En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 5 heures 46 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 6 heures 20 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 8 heures 10 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 9 heures 20 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 10 heures 29 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 14 heures 27 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 14 heures 45 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 15 heures 10 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 5 heures 52 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 6 heures 59 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 8 heures 43 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 10 heures 4 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 14 heures 57 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 10 heures
© Capture d'écran
© Capture d'écran
Fausse route

La proposition de suppression du RSI – une fausse bonne idée

Publié le 31 mars 2017
Plutôt que de le supprimer, il faudrait songer aux manières d'améliorer le RSI. Par exemple en rendant la faculté pour les affiliés de cotiser sur une base réelle via un processus d’autoliquidation, ou en garantissant l’obtention de 4 trimestres de retraite par année de cotisations sans coût supplémentaire.
Marek Umiastowski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marek Umiastowski est expert-comptable et commissaire au comptes. Il dirige la société Maubourg Expertise.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plutôt que de le supprimer, il faudrait songer aux manières d'améliorer le RSI. Par exemple en rendant la faculté pour les affiliés de cotiser sur une base réelle via un processus d’autoliquidation, ou en garantissant l’obtention de 4 trimestres de retraite par année de cotisations sans coût supplémentaire.

Les travailleurs indépendants (artisans, commerçants, professions libérales et gérants majoritaires de SARL) sont actuellement affiliés au régime des travailleurs non-salariés (TNS) et cotisent à ce titre au RSI. De nombreux candidats à l’élection présidentielle proposent dans leur programme, la suppression de ce régime et par conséquent la fin du RSI.

Si cet organisme présente de nombreux défauts, génère nombre d’anomalies injustifiées et par conséquent une illisibilité totale pour le cotisant, son existence n’en est pas moins opportune.En effet, les TNS cotisent en moyenne sur une base comprise entre 35% et 45% de leurs revenus, contre en moyenne 85% pour les affiliés au régime général. La suppression de ce dispositif entrainerait une augmentation de 50% de leurs cotisations sociales sans aucun droit supplémentaire.

Le déficit d’image du RSI et par conséquent l’idée que sa suppression améliorerait la situation des travailleurs non-salariés, provient de ses nombreux dysfonctionnement. A titre d’exemple, il est fréquent de voir le RSI prendre en compte des affiliations avec plusieurs années de retard.

Certains cotisants ont rencontré les pires difficultés à se faire radier suite à l’arrêt de leur activité, alors qu’à l’inverse certains autres ont été radiés par erreur. Il est également impossible d’entrer en contact avec le gestionnaire de son compte. Des plateformes téléphoniques gèrent les demandes sans apporter de réponse satisfaisante. Ces situations génèrent une exaspération légitime pour les cotisants mais également pour leurs conseils et en première ligne, les experts-comptables.

Malgré leurs connaissances des règles d’affiliation, de calcul et d’appel des cotisations, il est parfois très compliqué pour ces professionnels de régler les difficultés rencontrées par leurs clients.

Cela étant, comme indiqué ci-avant, la suppression de cet organisme n’améliorerait en rien la situation des TNS. La solution ne consiste pas en une refonte du système de protection sociale et de retraite des indépendants en les affiliant au régime général des salariés.

Il faut  à l’inverse revoir en profondeur le fonctionnement du RSI, notamment :

-          En l’obligeant à justifier systématiquement les sommes réclamées ;

-          En permettant aux indépendants d’autodéclarer et autoliquider (comme pour un employeur) ses revenus et liquider en conséquence ses charges sociales « en temps réel » et non avec plus d’un an de décalage ;

-          En permettant une gestion personnalisée des dossiers des affiliés.

En supprimant le RSI, nombre d’indépendants opteraient alors pour la SAS. Cela engendrerait des coûts de transformation élevés que beaucoup d’entre eux ne peuvent financer.

De plus, en optant pour ce statut, les indépendants favoriseraient alors, comme la plupart des grands groupes, les dividendes (taxés uniquement à hauteur de 15.5%) aux salaires. Ces dividendes échapperaient alors aux cotisations sociales mais ne constitueraient pas des droits en matière de retraite, d’invalidité ou en cas d’arrêt maladie. Il pourrait également être opportun de lancer une campagne d’information des travailleurs non-salariés. Cela pourrait permettre à ces derniers de comprendre à quel régime exact ils cotisent, à quel taux moyen de cotisation, avec un calendrier clair des appels de cotisations ainsi que les droits qui sont les leurs (congés paternité, maternité, retraite…).

Un communication claire du RSI, un dialogue rétabli avec les cotisants, une gestion simplifiée des déclarations permettrait certainement d’améliorer nettement l’image de cet organisme à ce jour fortement dégradée. Le RSI semble avoir pris en compte en partie ces problématiques en proposant en début d’année 2017.

Parmi ceux-ci nous retrouvons la faculté pour les affiliés de cotiser sur une base réelle via un processus d’autoliquidation, ainsi que la garantie de l’obtention de 4 trimestres de retraite par année de cotisations sans coût supplémentaire. Ces mesures sont toutefois insuffisantes et  ne répondent pas suffisamment aux attentes de leurs affiliés.

Si le RSI n’opère pas une remise en cause plus profonde de son fonctionnement et de sa relation avec ses affiliés, les dysfonctionnements persisteront et il ne serait pas illogique de voir certains affiliés opter pour le régime général via une transformation de leur structure juridique. La lassitude et l’exaspération l’emporteraient alors sur le bon sens économique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lepaysan
- 28/03/2017 - 00:15
Supression
Pas de nouvelle réforme qui sera raté comme le reste, les responsables et employés du RSI sont salariés donc inaptes a prendre la réelle mesure des conséquences de leurs décisions
gerard JOURDAIN
- 27/03/2017 - 18:13
laisser faire le marché
laisser faire les indépendants. ils cotiseront euxmêmes.ils sont responsables;

pas besoin d'un rsi qui contrôle tout...comme aiment faire les politiques...
ALHM
- 27/03/2017 - 15:55
Bravo
Voilà un article vraiment censé à propos du RSI
On rêve de voir ces mesures appliquées !