En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

04.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

05.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

06.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

07.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 21 min 7 sec
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 2 heures 2 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 3 heures 30 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 6 heures 30 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 8 heures 31 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 12 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 13 heures 22 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 1 heure
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 44 min 12 sec
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 2 heures 40 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 4 heures 20 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 7 heures 4 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 9 heures 58 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 12 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 1 jour 22 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 1 jour 5 heures
© Pixabay
© Pixabay
Verrous multiples

Crise du logement : l'autre clé méconnue des populismes

Publié le 31 mars 2017
De Marine Le Pen, au brexit en passant par Donald Trump, le populisme se développe dans le monde entier. Au-delà de l'aspect culturel, cette montée du discours et du vote populiste peut aussi s'expliquer économiquement. Notamment à travers le logement, thème qui reste assez peu abordé par les politiques.
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Pierre Madec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Madec est économiste au département analyse et prévision à l'OFCE.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De Marine Le Pen, au brexit en passant par Donald Trump, le populisme se développe dans le monde entier. Au-delà de l'aspect culturel, cette montée du discours et du vote populiste peut aussi s'expliquer économiquement. Notamment à travers le logement, thème qui reste assez peu abordé par les politiques.

Atlantico : En quoi la difficulté d'accès au logement pour soi ou pour son entourage peut générer une certaine anxiété et est-ce que cela peut avoir un impact sur la sensibilité politique ? 

Pierre Madec : Quand on observe le marché du logement et de l'immobilier, il faut voir de fait qu'il peut être la cause d'un certain nombre de frustrations. Typiquement, l'exemple le plus criant c'est le logement social. On entend ainsi souvent revenir que 60% des Français sont éligibles au logement social. Ce qui est en partie faux, car cela n'a pas tellement de sens de regarder ce chiffre tel quel quand on sait que 60% des Français sont propriétaires. Et 17 à 18% des Français occupent ces logements sociaux.

Mais le fait est que ce chiffre revient souvent, et pousse les gens à se demander pourquoi ils n'en bénéficient pas : sont-ils trop pauvres, sont-ils pas assez prioritaire ou pas assez d'accointance avec le pouvoir, ce genre de questions se posent régulièrement, et agacent ceux qui ne comprennent pas pourquoi eux se retrouvent à payer un loyer excessivement cher dans le parc privé quand certains « privilégiés » ont de la chance de profiter de ces logements sociaux. Cela crée deux catégories, les insider et les outsider, comme sur la marché du travail : des privilégiés vs les autres. 

Il y a le même problème sur les APL, bien que les effets de seuils soient peu nombreux : certaines personnes vont considérer qu'il y a une injustice. Il y a beaucoup de mythes, mais les gens connaissant mal les réalités du marché se considèrent comme mal loti. 

Pour ce qui est du « parcours résidentiel », on considère qu'il est bloqué. Le fait est qu'il n'a jamais très bien marché. Il y a quelques années, on considérait que naturellement on passait de logement social à logement locatif privé puis propriétaire. Cela n'existe plus car ces trois marchés sont aujourd'hui bloqués. Il y a une prime à ceux qui sont en place. De sorte que quand vous êtes dans le parc social, il y a de telles différences de moyen avec le parc privé que vous n'avez pas les moyens de changer de parc, et que quand vous êtes dans le parc privé, il est au moins tout aussi difficile de devenir propriétaire (c'est de plus en plus compliqué aujourd'hui). Tout cela peut évidemment avoir un impact sur le positionnement politique. 

Il y a cependant un certain nombre de contrevérités. Par exemple quand on laisse entendre que les logements sociaux sont occupés par des étrangers. Plus de 80% des logements sociaux sont occupés et attribués à des Français. 

Si l'on essaye de savoir quelles sont les zones les plus touchées, il faut bien prendre en compte que cela dépend de la composition du parc de logement de chaque ville. Dans certaines villes où il y a beaucoup de logements sociaux, principalement périurbaines (mais pas toutes), on retrouve aussi beaucoup de propriétaires occupants. Dans ces villes est alors sur le parc locatif privé, qui est souvent très restreint. Il s'agit donc des jeunes et des classes moyennes, qui fuient généralement ces villes du fait du peu d'attractivité des lieux.

Le cœur des grandes villes, en revanche, rencontre généralement un problème de prix. Dans ce cas, soit un parc social se développe en conséquence (comme à Paris, avec beaucoup d'effort sur ce point) et on voit le parc locatif privé généralement en pâtir. Et le marché d'accession reste très compliqué d'accès. Là encore, ce sont les classes moyennes qui subissent ces conditions, tant les classes populaires ne peuvent rester ou rentrer. Et il faut qu'il y ait de la rotation dans ces différents parcs, ce qui est rarement le cas. Une frange des ménages est souvent exclues. Ce genre de situation attise les frustrations. A Paris, on craint par exemple qu'il y ait d'un côté le parc privé et les propriétaires et de l'autre un parc social, coupant Paris en deux. Évidemment, ce problème est pris en compte par les pouvoirs publics, mais la crainte fait indéniablement son effet. 

Qu'en est-il si on observe attentivement la situation dans les différentes démocraties occidentales touchées par le populisme ?

Pierre Madec : Le vote populiste a tendance à augmenter partout, et ce indépendamment des tensions qui peuvent exister sur le marché du logement. Le vote populiste augmente dans les pays nordiques, alors même qu'ils disposent d'un système de logement social universaliste, contrairement au notre qui est généraliste, et où les questions de tensions pour accéder au parc social se posent beaucoup moins. Et à l'opposé, il y a l'exemple américain avec la crise des subprimes, avec toutes les saisies de maisons et d'appartements qui ont suivi et qui ont touché beaucoup d'Américains modestes. Cela a certainement eu un impact important sur le vote de Trump. 

Au fond, c'est assez compliqué : les pays du Sud de l'Europe sont plutôt préservés, alors qu'ils ont subi la crise très fortement. En Espagne, il y a eu des procédures d'expulsion, une crise du secteur de la construction, des défauts de paiement des charges... mais la traduction dans les urnes n'est pas la même que celle suivie dans les pays du Nord. Au fond la question centrale est celle de la perception du problème plus que du problème de logement lui-même, et donc est une question au moins autant culturelle qu'économique, et ce même si l'inadéquation de l'offre dans les trois différents parcs est très certainement une source importante de tensions. 

Pour terminer, prenons le cas hollandais : le parc immobilier privé est en effet très élevé, mais le parc « social » est plus abordable et aussi important. Une grande frange de la population est relativement protégée. On ne peut donc pas dire que c'est un facteur explicatif simple du populisme. En revanche, la question de la mobilité et du parcours peut parfois se poser. 

Le manque de proposition des politiques en matière de logement serait-il l'une des clefs du vote populiste ?

Pierre-François Gouiffès : La conceptualisation française qui représente le mieux les territoires marqués plus par un vote populiste (je dirais plutôt protestataire) et qui rencontre l’intérêt public le plus grand tient au travail du géographe Christophe Guilluy, dont le livre de 2014 « la France périphérique » énonce un déchirement entre la France des métropoles (y compris les quartiers sensibles) et une France périphérique délaissée, marginalisée par la mondialisation. C’est la France des zones rurales, des villes moyennes et du tissu périurbain dans un pays en stagnation économique et en chômage de masser. Cela correspond bien à la géographie du vote Trump aux Etats-Unis, aux zones anglaises favorables aux Brexit (pas la même chose en Ecosse, en Irlande et au pays de Galle) et au vote Front National en France.

Le très intéressant article publié par Atlantico en juin dernier sur les résultats de l’élection régionale de 2015 en Ile de France fournissait d’ailleurs une carte (1er tour) et une analyse (2ème tour) tout à fait fascinantes sur la localisation du vote Front National : plus on était aux marches de l’Ille de France, plus on votait Front National.

 

En France le vote populiste se développe grandement. Quel peut-être la responsabilité de la politique du dernier quinquennat en matière de logement, notamment avec la loi Dufflot ?

Pierre-François Gouiffès : La loi Duflot est emblématique de la politique de logement suivi par François Hollande et le gouvernement Ayrault entre 2012 et 2014 : d’une part la volonté de développer le logement social, et d’autre part une politique « tout pour les locataires » par essence défavorable aux bailleurs privés, politique qui s’est traduite par une contribution négative de l’investissement logement à la croissance du PIB et qui a été fortement reprise lorsque Manuel Valls est devenu Premier ministre et redéveloppé des dispositifs favorables à la primo accession (PTZ) et l’investissement locatif (dispositif Pinel).

Je ne vois pas de lien direct entre ces orientations politiques du logement et la montée du vote populiste, si ce n’est en creux. En effet ces politiques, marquées depuis longtemps par le cadre de la politique de la ville et de la rénovation urbaine (les « quartiers ») n’adressent pas l’avenir de la France périphérique où se concentre le vote Front National, zones marquées par la vacance immobilière ou la baisse des prix. Il y a ensuite, mais c’est une affaire de beaucoup plus long terme, l’étiolement de l’économie industrielle et productive de certaines zones face aux métropoles qui tirent leur épingle du jeu, un phénomène infiniment plus brutal qu’en Allemagne qui a su conserver une économie industrielle puissante.

 

N'y a-t-il pas un manque d'investissement de la part des politiques dans ce domaine ? Si ce thème est trop rarement abordé lors des débats ou dans les médias (lors des interviews des candidats) leurs programmes comportent des propositions. Quel(s) candidat(s) semble(nt) le(s) plus en mesure de répondre aux attentes des français en matière de logement ?

Pierre-François Gouiffès : Le logement n’occupe pas une place centrale dans la campagne et c’est souvent le cas. Il n’y a pas de réponse claire à votre question puisque les différents programmes correspondent à des visions idéologiques ou des traitement de clientèles particulières : renforcement supplémentaire du logement social et opposition plus ou moins frontale aux ménages propriétaires bailleurs (Hamon, Mélenchon), traitement de la question de la mobilité résidentielle et lutte contre la « rente immobilière » (Macron), volonté de rééquilibrer le droit en faveur des propriétaires et intégration du logement dans le dispositif global d’aide sociale (Fillon), préférence nationale dans les attributions de logements sociaux (Le Pen).
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 27/03/2017 - 20:30
@totor101
Correct, c'est pourquoi j'ai écrit "pourvu que l'on ait un revenu".
Je vis dans le massif des Vosges! Et au vécu aussi dans le département du même nom.
Parisien d'origine je n'ai jamais compris l'intérêt que l'on pouvait trouver à être entassés les un sur les autres et même dans immeuble du construit au 19eme siècle !
vangog
- 27/03/2017 - 17:46
Encore une fois, les commentaires sont plus instructifs
que le texte du maître...Notamment, Djib a raison dans toutes ses interventions, de stigmatiser le problème des logements accordés en priorité à des étrangers (souvent pour cause d'enfants "faits" opportunément en France, et du sentiment d'injustice qui en découle, pour ceux qui ont accumulé des droits toute leur vie, et se voient refuser l'accès au logement social pour cause de priorité à des étrangers sans aucun droit, mais avec famille de plus en plus nombreuse...Une fois qu'on a individualisé le problème, deux solutions se présentent: faire l'autruche comme la gauche, et asséner qu'il n'y a pas assez de logement social", imposer des amendes de plus en plus fortes aux maires qui partent parfois de très bas, pour cause d'habitudes urbaines différentes de la doxa gauchiste, ce processus mortifère aboutira à une société où 60% des citoyens réclameront que leurs droits au logement social soient honorés...et les 40% restant paieront virtuellement pour eux: une société gauchiste très inégalitaire, donc! Ou faire comme le préconise le Front National: s'attaquer au problème de départ et appliquer la préférence nationale stricte, et même la préférence communale: fin du problème!
totor101
- 27/03/2017 - 17:31
@dedeuche
Le seul (petit?) problème c'est de trouver un travail à distance raisonnable....
Venez voir dans les Vosges, par exemple !