En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 29 min 44 sec
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 2 heures 27 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 3 heures 17 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 5 heures 12 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 7 heures 25 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 7 heures 57 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 8 heures 23 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 2 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 59 min 26 sec
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 2 heures 53 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 4 heures 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 8 heures 11 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 1 heure
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 1 jour 3 heures
© PATRICK KOVARIK / AFP
© PATRICK KOVARIK / AFP
Historique

Colonisation : pour une révision scientifique de son histoire

Publié le 17 février 2017
On ne remerciera pas assez Emmanuel Macron d’avoir ouvert un débat sur la nature de la colonisation. Contrairement à toute attente au fond, cette partie de notre histoire demeure à la fois un tabou et un marqueur qui mérite un débat, un peu différent de la polémique à laquelle on assiste, opposant ceux qui seraient “pour” et ceux qui seraient “contre”.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
On ne remerciera pas assez Emmanuel Macron d’avoir ouvert un débat sur la nature de la colonisation. Contrairement à toute attente au fond, cette partie de notre histoire demeure à la fois un tabou et un marqueur qui mérite un débat, un peu différent de la polémique à laquelle on assiste, opposant ceux qui seraient “pour” et ceux qui seraient “contre”.
On ne remerciera pas assez Emmanuel Macron d’avoir ouvert un débat sur la nature de la colonisation. Contrairement à toute attente au fond, cette partie de notre histoire demeure à la fois un tabou et un marqueur qui mérite un débat, un peu différent de la polémique à laquelle on assiste, opposant ceux qui seraient “pour” et ceux qui seraient “contre”. Dans la pratique, c’est une véritable révision scientifique des certitudes répandues, qu’il faudrait, pour purger notre histoire de ses différentes points de fixation.
 

Macron et la pensée Google sur la colonisation

Au passage, on notera avec amusement la “pensée Google” d’Emmanuel Macron sur le sujet. Celle-ci consiste à empiler tous les mots-clés sur une question donnée, en considérant que dans ce boire et ce manger chacun y retrouvera ses petits.
 
Ainsi, Emmanuel Macron considère que la colonisation est un crime contre l’humanité qui a permis d’installer les droits de l’Homme dans des pays qui n’y étaient pas prêts. C’est bien le genre de discours Google qui prête à sourire. D’un côté, on donne des gages à ceux qui détestent la colonisation en expliquant qu’elle est un crime dont on doit éternellement se repentir. De l’autre, on en donne à ceux qui la détestent un peu moins en expliquant qu’elle n’es pas si terrible que cela, et qu’elle a produit des bienfaits. Aujourd’hui, on rase gratis et tout le monde aura son content!
 
On n’est pas bien sûr que cet empilement d’évidences contradictoires permettra de sortir du traumatisme colonial.
 

La colonisation, étape inévitable de l’histoire

Il y a quelques semaines, un haut fonctionnaire marocain qui m’avait confié une mission me parlait de Lyautey: selon lui, en respectant les coutumes ancestrales, en cherchant à épargner une colonisation brutale au Maroc, le résident général français avait retardé la modernisation du pays. C’est l’ironie de l’histoire. Ceux qui ont subi le choc de la colonisation s’en plaignent volontiers. Mais ceux qui ont été épargnés se plaignent… d’y avoir échappé.
 
En réalité, la révolution des transports rendait inévitable les contacts entre des civilisations aux niveaux technologiques très différents. La forme de ces contacts suscite aujourd’hui des critiques. N’empêche… le mouvement de l’histoire était à peu près obligé.

 

La faillite de la pensée critique

Oui, bien sûr, la colonisation s’est accompagnée d’un cortège d’événements épouvantables. Mais il y a bien deux façons d’aborder le sujet aujourd’hui.
 
Soit on est dans la pensée critique: le bien, le mal, on est pour ou contre. On soutient la colonisation ou on la rejette.
 
Soit on est dans la pensée réaliste, dans le retour aux choses, et on constate que la colonisation fait partie de notre histoire. Il ne s’agit plus de savoir si on est pour ou contre, mais de savoir quel sort nous réservons à cette histoire pour l’avenir. Faut-il l’arracher comme une branche morte qui nous ferait honte? ou faut-il la saisir comme une formidable opportunité d’influence sur des pays qui nous sont encore proches?

 

Remettre la colonisation à plat

Au demeurant, l’histoire de la colonisation est volontiers sélective. Ses défenseurs (et il y en a encore) aiment oublier les moments douloureux, comme le massacre de Sétif en Algérie ou la répression de l’insurrection malgache. Pourtant, il serait bon que ces pages complexes soient évoquées à froid et mieux comprises aujourd’hui.
 
Inversement, les adversaires de la colonisation feraient bien de contempler la réalité des pays qui ont échappé à ce mouvement. Le sort de la Papouasie, par exemple, à l’écart des grands mouvements de colonisation, est-il plus enviable que celui des pays qui ont absorbé le choc de la colonisation? Posée comme cela, la question ne se pose plus tout à fait de la même façon.

 

La France a marqué l’histoire du monde, qu’elle le veuille ou non

Incontestablement, et qu’elle veuille ou non, la France a marqué l’histoire du monde notamment par le fait colonial. Il a transformé en francophones plusieurs centaines de millions d’humains, qui ont aujourd’hui une relation privilégiée avec la France. Si vraiment nous devions nous en sentir coupable, raisons de plus pour assumer, partout où nous fumes, une diffusion de nos idéaux les plus positifs.
 
Le bon sens n’est pas de nous repentir d’avoir colonisé, mais de transformer cet héritage en une externalité positive pour tous ceux qui le partagent avec nous.
 

Diffuser nos valeurs fortes

Au demeurant, auprès de ces populations qui nous regardent, qui nous admirent souvent, et qui partagent notre langue la pire des solutions serait le repli sur soi et l’excuse. Au contraire, nous disposons d’un bassin francophone naturel, au sein duquel un travail ancestral de transmission fut fait, et dont il ne faudrait pas perdre intégralement le bénéfice.
 
Rompre les relations avec ces pays, comme les banaliser constituerait une erreur. Le bon sens vaut aujourd’hui qui nous fassions fructifier cet héritage au lieu de le dilapider ou de le refuser. Voyons-y un attribut de notre puissance future.

 

Préparer l’avenir de la décolonisation

Ce retour assumé vers notre histoire se justifie d’autant plus que, nous le savons, la décolonisation est une étape transitoire de l’histoire mondiale. Dans la pratique, et plus que jamais, les peuples sont appelés à se fréquenter, se mélanger, et bâtir entre eux des rapports durables. Avec un peu de détachement, on peut comprendre que la colonisation fut une ruse de la raison pour accélérer les transferts de savoir entre les peuples. Ce transfert est insuffisant. Il est inachevé. Comment l’optimiser ou le pousser jusqu’au bout dans un monde où la conquête militaire a moins de sens?

 

Il reste à inventer la coopération de demain

Sur tous ces points, nous savons que les pays les moins avancés techniquement auront besoin de nouveaux transferts de savoir et de compétences. Ceux-ci ne pourront probablement plus passer par une occupation militaire comme nous le vîmes avant 1960. En outre, les réserves démographiques ont changé de camp, notamment du fait de la réduction de la mortalité en Afrique.
 
Donc… un nouvel équilibre est à trouver, parce que nous avons besoin de main-d’oeuvre étrangère pour assumer les fonctions qui fatiguent trop les Français et pour éviter le dangereux déséquilibre entre des pays riches mais peu peuplés, et des pays pauvres regorgeant de main-d’oeuvre. Cet équilibre passera peut-être demain par une forme intelligente de colonisation renouvelée. Nous ne le savons pas encore.
 
Dans tous les cas, la façon dont les relations entre la métropole et ses anciennes colonies doit se nouer mériterait d’être réfléchie au mieux des intérêts réciproques de toutes les parties…
 
Sans quoi, d’autres prendront notre place, sans aucun des états d’âme qui nous paralysent aujourd’hui. Ceci passe, on le voit bien aujourd’hui, par une remise à plat de l’histoire qui nous unit aux peuples francophones.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 18/02/2017 - 22:03
Ré ponse à Edac44
Vous ignorez tout l'apport des colonisateurs français: routes, écoles, dispensaires, vaccinations si bien que les Français sont aimés par les peuples algérien et vietnamien.
Geodebay
- 18/02/2017 - 20:03
Encore un péché d'anachronisme
Si nous nous penchons sur la colonisation de l'Algérie, 1830-1847, alors peuplée de 500 000 habitants environ (si bien que dans les années 1900 nous nous sommes posés la question de savoir s'il nous devions ou ne devions pas éliminer la population autochtone), et que nous la qualifions de "crime contre l'humanité", il n'y aucune raison que nous nous déclarions pas l'invasion arabe quelques siècle plus tôt comme crime contre l'humanité et que nous priions ces criminels de rentrer chez eux pour qu'ils rendent leur pays aux berbères, seuls occupants immémoriaux du territoire. Par contre, en 1962, et nous voilà, bien plus près, comment devons nous qualifier l'épuration ethnique des pieds-noirs nés et vivant en Algérie depuis plusieurs générations? Nous avons agoni d'injures les Serbes faisant la même chose au Kosovo, mais pas bougé le petit doigt pour les arabes. Quand aurons nous le courage de la réciproque pour ceux qui viennent coloniser la France avec leur halal et leurs voiles.
antidote
- 18/02/2017 - 12:08
Hollande en pire !
Macron un exaucer de bavures pire que son mentor . Si il.était élu ,s'est certainement un tsunami de millions d’Algériens à n'en pas douter qui se précipiteront sur notre territoire après le décès de Bouthéfica !