En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 5 heures 2 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 7 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 8 heures 27 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 8 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 10 heures 54 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 13 heures 53 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 4 heures 49 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 5 heures 29 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 8 heures 2 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 8 heures 44 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 9 heures 14 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 12 heures 2 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 13 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 14 heures 19 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 14 heures 34 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Les Français ont choisi : ils veulent du bio...mais connaissent-ils vraiment les conséquences ?

Publié le 26 février 2017
Comment nourrir demain le monde alors que l’humanité continue de s’accroître, qu’elle s’urbanise et s’enrichit, et qu’il faut protéger la planète ? Les agriculteurs tiennent notre avenir entre leurs mains. Mais en France, ils souffrent de leurs conditions de travail, comme des critiques qu’ils subissent. Beaucoup se découragent. Nous risquons de perdre notre richesse agricole. Extrait de "Plaidoyer pour nos agriculteurs" de Sylvie Brunel aux Editions Buchet-Chastel (2/2).
Sylvie Brunel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvie Brunel est géographe, économiste et écrivain. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment nourrir demain le monde alors que l’humanité continue de s’accroître, qu’elle s’urbanise et s’enrichit, et qu’il faut protéger la planète ? Les agriculteurs tiennent notre avenir entre leurs mains. Mais en France, ils souffrent de leurs conditions de travail, comme des critiques qu’ils subissent. Beaucoup se découragent. Nous risquons de perdre notre richesse agricole. Extrait de "Plaidoyer pour nos agriculteurs" de Sylvie Brunel aux Editions Buchet-Chastel (2/2).

En France, l’opinion publique a choisi : elle veut majoritairement du bio. Pourtant, au-delà des querelles idéologiques et des combats militants, connaît-elle réellement les termes du débat ? Au cœur des controverses, figurent deux questions essentielles : la qualité de notre alimentation et celle de notre environnement.

La qualité de notre alimentation déchaîne les peurs et les passions, au point que la moindre tromperie, même sans conséquences sanitaires, comme en 2013 l’affaire des lasagnes à la viande non de bœuf mais de cheval, prend des proportions colossales. La peur de l’empoisonnement –  qui reste une réalité encore dans les pays pauvres  – figure toujours au cœur de l’inconscient collectif. Le consommateur a un besoin impératif de transparence et de traçabilité.

Pourtant, notre alimentation n’a jamais été aussi saine, ce qui nous permet d’atteindre en France une espérance de vie record de plus de quatre-vingt-deux ans. Même si les dernières années de la vie sont souvent entachées de nombreuses maladies, liées essentiellement au vieillissement, jamais, dans l’histoire de l’humanité, nous n’avons vécu aussi longtemps en bonne santé. Il faut se souvenir qu’au début des années 1960, il y avait chaque année en France 4  000  morts par intoxication alimentaire et que l’incidence du cancer de l’estomac, devenu très rare aujourd’hui, était très élevée. En Europe, le dernier grand scandale sanitaire meurtrier remonte à l’été 2011. Imputé à tort à des « concombres tueurs » espagnols, il était dû en réalité à des graines germées de haricots, originaires d’une ferme bio en Allemagne, contaminées par la redoutable bactérie Escherichia coli. Cinquante morts, des milliers d’hospitalisations dans toute l’Europe… Un drame humain qui est resté pourtant relativement peu commenté.

Le bio a une obligation de moyens (réduire au maximum l’utilisation de produits chimiques de synthèse), pas de résultats. Contrairement à l’agriculture conventionnelle, qui subit des contrôles drastiques à tous les stades de la production, il se déploie dans un certain flou sanitaire, particulièrement quand il est artisanal, car les labels qui le conditionnent s’attachent d’abord au respect d’un mode de production. Selon l’Académie d’agriculture, le risque de contamination bactérienne, fongique ou parasitaire est donc plus élevé.

Au bilan, les différentes études scientifiques réalisées par des laboratoires indépendants aboutissent au fait que se nourrir bio n’est pas meilleur pour la santé : ni les qualités organoleptiques ni la teneur en vitamines des produits ne sont supérieurs. Ils se conservent moins, ce qui occasionne un énorme gaspillage. Alors pourquoi privilégier le bio, malgré son coût ? Parce que le consommateur redoute de trouver des produits chimiques dans son alimentation, même en quantité infinitésimale, soupçonnant des « effets cocktails » préjudiciables à sa santé, malgré des normes de sécurité sanitaire qui sont en Europe parmi les plus exigeantes du monde.

Les intoxications alimentaires sont bien plus fréquentes en Amérique du Nord, obligeant par exemple les industriels à désinfecter les viandes au chlore ou à traiter les pommes cirées à la morpholine, un fongicide anticorrosion.

À l’inverse de l’agriculture conventionnelle, l’agriculture bio utilise effectivement peu de produits chimiques, dont les abus ont été préjudiciables aux campagnes françaises, polluant les sols et les cours d’eau. Mais les substances dites « naturelles » qu’elle emploie, cuivre, soufre, pyrèthre, etc., ne sont pas pour autant anodines. Certains produits comme la roténone ou l’huile de neem, employés à l’étranger, sont interdits en France en raison de leur toxicité. Et comme les traitements sont plus rapidement lessivés, les agriculteurs bio sont souvent obligés d’en augmenter la fréquence. Alors que les molécules chimiques modernes sont ciblées et doivent être employées de façon sélective, en quantités de plus en plus réduites, les produits employés en bio ont souvent un spectre d’action très large, qui pose la question de leur innocuité pour la nature. Quant au désherbage mécanique à l’eau bouillante que certaines mairies ont adopté pour ne plus utiliser de substances de synthèse, il détruit sans pitié toutes les petites bêtes, mobilise beaucoup de carburant et envoie dans l’atmosphère des quantités significatives de gaz à effet de serre. Il faut donc trouver des solutions qui concilient durabilité et sécurité, autant pour les utilisateurs, que pour les consommateurs et l’environnement.

Préconiser la généralisation du bio, c’est méconnaître à la fois les exigences alimentaires d’un monde de plus en plus urbain et les difficultés de produire sans risques, face aux ravageurs, aux maladies cryptogamiques, aux adventices. Tant qu’une grande majorité de l’agriculture reste conventionnelle, les isolats agricoles biologiques (5 % seulement de la SAU française) sont protégés par un environnement sécurisé. Les prédateurs sont largement éliminés par leurs voisins, exactement de la même façon que celui qui ne se vaccine pas chez nous est protégé par le fait que les autres le sont. Mais le changement climatique accroît aujourd’hui la pression parasitaire, ce qui pose de réels problèmes aux exploitants agricoles, qu’ils soient bio ou non. De nombreuses molécules, jugées préjudiciables à l’environnement, ont été interdites au cours des vingt dernières années et ils se retrouvent souvent confrontés à des impasses techniques.

Pourtant, pas un seul agriculteur aujourd’hui n’a envie d’utiliser des produits de traitement à mauvais escient : ils coûtent cher, demandent de la main-d’œuvre, suscitent des tensions avec le voisinage, puisque les exploitations se trouvent de plus en plus enclavées dans un tissu périurbain. Les agriculteurs bio et conventionnels travaillent donc de plus en plus ensemble pour trouver des solutions durables qui conviennent aux deux types d’agricultures. Souvent, l’agriculture biologique avance en éclaireur, elle teste de nouvelles méthodes, explore des pistes naturelles, comme les associations de plantes ou le recours aux insectes auxiliaires (ce que l’on appelle le biocontrôle » ou la « protection biologique intégrée »), qui peuvent se révéler très prometteuses… ou au contraire très risquées quand la récolte n’est pas au rendez-vous.

Pour avoir visité de nombreuses exploitations agricoles, de tous types, je peux l’attester : la transition écologique est partout à l’œuvre dans les campagnes. Il est fréquent d’ailleurs que les exploitations associent désormais des parties cultivées en bio et d’autres en agriculture conventionnelle raisonnée pour répondre aux attentes sociétales, explorer de nouvelles pistes, mais en sécurisant une partie de la récolte.

Extrait de "Plaidoyer pour nos agriculteurs"  de Sylvie Brunel, chez Buchet-Chastel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/02/2017 - 10:48
Les bobos veulent du bio...
mais ils sont loin de constituer la majorité de la population...non! Ces affirmations à l'emporte-pièce de mauvais analystes qui voient la France par le petit trou de St Germain ou de la Place des Vosges ne mènent pas à la vérité...elle est plus proche de ceci: les Français veulent de la nourriture de bonne qualité, de saison, et plus spécifiquement française, car ils ont confiance en leurs agriculteurs pour faire de bons produits de terroir. Mais la gauche écologiste tue cette agriculture extensive à petit-feu, la remplaçant progressivement par l'agriculture intensive étrangère et transgenique . Seule Marine Le Pen saura préserver à notre agriculture son caractère extensif et humain, et la belle ruralité de la France, qui contribué à son attractivité, contre la boboitude déphasée des beaux quartiers gauchisants