En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Logement

Hausse de l’immobilier à Paris : la politique du logement suivie depuis 5 ans en cause

Publié le 28 mars 2017
Pour ce premier trimestre 2017, les prix de l'immobilier ont connu une augmentation de 5% selon Century 21 et Guy Hoquet, malgré les lois successives du gouvernement visant à faciliter l'accès au logement à la population. Mais quels impacts ces dernières ont-elles réellement eu sur le quotidien des Français?
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour ce premier trimestre 2017, les prix de l'immobilier ont connu une augmentation de 5% selon Century 21 et Guy Hoquet, malgré les lois successives du gouvernement visant à faciliter l'accès au logement à la population. Mais quels impacts ces dernières ont-elles réellement eu sur le quotidien des Français?

Réduction d'impôt pour inciter à l'investissement locatif, plafonnement des loyers et des ressources des locataires, prêts à taux zéro... Quel bilan peut-on dresser aujourd'hui de la politique de François Hollande, que ce soit en termes d'accès au logement, à la propriété, de construction ?

Philippe Crevel : Il n’y a pas eu une politique du logement sous François Hollande mais plusieurs. Il y a eu la période anti-immobilier qui s’est traduit par la loi Dufflot et par une diminution sans précédent du nombre de logements neufs construit. Il y a eu la deuxième période symbolisé par le dispositif Pinel. Depuis 2015, les mises en chantier progressent. Depuis l’année dernière, les ménages ont retrouvé le chemin de l’investissement immobilier. Le nombre de permis de construire délivrés l’année dernière s’est élevé à 463.900, soit une hausse de 16 % par rapport à 2015. La construction de logements individuels a progressé de 14,5 % sur un an. La promotion immobilière enregistre de bons résultats avec 119 005 logements mis en vente, soit 16 % de plus qu'en 2015. Cela ne permet pas néanmoins de compenser le point bas atteint en 2014 avec 297 532 logements. Nous étions alors très loin de l’objectif de 500 000 logements que François Hollande s’était fixé.

Ce ne sont pas les 37 milliards d’euros d’aides publiques qui ont sauvé l’immobilier mais les taux d’intérêt. En 2016, ils se sont abaissés à des niveaux historiquement inconnus. Les ménages ont ainsi pu financer des achats immobiliers avec des emprunts à 10 ans ayant un taux inférieur à 1 %. C’est donc la BCE et sa politique monétaire non-conventionnelle qui ont provoqué la reprise de l’immobilier.

Les prix de l'immobilier à Paris ont augmenté de 5% au premier trimestre 2017 selon Century21 et Guy Hoquet. Est-il aujourd'hui plus difficile d'accéder à la propriété qu'il y a 5 ans dans des zones tendues comme Paris ? Quelles sont les catégories de population qui en souffrent ?

La baisse des taux diminue le coût du crédit et permet à moindre coûts d’acquérir un logement à la limite près que l’inflation est faible et que les salaires augmentent peu. Il vaut mieux avoir des taux plus élevés, une inflation qui érode la valeur du capital et des rémunérations professionnelles en augmentation et qui facilitent le remboursement des mensualités. En outre, si le coût du crédit a baissé, les conditions d’octroi des prêts se sont durcies depuis la crise financière. De ce fait les jeunes actifs et les primo-accédants éprouvent des difficultés pour acheter un logement. L’augmentation des prix de ces derniers mois complique un peu plus la donne pour ces catégories. De même, les détenteurs de revenus modestes ou irréguliers ne peuvent pas acheter un logement situés dans le cœur des grandes agglomérations. Il en est de même pour les familles avec plusieurs enfants. Les hyper-centres sont de plus en plus segmentés avec des classes aisées et des personnes pouvant bénéficier de logements sociaux.

Parmi les différents programmes des candidats à l'élection présidentielle, lequel selon vous pourrait répondre le mieux aux défis actuels ?

La Cour des comptes a, à plusieurs reprises, souligné que la politique menée depuis une trentaine d’années aboutissait à augmenter le coût d’acquisition des logements et le montant des loyers. Cette politique fausse les repères et elle est de nature malthusienne. Le candidat qui certainement a la vision la plus moderne et la plus en rupture avec le passé est François Fillon. Même s’il ne va pas assez loin pour augmenter le foncier disponible et créer de nouveaux pôles urbains pour permettre la respiration des hypercentres des agglomérations, il a néanmoins la volonté de redessiner en partie la politique du logement. Il entend redéfinir les conditions d’accès du prêt à taux zéro et réduire le coût des hypothèques. Il souhaite que 80 % de la population puisse accéder à des mécanismes de prêts. Il a promis l’abrogation de la loi Alur sur le logement. L'encadrement des loyers sera ainsi supprimé. Il veut créer un bail homologué à loyer modéré disponible en ligne, avec des avantages fiscaux proportionnels à la faiblesse des loyers pour les bailleurs. Il préconise la mise en place d’une procédure accélérée d'expulsion pour impayés de loyer en contrepartie. Il est par souci de simplification et de neutralité pour une fusion des aides au logement dans une prestation sociale unique.

Il s’est engagé à instituer un statut de bailleur privé et d’instaure un dispositif unique d'incitation à l'investissement locatif reposant sur un amortissement de longue durée. Pour la fiscalité, il veut revenir au principe d’exonération fiscale des plus-values immobilières après 15 ans de détention ce qui était le régime fiscal en vigueur de 2004 à 2011.

Emmanuel Macron penche plutôt pour le statuquo avec le maintien du dispositif Pinel et de la fiscalité sur les plus-values. L’encadrement des loyers serait également maintenu L’ISF deviendrait un impôt pesant exclusivement sur l’immobilier.

Pour les personnes (CDD,intérim etc) qui ont des difficultés à se loger, Emmanuel Macron a proposé un bail mobilité valable un an qui s’appliquerait uniquement dans les zones tendues. Emmanuel Macron ne s’est pas interdit de revoir la politique d’aide.

De son côté, Marine Le Pen a opté pour des mesures de gauche en matière d’immobilier à l’exception de celles liées à la préférence nationale. Elle a promis de réaliser un audit sur les conditions d'occupation des logements sociaux et l'application du surloyer de solidarité. Elle veut renforcer la transparence dans l'attribution des logements sociaux et instaurer un critère de préférence nationale dans les règles d'attribution des logements sociaux. Les aides personnelles au logement seraient pérennisées. Elles seraient revalorisées de 25 % pour les jeunes de moins de 25 ans. La taxe d'habitation pour les plus modestes seraient allégées ce que partage également Emmanuel Macron. Elle entend également renforcer les aides d’accès à la propriété et réduire les droits de mutation.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 29/03/2017 - 10:46
logements sociaux
tout le sol attribué à la ville aux logements sociaux fait évidemment monter le prix du m2 . De plus ces logements sont remplis d'étrangers ( niqabs et boubous ) ou dans les quartiers moins populaires par des personnes qui pourraient se payer une location privée . Il vaudrait mieux une autre politique de logement ,moins injuste car elle est très injuste !
vangog
- 28/03/2017 - 10:14
80% des logements sociaux sont attribués à des étrangers!
Et cette ineptie est le résultat de trente années de politique Malthusienne, 37 milliards d'euros attribués pour détruire la France de l'intérieure. Cette politique est celle de Fillon-Hollande-Macron, et Marine Le Pen veut mettre fin à ce processus malthusien, à ces aides indues, et à cette pompe aspirante pour la misère étrangère...Fillon veut rétablir ce qui se faisait avant Hollande, Macron veut conserver ce que fait Hollande...Mais ces deux politiques LRPS ont échoué lamentablement: leur résultat est minable: 9 millions de mal-loges, toute la misère du monde qui vient quémander à la France gauchiste des aides à l'enfance, des aides au logement, des aides au chômage de masse. Seule Marine Le Pen a une vision moderne, réaliste et réformatrice de ces erreurs singulières! mais il faut, pour cela, avoir le courage de faire table rase du passé, avoir le courage de changer réellement, avoir le courage de licencier les politiciens qui ont échoué...courage! Pour la France! Pour vos enfants!...
cavalier26
- 28/03/2017 - 09:19
Le problème de l'immobilier...
Le problème immobilier en France relève du nombrilisme parisien. Pour les idéologues ils n'y a que les grandes agglos qui comptent. Mais ces agglos ne sont qu'une infime partie de la France. Ainsi cette stupide Mme Duflot avec sa loi ALUR. Ne confondez pas les milliers de propriétaires bailleurs aux marchands de sommeil parisiens. Il faut assouplir le droit légitime des propriétaires à percevoir les loyers et recouvrir rapidement les impayés, des milliers de logements sont vacants, car les propriétaires préfèrent ne pas les louer plutôt que de ne pas percevoir les loyers et récupérer leurs biens dans un sale état après de longues procédures (2 ans et beaucoup de frais d'avocats). Je peux en témoigner. Facilitez les droits légitimes des bailleurs privés, ils remettront leurs biens sur le marché. Pas besoin d"amendes pour les localités qui ne construisent pas assez de logements sociaux. Les amendes c'est le contribuable qui paye. Mais c'est un voeu pieu...les idéologues sont trop stupides!