En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 42 min 49 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 27 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 10 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 53 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 28 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 53 min 52 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 49 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 45 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 26 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 1 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 45 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 48 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 32 min
Atlanti-culture

"Paris la blanche" : une belle histoire d'amour, dans un contexte attachant

Publié le 01 avril 2017
Gilles Tourman pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Tourman est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

CINEMA

PARIS LA BLANCHE

France. Couleur. Drame de Lidia Terki. Avec Tassadit Mandi, Zahir Bouzezar, Karole Rocher, Sebastien Houbani, Dan Herzberg, Marie Denarnaud …

LA REALISATRICE

Venue au grand écran pour avoir découvert à douze ansL’Aventure de Madame Muir, de Mankiewicz, au Cinéma de minuit, Lidia Terki entame des cours de Droit, ses parents ne trouvant pas opportun qu’elle suive des études de cinéma. Elle les interrompt quand elle rencontre Jean Rabasse, alors chef décorateur pour Decouflé ainsi que sur les films de Jeunet et Caro. En effet, le comptable de celui-ci, qui travaille dans la boîte de films institutionnels où elle est commerciale, lui suggère un jour d’aller à Nantes où Agnès Varda tourne Jacquot de Nantes. Lidia Terki a 20 ans, elle lâche tout et devient stagiaire déco. Elle enchaîne divers petits boulots à tous les postes, travaille chez Elzévir Films ne rêvant que d’une chose : réaliser son premier court. 

L’occasion se présente au détour d’un film prévu pour être réalisé en Belgique. En effet, le matériel devant arriver le vendredi et le tournage débuter le lundi, Caroline Adrian, productrice de télévision, l’invite à profiter de ce week-end de latence pour l’utiliser. Et comme ledit tournage aura lieu dans un mois, Lidia Terki use de ce délai pour écrire l’histoire d’une fille agoraphobe qui, coincée sur son balcon, ne sait pas quoi faire de sa vie, ayant peur de sortir. Le film remporte deux prix au festival de Pantin. 

S’ensuit un deuxième court métrage, en Corse et, trois ans plus tard, La Mirador, l’histoire d’une gamine de treize ans fascinée par son frère qui se drogue. 

Paris la Blanche est son premier long-métrage.

THEME

Séparée de Nour, son mari, émigré en France depuis 48 ans, sans nouvelles de lui depuis 4 sinon à travers l’argent qu’il n’a jamais cessé d’envoyer par l’intermédiaire du frère de celle-ci, vivant à Marseille, Rekia (70 ans) quitte sa Kabylie natale pour Paris, afin de le retrouver et de le ramener au pays. 

Hélas, le frère de Rékia n’a plus, lui non plus, d’infos depuis trois ans. A Paris, Rekia apprend que Nour a quitté son foyer de travailleurs du XXème arrondissement sans laisser d’adresse. 

Epuisée, affamée, elle s’écroule dans la rue. Steve, Syrien, vient à son secours et lui présente Tara, qui tient un café. Commence alors une chaîne de solidarité qui va mener Rekia jusqu’à un foyer d’immigrés de la proche banlieue parisienne…

POINTS FORTS

Il émane de cette itinérance, sans méchants ni rebondissements factices, un climat éminemment féminin par sa douceur, sa pudeur et la tendresse de son regard envers tous les personnages croisés.  

Au passage, cette touchante histoire d’amour défiant le temps et les lieux nous rappelle sans donner de leçon de morale ce que la France doit à ses immigrés.

Plus subtilement, il oppose aux chantiers qui envahissent et “horizontalisent” l’espace (même si les grues et les tours sont verticales) des valeurs d’amour, de persévérance et de fidélité qui, elles, élèvent l’être humain.

De plus, loin de tout dialogue pompeux, imprégné de pathos ou explicatif, le sentiment passe d’abord par les regards, les sourires, les gestes et le silence. Ainsi, on ne saura rien de ce qui a amené Nour à rester en France mais on comprend pourquoi il ne retournera pas au pays. Pour autant, remplir cette ellipse ne relève pas d’une faiblesse scénaristique mais bien d’une fenêtre laissée ouverte au spectateur qui s’y exercera selon son propre vécu.

Enfin, même si cette quête peut apparaître simpliste, l’humanisme affiché n’empêche pas les allusions à la guerre et aux marchands de sommeil, ce qui rend ce film attachant malgré certaines faiblesses.

POINTS FAIBLES

Le film s’apparente à un conte. C’est sa force et sa limite. Ou on y entre et on en accepte la forme comme le fond …ou il laisse insensible et il paraîtra ennuyeux, lourd d’invraisemblances et de facilités d’écriture, notamment lors de certaines répliques pouvant laisser l’impression d’avoir été écrites à l’emporte-pièce.

EN DEUX MOTS

“Le film parle de cet espoir qu’ont tous ces gens, qui peut être un leurre, parfois un sacrifice qui dure toute une vie. Ces personnes qui quittent leur pays, leur famille, leurs parents, leurs enfants pour aller travailler ailleurs ; je ne pense pas qu’elles le font de gaieté de coeur… Je voulais le dire et aussi raconter une histoire d’amour, en hommage à celle qu’ont partagé mes parents. La mère de Lidia Terki était française et son père Kabyle (ndlr)”. Lidia Terki.

Rajoutons que le thème des chibanis (littéralement “cheveux blancs”), qui désigne la première génération d’immigrés algériens de l’après-guerre, n’a quasiment jamais été traité, ni à la télévision ni au cinéma. Une jolie occasion de faire leur connaissance

UN EXTRAIT

Ou plutôt deux:

- un échange:

        “- La France n’a pas été très propre” (un passager du ferry à Rekia)

        “- Personne n’est propre pendant une guerre” (Rekia au passager).

 - une phrase:

         - “ A ceux qui cherchent l’espoir au-delà des mers” (Dédicace du film).

RECOMMANDATION

                                   BON

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires