En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

07.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 15 heures 2 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 16 heures 10 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 19 heures 41 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 20 heures 21 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 21 heures 30 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 21 heures 50 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 22 heures 9 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 22 heures 16 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 22 heures 35 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 15 heures 50 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 16 heures 49 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 19 heures 53 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 21 heures 8 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 22 heures 10 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 22 heures 25 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 22 heures 46 min
© Reuters
© Reuters
Givré

Paradoxe scandinave : pourquoi les pays où les gens sont les plus heureux sont aussi ceux où on se suicide beaucoup

Publié le 22 mars 2017
La Norvège est le pays le plus heureux du monde selon une étude de l'ONU. Paradoxalement, c'est un pays qui enregistre un fort taux de suicides. La conception du bonheur par les pays scandinaves est très intéressante à analyser pour comprendre notre quête du bonheur dans la société occidentale.
Catherine Berliet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Berliet intervient depuis 15 ans en conseil, formation, coaching de cadres et dirigeants pour le compte de grandes entreprises françaises. Diplômée en communication, elle est également thérapeute, praticien en Rêve Eveillé libre. Elle est co...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Norvège est le pays le plus heureux du monde selon une étude de l'ONU. Paradoxalement, c'est un pays qui enregistre un fort taux de suicides. La conception du bonheur par les pays scandinaves est très intéressante à analyser pour comprendre notre quête du bonheur dans la société occidentale.

Une récente étude publiée à l'occasion de la journée du bonheur le 20 mars par l'ONU montre que la Norvège est le pays le plus heureux du monde. En même temps, c'est l'un des pays où les gens se suicident beaucoup (Nota Bene : 11 suicides pour 100.000 personnes en 2014 d'après l'OCDE). Comment expliquer ce paradoxe ? 

Catherine Berliet : Curieusement, le taux de suicide est beaucoup plus élevé dans les pays à l’économie prospère et où les habitants bénéficient d’une vie heureuse et épanouie. C’est pourtant ce qu’a relevé une équipe de chercheurs britanniques et américains dans une étude parue en 2011 nommée  "Dark contrasts" : The paradox of high rates of suicide in happy places."  À cet égard les taux de suicide les plus élevés se situent en Finlande avec 28,9 %, 16% au Danemark, contre 2,5 % au Koweit et 0,3% en Iran.

Ce paradoxe pour le moins déroutant nous questionne et nous donne envie d’en examiner les causes. Nous en avons relevées plusieurs : 

# L’envie dévastatrice 

Le culte de la performance, le Dieu argent et son corollaire : "je gagne donc je suis", la volonté de puissance et de pouvoir, sont des constantes que nos sociétés érigent comme des marqueurs de réussite et des paramètres du bonheur. Si vous en êtes c’est parfait, si vous peinez à égaler alter ego et congénères, ce sera beaucoup plus dur et frustrant pour vous.

Nous passons le plus clair de notre temps à nous jauger, nous mesurer, nous challenger sur ce que nous devrions être ou sur ce que nous pourrions devenir en nous étalonnant à l’autre. Quoi de plus moteur et rassérénant pour celui qui y parvient ? Quoi de plus frustrant pour celui qui rame et finit par constater son échec à rallier les échelons les plus hauts ? Le cliché humoristique des voisins qui s’épient, se copient, est une réalité. L’autre est un marqueur social et sociétal qui permet de se rassurer sur sa valeur intrinsèque. Mon voisin est heureux : il possède une maison magnifique, une femme divine, une voiture de sport rugissante, je veux être son clone à tout prix. Le bonheur de l’autre provoque mon envie car je veux faire partie du cercle des privilégiés et du clan des bienheureux. Nous pourrions imaginer qu’il est plus facile de vivre entouré de gens malheureux que de gens heureux. Stephen Wu de l’Hamilton College dit que nous jugeons notre bien être à l’aune du bien-être des gens qui nous entourent.

# Le manque de confiance en soi

Les personnalités aux assises narcissiques fragiles sont dévastées par le constat du différentiel entre ce à quoi elles aspirent et ce qu’elles réussissent à atteindre. Dans le même temps, celles qui ont une forte estime d’elles-mêmes ne sont pas impactées et continuent leur quête de bonheur sans sourciller. L’autre est vécu comme un péril qui nous confronte à nos propres insuffisances, ce qui est insupportable et douloureux pour certains et ce qui peut provoquer des raptus. Le dialogue intérieur à cet instant, ressemble à : "Quand je me compare aux autres je vois que ma maison est standard, ma femme normale, ma voiture ordinaire, je ne suis rien au regard de mon entourage, ou juste un "no life" et je me sens déclassé, inférieur, je n’y arriverai jamais, je m’en veux, je suis découragé, ma vie ne vaut plus la peine d’être vécue."

Celui qui tarde à accéder à ce bonheur qui l’éclabousse, préfèrera en finir car il ne résistera pas à la frustration, à moins qu’il ne choisisse de s’entourer de gens aussi malheureux que lui, ce qui aura tendance à l’apaiser.

# Le manque de lumière

L’absence de soleil des pays où la nuit tombe à 15 heures est pour beaucoup dans les états dépressifs et dans le taux augmenté de suicides. Nous avons besoin de lux pour exister sans ombrage.

Qu'est-ce que ce paradoxe nous révèle de la conception du bonheur et de la quête du bonheur dans la société occidentale ? 

Ce paradoxe nous révèle que la conception du bonheur doit avant tout reposer sur des valeurs profondes, celles qui constituent les piliers et les fondements de notre personnalité. Les images sur papier glacé nous imposent des modèles de bonheur qui flirtent plus avec l’avoir qu’avec l’être. Ces clichés offerts par la société occidentale sont basés sur des critères extrinsèques et matériels qui font office de mirages et de graal absolu et font la part belle au Moi, ou plutôt au Moâ.

Comment expliquer que les Français ne se classent que 31ème dans cette étude ? Notre conception du bonheur est-elle diamétralement opposée à la conception des scandinaves ? 

La France a beau être un pays développé et riche économiquement, elle est loin dans le classement du bonheur. Cela tient probablement à l’incapacité de son peuple à être positif, à sa propension à voir la bouteille toujours à moitié vide, à sa posture d’éternel Kalimero desperado, et à son irréductible pessimisme. La course effrénée au toujours plus accentue la sensation d’insuffisance et ne favorise pas le bien-être.

Dans l’hexagone, la vision du bonheur reste axée sur l’ego et non sur le Soi, sur la possession, le pouvoir, la puissance, l’argent, la performance. C’est pourquoi elle est aux antipodes de la conception des scandinaves, qui elle, est basée sur des critères de bien-être, d’altérité.

Le bonheur à la Danoise fait recette et le besoin de réconfort lié à la froideur hivernale oblige à un retour sur soi. Ce mode de vie s’appelle le "Hygge" et arrive comme une réponse à des conditions climatiques difficiles des pays nordiques. Le "home sweet home" prend toute sa dimension de havre de paix à l’abri des frimas, dans un décor chaleureux, rassurant, où chacun peut se lover et partager des moments familiaux, amicaux dans un esprit convivial et solidaire.  Malene Rydahl nous en parle dans son livre : "Heureux comme un Danois", 2014. Quant à Meik Wiking, l’apôtre du "Hygge" il parle de : "Stratégie de survie hivernale". L’idée étant surtout de prendre soin de soi, pour être bien avec les autres et pour être en capacité d’affronter les difficultés du monde.

Le bonheur n’est pas contagieux… Le saviez-vous ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 23/03/2017 - 07:17
Très interessant
Toutes les explications présentées sont excellentes , "l'égo et non Le soi", les personnalités narcissiques et fragiles, y compris l'allusion à " l'argent ne fait pas le bonheur" ( mais il y contribue ) , heureux comme un Danois ? Ou heureux qui comme Ulysse ?
Anouman
- 22/03/2017 - 19:04
Heu-reux
Ridicule question car même si les gens se disent plus heureux qu'ailleurs je doute qu'il y en ait 99989 pour 100000. Alors ça laisse de la marge pour les malheureux.
Deneziere
- 22/03/2017 - 14:38
Paradoxe Français
Mais pourquoi donc, dans une France enchantée - et depuis 5 ans "ré-enchantée" - par 43 ans de socialo-étatisme, et gavée d'anxiolytiques remboursés par la sécu, se suicide-t-on autant que dans les pays scandinave ?