents sondages on voit qu'il y a en moyenne une médiane de l'écart entre les deux candidats dans les différents sondages de deux points. Et la probabilité que Jean-Luc Mélenchon soit devant François Fillon, compte tenu de cet écart, est de 30%. Il y a donc 70% de chance qu'in fine ce soit François Fillon, mais ce n'est pas complètement improbable que Jean Luc Mélenchon le devance.

En revanche ça peut avoir un impact sur l'attitude de l'électorat de Benoît Hamon. Parce que pour cet électorat, il peut y avoir une motivation à faire en sorte que le candidat de droite soit devancé par un candidat de gauche et donc d'inciter encore plus d'électeurs du candidat socialiste à se tourner vers le candidat des Insoumis. En fait, plus Jean-Luc Mélenchon apparaîtra sur les talons de François Fillon, plus l'électorat de gauche se rassemblera derrière lui.

Plus spécifiquement, les électeurs de Marine Le Pen pourraient-ils être séduits par le candidat des Insoumis ? Outre l'abandon de son discours de Marseille de 2012, appelant à l'ouverture vers l'immigration, quels sont les éléments permettant à Jean Luc Mélenchon de séduire une frange de l'électorat FN ?

Il n'y a qu'une très faible porosité entre les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et ceux de Marine Le Pen. Il y a bien un groupe qui hésite plus ou moins entre les deux, mais c'est 4% de l'électorat actuel de Marine Le Pen. Ce qui représente à peine un point pour la candidate.

Tant que Marine Le Pen est en tête dans les sondages, ça peut éventuellement inciter une partie de ce pourcentage à se reporter sur Jean Luc Mélenchon dans une logique protestataire ou c'est "le meilleur des deux mondes". A savoir celui ou les deux candidats qu'ils préfèrent se retrouveraient dans des positions avantageuses. Néanmoins ce n'est qu'une petite fraction de l'électorat de Marine Le Pen et ça ne l'affaiblira que marginalement.

Ça peut être décisif en revanche pour Jean-Luc Mélenchon en particulier face à François Fillon. Mais de là à rattraper Emmanuel Macron ou la candidate du Front National , ça reste très difficile. Aujourd'hui mon estimation deprobabilité de présence au second tour de Jean Luc Mélenchon est de 3%. Non seulement il faut qu'il soit devant François Fillon mais aussi devant Emmanuel Macron ou Marine Le Pen. Et l'écart est quand même substantiel, on est autour de 7 points pour Marine Le Pen et 7.5 pour Emmanuel Macron. Donc une probabilité autour de 10%.

Si l'on observe une légère baisse dans les sondages des deux favoris, il s'agit plus d'une fluctuation des marges d'erreurs que d'une baisse. Mais d'une certaine manière tant que les intentions de votes sont stables et équilibrés pour Marine Le Pen et Emmanuel Macron ça ouvre le champ des possibles pour le reste des candidats. C'est à dire que pour l'électorat, le second tour apparaît déjà comme fixé (à tort ou à raison). Et quand c'est le cas, c'est plus simple de se déterminer sur d'autres facteurs. Comme par exemple le plaisir d'avoir les deux candidats des partis en quatrième et cinquième

Pour Jean Luc Mélenchon, tout dépend de ce que va faire l'électorat de Benoît Hamon et cette petite fraction de Marine Le Pen.

Quelle pourrait être la réaction des électeurs de François Fillon si Jean-Luc Mélenchon le devance ? Une percée de la France Insoumise pourrait-elle être à même de remobiliser les électeurs de droite derrière François Fillon ?

C'est possible à la condition que le candidat des Républicains lui-même ne soit pas décrédibiliser et c'est pour l'instant loin d'être le cas. C'est d'ailleurs la grande cause de l'exode de son électorat vers le deux grands favoris.

Ça me paraît relativement improbable car ça supposerait qu'éviter la quatrième place pour François Fillon soit une motivation suffisante pour détourner la part de son électorat prêt à voter Emmanuel Macron et Marine le Pen.

De plus, s'il devait y avoir un phénomène de mobilisation, on le verrait se déclencher maintenant afin que François Fillon atteigne le second tour et non pour qu'il conserve la troisième place, car ça ne signifie pas grand-chose pour lui. Hors aujourd'hui, cette mobilisation en ce discerne pas.

En revanche ce n'est pas exclu, on évalue autour de 20% la probabilité de François Fillon soit au second tour de l'élection, mais c'est encore très faible.

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 12/04/2017 - 13:26
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (2)
Pantin, sans expérience, disant ce que d'autres puissances l'enjoignent à dire? 

Dont acte, il a 39 ans, c'est vrai, et sans doute donc moins d'expérience que des hommes et femmes politiques rompus aux joutes électorales. 

Il suit une ligne cognitiviste, ce qui pour tout pédagogue, est particulièrement parlant. 
Il faut des constats, argumentés, intellectualisés, et de ces constats, découlent des solutions. 
Cela s'appelle du pragmatisme. 
Il ne prétend pas que toutes ces solutions seront un succès. 
Il explique le droit à l'échec (pour lui comme pour tout le monde en promettant le droit au chômage pour tous).
Mais on tente, on essaie, parfois cela marchera, parfois non.
Mais, bon sang, qu'est-ce que ça fait du bien justement d'entendre quelqu'un qui peut ne pas être totalement sûr de lui et dire : «on va faire ensemble».
Cela permettra à chacun, individuellement, de se sentir meilleur, en ayant le sentiment légitime d'avoir participé à l'élévation de la société dans son ensemble.
Là où tous les politiques depuis plus de 40 ans expliquent à longueur de temps sur Les plateaux télé savoir exactement ce qu'il faut faire, et qu'une fois élus, ils semblent d'un coup avoir tout oublié.
bd
- 12/04/2017 - 13:26
Emmanuel Macron: La logique pragmatique (1)
Parce qu’Emmanuel Macron peut être d'accord avec des gens de droite et de gauche, il n'aurait pas d'idée?

Nous souffrons tous depuis des années de voir des lois élaborées sous un gouvernement être détricotées par le suivant.
"En Marche!" n'est pas comme les autres.
Le rôle d'un Président dans un pays mature est, en effet, de trouver le dénominateur commun entre des personnes et des positions différentes, pour avancer, pour que le pays, en tant que nation, avance.

Est-ce que les politiques qui divisent, qui pointent du doigt l'autre, sont plus claires pour l'électorat?
Il est temps de comprendre que ceux qui jouent à diviser, à opposer, sont des apprentis sorciers.
bd
- 12/04/2017 - 13:22
Quand on vous disait que les extrêmes se rejoignent...
Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen sont tous deux des énamourés de la Russie. L'un pour sa fascination soviétique et l'autre pour sa nouvelle "philosophie" eurasiste.