En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 7 heures 13 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 51 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 49 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 13 heures 3 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 14 heures 11 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 55 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 31 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 42 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 55 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 16 heures 58 min
© Toby Melville / Reuters
© Toby Melville / Reuters
Cri d'alarme

Ce retard français en matière d'information sur les maladies mentales qui plombe ceux qui en souffrent comme ceux qui y sont confrontés

Publié le 13 mars 2017
Les Semaines d’Information sur la Santé Mentale se déroulent du 13 au 26 mars 2017 sur la santé mentale au travail. Alors que les entreprises sont de plus en plus interrogées par cette question : peut-on concilier un problème de santé mentale et travail. La Fondation FALRET initie dès mardi une campagne de sensibilisation à ce sujet.
Directrice de la Fondation FALRET et Directrice Générale de l’Œuvre FALRET. Après une carrière opérationnelle puis de cadre dans le secteur sanitaire, elle se lance dans l’action sociale, d’abord par la direction d’un établissement social puis la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Hennion
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directrice de la Fondation FALRET et Directrice Générale de l’Œuvre FALRET. Après une carrière opérationnelle puis de cadre dans le secteur sanitaire, elle se lance dans l’action sociale, d’abord par la direction d’un établissement social puis la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Semaines d’Information sur la Santé Mentale se déroulent du 13 au 26 mars 2017 sur la santé mentale au travail. Alors que les entreprises sont de plus en plus interrogées par cette question : peut-on concilier un problème de santé mentale et travail. La Fondation FALRET initie dès mardi une campagne de sensibilisation à ce sujet.

Le nombre de personnes en difficulté psychique est en augmentation. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, d’ici 2020, 1 français sur 4 sera concerné par un problème de santé mentale. Chacun, certes, ne sera pas touché par une maladie invalidante, mais il est urgent de mesurer l’importance de disposer d’une "bonne santé mentale" pour mieux gérer les différents aspects de sa vie sociale et professionnelle, et prendre les mesures qui s’imposent.

De récentes études montrent le flou qui demeure sur ce sujet. Elles soulignent l’insuffisance d’information et de sensibilisation des français, tant de la part des acteurs du champ de la santé que des médias ou qu’au sein des entreprises vis à vis des salariés.

En matière d’information en santé mentale, la France accuse un retard certain. La méconnaissance des troubles psychiques, et donc leur identification, retarde leur prise en charge et génère de la crainte et de fausses représentations. La non-prise en compte de ces situations de souffrance conduit les personnes à s’isoler et laisse les entreprises démunies lorsqu’un salarié manifeste sa fragilité psychique. Elle les conduit également à renoncer à l’emploi des personnes ayant développé une maladie mentale et pourtant rétablis.

Alors, comment accueillir un salarié en difficulté psychique ? Comment l’accompagner dans son parcours professionnel ? Comment faire en sorte qu’il soit intégré parmi les collaborateurs de l’entreprise ? Comment penser l’aménagement de son poste de travail en tenant compte de son état de santé ? Il est urgent de se pencher sur ces questions. Les entreprises ne sont évidemment pas des acteurs de santé, mais des espaces de vie où la santé, en particulier mentale, s’exprime. Il faut donc leur proposer les outils nécessaires au maintien et à l’inclusion dans l’emploi. Certains d’entre eux existent et sont utilisés dans le champ social et médicosocial spécialisé sur le handicap psychique. Il nous faut accompagner les entreprises pour qu’elles puissent offrir à chaque salarié en difficulté psychique les moyens de rendre compatible sa santé mentale et l’exercice de sa profession, aménagée si cela est nécessaire, comme on le pratique désormais pour les professionnels en difficulté physique.

Une majorité de français pensent qu’un problème de santé mentale reste compatible avec une activité professionnelle, bon nombre d’entre eux pensent en même temps que l’entreprise a du mal à tenir compte de ce type de difficultés de santé en entreprise, que, de ce fait, les personnes en difficulté psychique sont souvent incomprises et mises à l’écart par les collègues de travail, qu’il reste beaucoup à faire en matière d’aménagement du poste de travail et qu’elles courent davantage le risque de se faire licencier.

Il est temps que soient mises en œuvre des solutions adaptées au maintien et au retour en emploi de celles et ceux qui ont, du fait d’une maladie psychique, été mis à l’écart.

Car il est essentiel de permettre aux personnes touchées par un problème de santé mentale d’exercer une activité professionnelle. Cette activité a des effets bénéfiques sur la santé mentale, notamment grâce à l’inclusion sociale, le sentiment d’appartenance et d’utilité ou encore l’estime de soi, générés par son travail.

Si l’on sait que les contraintes économiques imposent la performance, les qualités humaines qui permettent de prendre soin des professionnels constituent le plus souvent la première richesse de l’entreprise. Elles doivent être mises en valeur. Ce sont souvent elles, au final, qui font la différence et permettent de se démarquer, tant au niveau du climat social que des résultats économiques.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Quidam
- 14/03/2017 - 12:48
Rectif. orthograph. Représentation des troubles psychiques
... la prise en charge ... dépende ...
Quidam
- 14/03/2017 - 12:05
Représentation des troubles psychiques
Il semble que la prise en charge des troubles psychiques dépend de la représentation que les professionnels s'en font.
Certains, par exemple, considéreront qu'une personne atteinte peut recouvrer tout ou partie de son autonomie psychique, grâce à une médication fine et un suivi psychothérapique tenant compte de son contexte de vie.
D'autres, considérant que les troubles psychiques invalident tout à fait la personne atteinte, se cantonneront à établir un diagnostic et prescrire une médication correspondant aux symptômes.
Rien n'est simple en ce domaine, bien sûr, mais peut-être qu'en France la seconde conception prévaut trop souvent.
Olivier K.
- 13/03/2017 - 08:19
On a réussi en politique,
vu qu'on élit des monomaniaques narcissiques obsédés par le contrôle!! :-)