En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 13 min 18 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 1 heure 45 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 2 heures 42 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 4 heures 50 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 5 heures 11 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 5 heures 45 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 1 heure 30 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 2 heures 14 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 4 heures 21 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 4 heures 44 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 5 heures 19 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 5 heures 45 min
Chiffres du chômage

Chômage au plus bas depuis 2009 dans l’UE : comment la France a loupé le coche

Publié le 04 avril 2017
Le chômage reste structurellement élevé en France, sans connaître la baisse significative que connaît la zone Euro depuis 2012. On peut en déduire que le problème est certainement du fait des politiques menées pendant cette période.
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le chômage reste structurellement élevé en France, sans connaître la baisse significative que connaît la zone Euro depuis 2012. On peut en déduire que le problème est certainement du fait des politiques menées pendant cette période.

Atlantico : Eurostat a publié les chiffres du chômage dans la zone euro pour le mois de février. Ce dernier atteint 9,5 %, soit le chiffre le plus bas depuis 2009. Dans quelle mesure la France n'a-t-elle pas profité d'un contexte européen favorable, ces résultats sont-ils le fait de la politique de François Hollande ?

Pierre-François Gouiffès : La comparaison avec l’année 2009 est très pertinente car cette année correspond aux débuts de la crise de la zone euro qui suit de très près la crise financière et économique mondiale de 2007-2008. Donc il a fallu près de huit ans à la zone euro pour effacer la crise sur le front du chômage.

Il y a toutefois des très grandes différences entre pays européens. Il y a d’abord les pays qui ont un taux de chômage inférieur à ce qu’il était en 2009 : l’Allemagne (taux de chômage divisé par deux !!!), la Belgique ou la Finlande. A l’autre extrême se situent des pays qui ont subi des crises économiques très violentes comme la Grèce, l’Espagne, l’Italie ou le Portugal mais qui connaissent une baisse importante du chômage depuis 2/3 ans, avec toutefois souvent des niveaux de chômage très supérieurs à ce qu’ils étaient avant le choc de 2009.

Et puis il y a la France : son taux de chômage a augmenté régulièrement et pris trois entre 2008 et 2015 points (de 7,4 % à 10,4 %) et connaît depuis cette date une stabilité à un niveau élevé du fait d’une reflux plus que modéré (10 % dans la dernière livraison d’Eurostat). Le chômage en France est donc structurellement élevé et en outre il ne connaît absolument pas la baisse significative que connaît la zone euro depuis 2012 (passage de 12 % à 9,5 %).

Donc le problème demeure dans son intégralité, et la responsabilité en revient sans doute aux politiques économiques et sociales conduites sous les deux derniers présidents, politiques qui ont couplé une augmentation puissante de la fiscalité pesant sur l’activité et la tergiversation quant à une réforme structurelle du marché du travail, ceci à la différence de la quasi-totalité de nos voisins. En outre la France ne profite que très peu de la croissance mondiale (une décennie de déficits de la balance des paiements) du fait d’une compétitivité chancelante qui n’a jamais été une orientation politique dans la durée depuis 1993.

En quoi le chômage demeure-t-il un enjeux essentiel pour le prochain Président de la République ? Qui aujourd'hui a selon vous le programme le mieux outillé pour parvenir à le faire baisser ?

Le niveau de chômage, avec le double drame majeur des jeunes et encore davantage des plus de cinquante ans, n’en finit pas de miner la société française à la fois du fait de son impact concret sur le moral et le respect de soi de certains de nos concitoyens, mais également du fait qu’il incarne l’impuissance politique, puisqu’un objectif considéré comme majeur – c’était d’une certaine manière hystérisé avec François Hollande et son engagement solennel de baisse – n’est tout simplement jamais atteint depuis plusieurs décennies.

Pour la présidentielle on a une ribambelle de solutions. Benoit Hamon ratifie d’une certaine manière notre impuissance avec son projet de revenu universel. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen proposent des solutions divergentes mais incluant une puissante dose d’étatisme et des hausses des dépenses publiques. On est de toute façon avec ces candidats dans des politiques économiques non cartographiées.

Restent donc les deux candidats « raisonnables » sur le plan économique, François Fillon et Emmanuel Macron. Les deux programmes ont des similitudes d’esprit ou de philosophie, mais le caractère beaucoup plus « radical » du programme Fillon (baisse de l’emploi public, baisse du coût du travail et du coût du capital, simplification) conduit l’institut de prévision économique COE-Rexecode à prévoir bien davantage de création d’emplois marchands qu’avec l’application du programme Macron. Rappelons enfin que François Fillon a fait du retour au plein emploi l’un de ses slogans clés de campagne.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cavalier26
- 04/04/2017 - 13:46
Chomage ! A qui la faute?
Qui était aux commandes ces 5 dernières années? Qui aurait dû prendre des dispositifs pour simplifier le marché du travail, mais les a compliqués? M. HOLLANDE, ainsi que son avatar MACRON, conseiller puis ministre. On oublie trop souvent, que ce sont les entreprises petites et moyennes, aussi les artisans qui fournissent des emplois. Ils sont bloqués par des normes administratives, des droits de ceci et de celà, des lignes et des lignes de déductions sur les bulletins de salaire. Simplifions l'emploi. Libérons le travail. Réformons le sacro-saint des droits acquis. Il faut engager du personnel, mais pouvoir s'en libérer quand il y a moins de travail. Ce sont ceux qui fournissent les emplois qui sont sanctionnés par des lourdeurs administratives. Code du travail trop compliqué, personne ne s'y retrouve. On engage que si il y a de la visibilité, de la confiance. Hollande Macron, aucune confiance autre que celle des bobos stupides.