En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

07.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 29 min 7 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 31 min 47 sec
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 32 min 38 sec
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 33 min 32 sec
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 36 min 21 sec
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 37 min 17 sec
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 16 heures 59 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 18 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 20 heures 7 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 20 heures 54 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 29 min 35 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 32 min 8 sec
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 33 min 6 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 35 min 50 sec
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 36 min 40 sec
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 37 min 31 sec
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 17 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 20 heures 4 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 20 heures 13 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 21 heures 27 min
© Reuters
© Reuters
Entretien

Ivan Rioufol : “Les 'progressistes' sont à la source des tensions nées d’une politique d’immigration irraisonnée et d’une prétention de l’islam à venir remplir le vide existentiel laissé par les déconstructeurs de l’âme française”

Publié le 24 mars 2017
Dans son livre "La guerre civile qui vient", Ivan Rioufol revient notamment sur les origines de la forte tension qui traverse actuellement notre société, ainsi que sur les responsables de cette situation.
Ivan Rioufol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ivan Rioufol est essayiste et éditorialiste au Figaro. Il tient quotidiennement le blog Liberté d'expression. Il vient de publier un nouvel ouvrage, La guerre civile qui vient (Editions Pierre-Guillaume De Roux).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son livre "La guerre civile qui vient", Ivan Rioufol revient notamment sur les origines de la forte tension qui traverse actuellement notre société, ainsi que sur les responsables de cette situation.

Atlantico : Selon vous, quel candidat à la présidentielle serait aujourd'hui le plus à même de répondre à cette situation d'extrême tension que vous décrivez dans votre dernier ouvrage, La guerre civile qui vient (éditions Pierre-Guillaume de Roux)?

Ivan Rioufol :Parlons d’abord des pires des candidats, car ils sont les plus dangereux. Ils se raccrochent tous à la gauche, Emmanuel Macron y compris bien sûr. Pour eux, le meilleur moyen d’éviter la guerre civile qui vient est de rendre les armes tout de suite, de refuser l’affrontement, d’accepter les compromissions, les discriminations positives, les repentances, les effacements. Ceux-là assurent, en dépit des innombrables attentats, que la perspective d’une guerre intérieure est un fantasme d’extrême droite. Mais ils savent qu’ils mentent puisqu’ils se disent prêts, en même temps, à mettre toujours plus d’argent pour acheter la paix sociale, au nom de l’apaisement et de la bienveillance. Le problème est que cette politique angélique, suivie depuis trente ans, a prouvé son inefficacité. Des centaines de milliards d’euros ont déjà été déversés sur les cités "sensibles", tel un tribut qui fait passer l’Etat pour l’obligé des minorités contestataires. Or, encore dernièrement, des lycées modernes de Seine-Saint-Denis, dont le lycée Suger, ont été le théâtre de violences ahurissantes au cœur même des établissements, menées par des élèves eux-mêmes. Plus la République transige, recule et se désarme, plus elle laisse voir sa faiblesse. Comment des jeunes peuvent-ils respecter une lâcheté institutionnalisée ?

En fait, il ne faut rien attendre des "progressistes", pour la simple raison qu’ils sont à la source des tensions nées d’une politique d’immigration irraisonnée et d’une prétention de l’islam à venir remplir le vide existentiel laissé par les déconstructeurs de l’âme française, à l’oeuvre depuis cinquante ans. Les belles âmes ne veulent pas voir la société fracturée, ni le risque d’une guerre civile car elles savent qu’elles en sont à l’origine, par leurs discours sur le respect de l’Autre, leur politique de l’excuse et leur incapacité à imposer le modèle français aux nouvelles minorités, de peur d’apparaître néo-réactionnaires, racistes, islamophobes ou populistes. Elles sont idéologiquement bloquées et piégées par une lecture quasi-religieuse des droits de l’Homme qui fait croire que chacun peut faire comme bon lui chante, y compris les islamistes sexistes et antisémites, ces nouveaux fascistes.

Donc, pour répondre à votre question, le candidat idéal serait celui qui accepterait de rompre avec l’aveuglement du politiquement correct, qui redoute tout conflit au point de préférer collaborer avec l’adversaire, et qui se dirait déterminé à engager l’épreuve de force, afin d’éviter justement cette guerre civile qui fourbit ses armes dans des cités en insurrection permanente. Quand je parle d’épreuve de force, j’entends la réaffirmation du droit, de la loi, de l’autorité publique, en dépit des menaces et des intimidations contre les forces de l’ordre et les pouvoirs publics. J’entends aussi le refus de toute concession avec la Charia, la loi islamique, que certains musulmans cherchent à imposer progressivement dans leur communauté à travers le halal, le voile, la non-mixité, etc. J’entends enfin le recours possible à la force de l’armée et de ses armes si nécessaire. J’observe que François Fillon, comme Marine Le Pen, ont tous deux parlé récemment de cette perspective de guerre civile que je décris dans mon livre et qui commence à être admise, y compris par le patron de la DGSI. Fillon s’est engagé à "vaincre le totalitarisme islamique" et c’est une bonne chose. Le Pen veut, elle, plus radicalement interdire le voile dans l’espace public : c’est un débat qu’il faut pouvoir aborder librement. Mais pour l’instant, la campagne est tellement parasitée que ce thème crucial de la fragilité de la cohésion nationale n’est pas encore clairement posé. On voit bien que la gauche ne se presse pas pour l’ouvrir et qu’elle fera même tout pour parler d’autre chose, y compris en agitant ses excommunications.

Quelle sont les racines profondes de cette tension ?

Elles peuvent se résumer en un choc entre la culture occidentale, fatiguée et prête à se soumettre, et le dynamisme revanchard de la culture islamique importée en Europe. C’est l'un des impensés du discours dominant qui ne veut voir qu’une crise économique et sociale. Ces tensions culturelles, aggravées certes par les relégations territoriales et le chômage, ne sont pas spécifiques à la France, même si elles s’y exacerbent. Une récente étude de l’Institut Montaigne, qui se voulait rassurante, a révélé que 28% des habitants des cités et 50 % des jeunes se réclament de la Charia, c’est-à-dire d’une culture en rupture avec la démocratie libérale et les fondamentaux de la France, à commencer par la laïcité. Mohamed Merah, qui a commis ses crimes il y a cinq ans tout juste, était habité par une haine viscérale de la France et de son passé colonial. Cette même détestation de l’Occident, qui passe d’abord par celle du Juif, se retrouve chez beaucoup de jeunes Français des cités, dont certains ont assassiné 120 autres jeunes sur des terrasses de bistrots des Xe et XIe arrondissements de Paris ou au Bataclan en novembre 2015. Le rejet de la culture française explique aussi, dans une intensité beaucoup plus basse, la mise à sac du lycée Suger et de la médiathèque par ses élèves.

Voyez le profond mépris avec lequel Erdogan, "l’islamiste modéré" qui était donné en exemple d’une Turquie démocratique, traite l’Europe qu’il dit vouloir rejoindre. Dans un meeting du 17 mars, l’autocrate turc s’est adressé ainsi à ses "frères et soeurs en Europe", vexé de n’avoir pu faire campagne en Allemagne et aux Pays-Bas pour consolider son pouvoir : "Allez vivre dans les meilleurs quartiers. Conduisez les meilleures voitures. Vivez dans les meilleures maisons. Ne faites pas trois mais cinq enfants. Car vous êtes l’avenir de l’Europe. Ce sera la meilleure réponse aux injustices contre vous".  Le djihad repose toujours sur ce prétexte d’une légitime défense, née de la moindre contrariété. "Des guerres de religion vont commencer", a dit plus clairement ces jours-ci le ministre turc des Affaires étrangères, Cavusoglu, en ajoutant : "Honte à l’Union européenne. A bas vos principes européens, vos valeurs, votre justice (…) Ils ont ouvert une confrontation entre la Croix et le Croissant, il n’y a pas d’autres explications". Or c’est ce même prêcheur de guerre qui a pu, avec l’autorisation du gouvernement français, tenir dernièrement meeting à Metz.  Cette reculade dit tout de la pusillanimité de la République devant l’islam conquérant et brutal, qui ordonne aux expatriés de ne pas s’assimiler aux populations d’accueil. La guerre civile est dans les plis de la société multiculturelle qui s’est progressivement installée en France.

Vous mentionnez un combat civilisationnel, quels sont les acteurs de ce combat ?

C’est malheureusement un combat déséquilibré au profit des djihadistes et de leurs "collabos" d’extrême-gauche qui se reconnaissent dans la contestation de l’Occident et de la société libérale et marchande. L’islam colonisateur est portée par une idéologie qui profite de l’apathie européenne, du somnambulisme des dirigeants. Eux non plus ne veulent rien voir de ce qu’ils ont favorisé en laissant venir s’installer massivement des populations musulmanes n’ayant aucune intention de se fondre dans la culture d’accueil. La guerre est en France, mais l’Etat capitulard laisse encore croire qu’il est possible de se défendre en faisant l’éloge du vivre-ensemble, ou en invitant à allumer des bougies ou à dessiner des petits cœurs. L’adversaire islamiste est minoritaire, mais il est déterminé, prêt à mourir, et parfaitement conscient des lâchetés de l’adversaire. Il devrait pouvoir être vaincu facilement par une nation bien décidée à défendre ses valeurs. Or il n’en est rien. L’enjeu est pourtant de défendre le monde libre contre un nouveau totalitarisme.

C’est un très beau combat qui est à mener urgemment : celui de la liberté et de la démocratie. Les ennemis sont identifiés : c’est d’abord l’islam politique et ses idiots utiles représentés par l’islamo-gauchisme, qui voit dans le musulman le nouveau prolétaire. Le salafisme et les Frères musulmans sont les matrices de cette idéologie suprémaciste, qui a des convergences avec le nazisme dans son culte du peuple supérieur et dans son antisémitisme coranique. Mais il est un autre ennemi, plus pernicieux, qu’il s’agit de combattre en même temps : le défaitisme et le relativisme, portés par tous ceux qui sont prêts à baisser les bras pour éviter le conflit et préserver leur confort. Dans ce combat pour le réarmement moral, toutes les bonnes volontés de la société civile sont appelées en renfort, tant le Pouvoir et les "élites" demeurent pour l’instant abouliques. Les nombreux Français musulmans acquis à la nation et à la démocratie ont toute leur place, en première ligne dans cette nécessaire résistance. Ils sont les mieux placés pour dénoncer le totalitarisme qui prétend parler en leur nom, et il est dommage qu’on ne les entende pas encore suffisamment. Ne rien faire serait le plus sûr moyen d’aggraver les conditions d’une future guerre civile. Elle est déjà dans bien des esprits. Mais il n’est pas trop tard. Nous ne pouvons perdre cette guerre qui nous a été déclarée.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELIED
- 20/03/2017 - 10:47
Tout à fait d'accord
avec vous, et il est certain que le plus terrible est à venir quand on voit lie développement exponentiel de l'Islam dans notre pays et dans toute l'Europe occidental, soutenu par des tyrans en puissance comme celui de la Turquie. On a l'impression parfois être revenu au moyen âge.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 20/03/2017 - 00:07
Les chiffres sont têtus surtout ceux de la démographie.....
Oui Mr Rioufol, vous avez une analyse juste .......sur le plan historique, mais démographiquement vous avez tort. Liberté 5 demande s'il faut attendre qu'une solution sorte des urnes..... Il a raison, une solution sortira des urnes en 2022 , mais ce n'est pas celle que nous espèrons. Plutôt celle évoquée par Houellebecq !
Liberte5
- 19/03/2017 - 19:18
Beaucoup de Français sont conscients de la montée des périls.
Y. Rioufol est un inlassable lanceur d'alerte depuis des années. Il n'est pas le seul. Mais cela ne débouche pas sur une action de résistance par une masse suffisante de Français.Beaucoup se demandent comment agir, comment s'organiser. Doit-on attendre que la solution sorte des urnes ou cette résistance doit-elle se faire sur le plan national par des partisans déterminés et capables d'entraîner les Français les plus courageux. Sans un sursaut de masse des actions dispersées ne ferons pas le poids face à une gauche collabo qui va de Mélenchon à Bayrou et Juppé.