En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 6 heures 41 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 7 heures 43 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 9 heures 25 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 12 heures 17 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Grève

Grève dans les transports : que reste-t-il vraiment sur la réforme des retraites ?

il y a 16 heures 11 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 7 heures 6 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 8 heures 10 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 8 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 9 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 11 heures 45 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 13 heures 57 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 15 heures 49 min
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 1 jour 7 heures
Atlanti-culture

"L'autre côté de l'espoir" : un film qui prend aux tripes !

Publié le 15 mars 2017
"L'AUTRE COTE DE L'ESPOIR" n'était pas le film le plus attendu de la semaine, mais quel régal! Vraiment un grand film sur l'univers des réfugiés et sur la grandeur et la petitesse de l'homme.
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Poncet est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"L'AUTRE COTE DE L'ESPOIR" n'était pas le film le plus attendu de la semaine, mais quel régal! Vraiment un grand film sur l'univers des réfugiés et sur la grandeur et la petitesse de l'homme.

CINEMA 

« L’AUTRE COTÉ DE L’ESPOIR » 
d’AKI KAURISMAKI
AVEC SHERWAN HAJI, SAKARI KUOSMANEN

 

LE RÉALISATEUR 

Né le 4 avril 1957 à Orimattila en Finlande, Aki Kaurismäki est l’un des cinéastes les plus vénérés de la planète. Sans doute parce qu’à travers  ses films, tous plus décapants les uns que les autres, il n’a cessé d’affirmer sa foi dans l’homme, envers et contre tout. Il  dénonce la misère, les injustices, les horreurs et les violences du monde, mais  il le fait en mettant en scène des gens dont l’humanité finit par faire chialer. 

C’est qu’Aki Kaurismäki est un drôle d‘énergumène. Il a les pieds sur la terre, mais la tête dans les nuages. C’est un homme qui « dit » le monde, mais à sa manière, de poète « céleste », à la fois un peu clown et intellectuel déchiré.

Cela paraît incroyable, mais cet homme là, dont les films feraient pleurer des pierres, se fit jadis recaler de l’école de cinéma pour « cynisme » ! Il apprit donc, son métier, sur le tas, et la  vraie vie (qui l’inspire pour ses films), sans doute dans les bistrots et aussi, paradoxalement, dans les livres. 

Son premier long métrage, en 1983, fut d’ailleurs une adaptation d’un des chefs d’œuvre de Dostoïevski, « Crime et Châtiment ». Mais, tout de suite après, il enchaîna avec un film très différent, « Calamari Union », dont la plupart des rôles sont tenus par des musiciens de la scène rock finlandaise. 

Depuis, il a réalisé une vingtaine de longs métrages dont, en 2002, « L’Homme sans passé » et, en 2011, « Le Havre »  qui furent tous deux sélectionnés, l’année de leur sortie, au festival de Cannes.

Après six années de silence, le revoilà sur les écrans avec ce « L’Autre côté de l’espoir ». Il est resté le même.

THEME

Ça commence par un chassé croisé. Venu d’Alep qu’il a fui pour échapper à la guerre, noirci par le charbon de la soute du cargo dans lequel il s’était planqué, un jeune syrien débarque à Helsinki pour demander l’asile politique. Au même moment, pour ouvrir un restaurant, ce qui est le rêve de sa vie, un finlandais quitte sa  femme alcoolique, et plaque son boulot de VRP.

Chacun mû par ce qu’il faut bien appeler l’espoir (celui d’une nouvelle vie), un homme, arrive et un autre, s’en va. Au son d’un rock-folk des années 80, ces deux brûlés de la vie vont  se croiser, évidemment pas dans un endroit chic,mais près d’un objet très symbolique de leur condition, une poubelle. Et parce qu’on est dans un film de Kaurismäki, l’un, « l’enraciné », tendra la main à l’autre, « le réfugié ». Bien sûr, ni pour l’un ni pour l’autre, rien n’ira comme ils l’espèrent. Mais, à la fin du film, leurs regards se tourneront quand même vers le ciel… Comme si, peut-être, par delà les drames, faillites successives pour l’un, tabassages par des fachos et demande d’asile refusé pour l’autre, se dessinait, au loin, dans les nuages, la promesse de jours meilleurs…

POINTS FORTS

Avec Aki Kaurismäki, tout est pareil et rien n’est jamais semblable. Ce qui est pareil, c’est la trame de ses films. Elle est immanquablement tissée de burlesque, d’absurde, de comédie et de drame. Quoiqu’on regarde de ce cinéaste, il est impossible de ne pas avoir la gorge nouée et de ne pas rire aussi, parfois d’ailleurs en même temps. Depuis Chaplin, personne ne sait parler, comme ce créateur, de la grandeur et de la petitesse de l’homme.

Ce qui change à chaque film, évidemment, c’est le scénario. C’est fou ce que Kaurismäki peut inventer comme histoires à partir des mêmes matériaux. Ici, c’est le drame des réfugiés qui l’a inspiré, le refus, et la violence qu’ils déclenchent dans les pays censés les « accueillir ».

Le sujet est, comme disent les journalistes, en plein dans l’ actu  et pourtant, avec ses musiques « folk éraillé » des années 80, ses décors où traînent  vieilles guimbardes, téléphones en bakélite et tables en formica, les costumes des personnages aussi, qui pourraient provenir de stocks oubliés chez des soldeurs, sans oublier les lumières, simultanément crues et blafardes, « L’autre côté de l’espoir » nous transporte dans un autre monde , une autre époque. Tout semble à la fois réaliste et rêvé. On est dans l’intemporalité. C’est très fort.

Ce qui est beau aussi, c’est sa façon de filmer, simple, efficace. Il faut dire que ses histoires sont tellement « emblématiques » qu’elles n’ont pas besoin d’être soutenues par des mouvements intempestifs de caméra ou des montages spectaculaires.

POINTS FAIBLES

Sauf à détester l’univers d’Aki Kaurismäki, il n’ y en a aucun.

EN DEUX MOTS

Le temps passe, les désillusions s’accumulent, et  pourtant, Aki Kaurismäki ne change pas. A en juger  par ce «  L’Autre côté de l’espoir », il est resté  intellectuellement et artistiquement intact, porté par cet élan humaniste qui le maintient debout depuis ses débuts, sa foi inébranlable dans l’homme, son humour décalé et sa poésie. 

Inutile de chercher : ce cinéaste ne ressemble à aucun autre. Il transforme, comme personne, en contes poétiques de toute beauté, des histoires souvent enracinés dans ce que le monde génère de pire, comme la misère, l’injustice et la violence. Ses plans se reconnaissent au premier coup d’œil. 

Au fond de sa désespérance, on peut toujours apercevoir le scintillement d’une lueur. Chez lui, l’homme parvient toujours à échapper au fatalisme. Même  un tant soit peu. C’est magnifique, bouleversant.

UN EXTRAIT

« Avec ce film, je tente de mon mieux de briser le point de vue européen sur les réfugiés considérés tantôt comme des victimes objets de notre apitoiement, tantôt comme des réfugiés économiques qui, avec insolence veulent prendre notre travail, nos femmes, nos logements et nos voitures »Aki Kaurismäki.

RECOMMANDATION : EN PRIORITÉ

                                   

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 16/03/2017 - 09:06
SORTEZ VOS MOUCHOIRS, on va vous raconter la belle N'histoire
des gentils et des vilains . "tantôt comme des victimes objets de notre apitoiement, tantôt comme des réfugiés économiques qui, avec insolence veulent prendre notre travail, nos femmes, nos logements et nos voitures ». Voilà qui prouve qu'Aki n'a rien compris en ressassant la vieille rengaine des femmes des logements du travail et des voitures Employé le terme de "réfugiés" pour parler de l'émigration économique prouve à quel point son regard est biaisé. Ce qui inquiète les populations autochtones, ce ne sont pas les motifs neux neux exprimés ci dessus mais l'image qu'une certaine religion donne à voir et les craintes fondées qui en découlent. La Finlande compte 76% de chrétiens (luthériens et orthodoxes) et 22,6 d'athée , les autres religions dont l'islam représentent 1,4% de la population (observatoire de la liberté religieuse). Selon le Service finlandais de l’immigration, la moitié des demandes d’asile présentées en 2014 par les Iraniens étaient fondés sur leur conversion au christianisme, et ces demandes ont indiqué que les convertis étaient accusés d’apostasie en Iran (observatoire de la liberté religieuse) . Apostasie, donc menacé plus que sérieusement de la peine de mort.