En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Atlanti-culture
"Le deuil du pouvoir" : c'est un peu superficiel, mais on comprend mieux certaines évolutions
Publié le 31 mars 2017
Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

LIVRE

LE DEUIL DU POUVOIR

sous la direction d'Alexis Brézet

Ed. PERRIN – LE FIGARO

319 pages

17.90€

THEME

Sous la Direction d’Alexis Brézet, chroniqueur de talent, historiens et journalistes se penchent sur sept présidents de la Vème République, avec des sous-titres quelque peu racoleurs :

Charles de Gaulle L’irrésistible force des choses par Arnaud Teyssier

Georges Pompidou : Une agonie à l’Elysées par Marie-Amélie Lombard-Latune

Valéry Giscard d’Estaing : Les adieux manqués par Guillaume Tabard

François Mitterrand : L’interminable cérémonie des adieux par Solenn de Royer

Jacques Chirac : Sur la pointe des pieds par Philippe Goulliaud

Nicolas Sakozy : Le président qui ne voulait pas redevenir candidat par Charles Jaigu

François Hollande : L’Abdication traitée en post-face par Solenn de Royer

Comme le livre n’était peut-être pas assez gros on ajoute, en remontant le temps :

René Coty : De l’abnégation au désœuvrement par Georges Ayache

Albert Le Brun : L’homme qui suicida la IIIème République par Jean-Christophe Buisson

Patrice de Mac-Mahon : Une démission pour l’honneur (en 1879 !) par Maxime Tandonnet

Ces trois chapitres, qui ouvrent le livre, sont traités par des historiens qui ont synthétisé leur pensée, en ayant déjà consacré des ouvrages à ces présidents.

Sachant que la roche Tarpéienne voisine le Capitole, c’était un bon moment que ces temps d’élections présidentielles pour éditer un livre sur les cent derniers jours des Présidents à l’Elysée et démontrer que les histoires de pouvoir finissent toujours mal.

Si certains d’entre vous se souviennent de la collection Sélection du Reader’s Digest, il y a un peu de cela. Chaque partie est traitée entre 27 et 35 pages, suffisamment  pour donner, ou non, l’envie d’en savoir plus.

POINTS FORTS

1- La préface d’Alexis Brézet, dont les quelques pages, à elles seules, constituent l’essence de la matière du livre, mettant bien en perspective le propos dont il est question.

2- La vision de Charles de Gaulle avec un personnage tellement hors normes, qu’on ne peut parvenir à l’abîmer, même si le constat d’une forme d’incompréhension de Mai 1968, montre que sa fin était en route, en dépit des vastes projets qu’il ne put faire aboutir.

3 – Le rappel des grandes crises traversées par l’Etat depuis 1970 est bien indiqué tout au long des chapitres concernés.

4 – Une meilleure connaissance de la douleur comme de la maladie, tant pour Georges Pompidou que pour François Mitterrand, lequel s’est maintenu au pouvoir au prix de souffrances insensées ; n’était-il pas une sorte de héros balzacien mâtiné de Machiavel ? Il faut reconnaître que le portrait  de Mitterrand, tel qu'il est tracé, comporte, lui, un réel intérêt.

D’une certaine manière, on éprouve de la compassion pour ces deux hommes qui nous ont gouvernés.

5 – Quelques détails, plus journalistiques qu’historiques, sont intéressants mais nous donnent un peu l’impression d’être transformés en « voyeurs ».

6 – Les traitements assez fins et sensibles des épisodes consacrés à Giscard, Chirac et Sarkozy. On sent que cela fait partie de la vie des journalistes qui ont bien connu la période et conservent peut-être des souvenirs, voire des émotions personnelles.

7 - La post face ne manque pas d’intérêt quand elle trace des perspectives, mais en réalité elle anticipe surtout le départ annoncé de François Hollande et aurait pu, à ce titre, figurer dans le corpus du livre.

POINTS FAIBLES

1 - Pourquoi traiter le départ de Mac Mahon qui eut lieu en 1879 ?

2 - Pourquoi attribuer à ce pauvre seul Albert Le Brun « le suicide de la IIIème République » ?

3 - Pourquoi traiter avec tant de commisération René Coty qui eut, au cœur de cette IVème République, où l’on changeait de gouvernement comme de chemise, la force d’organiser le retour du Général de Gaulle au pouvoir, ce dernier allant ouvrir de nouvelles perspectives à la France?

EN DEUX MOTS

Hormis les aspects qui traitent directement de l’Histoire et qui, à ce titre, sont un peu hors sujet, ce développement un peu superficiel des sept derniers adieux de nos monarques républicains, ouvre un regard presque nostalgique sur les 50 dernières années de notre République, mais, et c’est là l’essentiel, il rappelle aussi les crises fondamentales traversées par le pays et dont nous souffrons aujourd’hui.

UN EXTRAIT 

François Mitterrand page 205

…Seule la sortie du Général trouve grâce à ses yeux : « Ah, de Gaulle en 1969 : quel magnifique départ… Cet orgueil blessé, cette bouderie somptueuse, ce manteau qui flotte dans la lande irlandaise…[…] Il a été chassé et pourtant, quel départ magnifique ! »

RECOMMANDATION 

BON

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
07.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires