En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 49 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 1 heure 13 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 3 heures 8 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 4 heures 19 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 7 heures 34 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 8 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 9 heures 45 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 1 heure 27 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 2 heures 37 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 5 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 6 heures 50 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 8 heures 30 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 9 heures 31 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 11 heures 2 min
© France 2
© France 2
Renouveau

Le choc Valls, le jour d'après : la gauche face à l'étrange feuille blanche de sa réinvention forcée

Publié le 31 mars 2017
L'idée d'une alliance à gauche a déjà été évoquée plus tôt dans la campagne. Après l'annonce de Manuel Valls de voter pour Emmanuel Macron, Benoît Hamon a appelé à un rassemblement politique qui irait jusqu'à Jean-Luc Mélenchon, en incluant le Parti communiste. Une nouvelle page s'ouvre pour la gauche, tant sur le plan politique qu'idéologique. Reste à savoir comment et si l’électorat répondra présent.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeanbart est le Directeur Général adjoint de l'institut de sondage Opinionway. Il est l'auteur de "La Présidence anormale – Aux racines de l’élection d’Emmanuel Macron", mars 2018, éditions Cent Mille Milliards / Descartes & Cie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Julliard est journaliste, essayiste, historien de formation et ancien responsable syndical. Il est éditorialiste à Marianne, et l'auteur de "La Gauche et le peuple" aux éditions Flammarion.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Bruno Jeanbart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeanbart est le Directeur Général adjoint de l'institut de sondage Opinionway. Il est l'auteur de "La Présidence anormale – Aux racines de l’élection d’Emmanuel Macron", mars 2018, éditions Cent Mille Milliards / Descartes & Cie.
Voir la bio
Jacques Julliard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Julliard est journaliste, essayiste, historien de formation et ancien responsable syndical. Il est éditorialiste à Marianne, et l'auteur de "La Gauche et le peuple" aux éditions Flammarion.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'idée d'une alliance à gauche a déjà été évoquée plus tôt dans la campagne. Après l'annonce de Manuel Valls de voter pour Emmanuel Macron, Benoît Hamon a appelé à un rassemblement politique qui irait jusqu'à Jean-Luc Mélenchon, en incluant le Parti communiste. Une nouvelle page s'ouvre pour la gauche, tant sur le plan politique qu'idéologique. Reste à savoir comment et si l’électorat répondra présent.

Atlantico : Qui représente la gauche aujourd'hui et qui sont les électeurs qui se revendiquent de gauche ?

 

Jérôme Fourquet : La gauche est attachée aux questions économiques et sociales, aux sujets qui concernent le chômage, le pouvoir d'achat, les services publiques et les inégalités.

Mais tout dépend de la définition de la gauche que l'on se fait. Est-ce que c'est celui qui est le plus important ? Ou alors c'est celui qui a l'ADN et les valeurs plus authentiquement de gauche ? Cette notion de gauche est subjective. Beaucoup de Français on dit que c'est plutôt Jean-Luc  Mélenchon qui représente la gauche parce que c'est la vraie gauche. Mais beaucoup d'autres Français interrogés ont répondu que c'était le Parti Socialiste parce que c'est le parti dominant à gauche. C'est celui-ci qui a fourni des Présidents de la République, ses majorités au Parlement et c'est lui qui a encore conservé une certaine visibilité et une présence sur le terrain malgré que ses forces militantes aient fortement diminué. Dans beaucoup de villes, ceux qui sont identifiés comme étant de gauche appartiennent encore majoritairement au PS. La gauche institutionnelle, officielle, c'est le Parti Socialiste. D'autres diront que c'est plus à gauche qu'il faut regarder. Tout cela est très subjectif. Tout cela était encore valide il y a quelques mois. Maintenant, avec le phénomène d'"En Marche. C'est beaucoup plus compliqué d'apporter une réponse claire. 

Au regard de ce qui a pu se passer dans le paysage politique des autres pays européens, qu'il s'agisse du Royaume-Uni, de l'Espagne ou de la Grèce, quel pourrait être le poids politique cette nouvelle gauche ? Plus généralement, à quel défi sera-t-elle confrontée ?

Jacques Julliard : Il est possible en effet qu'après les élections il y ait un parti d'extrême gauche semblable à D-link en Allemagne qui se constitue. Mais son poids serait de l'ordre de 20% de l'électorat français, et donc avec des chances de gouverner extrêmement faibles. Ce que préparent Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, c'est une longue période de vie en dehors du pouvoir. Ils ont abandonnés l'idée de gouverner pour un délai qui, il me semble, sera assez long. 

On risque même d'avoir deux candidats socialistes aux législatives dans beaucoup de circonscriptions. Le malheureux Jean-Christophe Cambadelis aura bien du mal à imposer un candidat unique. 

Benoît Hamon appelle à un rassemblement de la gauche, de lui-même jusqu’à Jean-LucMélenchon en passant par le PCF. Mais s’il y a des similitudes dans leurs programmes, les deux électorats sont-ils les mêmes ?

Bruno Jeanbart : On n'est pas tout à fait sur le même type d'électorat.Très clairement, si Benoît Hamon fait partie de la gauche du PS, son électorat est principalement composé de sympathisants socialistes. Quant à celui de Jean-Luc Mélenchon, il est très largement composé de partisans de la gauche radicale. Donc il y a quand même un positionnement politique qui est un peu différent. Quand on regarde dans le fond, le positionnement d'une échelle qui va de la droite à la gauche de cet électorat, on se rend compte que l'électorat de Jean-Luc Mélenchon se place plus à gauche que celui de Hamon. C'est la première différence.

On a aussi quelques différences sociologiques.

La première, c'est que l'électorat de Jean Luc Mélenchon est globalement un électorat assez diplômé. Jusqu'à présent, il avait plutôt du mal à toucher les catégories populaires, et c'est un électorat dans lequel on constate que l'on a une part importante d'électeur qui sont plutôt, comme on avait dans une partie de l'extrême gauche, des diplômés du supérieur. Un peu plus que chez l'électorat de Benoît Hamon. Il y a clairement un côté électorat intellectuel chez Jean-Luc Mélenchon qui se confirme d'élection en élection.

De son côté, Benoît Hamon a un électorat qui sera très déficient sur les catégories populaires, mais qui reste un électorat de classe moyenne. C'est un candidat qui, même s'il fait des faibles scores, continue d'avoir un électorat plus fort que celui de Jean-Luc Mélenchon chez les cadres, dans les professions de la classe moyenne supérieure. Ce n'est pas un phénomène nouveau. Malgré la concurrence d'Emmanuel Macron, qui est fort dans cet électorat, Benoît Hamon reste encore, auprès des cadres, très fort. 

En revanche, il y a quand même des choses qui sont proches chez eux. La première chose qui se recoupe beaucoup, c'est le fait qu'ils ont un électorat qui performe bien auprès des salariés du public, et qui réussissent bien chez les agriculteurs. 

 

Quels effets auraient une telle alliance sur la candidature globale ? L'addition des candidats permet-elle vraiment une addition des électeurs ?

Bruno Jeanbart : On est a 15% pour Jean-Luc Mélenchon et 10% pour Benoît Hamon. Mais il est très peu probable que cela conduise à une candidature unique à 25%. Il y aurait beaucoup de perte.

D'abord parce que l'arithmétique, en politique, n'est pas quelque chose de naturel. On a plus de chance d'avoir un électorat large quand on a une offre large.

De plus, en raison de la candidature du candidat d'"En Marche!, si le ralliement se faisait derrière Jean-Luc Mélenchon, il y aurait incontestablement une partie de l'électorat de Benoît Hamon qui ne suivrait pas, et partirait pour Emmanuel Macron. Ces électeurs auraient du mal à se rallier derrière un candidat de la gauche radicale, étant des électeurs de centre-gauche. 

Si c'est Benoît Hamon qui représentait cette alliance, alors ce serait le phénomène inverse. Il y aurait probablement, pour des raisons de proximité, l'électorat de Jean Luc Mélenchon qui aurait le sentiment que Benoît Hamon incarne une forme acceptable de la gauche.

Mais une autre partie de l'électorat, qui est en rejet du socialiste, essaierait de ne pas voter ou d'aller vers l'extrême gauche. Il y a une fracture qui s'est installée depuis 2012, avec le match entre François Hollande et Jean-Luc Mélenchon, en commençant par une non-participation de la gauche radicale. C'est difficile de rassembler les deux électorats, même avec Benoît Hamon. 

En quoi peut-on considérer que le départ de l'ancien Premier ministre et les réactions en chaîne qu'il provoque ouvrent une nouvelle page pour la gauche, tant sur le plan idéologique que politique ? 

Jacques Julliard : La rupture entre les frondeurs et la majorité des hollandais est bien antérieure. Lorsqu'il y a quelques mois, les frondeurs ont préparé une motion de censure contre leur propre gouvernement, on peut dire que la rupture était déjà opérée ! Ces cinq années du quinquennat de François Hollande ont été la préparation progressive de cette rupture. 

Alors que va-t-il en sortir ? Probablement une scission. Benoît Hamon devait bien se douter qu'en faisant ce qu'ils a fait depuis qu'il a été désigné, c’est-à-dire en ne recherchant d'alliances que sur sa gauche auprès de Mélenchon et des écologistes, il allait se produire ce qu'il vient de se produire. 

Manuel Valls quant à lui revient à son vieux projet qui est de créer une sorte de parti progressiste démocrate à l'américaine. Il ne croit plus qu'un parti socialiste ait un avenir en France. On se jette à la tête de mots comme trahison etc… Mais la vérité c'est que les deux camps ne voient pas l'avenir de la même manière. Les uns dans une sorte de regroupement d'extrême gauche - auquel très franchement je ne crois pas- et les autres veulent faire un parti de centre-gauche. 

Quelles concessions Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon devraient-ils faire pour rendre possible une telle alliance ? 

Jacques Julliard : Les deux programmes sont assez proches c'est vrai, tous deux dans la relance d'économie dans la demande. Et le seul point sur lequel ils sont opposés c'est finalement sur l'Europe. Mais ne jouons pas sur les mots. En aucun cas Jean-Luc Mélenchon ne souhaite se retirer devant le représentant du Parti Socialiste. A plus forte raison qu'il est maintenant devant lui dans les sondages. La question programmatique est donc devenue secondaire. Hamon fait semblant de croire qu'on pourrait encore faire une alliance, c'est purement tactique. Quand on est à 10% dans les sondages, on est mal placé pour être un pivot dans le rassemblement. 

Jean-Luc Mélenchon a dit clairement, et depuis le début, qu'en aucun cas il ne se désisterait. Et si Benoît Hamon se désistait pour Mélenchon se serait un suicide du Parti Socialiste. Il n'y a aucune chance que ça arrive, à moins qu'il ne tombe très bas dans les sondages. Ce serait abandonner le PS à Manuel Valls. 

 
 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 30/03/2017 - 21:24
La gauche paie la chute du communisme !
Les communistes avaient un idéal, non pas de fermeture, mais d'ouverture sur un monde meilleur, avec le grand soir qui était l'idéal à atteindre. La gauche socialiste au sens large et l'extrême gauche ne représentent pas, de par leurs "élites" les ouvriers. Alors ne pas s'étonner que le PS, comme d'autres partis, ne représentent plus grand chose !
cloette
- 30/03/2017 - 19:46
Diversion
On parle de Valls de Hamon, tout le monde s'en fout . J'ai hâte d'être au 23 Avril, qu'on en finisse . Marine Le Pen ou FIllon ça m'ira .
kelenborn
- 30/03/2017 - 15:39
Vous savez Ganesha
En matière de mantras, l'invocation du général n'est pas mal non plus et , nostalgie mise à part, je ne suis pas certain que ce soit une des meilleures cuvées par ces temps de panne sèche!
De Gaulle (et je mets entre parenthèse le 18 juin) c'est aussi, celui qui tel Mr Perrichon (désolé de faire appel à Labiche) ne pardonne pas aux américains d'avoir débarqué en 44 parce que cela rappelle que la France a été vaincue en 40 !!! Tout comme Perichon ne veut pas donner sa fille à celui qui lui a sauvé la vie! Alors, pour emmerder l'oncle Sam , de Gaulle a copiné avec tous les dictateurs ou apprentis dictateurs de la planète . Le tout orchestré par l'ORTF et le sinistre Michel Droit. De Gaulle comme toute cette bande d'emplumés n'a pas vu venir mai 68 (mais pas grand monde non plus)! En revanche il n'y a rien compris.
Et pour terminer, je déteste les plats réchauffés et n'ai jamais eu l'idée de manger du hochepot qui était le plat préféré du grand Charles