En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

06.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 20 min 26 sec
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 5 heures 8 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 7 heures 30 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 8 heures 3 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 8 heures 38 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 9 heures 22 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 9 heures 31 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 10 heures 1 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 2 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 7 heures 56 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 8 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 8 heures 49 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 9 heures 53 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 10 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
60 ans UE

60 ans du Traité de Rome : ce qui nous rassemble + ce qui nous sépare = des intérêts suffisamment alignés pour sauver l'UE ?

Publié le 31 mars 2017
Voilà 60 ans que la Communauté économique européenne (CEE) fut fondée par 6 états. Aujourd’hui, l’Union Européenne compte 27 membres. Mais le contexte a drastiquement changé , et les perspectives pour le futur européen aussi.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Guillaume Klossa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Penseur et acteur du projet européen, dirigeant et essayiste, Guillaume Klossa a fondé le think tank européen EuropaNova, le programme des « European Young Leaders » et dirigé l’Union européenne de Radiotélévision / eurovision. Proche du président...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voilà 60 ans que la Communauté économique européenne (CEE) fut fondée par 6 états. Aujourd’hui, l’Union Européenne compte 27 membres. Mais le contexte a drastiquement changé , et les perspectives pour le futur européen aussi.

Atlantico: Les chefs d'Etat européens et de gouvernement de l'Union européenne se réunissent samedi 25 mars à Rome à l'occasion des 60 ans de la signature du traité de Rome. Si à l'époque le désir d'assurer la prospérité économique et la paix au sein du continent constituait un projet suffisant pour faire tenir cet ensemble politique, que peut-on en dire aujourd'hui ?

Christophe Bouillaud : Il est évident que ces deux priorités ne sont plus assez prégnantes pour faire tenir à elles seules ensemble l’Union européenne.

D’une part, la paix est assurée à l’ouest du continent depuis 1945, et les vieux conflits entre les puissances de l’ouest européen qui ont marqué l’histoire européenne de la Renaissance à 1945 sont vraiment de l’histoire ancienne. Qui se souvient encore de la rivalité séculaire entre Vienne et Paris ? La situation n’est pas similaire évidemment dans les Balkans ou sur les marges orientales de l’Europe, mais il reste qu’à l’ouest, la guerre n’est plus envisageable entre nations européennes, parce qu’il n’y a plus d’enjeux pensables de ce niveau. Les risques de conflit sont devenus désormais internes aux nations de l’ouest européen. Il y a ainsi plus de risque de violence ou même de guerre entre Barcelone et Madrid, ou entre Edimbourg et Londres, ou même entre la périphérie flamande de Bruxelles et le centre francophone de Bruxelles qu’entre Paris et Berlin. Par ailleurs, sauf à être vraiment naïf, il faut rappeler que la paix règne à l’ouest du continent depuis 1945, parce que tous les grands contentieux territoriaux ont été soldés manu militari après deux guerres mondiales, et parce la puissance hégémonique américaine a protégé, via l’OTAN en particulier depuis 1949, cette partie du monde de la menace soviétique et de ses propres divisions internes. 

D’autre part, depuis la crise économique commencée en 2007/08, il est évident que le projet européen n’apporte plus une prospérité partagée à tous les pays membres. Le cœur de l’Eurozone, en particulier l’ancienne Allemagne de l’ouest, se porte en effet bien mieux  que la périphérie méridionale de cette dernière (Grèce, Italie, Espagne, Portugal). L’existence de l’Euro a entraîné une double divergence : en son sein entre nord et sud, centre et périphérie, et entre l’Eurozone et le reste de l’Union, qui, souvent, se porte bien mieux économiquement que l’Eurozone – comme le Royaume-Uni en particulier. Ce n’est pas un hasard si l’on parle peu des difficultés de l’économie suédoise ou tchèque, et un peu plus des difficultés espagnoles ou bien sûr grecques, pour ne pas parler du pur bonheur d’être suisse ou norvégien, donc européen mais en dehors de l’UE. 

Ces difficultés économiques, très inégalement partagées, sont durement ressenties par les populations : selon les sondages Eurobaromètres, les mêmes années voient des populations entières, comme les Grecs, les Italiens ou les Bulgares, sombrer dans la plus noire déprime et d’autres, comme les Luxembourgeois, les Allemands ou les Suédois, se réjouir de leur propre sort. De facto, la crise a donné lieu à des vécus très différents entre sous-régions de l’Union européenne, et cela joue beaucoup sur la difficulté à bâtir un projet commun. Dans les années 1950, tous les pays participants de la « petite Europe » avaient connu les affres de la Seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, au sein de l’UE, vous avez des pays qui vont globalement bien comme l’Allemagne ou la Suède, et des pays qui vont mal ou très mal comme la Grèce ou la Bulgarie, que peut-on alors faire ensemble ? 

Sans compter qu’aujourd’hui, en plus, la perception des menaces géopolitiques n’est pas exactement la même partout. Dans les années 1950, les dirigeants des pays qui ont fait l’Europe des Six étaient farouchement anticommunistes : le péril de Moscou était évident. Désormais les choses sont plus compliquées : la France, l’Italie ou l’Espagne n’ont pas la même vision du péril russe que la Pologne ou les trois pays baltes ou même la Suède. 

Guillaume Klossa : Le contexte d’aujourd’hui est radicalement différent de celui de l’après-guerre, où les Européens se retrouvent, fait nouveau, avec peu d’alliés sûrs, dans une compétition internationale renforcée, et un voisinage extrêmement fragile.

L’Europe doit rééquilibrer son projet, comme le rapport d’une cinquantaine de personnalités européennes le recommande (rapport Civico – la Voix Européenne pour un Futur meilleur) et se reconstruire autour de 7 piliers : la démocratie (la dimension éducative et culturelle), la dimension sociale, le développement durable, l ‘économie, l’industrie, la monnaie, et le volet sécurité-politique étrangère-migration.

Des personnalités différentes, comme Daniel Cohn-Bendit, l’ancien Premier Ministre estonien et d’autres personnalités qui y ont participé à ce rapport estiment que le projet européen doit être de se transformer en puissance globale et transformatrice dans la globalisation, avec une ambition d’être l’acteur qui promeut une coopération et un multilatéralisme renouvelé

Le résultat du référendum de sortie du Royaume-Uni a ébranlé les dirigeants européens. Début mars, Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi notamment se sont rencontrés à Versailles pour y répondre, notamment avec l'idée d'une Europe à plusieurs vitesses. Au niveau des intérêts politiques, économiques, culturels mais aussi sécuritaires, les différents blocs qui constituent l'Union européenne sont-ils toujours sur la même longueur d'onde ? 

Christophe Bouillaud : Les fractures entre pays européens sont effectivement nombreuses. L’idée d’Europe à plusieurs vitesses existe depuis au moins les années 1990, et en dehors de l’Euro, qui fonctionne de fait ainsi alors même que cela n’était pas prévu dans les traités, il n’y a pas de grandes réalisations à faire valoir en ce sens. Le plus grand obstacle vient actuellement de l’opposition des ex-Pays de l’est. Ceux-ci sont dominés politiquement par des forces souverainistes ou nationalistes, qui ne veulent pas entendre parler de fédéralisme européen, dont les populations sont bien plus conservatrices du point de vue des mœurs qu’à l’ouest, et qui n’ont aucune envie de voir l’ouest du continent entrer dans une phase fédérale qui les oublierait. Le second problème, essentiellement interne à la zone euro, est constitué par la centralisation de la production à haute valeur ajoutée et de la richesse financière dans quelques régions des pays dominants. Il faudrait pouvoir compenser cet effet d’accumulation au centre des richesses et du pouvoir qui va avec. Or, sauf à imaginer créer des transferts importants de fonds publics entre pays de l’Eurozone, il n’y a guère de solution à cet effet de divergence – sauf à dissoudre la zone Euro, mais là, pour le coup, l’Union européenne n’y résistera pas. 

Guillaume Klossa : Deux choses doivent être distinguées : il y a un consensus aujourd’hui de personnalités de tout le continent pour dire que les Européens ont des intérêts communs, et qu’il y a la nécessité commune de faire de l’Europe une puissance de la globalisation.

Cependant, l’Europe à plusieurs vitesses est une réalité au niveau de la monnaie, au niveau de Schengen, en matière d’engagement de politique étrangère. L’Europe à plusieurs niveaux, telle qu ‘elle existe depuis le Traité de Maastricht, a vocation, à tous les états qui le peuvent, de rejoindre aussi bien l’Euro que Schengen. C’est cette philosophie qui doit prévaloir.Autrement, le risque de mettre en avant des divergences est de faire imploser l’Union européenne.

Donc il faut rester dans l’idée que l’Europe à plusieurs vitesses est une Europe d’avant-garde rassemblant les états volontaires qui peuvent avancer le plus vite, et les autres états membres, ne participant pas aux coopérations renforcées dans un premier temps, auront vocation à rejoindre quand ils sont prêts ces coopérations.

Quels sont les scénarios qui s'ouvrent aujourd'hui pour l'Union européenne ? 

Christophe Bouillaud : La Commission européenne a elle-même produit à la veille des célébrations des 60 ans des Traités de Rome un travail de perspective sur l’avenir de l’Union européenne. Je ne me lancerais pas moi-même dans un tel travail. Par contre, je ferais remarquer que cela traduit bien l’incertitude de l’heure. Plus personne ne sait vraiment dans quelle direction aller. Surtout, il faut noter que, contrairement aux années 1950 ou aux années 1980, il n’existe pas de toute évidence une véritable communauté d’esprit entre les dirigeants politiques européens – les dirigeants du patronat européen eux sont pour le statut quo du grand marché et de la zone euro. Dans les années 1950, au niveau politique, il y avait le ciment libéral, démocrate-chrétien et social-démocrate, entre des dirigeants qui avaient eux-mêmes vécu deux guerres mondiales et qui voulaient éviter à tout prix le triomphe du communisme.

Dans les années 1980, tout le monde a été emporté par la vague de ferveur néo-libérale qui devait apporter un sursaut de la croissance, et qui a encore été amplifiée par la « chute du Mur de Berlin », et là encore les principaux dirigeants avaient vécu directement la Seconde guerre mondiale ou ses suites immédiates. Aujourd’hui, tous les dirigeants ont des expériences très différenciés dans une Europe en paix par ailleurs, et aucun n’a connu un vrai conflit entre Européens (à l’exception des dirigeants issus des deux pays de l’ex-Yougoslavie). Et puis, soyons lucides, par absence totale de culture historique, ou de culture tout court, certains tiennent des propos que les « pères de l’Europe » des années 1950 auraient sans doute rejetés comme de la bonne grosse bêtise à l’état brut. Quand le toujours président néerlandais de l’Eurogroupe, le socialiste Jeroen Dijsselbloem déclare lors d’un entretien avec un grand journal conservateur allemand à propos de l’Europe du sud, « Vous ne pouvez pas dépenser tout l'argent dans l'alcool et les femmes et ensuite demander de l'aide », en imposant encore une fois une vision moralisatrice de la crise européenne en cours, on se trouve à mille lieux de ce qui a fait l’Europe dans les années 1948-1957. Toute la stigmatisation des Européens du sud, fainéants, dragueurs et sans doute en plus alcooliques désormais, qu’on a vu s’opérer au cours de la crise, ressort dans cette déclaration : comment veut-on espérer que l’Union européenne comme ensemble unifié ou en voie d’unification s’en sorte alors  avec de tels dirigeants ? Imaginez les mêmes propos tenus en France par un ministre sur les habitants de la Creuse ou de la Meurthe-et-Moselle, qui sont  effectivement subventionnés par les départements plus riches ?

Et de fait, c’est peut-être là le problème principal de l’Union européenne : des dirigeants nationaux qui dirigent le navire européen sans stratégie vraiment européenne. Et en plus des dirigeants comme Angela Merkel ou Jean-Claude Juncker, qui sont eux-mêmes les premiers responsables de l’échec actuel de l’Union. Parce qu’après tout la vision de la « solidarité européenne » entre des gros guillemets à la Djisselbloem, c’est aussi celle en pratique de Madame Merkel, les insultes en moins.  Et le triomphe de « l’Union européenne de l’optimisation fiscale », à qui la doit-on si ce n’est entre autres à l’ancien Premier Ministre luxembourgeois ? Bref, avant de penser scénarios, il faudrait d’abord avoir de meilleurs leaders ! Et qui, en plus, arrêtent de se toiser les uns les autres au nom de leur nationalité ! 

Guillaume Klossa : Quatre scénarios sont possibles : un effet lié au Brexit qui mènerait à moyen terme à l’implosion du projet européen, le statut-quo qui menacerait la cohésion et mènerait aussi à l’implosion, il y a la possibilité d’avancer sur un nombre limité de priorités, et utiliser toutes les potentialités des traités existants pour faire une construction européenne qui soit plus efficace et qui répond plus aux attentes de transformation du système européen.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deneziere
- 26/03/2017 - 10:03
L'UE n'a créé aucun mal qui n'éxistait déjà
Les régions européennes qui sont aujourd'hui les plus prospères le sont depuis des siècles. Avant l'entrée dans l'UE, les pays du sud, Grèce et Bulgarie surtout, étaient miséreux, et ils le savent très bien. Il n'y a que des frontistes crétins, ou des socio-compassionnels pathologiques pour verser des larmes de crocodiles sur des nations qui n'ont jamais été performantes économiquement. Le reproche qu'on pourrait faire à l'UE, c'est de ne pas avoir égalisé tout cela, mais ce n'est pas faute d'avoir essayé. Des milliards d'euros en fonds de compensation ont été versés aux nouveaux entrants.
Deneziere
- 26/03/2017 - 09:52
Europe des Nations ? Foutoir assuré !
Sur le plan conceptuel, c'est très bien, tout le monde est d'accord. Sur le plan pratique c'est monstrueux. L'empilement d'accords et traités bilatéraux, que l'on pourra facilement contourner en utilisant un autre traité bilatéral avec une autre nation par une effet de billard à deux bandes (les Hollandais et les Anglais étaient des spécialistes de cela) et les contradictions qui en résultent, vont résulter mécaniquement en une bureaucratie, des palabres à la puissance 27, des coûts et des incertitudes juridiques, qui au final, vont ralentir tout le continent. Que des organes supra-nationaux anti-démocratiques (CEDH...), soient à étrangler, voir abolir, c'est évident. De là à bannir par principe tout transfert de souveraineté... Seul les jacobins les plus bornés savent très bien que les régions ne seraient pas plus mal gouvernées par Bruxelles que par les petits marquis de l'étatisme parisien.
Jardinier
- 25/03/2017 - 20:15
Il n'y a que deux solutions viables.
L'état fédéral, avec les transferts correspondants. L'article parle de la creuse, et bien l’Europe c'est pareil , pour qu'elle soit viable, il faut que les allemands transferent massivement leur richesse vers les habitants de la Grèce, du Portugal, etc, et ça c'est clairement impossible. Et il n'y a pas que les transferts d'argent, il y a aussi les transferts de souveraineté, et ça le voulons nous, ou les laisserons nous nous l'imposer ?. l'autre solution, c'est la refonte autour des nations, seule solution viable à mon avis. Le statu quo lui est non viable à long terme.