En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 9 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 53 min 5 sec
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 1 heure 22 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 2 heures 22 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 3 heures 18 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 19 heures 35 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 23 heures 26 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 14 min 4 sec
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 2 heures 49 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 19 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 21 heures 39 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 23 heures 41 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 1 jour 1 heure
© DR
Jean Dujardin revient sur les écrans dans "Infidèles" ce mercredi.
© DR
Jean Dujardin revient sur les écrans dans "Infidèles" ce mercredi.
Fidèles castrés

Infidélité ? Et si les femmes étaient devenues pires que les hommes ?

Publié le 29 février 2012
Jean Dujardin revient sur les écrans dans "Infidèles" ce mercredi. Dans ce film à sketchs, il est question d’infidélité, un thème souvent incarné par l’image du dragueur impénitent et plutôt sympathique. Ce comportement demeure-t-il aujourd’hui, l’apanage presque exclusif du "sexe fort" ? Pas si sûr...
Gérard Leleu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Leleu est médecin et sexologue. Il est également écrivain et conférencier, auteur de nombreux ouvrages sur le couple et le plaisir. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Dujardin revient sur les écrans dans "Infidèles" ce mercredi. Dans ce film à sketchs, il est question d’infidélité, un thème souvent incarné par l’image du dragueur impénitent et plutôt sympathique. Ce comportement demeure-t-il aujourd’hui, l’apanage presque exclusif du "sexe fort" ? Pas si sûr...

Atlantico : Jean Dujardin revient sur les écrans dans "Infidèles" ce mercredi.  Dans ce film à sketchs, il est question d’infidélité, un thème souvent incarné par l’image du dragueur impénitent et plutôt sympathique. Ce comportement est-il encore aujourd’hui, l’apanage exclusif des hommes ?

Gérard Leleu : Non ! Les femmes nous rattrapent sur le plan de l’infidélité. Il y a quelques années, une enquête montrait qu’autrefois on ne comptait que 15% de femmes infidèles et que maintenant, elles rejoignent presque les hommes. Elles seraient aux alentours de 45% - contre 55% des hommes - à avouer avoir été infidèle.

Pour quelles raisons ?

Ce n’est pas que les femmes aient moins de désir ou d’envie de faire l’amour que les hommes. Mais beaucoup de choses entravaient leurs envies. En premier lieu la répression terrible de l’adultère assortie de punitions terribles (lapidation, bûcher, décapitation, répudiation). Il y avait de quoi y réfléchir à deux fois. Cette différence tient aussi au fait qu’autrefois, on a culpabilisé les femmes et considéré le fameux pêché d’Eve (à tort) comme sexuel. Il n’y a plus aujourd’hui de répression. On note aussi que la femme avait alors une impossibilité : elle devait remplir la fonction de mère, de femme d’intérieur et restait à la maison sous un contrôle permanent. La maison était une prison.

Ensuite, il y avait aussi la peur d'avoir un bébé qui pouvait refroidir les femmes. Enfin, il y avait un problème de ressources en cas de divorce : une femme abandonnée était une femme soit condamnée au couvent soit à la misère…

Enfin, même si les femmes sont émancipées et modernes, la sexualité est liée à l’affectif. Ca a toujours été vrai et cela le resterait quand on parle avec les femmes… Alors que l’homme a pu dissocier le plaisir de l’affection. La femme, semble-t-il, peut faire de plus en plus cette dissociation entre plaisir et amour. Autrefois, les femmes ne pouvaient pas faire l’amour sans aimer. Maintenant, elles savent le faire.

Enfin, l’infidélité a cessé d’être un délit il y a peine vingt ou trente ans. Aujourd’hui, on sait que l’amour n’est plus un pêché. C’est ce qui a libéré les femmes. Aujourd’hui, elles travaillent dehors. Et donc, elles ont des possibilités de rencontrer des hommes. D’ailleurs, les enquêtes montrent que l’essentiel des infidélités se font avec des gens du travail.

A vous écouter, on penserait que l’émancipation de la femme par le travail et la contraception est une porte ouverte au risque d'infidélité ! 

Oui ! La pilule est un vrai phénomène de société. La contraception orale n’est pas simplement une invention « médicale » mais un changement de civilisation car délier la sexualité de la grossesse est quelque chose de faramineux et qui permet aux femmes ce que les hommes ont toujours connu…

En distinguant amour et plaisir, les femmes sont-elles devenues des hommes comme les autres ? 

C’est justement une expression que j’utilise dans le livre que j’écris actuellement ! Les femmes, en effet, peuvent avoir des coups de sang ou des besoins car elles sont devenues des hommes comme tout le monde ! Sans contrainte ni risque, il reste peut-être chez la femme un côté sentimental. Cependant, on note que les femmes entre 18 et 25 ans ont vraiment envie de s’éclater et de s’ouvrir à tout. Puis elles se rangent à nouveau, en associant alors de nouveau le plaisir et les sentiments.

Quels conseils donneriez-vous aux hommes pour éviter de paniquer en vous lisant ? 

Quand une femme est tout à fait satisfaite, elle est tout à fait fidèle ! On peut rappeler les causes de l’infidélité de la femme qui sont très différentes de celles des hommes. En général, les hommes sont infidèles par insatisfaction sexuelle : pour avoir plus et jouir plus. En revanche, quand les femmes vont voir ailleurs, c’est rarement pour des raisons sexuelles. Elles trompent par besoin de reconnaissance car leur partenaire ne les voit plus. C’est le cas de la « femme-potiche » qui n’est plus considérée et qui se demande si elle est toujours féminine et attirante. Elles font des « infidélitests » afin de vérifier si elles toujours autant de pouvoir.

Les femmes ont également besoin de communication. Elles reprochent en général, aux hommes de ne pas parler, de ne pas les écouter, de ne pas les comprendre. L’homme qui ne communique pas risque, un jour, que sa femme rencontre un homme qui communique, qui lui glisse des confidences et qui lui dise qu’elle est belle, qu’elle existe donc. Là c’est dangereux car être comprise est primordial pour une femme.

Une autre cause de l’infidélité féminine est le manque de tendresse. Sans essayer de tomber dans les stéréotypes, on peut dire que les femmes sont des êtres de tendresse et de caresses. Les grands reproches ont trait à ce manque. Les hommes qui ne veulent pas être trompés doivent bien écouter la femme. D’autant qu’autrefois on se mariait pour la vie et qu’aujourd’hui, on se marie pour dix ans.

Peut-on être aujourd’hui fidèle pendant 60 ans ? 

C’est impossible sauf si on sait ce qu’est l’amour. La plupart du temps, on croit que c’est un duo d’opérette. Or l’amour - sans vouloir faire de l’ésotérisme -, est un chemin initiatique fait pour nous apprendre nos défaillances, notre jalousie, notre égoïsme, nos possessivités : les traverser et les améliorer. Il s’agit de "se connaître soi-même" et, finalement, de devenir un être conscient...

 

Propos recueillis par Antoine de Tournemire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
De France et de plus loin
- 03/03/2012 - 13:51
Sauf que le sexe est bien
Sauf que le sexe est bien plus qu'un loisir et que quand on couche avec une personne, on ne la 'consomme ' pas.
toto666
- 02/03/2012 - 17:12
Diviser pour mieux régner?
Jeunes contre vieux, hommes contre femmes, alors on ne peut faire confiance à personne?Notre destinée est-elle de finir seul?
La société "moderne" devient compulsive et vire vers le "consommez vous les uns les autres".
L'infidélité est mauvaise, le ciment du couple devrait être la confiance, donc je n'ai absolument rien contre le concept de relation libre à laquelle s'adonne les échangistes car au moins elle a le mérite d'être honnête.
Deux citations d'Hannah Arendt:
« Les mouvements totalitaires sont des organisations massives d’individus atomisés et isolés. »
« La société de masse ne veut pas la culture mais les loisirs. »
On y arrive ...
De France et de plus loin
- 02/03/2012 - 11:55
Je serais donc malheureux,
Je serais donc malheureux, sans aucun sens du bien et du mal et prisonnier des mes pulsions?
Vous aurez besoin d'y croire très fort pour vous rassurer !!