En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

05.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

06.

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

07.

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 11 min 1 sec
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 1 heure 8 min
pépite vidéo > International
Menace pour les récoltes
L’Inde fait face à une invasion de criquets
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Economie
Politique industrielle

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Sport
Activité physique

L’avenir en demi-teinte pour le sport en ville par temps de pandémie

il y a 5 heures 8 min
décryptage > Economie
Génération Covid-19

Génération loose (salariale) : les diplômés de 2020 se préparent à des années de galère

il y a 5 heures 47 min
décryptage > International
Stratégie

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Santé
Réforme

Ségur de la santé : voilà pourquoi l’argent seul ne réglera pas les problèmes des hôpitaux français

il y a 7 heures 24 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 17 heures 48 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 20 heures 59 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 31 min 19 sec
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 46 min
décryptage > France
Monde d'après

Alerte météo : Climat pourri pour les chasseurs homosexuels musulmans de droite

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

La BCE et la Cour de Karlsruhe

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Economie
Disparition

Alberto Alesina, l’économiste qui mettait les pieds dans le plat des sujets qui fâchent

il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
Danger public

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les entreprises aspirent à plus de Made in France, moins de CO2... mais surtout pas à la décroissance

il y a 6 heures 55 min
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 17 heures 33 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 20 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 21 heures 45 min
© PASCAL GUYOT / AFP
© PASCAL GUYOT / AFP
Président de tous les Français

François Fillon face au défi de la conquête électorale de cette France du travail qui se refuse largement à lui

Publié le 17 mars 2017
Lundi, François Fillon fait une conférence de presse sur son projet présidentiel et notamment sur l'économie. Le candidat des Républicains obtient des scores très faibles dans "la France du travail". Seulement 10% et même moins chez les 35-49 ans, les ouvriers et les salariés.
Jérôme Sainte-Marie est Directeur du Département Opinion de l'institut de sondage CSA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Sainte-Marie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Sainte-Marie est Directeur du Département Opinion de l'institut de sondage CSA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lundi, François Fillon fait une conférence de presse sur son projet présidentiel et notamment sur l'économie. Le candidat des Républicains obtient des scores très faibles dans "la France du travail". Seulement 10% et même moins chez les 35-49 ans, les ouvriers et les salariés.

Atlantico : Étant donné l'enjeu pour lui en matière électorale au regard de ses scores catastrophiques sur la France du travail, que peut-il mettre en avant de son programme ? Quelle peut être l'offre cohérente de François Fillon ?

Jérome Sainte-Marie : De fait, François Fillon dispose d’une audience considérable parmi les retraités. Dans les sondages, ceux-ci constituent entre 40% et 50% de son électorat actuel. Ils ont fait son succès lors de la primaire. Pourquoi ? Il ne s’agit guère d’un effet de génération, même si son discours sur le christianisme plaît dans cette population dont la fidélité religieuse est encore relativement forte. Pour l’essentiel, c’est le reflet d’une différence de condition matérielle liée à l’âge. Tout d’abord, les retraités disposent d’un patrimoine plus important que les actifs, et sont pour cela très sensibles à la pression fiscale. Ensuite, ils redoutent l’aventure monétaire, ce qui limite la progression du vote lepéniste parmi eux. Enfin, le principe de la retraite par répartition en fait les gardiens vigilants du travail des actifs. A l’heure où près du tiers des inscrits sont des retraités, François Fillon dispose là d’un de ses principaux atouts. Le monde du travail est quant à lui très différenciés dans ses attentes, et François Fillon est concurrencé dans « la France qui gagne » par Emmanuel Macron, et dans « la France qui souffre », par Marine Le Pen. Il a pris de front la fonction publique lors des primaires, et a très peu à en attendre électoralement. A quelques semaines du scrutin, il ne va pas se réinventer. Il ne peut tenir qu’un discours à forte connotation morale, insistant sur la vertu de l’effort et la nécessité de sa récompense – c’est assez irénique, mais il y a un public pour cela. Plus généralement, il doit creuser sa différence avec Emmanuel Macron, qui porte un message avant tout individualiste. François Fillon, lui, parle toujours du pays, de la société, et donc de relations qui sont autant culturelles qu’économiques. S’il parvient à convaincre que son discours est le seul qui articule la promesse du libéralisme économique avec le refus de l’anomie sociale, il a une chance de progresser dans certaines catégories d’actifs. 

Concrètement, qu'attend la France du travail aujourd'hui ? 

Jérome Sainte-Marie : La France du travail, je ne suis pas sûr que cela existe. Les statuts professionnels, la place dans la hiérarchie des entreprises et des administrations, et tout simplement les revenus tirés de son activité forgent des destins à ce point différents que les représentations, les opinions et les choix électoraux divergent profondément. Prenons l’exemple de la loi El Khomry. Elle fut massivement soutenue par les retraités, toujours désireux d’un accroissement de l’activité sans progression proportionnée des salaires, afin de garantir le versement de leurs pensions. Bien sûr, ils ne le formulent pas toujours aussi clairement, mais c’est bien ce que traduisent leurs réponses sur ce type de sujet. Toujours pour cette loi Travail, les cadres et les salariés d’exécution n’avaient pas du tout la même attitude. N’oublions pas que certains font des carrières avant tout individuelles, tandis que d’autres ont un destin social avant tout collectif, avec pour ces derniers une très faible amplitude salariale sur l’ensemble de leur vie active. En fait, il y a la possibilité d’un changement important de condition pour les ouvriers et les employés. Ils sont en effet très exposés au risque de chômage, et au déclassement qui peut en résulter. En conséquence, aujourd’hui, la menace sur l’emploi est leur principale préoccupation. Les réponses à y apporter peuvent être très variées, au niveau macroéconomique, par exemple plus ou moins d’Europe, plus ou moins d’exposition à la mondialisation, ou bien en termes législatifs, plus ou moins de flexibilité sociale.

Quels enseignements François Fillon peut-il tirer de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007 qui est le dernier candidat à avoir su convaincre et rassembler cet électorat notamment grâce au slogan: "Travailler plus pour gagner plus"?

Jérome Sainte-Marie : Pour vous répondre, il faut d’abord démonter un mythe sur l’élection présidentielle de 2007. Si l’évocation par Nicolas Sarkozy de la « France qui se lève tôt » a marqué les esprits, la sociologie électorale relativise fortement sa portée. En effet, le succès du candidat de droite a d’abord tenu, quantitativement, à la galvanisation des retraités. Selon les sondages sortie des urnes d’IPSOS, 41% d’entre eux ont voté Nicolas Sarkozy au premier tout, et 65% au second. De même, si les travailleurs indépendants se sont mobilisés pour ce candidat, avec un taux de 77% au second tour, toute la population active ne s’est pas sentie autant concernée. Ainsi, seuls 21% des ouvriers ayant voté ont choisi un bulletin Sarkozy le 23 avril 2007, et 46% le 6 mai. Le « travailler plus pour gagner plus » a suscité des espérances, mais aussi beaucoup de craintes dans le monde du travail, par rapport au droit du travail, à l’âge de départ en retraite, et à ce filet de garanties qui, qu’on le veuille ou non, améliore la vie d’une bonne partie des salariés. Le déroulement du quinquennat fut ensuite marqué par des mobilisations sociales massives contre la réforme des retraites, et une désaffection massive du monde du travail à l’égard du président Sarkozy, autour du thème du pouvoir d’achat. D’où vient cette distorsion de la mémoire ? Sans doute du fait que Ségolène Royal a été donnée jusqu’à la fin 2006 comme celle dont la victoire était la plus probable, et que la campagne dynamique et transgressive de Nicolas Sarkozy lui a permis d’inverser le cours des choses. Ceci fut obtenu par le transfert massif de voix frontistes, de toutes origines sociales, bien davantage que par la conquête d’un monde du travail qui resta jusqu’au bout très divisé à son égard.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cerimo
- 15/03/2017 - 22:26
facile
pour être élu parler vacances, ça marche en france
Galadriel
- 13/03/2017 - 17:41
Galadriel
Le seul moyen de créer des emplois (1ère préoccupation des français avec la sécurité) c'est le redressement économique de la France qui passe par les réformes de structures nécessaires et plus de facilité d'entreprendre. Le programme de Fillon est le plus abouti pour ce faire
Paulquiroulenamassepasmousse
- 13/03/2017 - 07:57
Il y a 2 Frances du travail......
Les fonctionnaires cet toujours en grêve avec Mélanchouille et Marine.
Les autres, non protégés, qui souvent espèrent une sortie plus libérale avec Macron....Alors il a du boulôt Fillon pour arriver à faire croire qu'il est devenu libéral, après avoir servi pendant 5ans la soupe à Sarkozy..