En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 19 min 10 sec
Surchauffe
Le mois de mars parmi les plus chauds jamais enregistrés
il y a 1 heure 33 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 2 heures 8 min
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 2 heures 56 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 5 heures 9 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 5 heures 35 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 8 heures 33 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 2 heures 13 min
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 4 heures 51 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 7 heures 34 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 8 heures 52 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Bonnes feuilles

Le chômage, cette si cruelle exception française...

Publié le 19 février 2017
Au terme d’un quinquennat désastreux, la France est devenue l’homme malade d’une Europe, elle-même menacée de désintégration par le Brexit. Pourtant, la France et les Français ne sont nullement condamnés au déclin. Ni à l’humiliation. Ils disposent d’atouts majeurs, à commencer par les talents et les cerveaux, la culture et la civilisation dont ils sont les dépositaires. Et les solutions du mal français sont parfaitement connues. Ne nous manque que l’essentiel : la volonté (pour nous redresser) et le chemin (pour nous réformer). Extrait de "Chroniques du déni français" de Nicolas Baverez aux Editions Albin Michel (2/2).
Nicolas Baverez est docteur en histoire et agrégé de sciences sociales. Un temps éditorialiste pour Les Echos et Le Monde, il analyse aujourd'hui la politique économique et internationale pour Le Point.Il est l'auteur de Lettres béninoises et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Baverez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Baverez est docteur en histoire et agrégé de sciences sociales. Un temps éditorialiste pour Les Echos et Le Monde, il analyse aujourd'hui la politique économique et internationale pour Le Point.Il est l'auteur de Lettres béninoises et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au terme d’un quinquennat désastreux, la France est devenue l’homme malade d’une Europe, elle-même menacée de désintégration par le Brexit. Pourtant, la France et les Français ne sont nullement condamnés au déclin. Ni à l’humiliation. Ils disposent d’atouts majeurs, à commencer par les talents et les cerveaux, la culture et la civilisation dont ils sont les dépositaires. Et les solutions du mal français sont parfaitement connues. Ne nous manque que l’essentiel : la volonté (pour nous redresser) et le chemin (pour nous réformer). Extrait de "Chroniques du déni français" de Nicolas Baverez aux Editions Albin Michel (2/2).

La lutte contre l’emploi

8 juin 2015

Plus que jamais, la France s’affirme comme la terre d’élection du chômage permanent. À la fin d’avril 2015, elle compte 3,54 millions de chômeurs de catégorie A et 5,64 millions de personnes à la recherche d’un emploi. La nature structurelle du chômage français est confirmée par l’explosion du chômage de longue durée, en hausse de 10 % sur un an et de 140 % depuis 2008. Son envol a pour corollaire la suppression de 74 000 postes de travail en un an, qui ramène le nombre d’emplois marchands en dessous de 15,8 millions.

La situation du marché du travail français est d’autant plus inquiétante que les séquelles de quatre décennies de chômage de masse pourraient être aggravées par la révolution des technologies de l’information, qui remettront en cause la moitié des emplois actuellement existants d’ici à 2030.

Le chômage est un cancer qui détruit non seulement l’économie, mais la société et la nation. Il bride la reprise. Il impulse la spirale infernale de la paupérisation et de l’exclusion. Il broie les individus qu’il fait basculer dans l’anomie. Il désintègre les territoires et la cohésion de la nation. Il fait le lit de l’extrémisme et des populismes.

Toutes les démocraties, depuis les tragiques années 1930, savent donc que le chômage est l’ennemi mortel du développement comme de la liberté. Dès lors, tout doit être tenté pour l’enrayer. Et force est de constater que c’est possible, car le chômage n’a rien d’une fatalité. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont réussi à rétablir le plein emploi avec des taux de chômage ramenés à 5,4 %, 5,6 % et 4,7 %. Partout, la reprise s’accompagne de créations d’emplois : 2,95 millions aux États-Unis et 700 000 en Espagne en 2014 ; 1,8 million au Royaume-Uni au cours des cinq dernières années ; 42,8 millions de postes de travail en Allemagne ce qui constitue un record historique.

La responsabilité du chômage français ne peut être imputée à la mondialisation ou à l’Europe. Son origine est nationale. Elle est très simple : les autres pays luttent contre le chômage ; la France, elle, lutte contre l’emploi – avec une efficacité particulièrement remarquable depuis 2012 puisque, dans un contexte de reprise mondiale, François Hollande aura tenu la gageure de créer 642 000 chômeurs et de détruire 300 000 emplois.

Le retour au plein emploi dans les pays développés ne doit rien au hasard. Il résulte des réformes pour conforter la rentabilité des entreprises et encourager l’emploi marchand, diminuer le coût du travail, réduire les freins à l’embauche, introduire plus de flexibilité, diminuer les inégalités au sein du marché du travail, investir dans la formation et l’éducation. Ce n’est pas la reprise qui a réduit le chômage. Ce sont les réformes qui ont déclenché la reprise et permis le redressement des pays développés, la restauration des marges des entreprises générant l’investissement et l’emploi, qui dégagent les ressources fiscales permettant le rééquilibrage des finances publiques et le désendettement des États.

La France a pris le parti inverse. Elle attend tout d’un retour providentiel d’une croissance tirée par l’extérieur. Elle a misé sur un choc fiscal qui a ruiné les entreprises, bloqué l’investissement et effondré sa compétitivité. Non seulement elle s’est refusée à engager des réformes du marché du travail, mais elle fait le contraire : augmentation du Smic et du coût du travail (34,6 euros par heure contre 31,4 euros en Allemagne, 28,3 en Italie et 21,3 en Espagne) ; durcissement de la législation et des obstacles au licenciement ; augmentation des inégalités entre le noyau dur des ultraprotégés et la galaxie des précaires ; envol des prélèvements dus par les entreprises (18 % du PIB contre 14,5 % en Italie, 12 % en Espagne et 9 % en Allemagne) ; multiplication des emplois aidés dans le secteur non marchand (480 000) ; pénalisation de l’apprentissage et des emplois familiaux ; désintégration de l’enseignement public qui rejette chaque année 161 000 jeunes sans aucune formation, nombre promis à exploser avec la pseudo-réforme du collège.

Le chômage voit culminer la schizophrénie de nos dirigeants. Les mots ne cessent de jurer avec les faits. D’un côté, François Hollande prétend lier son destin au reflux du chômage. De l’autre, il poursuit une politique du plein chômage. Avec pour derniers avatars le monstre bureaucratique du compte de pénibilité et l’inouïe loi Rebsamen qui, conçue pour simplifier et alléger les seuils sociaux, alourdit les obligations des entreprises à tout niveau et abaisse le seuil supérieur de 5 000 à 1 000 salariés. Encore le pire est-il à venir avec la déclaration de François Hollande selon laquelle le temps de la redistribution est venu, au moment où l’effondrement de l’appareil de production s’emballe et où de premières tensions apparaissent sur les taux d’intérêt.

Tout a été tenté en France pour lutter contre l’emploi, mais rien n’a été entrepris pour lutter contre le chômage. Les remèdes sont parfaitement connus : redressement du taux de marge des entreprises et innovation ; baisse des impôts et des prélèvements sur le travail ; flexibilité du marché et des contrats ; développement du travail indépendant ; sortie des 35 heures ; dégressivité des indemnités de chômage ; basculement des crédits affectés aux emplois aidés vers l’alternance et l’apprentissage ; réforme du système éducatif.

Tout est su, peu est dit, rien n’est fait. Voilà pourquoi le chômage reste une exception française. Voilà pourquoi il est avant tout un problème politique. Un problème de volonté et de courage. Pourtant, s’il est vrai que les réformes indispensables pour lutter contre le chômage comportent un risque, la poursuite de la politique de lutte contre l’emploi qui crée le chômage de masse donne la certitude d’être battu, comme l’ont éprouvé toutes les majorités depuis 1981. Sans réformes, il n’y a pas de diminution du chômage. Et sans diminution du chômage, il n’y a pas de réélection.

Extrait de "Chroniques du déni français" de Nicolas Baverez aux Editions Albin Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

05.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

06.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/02/2017 - 20:04
Programme de Marine Le Pen pour l'emploi
34 Mettre en place un plan de ré-industrialisation dans le cadre d’une coopération associant l’industrie et l’État-stratège pour privilégier l’économie réelle face à la nance spéculative.
35 Soutenir les entreprises françaises face à la concurrence internationale déloyale par la mise en place d’un protectionnisme intelligent et le rétablissement d’une monnaie nationale adaptée à notre économie, levier de notre compétitivité.
36 A n d’assurer la protection des consommateurs et la concurrence loyale, interdire l’importation et la vente de produits provenant de l’étranger qui ne respectent pas les normes imposées aux producteurs français. Parallèlement, soutenir le « Fabriqué en France » par un étiquetage obligatoire, clair et loyal sur l’origine des produits et denrées commercialisés en France