En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 10 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 11 heures 10 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 13 heures 5 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 14 heures 17 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 17 heures 31 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 18 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 33 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 11 heures 24 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 12 heures 34 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 13 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 15 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 20 heures 25 sec
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 20 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
SOS

Salon de l’agriculture : les 5 défis majeurs à relever pour sauver les campagnes françaises

Publié le 24 février 2017
Au moment où le Salon de l’Agriculture va s’ouvrir, et donner lieu au défilé habituel de candidats à la Présidentielle, on peut s’interroger sur cinq vrais défis auxquels doivent faire face les agriculteurs français, et européens.
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au moment où le Salon de l’Agriculture va s’ouvrir, et donner lieu au défilé habituel de candidats à la Présidentielle, on peut s’interroger sur cinq vrais défis auxquels doivent faire face les agriculteurs français, et européens.


L'éco : Bruno Parmentier

Au moment où le Salon de l’Agriculture va s’ouvrir, et donner lieu au défilé habituel de candidats à la Présidentielle, on peut s’interroger sur cinq vrais défis auxquels doivent faire face les agriculteurs français, et européens. 

Apprendre à vivre avec le réchauffement climatique.

Nous avons eu un printemps exceptionnellement pluvieux… (mais il faut s’interroger sur l’emploi si facile du terme exceptionnel car il s’agit peut-être d’un printemps désormais "normal"). Les blés qui n’ont pas été pourris par les inondations ont souffert de manque de rayonnement solaire, et au total la récolte a baissé d’un tiers. Plus d’un agriculteur s’est interrogé sur ses choix : à quoi bon se payer des semences, des engrais et des pesticides très onéreux si au final on n’est pas capable de supporter un printemps pluvieux ? Les producteurs de fruits et légumes ont aussi largement souffert du même phénomène. Tout laisse à penser que le climat va continuer à se détériorer rapidement. Bien entendu ce sont les agriculteurs des pays tropicaux qui souffriront le plus, mais ici aussi il va falloir s’adapter. Que faisons-nous pour avoir une agriculture plus résiliente, capable de s’adapter à ces nouvelles données ? Il convient de revoir des choix génétiques et de méthodes culturales qui ont été faits exclusivement pour rechercher une productivité maximum dans les anciennes conditions "habituelles".

S’adapter aux changements rapides de consommation alimentaire.

L’agriculture bio progresse actuellement à raison de 20 % par an en surface et 15 % en chiffre d’affaires, quel autre secteur de l’économie française peut s’enorgueillir de tels taux ? Ne faut-il pas en tirer quelques leçons ? L’essor du "sans" (sans gluten, lactose ou viande, sans soja, œufs, caféine, crustacés, cacahuètes, noix, sésame, tournesol, moutarde ou pavot, mais aussi, sans OGM, pesticides, sulfites, additifs ou matières grasses, etc.) est également le signe d’une volonté des français de se réapproprier une certaine maîtrise de leur alimentation, et par extention de leur vie ; comment les agriculteurs peuvent-ils accompagner ce mouvement de fond ?

La consommation de viande et de produits laitiers, qui n’avait cessé d’augmenter tout au long du XXe siècle (on était passé de 20 kilos par personne et par an dans les années 1920 à 50 dans les années 1950, 80 dans les années 1980, et 100 au tournant du siècle) a amorcé sa décrue, puisqu’on ne consomme plus aujourd’hui que 85 kilos de viande et 90 kilos de lait (sous forme de laitages). Tout laisse à penser que ce mouvement va se poursuivre : ces produits ne sont plus autant "à la mode" que pendant les 30 glorieuses, et les critiques multiples dont ils font l’objet (santé, intolérances, risques sanitaires, bien-être animal, scandales, peurs et méfiances diverses) risquent de s’accentuer. Un signe récent de ces évolutions sociétales, les nouveaux "repères de consommation alimentaires" de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES), qui seront reprises dans le prochain Programme national nutrition-santé (PNNS) : en matière de viande, œufs et poisson, on recommandait jusqu’à présent d’en manger "une ou deux fois par jour" ; maintenant "pas plus de 25 grammes de chacuterie et de 70 grammes de viande par jour, et du poisson une ou deux fois par semaine". En ce qui concerne le lait, l’évolution est encore plus spectaculaire : c’était "3 produits laitiers par jour", et désormais… silence, ils ne savent plus quoi conseiller !

Ce secteur économique, qui a été très majoritairement tourné vers la recherche d’une production de masse à faibles coûts, est contraint de privilégier dorénavant la qualité, et la recherche d’arguments pour que le consommateur accepte un prix plus important. Il doit faire la même mutation que le secteur du vin, qui a dû faire face à une baisse drastique de la consommation de 140 litres à 40 litres en 50 ans : actuellement on ne produit plus de "piquette", on ne vend plus le vin en "litrons", et les consommateurs ont accepté de payer beaucoup plus cher leurs bouteilles. Cette profonde mutation sera fort douloureuse et nécessite d’être accompagnée de façon très volontariste, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui….

Inventer une agriculture écologiquement intensive.

L’agriculture "tout chimie, tout tracteur, tout pétrole" est à bout de souffle ; elle repose sur une exploitation intensive de ressources non renouvelables, provoque des dégâts environnementaux et de santé de plus en plus préoccupants, et génère des rétroactions négatives considérables (résistances aux herbicides et insecticides, baisse de la biodiversité et de la fertilité des sols, etc.). Les agriculteurs ont réussi à gagner du temps depuis la promesse faite lors du Grenelle de l’environnement de baisser de 50 % en 10 ans l’utilisation des pesticides, et ils ont même carrément provoqué la société en augmentant leur consommation de ces produits. Mais le retour de bâton arrive : il est maintenant fort possible que l’herbicide le plus utilisé au monde, le glyphosate (Roundup) soit purement et simplement interdit en Europe, ainsi que les insecticides néonicotinoïdes… Il va donc falloir prendre des mesures aussi importantes que le quasi abandon du labour, la couverture permanente des sols (en laissant les résidus en surface ou mettant des plantes de couverture pendant l’hiver), les mélanges de plantes qui s’aident à pousser, l’agroforesterie et l’utilisation intensive d’animaux auxiliaires de culture. Ceci nécessitera dans bien des cas une refonte complète des systèmes de production, pour arriver à produire autant -sinon plus-, et mieux, mais avec moins. Une "agriculture écologiquement intensive", basée sur l’intensification des systèmes écologiques plutôt que sur leur négation.

Maîtriser le monde du big data agricole.

Sous un M2 de sol on peut compter 260 millions d’êtres vivants, pour la plupart totalement inconnus. On peut ainsi mesurer l’ampleur de notre ignorance et comprendre ces scientifiques qui estiment qu’on ne connaît que 10 % des êtres vivants. Depuis un demi siècle, dans le doute on détruisait ! De la même manière on traitait les champs comme un tout en épandant partout les mêmes quantités de produits chimiques sans connaître les besoins réels M2 par M2, voire plante par plante. Ca y est, nous quittons enfin ce monde moyenâgeux de l’ignorance et des approximations pour celui de la connaissance fine. Nos champs et nos animaux seront dorénavant bourrés de capteurs qui nous transmettront en permanence de grandes quantités de données exploitables, et de robots qui feront des interventions super ciblées. La nouvelle chimie s’efforcera de stimuler finement ces fonctionnalités naturelles au lieu de les détruire. Nous arrivons en quelque sorte à l’an 1 de la "nouvelle" agriculture, une véritable révolution technique probablement plus importante que l’arrivée du tracteur après guerre ! Va-t-on perdre cette nouvelle guerre, et faudra-t-il que dans 20 ans les agriculteurs français achètent à prix d’or les données informatiques concernant leurs propres champs à des multinationales d’origine américaine ? 

Intéresser vraiment la société aux défis de l’agriculture.

On va voir un défilé de politiciens se faire photographier au Salon de l’agriculture, année électorale oblige. Mais où est la réflexion politique sur les vrais enjeux de cette activité majeure pour l’avenir du pays ? Veut-on vraiment sauver de la faillite et du désespoir les milliers d’éleveurs qui devraient fermer en 2017, et les aider à se transformer radicalement ? Mettre en place une fiscalité pluriannuelle qui permette aux agriculteurs de lisser leurs revenus ? Revenir à des systèmes de "filets de protection" efficaces pour les aider à passer les crises sanitaires, météorologiques ou d’effondrement des cours mondiaux ? Relancer l’Europe agricole, face aux menaces croissantes d’un monde perçu comme de moins en moins sûr ? 

Le traité transatlantique ne verra jamais le jour, mais quelle autre politique d’échanges internationaux peut-on mettre en place pour cette activité économique fortement exportatrice ? Veut-on installer une vraie politique systématique d’achats de produits locaux et de saison dans toutes les cantines de France, et un choix quotidien entre un repas carné et un repas végétarien (qui au passage abolirait les guerres de religion, fort mal venues à l’école) ?

Et veut-on promouvoir l’idée que, dorénavant, bien manger en France, c’est y dédier un peu plus d’argent et un peu plus de temps ? En 1960, les français consacraient en moyenne 38 % de leurs revenus à leur nourriture à domicile, aujourd’hui 14 %. Allons-nous continuer dans cette voie et arriver aux 9 % des anglais ou aux 7 % des américains, deux peuples dont nous n’envions ni la gastronomie, ni la santé, ou bien tenter de reconquérir la maitrîse de notre santé, de notre culture, de notre convivialité, et d’établir de nouvelles relations entre la ville et la campagne ?

L’agriculture devrait quand même donner lieu à un vrai débat lors de cette campagne présidentielle…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/02/2017 - 08:35
Politique agricole de Marine Le Pen
S'il plifer le quotidien des agriculteurs en stoppant l’explosion des normes administratives et encourager l’installation des jeunes agriculteurs, par le biais de défiscalisations durant les premières années.
Défendre la qualité : afin de lutter contre la concurrence déloyale, interdire l’importation des produits agricoles et alimentaires qui ne respectent pas les normes de production françaises en matière de sécurité sanitaire, de bien-être animal et d’environnement. Imposer la traçabilité totale de l’origine géographique et du lieu de transformation sur l’étiquette, afin de garantir la transparence et l’information complète des consommateurs.
Promouvoir les exportations agricoles, notamment en soutenant les labels de qualité.
vangog
- 25/02/2017 - 08:32
Politique agricole de Larine Le Pen:
LA FRANCE, PUISSANCE AGRICOLE AU SERVICE D’UNE ALIMENTATION SAINE
Appliquer le patriotisme économique aux produits agricoles français pour soutenir immédiatement nos paysans et nos pêcheurs, notamment au travers de la commande publique (État et collectivités).
Transformer la Politique Agricole Commune en Politique Agricole Française. Garantir le montant des subventions dont les critères seront fixés par la France et non plus par l’Union européenne, avec l’objectif de sauver et soutenir le modèle français des exploitations familiales.
127/ Refuser les traités de libre-échange (TAFTA, CETA, Australie, Nouvelle-Zélande, etc.). Développer les circuits courts de la production à la consommation, en réorganisant les lières.