En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 9 min 17 sec
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 44 min 15 sec
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 3 heures 4 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 14 heures 45 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 15 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 18 heures 46 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 16 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 57 min 12 sec
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 14 heures 58 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 18 heures 24 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 19 heures 19 min
Tiède

Livre de François Hollande : vous reprendrez bien un peu de consensus mou ?

Publié le 25 février 2012
François Hollande a publié ce jeudi "Changer de destin". Un livre de campagne de 170 pages dans lequel il détaille ses propositions pour la France. Explication de texte par Serge Federbusch.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a publié ce jeudi "Changer de destin". Un livre de campagne de 170 pages dans lequel il détaille ses propositions pour la France. Explication de texte par Serge Federbusch.

Rédiger un livre lorsqu’on est candidat à une élection présidentielle est un passage obligé, un tribut versé au monde de l’écrit, une forme de survivance de la lointaine époque où le chef devait avoir des lettres. Cet exercice convenu donne rarement autre chose qu’un pensum et une succession de banalités. Qui se souvient d’un seul de ces ouvrages depuis 1965 ? Pourtant, on doit reconnaître que François Hollande s’est surpassé dans la platitude de l’exercice ! La lecture de son texte est ennuyeuse et n’ajoute que peu à ses déclarations récentes. Elle présente toutefois un intérêt : en décortiquant son opus, on identifie la technique qu’il a choisi pour s’emparer de l’Elysée. Prêts pour une explication de texte ? C’est parti !

1 - D’abord, François Hollande tente de conjurer les réserves que la grisaille de son parcours politique pourrait susciter dans une élection où le peuple est censé élire un monarque républicain. Il cède à la mode du «storytelling» et cherche à coller à l’archétype du leader : les épreuves l’ont durci mais elles l’ont rendu proche du peuple. Son livre a un but : « Pour que les Français me fassent confiance, ils doivent davantage me connaître » ; fait-il inscrire sur la dernière de couverture. En réalité, on ne sait pas à quelle épreuve il fait référence. François Hollande a perdu une seule élection menée à titre personnel : la législative de 1993. Mais c’était lors d’une déroute générale de la gauche. Son échec lors des municipales de Tulle en 1995 ne le concernait qu’à titre de co-listier. On a vu bien pire en matière d’avanies politiques ! Haut fonctionnaire ou bureaucrate du parti socialiste, Hollande n’a jamais été vraiment sur la touche ou dans une adversité mordante.

François Hollande entreprend ensuite de cocher la case : «homme de gauche dès son plus jeune âge», un autre point de passage obligé dans sa quête élyséenne. Cela commence par une petite manipulation cocasse à propos des dates de ses études à HEC et à l’ENA. En bon socialiste, il entreprend, explique-t-il, de servir l’Etat en entrant à l’ENA. Mais «comme je voulais comprendre les réalités économiques, j’ai complété cette formation par un diplôme d’HEC». Sauf que ... HEC vient avant l’ENA et qu’il n’y aurait aucune honte à avouer que le privé le tentait sans doute davantage à 20 ans. Quant à l’idée que les réalités économiques s’apprennent plus dans une école de commerce que dans une école de service public, mieux vaut que ses électeurs ne se demandent pas trop ce qu’elle sous-entend ! Si les fonctionnaires sont moins au fait de ces réalités, il faudra se demander pourquoi.

François Hollande a beau, dans des formules alambiquées, expliquer qu’à l’âge de 10 ans à peine (!), il était sensible au caractère effronté de la candidature de Mitterrand contre De Gaulle ou qu’«à 17 ans, à Epinay, il a aspiré très tôt à prendre sa place dans le socialisme», ses engagements étaient aussi précoces qu’intérieurs. C’est plus classiquement par la voie du cabinet ministériel qu’il a entamé sa carrière, en 1981, à 26 ans. Bref, l’itinéraire classique d’un jeune homme ambitieux, hésitant même un temps entre privé et public.

Inutile de trop s’attacher à déconstruire ce personnage fabriqué pour la galerie : on se ferait accuser de méchanceté face à un homme si consensuel. Amusons-nous quand même de son sacrifice à l’imagerie rurale et à la vérité terrienne. On apprend en effet, en page 17 de son ouvrage, que sa traversée du désert fut celle du plateau de Millevaches. C’est grâce à ce lieu qu’il a tenu le coup. François Hollande tente de renouer avec la grande tradition du président-paysan, fiction popularisée aussi bien par De Gaulle que Giscard, Mitterrand ou Chirac. Il a compris qu’une part de la détestation de Sarkozy tient à son côté «hors-sol», issu du monde urbain de Neuilly sur Seine. Hollande ne commet pas cette erreur là : il a tâté le cul des vaches corréziennes, qu’on se le dise.

2 - Deuxième grande technique hollandaise de prise du pouvoir, l’endormissement par la palabre. « En bavardant ensemble, tout devient possible ! »

C’est une sorte d’hommage permanent à la démocratie participative chère à son ancienne compagne. A chaque fois qu’une difficulté se pose, qu’un problème doit être tranché, François Hollande dégaine l’arme fatale : celle de la discussion, de la table-ronde, de la recherche du consensus. Sur la question cruciale de l’Europe, où la France parvient de moins en moins à influencer les décisions, il commence curieusement par prendre la défense de la Commission (page 99), accusant Sarkozy d’avoir négligé cette institution pourtant éminemment bureaucratique. Hollande aurait également davantage tenu compte du Parlement. Mais il ne brusquerait pas les autres gouvernements pour autant, oh non ! Il «proposerait» que soit «collectivement mise en place une stratégie de sortie de la crise financière et que la Banque centrale prenne ses responsabilités (?)» Rien de tout cela n’a de sens précis : entre la politique de la planche à billets de Draghi, seule effective jusqu’à présent et la mise en place du Mécanisme européen de stabilité, sur lequel le parti socialiste s’est abstenu, les réalités européennes sont toutes éloignées des formules aussi elliptiques que consensuelles de Hollande.

Autre exemple : la défense de l’industrie et la politique économique, domaine où il entend faire preuve de volontarisme. Sur ce sujet, il renvoie dos-à-dos protectionnisme et libre-échange, disqualifie Sarkozy, mais aussi Bayrou et Mélenchon. Mais que propose-t-il ? «Fixer des objectifs de long terme pour nos filières d’excellence, engager un effort de recherche publique et privée pour les mettre en avant, mobiliser les financements pour les accompagner ... former les jeunes aux emplois de demain. Bref conclure un contrat pour l’industrie française.» Difficile de ne pas être d’accord. Mais encore plus difficile de dire ce que cela signifie concrètement ! Bah, tant qu’il est question de contrat, d’accord et de consensus...

On pourrait continuer longtemps, parler des mains tendues à toutes et tous, aux électeurs du Front national comme à ceux d’un Mélenchon, qui «goûtait avec délectation sa qualité de sénateur de la République» (!), on en restera à cette formule qui colle au programme de Hollande comme un sparadrap aux semelles du capitaine Haddock, à propos d’Hadopi : «signer l’acte 2 de l’exception culturelle française». Cette succession de mots dénués de sens, qui prétend trancher entre les intérêts contradictoires des téléchargeurs en quête de gratuité et des titulaires de droits d’auteurs, n’est qu’une aimable tentative pour noyer un poisson dans l’eau trouble du jargon. Ce doit être cela, l’exception politique française ...

 

3 - Dans cette longue tentative pour n’effrayer personne et trouver le point d’équilibre du corps électoral en vue du second tour de l’élection présidentielle, François Hollande n’a qu’un ennemi et un adversaire.

L’ennemi, c’est la finance. Enfin ... c’est ce qu’on croyait jusqu’à ce que l’interview au Guardian ne vienne quelque peu contredire les développements du Bourget, repris dans ce livre qui a dû être mis sous presse avant l’entretien avec le journal anglais. Restera à Hollande, au minimum, à expliquer comment il fera boire un âne qui n’a pas soif et «prévaloir la production sur la finance et l’entreprise sur la banque», faisant mine d’ignorer que les activités de financement sont devenues des industries fortement employeuses de main d’oeuvre qualifiée ou non.

Passons maintenant à l’adversaire, le vrai sujet de cet ouvrage, même s’il est peu cité nommément : Nicolas Sarkozy. Sa barque est lourdement chargée, il fallait s’y attendre. Un peu trop lourdement même puisqu’on lui attribue 75 milliards d’euros annuels de «cadeaux fiscaux aux riches», montant que François Hollande a du, dans la confusion et la précipitation, rectifier à 75 milliards au total sur cinq ans, ce qui reste encore beaucoup trop si l’on en croit les pages Désintox de Libération lui-même ! Bah, peu importe. Car ce qui déplait chez le «candidat sortant» ce sont surtout ses «brutalités», ses «agitations», ses «abus», ses «transgressions» : ce qu’on lit à longueur de colonnes dans la presse de «gauche» depuis cinq ans et qui devrait suffire à ce que, crise économique aidant, le peuple lui coupe symboliquement la tête en mai prochain. En attendant que ces forces profondes fassent leur ouvrage, celui en papier de François Hollande fait surtout aujourd’hui office de remplissage.

En réalité, le candidat Hollande, depuis le début de sa campagne, donne l’impression, en bon technocrate, de se préparer à passer les épreuves de concours du président de la république : admissibilité en avril, admission en mai. Son livre au titre pompeux : «Changer de destin», est-il un clin d’oeil plus ou moins conscient à Mitterrand qui, en 1981, changea d’Estaing ? En tout cas, c’est une copie besogneuse qui ne vise qu’à obtenir la moyenne, sachant que l’autre concurrent sérieux a des handicaps très lourds et sera amené à prendre des risques périlleux pour lui-même.

Reste peut-être, quelque part, un facteur de surprise qui fait le sel de toute élection présidentielle...

Un autre point de vue sur le livre de François Hollande :
Le grand flou : le livre de François Hollande reflète-t-ilsa personnalité ou sa stratégie ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Nanard
- 28/02/2012 - 12:52
Enarques ...
Ha, ces enarques qui se cassent du sucre sur le dos ...
Allez, encore une Administration a supprimer ....Allez , Hop ...
Vincennes
- 27/02/2012 - 20:26
@Ocadine.....j'ai lu qq passages du livre d'Hollande
qui ne donne pas vraiment envie de l'acheter car semble aussi INSIPIDE que l'auteur!!!
par contre, je voudrais acheter le livre sur les petites affaires PS "Rose MAFIA" mais, il semblerait que toutes les librairies se fassent 'tirer l'oreille".....l' une d'entre elle ne voulant, même pas, le commander prétextant que le livre aurait été "retiré de la vente" !!, ou bien qu'ils ne travaillent pas avec les Editions Jacob.....mais encore qu'ils ne l'ont pas encore reçu!!!!
Est ce qu'il n'y a que moi qui ai des problèmes svp?
Je vais le commander par Internet
ocadine
- 27/02/2012 - 15:33
Eclipsé par "Rose Mafia" !!
Quand même ballot d avoir sorti ce livre tantot mensonger et injurieux, tantot niais en même temps que "Rose mafia" qui s arrache dans toutes les librairies !!!
http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Lens/actualite/Secteur_Lens/2012/02/24/article_rose-mafia-en-librairie-chronique-d-un.shtml