En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 1 heure 48 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 6 heures 23 sec
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 6 heures 37 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 8 heures 33 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 9 heures 51 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 11 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 12 heures 28 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 13 heures 58 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 2 heures 3 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 6 heures 14 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 7 heures 42 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 9 heures 12 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 10 heures 30 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 12 heures 14 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 12 heures 43 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 14 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Retour en arrière

"La proportion d'étrangers en France est stable depuis les années 30"... Petit argumentaire adressé à Benoît Hamon pour apprécier réellement l'ampleur de l'immigration en France

Publié le 24 mars 2017
Sans qu’apparemment Benoît Hamon s’en soit rendu compte, nous avons progressé depuis les années 1980...
Michèle Tribalat est démographe, spécialisée dans le domaine de l'immigration. Elle a notamment écrit Assimilation : la fin du modèle français aux éditions du Toucan (2013). Son dernier ouvrage Statistiques ethniques, une querelle bien française...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michèle Tribalat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michèle Tribalat est démographe, spécialisée dans le domaine de l'immigration. Elle a notamment écrit Assimilation : la fin du modèle français aux éditions du Toucan (2013). Son dernier ouvrage Statistiques ethniques, une querelle bien française...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans qu’apparemment Benoît Hamon s’en soit rendu compte, nous avons progressé depuis les années 1980...

Décidément, on ne peut guère se passer des années Trente. Certains les voient ressurgir en mal à tout bout de champ. Mais ils se trouve encore au moins une personne pour y trouver une référence positive. C’est Benoît Hamon qui, le 20 janvier, lors du débat télévisé déclarait : « La proportion d’étrangers en France est stable depuis les années 1930 ». Il reprend ainsi le catéchisme des années 1980, lorsqu’on cherchait alors à instruire et tranquilliser le peuple : rien sur le front migratoire ! C’était relativement excusable alors puisqu’on n’avait guère d’autres données que celles sur les étrangers. En 1982, la proportion d’étrangers était de 6,8 %, niveau comparable au plus haut niveau connu en 1931 (6,6 %).

Sans qu’apparemment Benoît Hamon s’en soit rendu compte, nous avons progressé depuis les années 1980, grâce à l’introduction de la catégorie immigrée, que j’ai promue à la fin des années 1980, qui a été relayée par le Haut Conseil à l’intégration en 1991 et qui est devenue progressivement d’usage courant dans la statistique publique.

Il faut donc réexpliquer à Benoît Hamon en quoi, si l’on veut rendre compte de l’immigration étrangère, il est préférable de suivre l’évolution de la proportion d’immigrés. Le nombre d’immigrés - nés à l’étranger avec une nationalité étrangère à la naissance – varie seulement en fonction des entrées et des sorties du territoire et de la mortalité. À la mortalité près, la proportion d’immigrés rend donc bien mieux compte de l’évolution de l’immigration étrangère que la proportion d’étrangers qui comprend des étrangers nés en France, dépend, en plus, de la natalité, des changements de nationalité et de la qualité (variable au fil du temps) des déclarations de nationalité des nés en France. Lorsqu’on examine l’évolution des deux proportions en France métropolitaine sur le long terme, on se rend compte que les deux séries n’ont coïncidé qu’entre 1911 et 1931. Ensuite, la proportion d’immigrés est toujours supérieure et n’évolue pas parallèlement à celle des étrangers. Si bien qu’en 2015, elle est de 9,3 % quand la proportion d’étrangers n’est que de 6,6 %. Donc, oui, la proportion d’étrangers en 2015 est bien égale à celle observée en 1931, mais cela ne dit rien de l’évolution des flux migratoires, tout particulièrement de la nouvelle vague qui démarre avec les années 2000. Ajoutons que la stabilité depuis les années 1930 invoquée par benoît Hamon est parfaitement fantaisiste puisque la proportion d’étrangers est descendue jusqu’en 1954 (4,1 %), pour remonter jusqu’en 1982, redescendre ensuite jusqu’en 1999 (5,4 %), pour remonter un peu jusqu’en 2015.

On l’aura compris, cette proportion d’immigrés dit quelque chose de l’évolution des flux migratoires, mais ne dit rien des effets démographiques s’étendant aux enfants nés en France de parent(s) immigré(s). Sur deux générations, la population d’origine étrangère a augmenté rapidement pendant les années 2000, jusqu’à représenter 20,5 % de la population en France métropolitaine en 2015.

Cette déclaration sur la stabilité de l’immigration a été suivie d’une sortie sur le solde migratoire censée renforcer l’idée selon laquelle il ne se passait pas grand chose côté migrations. Benoît Hamon a donc poursuivi ainsi : « La réalité c’est quoi. Il y a 200 000 entrées sur le territoire en France, mais on en a plus de 150 000 qui repartent. Nous avons aujourd’hui un solde migratoire qui doit être entre 50 000 et 70 000 personnes. » L’emploi de « repartent » donne l’impression fausse que ce sont les mêmes qui entrent et qui partent. Même l’Insee ne dirait plus une chose pareille aujourd’hui. Il a, depuis quelques années, entrepris de se servir des enquêtes annuelles de recensement pour décomposer ce solde migratoire, dont il faut rappeler qu’il n’est pas mesuré. Il est seulement estimé. C’est le résidu de l’équation démographique de l’année. C’est ce qui reste inexpliqué au 31 décembre, une fois qu’on a ajouté à la population au 1er janvier, le solde naturel (naissances-décès). En 2015, l’Insee a ainsi publié une décomposition du solde migratoire des années 2006-2014 en France. Le solde moyen annuel de 51 300 fait la moyenne entre un solde moyen annuel positif des immigrés de +143 000 des immigrés et d’un solde moyen annuel négatif des natifs  de -91 700 (comprenant les enfants de Français nés à l’étranger).

Le plus étrange dans ce débat pour les présidentielles a été l’absence de réaction à ces propos, si ce n’est le sourire de Marine Le Pen. Aucun des présidentiables présents n’a trouvé (ou eu) l’occasion de rectifier les sottises statistiques proférées par Benoît Hamon. Peut-être n’avaient-ils rien de solide à lui opposer. Les journalistes, animateurs du débat, qui sont d’habitude si prompts à invoquer les « fake news » n’y ont vu que du feu.  Faut-il y voir une complaisance idéologique ou inculture statistique des journalistes ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Atlantica75000
- 25/03/2017 - 09:44
aAutre mode de calcul !
Il existe un autre test : demander à un collégien de banlieue quelle est son équipe nationale de football : jamais entendu répondre : celle de France !
francisquinze
- 25/03/2017 - 08:32
La même méthode statistique que pour le chômage
Evidemment, les Français issus de l'immigration mais non intégrés sont considérés comme Français pur jus, tout comme les inactifs non demandeurs d'emploi qui ne sont pas considérés comme chômeurs...
Les statistiques sont superbes, mais la réalité hélas, est toute autre.
En bon socialiste, Hamon n'est pas plus convaincu de sa générosité que le peuple ne commence à l'être de sa propre colère. Et au cas ou cet argument statistique fallacieux ne suffirait pas on joue aux marionnettistes en agressant et en caricaturant nos deux finalistes, Marine et Fillon.
Pour la faire plus courte, il nous prend vraiment pour des cons en nous faisant gober qu'être Français se réduit à être en attente ou en possession de Carte Nationale d'Identité.
lafronde
- 24/03/2017 - 14:14
La République a bradé la citoyenneté française.
Il existe trois moyens pour les français de se libérer de la colonisation. Soit prendre le pouvoir au moyen d'un coalition électorale patriote. Soit faire sécession du régime par autonomie ou indépendance locale, comme en Corse. Soit obtenir un régime libéral-libertarien, avec Etat-minimum et où l'individu s'agrège en communauté choisie (ou s'il préfère, héritée). Je ne crois guère au succès en France de la solution libertarienne, bien qu'elle soit absolument pacifique et préserve la liberté de chacun. Pour la prise de pouvoir électorale au plan national, ces élections de fin de mandat vont nous éclairer. Reste la solution autonomiste-indépendantiste. Réclamer l'indépendance pour obtenir l'autonomie. Elle aussi préserve la Liberté, du moins si la collectivité autonomiste est à taille humaine : département ou ville moyenne. Viable, ces collectivité locale autonomes laisseraient au citoyen le choix de sa collectivité. Or l'optimum de gestion se fait lorsque la communauté (affinité de groupe) se reconnait dans la collectivité (forme légale).