En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© SAJJAD QAYYUM / AFP
Impasse

Hausse record du nombre de bébés nés d’une mère étrangère en Allemagne (mais toujours pas assez pour résoudre la crise démographique outre-Rhin)

Publié le 03 avril 2017
L’indice de fécondité des femmes de nationalité étrangère, de 1,9 enfant par femme, s’il est supérieur à la moyenne des femmes allemandes (1,4 enfant par femme), apparaît néanmoins inférieur au seuil de remplacement des générations (2,06 enfants par femme).
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant, membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’indice de fécondité des femmes de nationalité étrangère, de 1,9 enfant par femme, s’il est supérieur à la moyenne des femmes allemandes (1,4 enfant par femme), apparaît néanmoins inférieur au seuil de remplacement des générations (2,06 enfants par femme).

Atlantico : En 2015, selon les données de l'Office allemand de la statistique (Destatis), 1 bébé sur 5 est né d'une mère détentrice d'une nationalité étrangère. Quelles implications (sociales, économiques, politiques) cela peut-il avoir pour l'Allemagne ? 

Laurent Chalard : Cette évolution démographique a diverses implications pour l’Allemagne, certaines potentiellement positives et d’autres plus problématiques.

Sur le plan économique, c’est plutôt une bonne nouvelle, dans le sens que l’augmentation des naissances de mères étrangères permet de limiter un peu la dénatalité du pays. Si l’Allemagne n’avait pas de femmes étrangères sur son sol, il y aurait 20 % de naissances en moins ! En effet, l’Allemagne a une fécondité constamment inférieure au seuil de remplacement des générations (2,06 enfants par femme) depuis près de cinquante ans, conduisant à un amenuisant du nombre de naissances, ce qui constitue son principal point faible, à l’origine d’une pénurie potentielle de main d’œuvre dans le futur et de problématiques sensibles concernant le financement des retraites.

Sur le plan politique, la forte progression des naissances de mère étrangère sous-entend que l’Etat allemand va devoir s’adapter progressivement à la nouvelle donne multiculturelle, avec, en particulier, l’émergence d’une population extra-européenne, jusqu’ici, essentiellement cantonnée à la communauté turque, non négligeable. Or, l’Allemagne y est mal préparée, car le pays se distinguait de la France ou du Royaume-Uni par la moindre importance de l’immigration extra-européenne, en particulier africaine.

Sur le plan social, l’enjeu est de taille et les choses pourraient s’avérer grandement problématiques si la politique d’intégration allemande est du même ordre que l’amateurisme total de la politique migratoire de Madame Merkel. Il faudra faire de très gros efforts pour que ces nouveaux nés s’intègrent de manière convenable à la société allemande, ce qui n’est pas forcément évident pour les populations d’origine non européenne, étant donné le caractère beaucoup plus étroit qu’en France (où cela ne fonctionne déjà pas très bien !) du nationalisme allemand, où règne toujours le droit du sang dans les mentalités. L’Allemagne n’ayant pas la conception universaliste de la nation à la française, les possibilités d’assimilation sont moindres. Par contre, l’existence de l’héritage d’un pluralisme religieux catholiques/protestants peut être un facteur favorable à l’insertion de religions nouvelles venues, à commencer par l’islam. 

Les naissances de bébés de mères roumaines (8 154) et de mère bulgares (4 202) ont connu la plus forte hausse au cours de l'année 2015, respectivement + 47% et +34%, avec les bébés nés de mères syriennes (4 800). Qu'est-ce que cela révèle des flux migratoires à destination de l'Allemagne ? 

L’évolution des naissances de mère étrangère en Allemagne en 2015 est effectivement grandement corrélée aux flux migratoires qu’a connus le pays cette année-là. L’Allemagne s’est caractérisée en 2015 par des flux migratoires de deux ordres, qui, combinés, ont conduit à un excédent migratoire record depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en l’occurrence supérieur à 1 million de personnes.

D’un côté, comme en 2014, le pays a connu un afflux soutenu d’une immigration légale de travail, originaire en majeure partie de l’Europe orientale (principalement de Roumanie, de Bulgarie et de Pologne) et de l’Europe méridionale (Espagne et Grèce). Etant donné son besoin important en main d’œuvre, en particulier dans l’industrie, l’Allemagne va chercher la main d’œuvre dans les Etats européens les moins riches et/ou en crise, d’autant que les perspectives d’emploi sont limitées pour les populations concernées dans leur pays d’origine. Ce n’est donc pas un phénomène nouveau, mais une tendance structurelle, qui s’est poursuivie de manière intense en 2015.

D’un autre côté, l’Allemagne a connu en 2015 un évènement d’ordre conjoncturel, qui est un afflux, sans précédent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’une immigration illégale d’origine politique, liée à la crise des réfugiés syriens, auxquels se sont mêlés de nombreux autres migrants d’origine extra-européenne (Afghans, Erythréens, Soudanais…) par opportunisme, profitant de l’anarchie généralisée pour passer en Allemagne. Cette immigration, censée, elle aussi, répondre aux besoins de main d’œuvre du pays, semble, pour l’instant, extrêmement problématique, étant donné le manque de qualification de la majorité des nouveaux arrivants, qui restent sans emploi.

L'apport de ces femmes de nationalité étrangère à la natalité allemande peut-il résorber le problème démographique de l'Allemagne ?

L’ampleur de la dénatalité allemande est telle, les générations qui naissent actuellement ne représentant que 60 % des générations nées pendant les Trente Glorieuses, que cette légère hausse des naissances n’est pas en mesure de la compenser, permettant seulement de la réduire légèrement temporairement.

En effet, l’indice de fécondité des femmes de nationalité étrangère, de 1,9 enfant par femme, s’il est supérieur à la moyenne des femmes allemandes (1,4 enfant par femme), apparaît néanmoins inférieur au seuil de remplacement des générations (2,06 enfants par femme), donc largement insuffisant pour inverser la tendance générale à la dénatalité. Par ailleurs, les enfants de la seconde génération nés en Allemagne, adoptant les comportements de fécondité allemands, ne peuvent contribuer au renouveau démographique à long terme. L’Allemagne constitue une sorte de "tonneau des danaïdes", c’est-à-dire qu’il faudrait des dizaines de millions de migrants pour revenir aux niveaux de naissance du baby boom dans le schéma actuel !

Le problème démographique allemand apparaît consécutivement très profond et relève d’une question de mentalité, à changer totalement, ce qui ne peut guère passer que par un choc psychologique de masse (par exemple, le baby boom a fait suite à la Seconde Guerre mondiale).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 03/04/2017 - 16:15
Permanence des peuples.
Même en 200 ans on ne transformera pas des Afghans ou des Soudanais en Allemands.
Stargate53
- 03/04/2017 - 14:59
Bon courage !
Il est clair que ce ne sont pas des lendemains qui chantent que se préparent l Allemagne avec cette pousse de naissances de familles à l histoire moyenâgeuse. Il y aura choc culturel comme nous le voyons en France en ce moment avec cette montée de l islam radical qui a la prétention de nous soumettre à ses dictats et coutumes totalitaires. Bien sûr ils ont déjà l expérience des turcs mais le grand nombre de nouveaux arrivants, armes de leurs certitudes et envie communautarisme sera un vrai probleme à gérer !
lafronde
- 03/04/2017 - 11:03
Grand remplacement : à l'Est le grand Turc remplace le teuton !
Les défenseurs victorieux de Vienne, doivent se retourner dans leur tombe. Le pays, berceau du Saint Empire romain-germanique, est livré sans combat au Grand Turc, à l'Infidèle musulman. La perte d'Identité mène à toutes les tyrannies. Or l'Identité c'est l'usage au fil des siècles de la Liberté d'association de chaque Peuple. Renier son Identité c'est renier la Liberté de nos aïeux. Si un personne veut renier son héritage identitaire, libre à elle, mais qu'elle n'exige par des autres qu'ils renient les choix de leurs ancêtres, ni l'héritage qui leur ont légué indivis. Or ce reniement est ce qu'exige de nous le Droit progressiste européen. La CEDH exige le nihilisme identitaire, au motif que l'Identité européenne ou nationale serait discriminatoire envers les extra-européens. L'Union européenne livre ainsi les Peuples d'Europe à l'invasion de migrants musulmans, hostiles et pilleurs dès qu'ils croient et appliquent la Charia ! Quel musulman ne demande-il pas la Charia ?