En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

06.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 12 heures 38 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 14 heures 31 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 16 heures 20 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 16 heures 53 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 17 heures 13 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 17 heures 29 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 18 heures 6 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 9 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 12 heures 28 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 14 heures 25 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 17 heures 2 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 18 heures 54 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
© Reuters
Héritage

Emmanuel Macron vu par les Arvernes : Hollande 2.0

Publié le 20 mars 2017
Pour le groupe Les Arvernes, le programme d'Emmanuel Macron est pour le moins inquiétant, en ce sens qu'il s'agit d'un quasi décalque de celui de François Hollande, ce que d'autres pointent du doigt.
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour le groupe Les Arvernes, le programme d'Emmanuel Macron est pour le moins inquiétant, en ce sens qu'il s'agit d'un quasi décalque de celui de François Hollande, ce que d'autres pointent du doigt.

Les jours se suivent et se ressemblent tristement dans cette campagne présidentielle 2017. Nulle allusion à la situation internationale pourtant éminemment conflictuelle et déstabilisante dans de nombreuses régions du monde ! Mais qui pense à la menace balistique et nucléaire nord-coréenne ou qui croit encore que Daesh existe ? Nul bilan économique et social permettant de revenir sur un quinquennat hollandais désastreux ! Mais qui parle de nos dettes, de nos déficits, de notre balance commerciale de plus en plus négative, de nos entreprises qui s’effondrent ou qui sont rachetées par tous nos concurrents étrangers ? Nulle considération pour les propositions et les programmes des candidats ! Mais est-ce vraiment le plus important ? Comme l’a d’ailleurs précisé le 12 février dernier le candidat Emmanuel Macron dans Le Journal du Dimanche, "c’est une erreur de penser que le programme est le cœur" d’une campagne électorale, alors que, selon lui, la politique, c’est "mystique", c’est un "style", une "magie".

Même si nous espérons que la France n’est pas encore un royaume enchanté tiré d’une superproduction de Walt Disney, la vie politique française, vue par le prisme de l’actualité quotidienne, est devenue de facto, espérons-le provisoirement, une succursale de l’émission de téléréalité Big Brother, voire un succédané de celle des Kardashian, avec la complicité réelle de ceux qui ont un intérêt à ce que le débat politique n’évoque pas trop ce quinquennat finissant et son bilan épouvantable pour notre pays, avant les échéances électorales fatidiques d’avril prochain.

Au pire, ce à quoi nous assistons est un avant goût "light" de l’émission russe sordide de téléréalité Game2 : winter, bientôt diffusée à Moscou, où tous les coups sont permis, y compris d’ailleurs la mise à mort des participants puisqu’ils doivent signer un formulaire qui dégage les organisateurs de toute responsabilité en cas de décès. François Fillon en a eu lui-même un petit avant-goût pour sa propre personne en étant la cible de tous ceux qui, dans notre pays, jouent un jeu de plus en plus dangereux pour la démocratie.

Pourtant, ce ne sont pas les vrais sujets politiques, économiques ou sociaux qui manquent pour animer cette campagne. Dernier exemple en date : la France a affiché, pour le seul mois de janvier 2017, un déficit historique de sa balance commerciale de 7,9 milliards d’euros, dans un contexte d’euro fort par rapport à de nombreuses devises étrangères et de prix réduits des matières premières, avec un pétrole d’ailleurs récemment repassé sous la barre des 50 dollars le baril à New York. Que serait notre déficit avec une énergie chère ? Dix milliards par mois ? Quinze ? Vingt ? Où s’arrêtera-t-on ?

Il ne faut donc pas être grand clerc pour comprendre que l’économie française en général, et nos industries et produits d’exportation en particulier, sont dans le rouge cramoisi du fait d’une politique économique inepte menée depuis 2012 par le président François Hollande, ses équipes et ses collaborateurs.

Au premier rang de ses collaborateurs, nous trouvons d’ailleurs Emmanuel Macron, l’homme qui voudrait nous faire croire que la France se gouverne uniquement à coup de "je vous aime" ou de "magie". Mais Emmanuel Macron n’est pas le prince charmant, quoi qu’en pensent ceux qui vont à la soupe ou les médias qui lui sont proches. Emmanuel Macron a aussi un bilan, celui de ministre de l’économie et des finances de François Hollande. Il a aussi un programme et là, il y a de quoi être inquiet.

Le programme d’Emmanuel Macron pour 2017 est un quasi décalque de celui de François Hollande et nous ne sommes pas les seuls à le dire. Un grand quotidien du soir peu suspect d’anti-macronisme primaire nous l’explique fort doctement dans son édition datée du 7 mars. D’après ce quotidien, au moins 40% des propositions d’Emmanuel Macron seraient un copier-coller ou des prolongements des promesses de François Hollande, comme par exemple les "emplois francs", un dispositif censé dynamiser l’emploi dans les quartiers difficiles, abandonné par le gouvernement en 2015.

En fait, c’est tout à fait normal ! Pour ceux qui ne l’auraient pas compris, non mais allô quoi, comme le dirait notre charmante Nabilla Benattia, Emmanuel Macron est, surprise, le candidat du Hollandisme et d’une frange croissante du Parti socialiste. Vous avez aimé François Hollande ? Vous allez adorer Emmanuel Macron !

La France a besoin de réformes structurelles lourdes, de courage politique, d’empathie réelle et non feinte pour ceux qui souffrent, de cohésion sociale, de stratégie industrielle, de refonte de notre diplomatie, de restauration de notre patriotisme et de rétablissement de la sécurité dans nos villes, nos banlieues et nos campagnes.

Nous devons résorber nos multiples déficits car ils sont mortels pour notre pays et pas parce que c’est notre bon plaisir. En effet, et ce n’est pas franchement un scoop, la France est bien en faillite ! C’est là la simple constatation d’une réalité objective qu’il suffit de contempler lorsqu’on dépasse le cadre du périphérique et de certaines stations chics des côtes françaises, lorsqu’on a la capacité de regarder le pays en se dégageant totalement du prisme de communicants nombrilistes et lorsqu’on accepte de voir que si nos entreprises ferment et que nombre de nos villes et villages se meurent, c’est bien parce que ceux qui ont été au pouvoir ces dernières années nous ont emmené dans le mur et qu’ils s’apprêtent à persévérer dans l’erreur.

Emmanuel Macron incarne peut-être un changement physique, par son âge et son apparence, mais il n’incarne en aucun cas le changement de politiques qu’appellent les Français de toutes conditions et de toutes origines de leurs vœux. Nous ne savons qu’une seule chose : si Emmanuel Macron est élu, nous reprenons pour cinq ans de François Hollande, d’immobilisme et de gestion calamiteuse de notre pays. Et là, oui, les extrémistes de tout poil auront effectivement un boulevard périphérique devant eux. Est-ce vraiment ce que nous voulons ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PYTHEAS
- 02/04/2017 - 23:10
Mr. Sarko- Fillon a laissé en
Mr. Sarko- Fillon a laissé en 2012 les clés du bus France avec un plein de ....dettes , un plein de déficits (environ 5% du PIB+ déficit de l'assurance maladie, des roues dégonflées ( des marges des entreprises dans un état très inférieures aux entreprises européennes, une fiscalité du capital débile), des inégalités scolaires majeures etc..... Il fallait éviter le dérapage tout en tentant des réformes. Les grandes réformes ont des effets entre 8/10 ans après (Loi Travail, CICE, fiscalité entreprises...) Il y a beaucoup mieux à faire certes, mais un des vrais problèmes ce n'est pas essentiellement la France mais l'Euro
lafronde
- 21/03/2017 - 18:26
Cesser de subventionner l'immigration.
Tel est le 1er but d'une politique en faveur des français. Pour cela il faut sortir de la CEDH qui nous impose l'Egalité en droits-sociaux pour les étrangers. PSortir de la CEDH aussi pour pouvoir expulser les déboutés du droits d'asile au rythme où ils rentre illégalement chez nous. C'est ça la Souveraineté de la Nation vis à vis de l'Immigration. Réduire les subsides à l'immigration de l'assistance et assurer l'Ordre public, peut nous faire économiser de cent à deux cents milliards d'euros (allocations + coût de la délinquance). Une fois réglé cette charge indue, l'Etat dépense moins, baisse le coin fiscalo-social de 45 à 25 % et les entreprises de France redeviennent compétitives, embauchent à nouveau. Le chômage se résorbent. la dette est maîtrisée. Jusqu'ici cela pourrait être le programme de Mme Le Pen. sauf qu'il n'y a nul besoin de protectionisme douanier (attention aux rétorsions !) ni d'Etat stratège (plan Calcul, Crédit Lyyonnais, Areva...) et ses fiaco industriels !
Olivier62
- 21/03/2017 - 10:18
Et que proposez-vous ?
Vous sites "si Emmanuel Macron est élu, nous reprenons pour cinq ans de François Hollande, d’immobilisme et de gestion calamiteuse de notre pays." Certes. Mais pour qui voter alors ? Pour Fillon, premier ministre d'un quinquennat Sarkozy tout aussi calamiteux, et qui a fait en substance la même chose que Hollande après lui ? Vous critiquez les "extrémistes" - je suppose qu'il s'agit du FN - mais c'est peut être eux qui sont la seule solution possible, et c'est justement parce qu'ils proposent une autre politique qu'on les présente comme des extrémistes. Un exemple sur l'euro : on dit que sortir de la monnaie unique serait le chaos et le désastre, alors que les Anglais et les Suisses qui n'en ont jamais fait partie ont une économie beaucoup plus prospère que la nôtre.