En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Année zéro
Présidentielle 2012 : mais où sont donc passés les libéraux français ?
Publié le 27 février 2012
En l'absence de candidat à la présidentielle, un collectif de libéraux a décidé de présenter un candidat fictif mort il y a 150 ans pour incarner leurs valeurs : le penseur libéral Frédéric Bastiat. Mais quid de l'avenir politique du mouvement ?
Daniel Tourre est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012) et porte-parole du "Collectif Antigone".  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Tourre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Tourre est notamment l'auteur de Pulp Libéralisme, la tradition libérale pour les débutants (Tulys, 2012) et porte-parole du "Collectif Antigone".  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En l'absence de candidat à la présidentielle, un collectif de libéraux a décidé de présenter un candidat fictif mort il y a 150 ans pour incarner leurs valeurs : le penseur libéral Frédéric Bastiat. Mais quid de l'avenir politique du mouvement ?

Les libéraux sont en colère. Pour la deuxième fois consécutive, il n’y a aucun candidat pour porter leurs couleurs à l'élection présidentielle.

De Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, en passant par Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Eva Joly ou François Hollande, tous utilisent le libéralisme comme un repoussoir. Le libéralisme est le punching ball bien confortable de tout ce petit monde.

Nicolas Sarkozy n’a jamais été libéral mais certains libéraux avaient voté pour lui en 2007 en espérant au moins quelques réformes de l’Etat. Il a finalement mis un point d’honneur à être plus étatiste que les socialistes eux-mêmes. Ses électeurs attendaient un coureur de fond qui allait mener la France d’un point A à un point B. Il n’a finalement été qu’un danseur de Salsa s’agitant beaucoup en faisant du surplace. Du surplace, sauf pour les taxes et pour la dette. Le président aux 23 taxes supplémentaires, au grand emprunt en pleine crise du surendettement et au discours dirigiste permanent ne laissera pas de regrets aux libéraux.

L’étatisme règne en maître dans les discours et les actes de la totalité du spectre politique français. Pour notre pays, le résultat est là :

  • Jamais, en temps de paix, l’État n’a eu une telle place dans notre société.
  • Nous détenons le record mondial du nombre d’élus par habitant (plus de 600 000, soit 1 pour 108 habitants).
  • Les dépenses publiques sont passées de 12,6% du PIB en 1912 à 39% sous de Gaulle et à plus de 56% aujourd’hui. Il n’est pas certain que la confiance en l’avenir ait suivi la même trajectoire.

A un État déjà envahissant et coûteux, en une génération, nous avons hérité d’un infra-Etat, des collectivités locales gourmandes et un supra-Etat, une Union Européenne bureaucratique et jacobine. Sans d’ailleurs que l’Etat national ne diminue significativement.

Nous vivons une crise dramatique de l’interventionnisme monétaire, du keynésianisme, du capitalisme de copinage et du surendettement d’État. Et au milieu de ce désastre, les candidats à la présidentielle rivalisent tous d’imagination pour nous proposer encore davantage d’interventions, encore davantage de taxes, encore davantage de protectionnisme, encore davantage de pouvoir pour l’État et encore davantage de planche à billets.

Personne ne présentera la seule alternative crédible à cet Etat nounou qui s’affaisse doucement sous son propre poids : le libéralisme.

 

Une politique libérale consisterait à revenir à ce qui a fait la force de notre pays : la liberté individuelle, la propriété individuelle et la responsabilité individuelle sous le règne du Droit égal pour tous. Et un État régalien simplement chargé de faire respecter ce Droit.

Une politique libérale consisterait à rendre aux Français le fruit de leur travail et de leur épargne pour qu’ils choisissent eux-mêmes comment se soigner, où s’assurer contre le chômage, comment préparer leur retraite (salaire complet), où instruire leurs enfants (chèque éducation), comme se loger, (respect du droit de propriété pour louer/expulser ou construire).

Elle consisterait à leur laisser décider eux-mêmes quelle presse, quels artistes, quels syndicats ou quelles associations subventionner, en les payant directement.

Elle leur permettrait de choisir eux-mêmes quelle agriculture et quelle industrie soutenir par leurs achats ou par leurs investissements.

Elle leur permettrait de s’associer librement pour mutualiser les risques ou pour donner.

Elle leur permettrait de disposer d’une monnaie saine à l’abri de l’inflation, inflation qui profite aux Etats surendettés et aux grandes banques dopées à la planche à billets de la banque centrale.

Bref, elle permettrait aux Français de penser, d’agir, d’échanger et de disposer du fruit de leurs efforts sans demander l’autorisation et sans obéir à une armada de bureaucrates, de politiques ou de syndicalistes qui ont peu à peu pris l’habitude de décider à la place des Français ce qu’ils pourraient décider eux-mêmes.

Cette politique serait une politique sociale par excellence. Les bénéficiaires de l’immense jeu de chaise musicale (subventions,  inflation, bureaucraties, monopoles obligatoires) ne sont pas les plus pauvres, mais ceux qui ont su s’organiser pour instrumentaliser l’Etat à leur profit. Si l’on rendait aux salariés modestes l’intégralité du fruit de leur travail sans ces spoliations, les services qu’ils pourraient se payer seraient de bien meilleure qualité.

 

Mais tout cela ne sera pas proposé en 2012 par les candidats. Ils maintiendront coûte que coûte, par davantage de spoliations, un modèle social qui ressemble de moins à moins à un bouclier et de plus en plus à un gros boulet rouillé.

 

La bonne nouvelle, c’est que l’échec majeur que constitue l’absence de candidat libéral est davantage dû aux libéraux eux-mêmes (à leurs divisions, leurs erreurs stratégiques ou la façon de communiquer leurs idées) qu’aux particularités de notre pays ou au libéralisme lui-même. Il existe déjà une fraction importante de l’opinion prête à soutenir des réformes libérales pour peu que l’on daigne s’adresser à elle. Les nouvelles générations n’ont d’ailleurs pas d’attachement idéologique particulier à un système et ils perçoivent bien qu’ils sont les dindons de la farce. La lassitude des Français devant le discours convenu sur l’action de l’Etat est perceptible jusque dans les niveaux d’abstention. Ils attendent autre chose.

L’autre bonne nouvelle, c’est que l’Etat Nounou clientéliste a atteint ses limites. La classe politique ne pourra plus payer à crédit ses promesses. Désormais tous les arrosages clientélistes vont se payer cash en impôts ou en inflation. Le business model de la classe politique depuis 40 ans  – acheter des voix aujourd’hui avec l’argent de nos petits enfants – ne va plus fonctionner.

La dernière bonne nouvelle, c’est que cette traversée du désert a été une période de maturation idéologique importante dans les milieux militants libéraux qui se tournent massivement vers un libéralisme classique et l’Ecole autrichienne. Ce phénomène se retrouve aussi actuellement aux Etats-Unis avec un candidat comme Ron Paul. Le discours libéral classique est susceptible de séduire une partie nettement plus importante de l’opinion, y compris à gauche. 

Politiquement, la prochaine décennie ne ressemblera pas aux quarante dernières années. Nous allons souffrir dans nos vies personnelles et professionnelles à cause de la crise, mais d’un point de vue militant, ces prochaines années seront fructueuses, elles seront celles d’une reconquête devant un adversaire affaibli.

En attendant que le mouvement libéral se réorganise, un collectif libéral – dont je fais partie – présente une candidature fictive afin de faire exister des propositions libérales au cours de cette campagne. Le collectif Antigone a donc choisi d’inviter dans la campagne le libéralisme par une fenêtre décalée. Il présente un mort aux élections présidentielles : Frédéric Bastiat.

Frédéric Bastiat est l’un des plus grands auteurs du libéralisme classique, dont les écrits sont chaque semaine cités dans la presse quelque part sur la planète, mais hélas rarement en France. Il est pourtant au libéralisme ce que De Gaulle est au gaullisme ou Jaurès au socialisme, une figure incontournable. Cette campagne Frédéric Bastiat 2012, portée par des affiches, des vidéos, un livre de campagne et des tractages sur les marchés, aura donc pour objet de réveiller un débat aux présidentielles exclusivement tourné vers plus d'Etat. 2012 est l’année zéro pour le mouvement libéral. Mais le prochain quinquennat sera rythmé par un discours libéral de plus en plus puissant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
04.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
07.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Eric de Tor
- 28/02/2012 - 12:17
Effet Cantillon!
Je vous remercie d'évoquer Say et Cantillon qui, non seulement me rappellent l'heureuse époque de mes études, mais surtout apportent de l'eau à mon moulin.

L'un comme l'autre ont démontré dans leurs travaux que ce qu'ils appellent les "privilèges bancaires" sont néfastes pour l'économie car ils entraînent mécaniquement un accroissement de la masse monétaire, sans contrepartie réelle ni contrôle, et qu'il en découle une inflation sectorielle gangrènant l'économie (le fameux effet Cantillon).

La pertinence de cette thèse est démontrée par l'exemple américain. Mes recherches sur les responsabilités de la FED dans le creusement abyssal de la dette globale US (au bas mot 50 000 milliards de dollars) et sa relation avec l'accroissement faramineux de la masse monétaire (la FED a cessé de publier l'indice M3 le 15 mars 2006) sont dans la droite ligne de cette école!

Cordialement,

EdT.
Daniel_Tourre
- 28/02/2012 - 07:57
Pour Johnny OK, pas pour bastiat
@eric de tor
Votre ami britannique n'a pas tort sur Johnny et le rock français.

Mais sur le libéralisme, il devrait être un peu plus modeste. De 1950 aux années 70, l'Angleterre n'était vraiment pas un paradis libéral... (idem aux USA depuis Roosevelt)
Entre les deux guerres, les défenseurs d'une monnaie saine c'était plutôt une tradition française. Et avec la banque d'Angleterre les anglais ont toujours été à la pointe pour les bêtises monètaires.

Sur le plan théorique, avec Cantillon puis Say, l'école classique française pouvait donner des leçons à ces britanniques inventeurs de la valeur travail. Sans parler du cadeau de Keynes.

La France a une mauvaise passe pour le libéralisme, mais la roue a déjà tourné et tournera encore...
Eric de Tor
- 27/02/2012 - 23:06
Rock arun tzé clock!
Je racontai tout à l'heure à un ami britannique la teneur de nos échanges sur le libéralisme et cette drôle d'initiative qu'est la campagne Bastiat. Avec une morgue non feinte, il me rétorqua: "un libéral français, c'est comme un rocker japonais: c'est kitsch, ça ne fait pas sérieux et surtout ça plombe l'ambiance!"

Force est de lui donner raison. Depuis tout petit, le libéral français à été biberonné à l'Etat providence: de la couveuse à la gériatrie, de la maternelle au doctorat, du jardin d'enfant aux soirées du Rotary! Ses rougeoles, son cinoche, ses sports d'hiver, l'avortement de la bonne, le psy des gosses, l'électricité pour son spa... tout a été subventionné, assisté, aidé, financé à grands coups de dette publique!

Pour peu qu'il soit toubib, notaire, avocat, banquier, il n'existe et ne prospère que parce que des lois obligent le populo à recourir à ses services tarifés de fonctionnaire qui s'ignore.

Rien d'étonnant à ce que les "libéraux" de France recrutent leurs candidats dans les cimetières. Leurs belles idées y sont aussi.