En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 min 41 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 3 heures 59 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 4 heures 35 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 4 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 6 heures 31 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 15 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 7 heures 46 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 7 heures 58 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 13 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 20 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 5 heures 24 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 17 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 7 heures 21 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 7 heures 53 min
décryptage > Politique
Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

il y a 8 heures 15 min
© Reuters
Le président de la République essaie de se délester de cette image qui lui colle à la peau depuis son dîner de victoire au Fouquet's en 2007.
© Reuters
Le président de la République essaie de se délester de cette image qui lui colle à la peau depuis son dîner de victoire au Fouquet's en 2007.
Le mur de l'argent

Nicolas Sarkozy, le “Président des riches” ? Pas aux yeux des Français les plus fortunés...

Publié le 29 février 2012
Le président de la République essaie de se délester de cette image qui lui colle à la peau depuis son dîner de victoire au Fouquet's en 2007. Mais qu'en pensent les riches eux-mêmes ?
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République essaie de se délester de cette image qui lui colle à la peau depuis son dîner de victoire au Fouquet's en 2007. Mais qu'en pensent les riches eux-mêmes ?

«Le domaine de la liberté commence là où cesse le domaine du travail », écrivait très justement Karl Marx. Un riche, selon moi, c’est quelqu’un qui n’a plus besoin de travailler pour vivre bourgeoisement. En dessous de 2 millions d’euros de patrimoine (en net) au total, on n’est pas vraiment riche aujourd’hui en France : on a peut-être un bon salaire, une jolie maison, une épargne confortable, on a peut-être chacun de ces trois éléments, mais on n’est pas riche au sens que nous venons de définir. En effet, dans une économie où il faut prendre des risques substantiels pour obtenir un rendement (nominal ! et avant impôts !) de plus de 4%/an (net des frais de gestion) sur ses placements, et où les loyers et les prix des logements sont ce qu’ils sont dans les grandes villes, on ne peut pas adopter durablement le train de vie qui siée à un « rentier-bourgeois » si l’on dispose de moins de 2 millions. Le grand capital se situe, lui, environ 10 000 fois plus haut si l’on se réfère à la situation patrimoniale des clans Mulliez, Bettancourt ou Arnault. Cette population des riches est par conséquent très hétéroclite. A-t-elle (globalement) passé un bon moment au cours de la présidence Sarkozy ?

Pour les « petits riches », ça va. Il leur a fallu s’accommoder d’une progression moins soutenue des revenus et des bonus, et d’effets richesse plus incertains, mais ça va ; pour peu que l’on soit propriétaire d’un logement en Ile de France, il est toujours possible de s’enrichir en dormant grâce à la pénurie d’offre foncière et à une demande dopée aux stéroïdes, deux perversités qui ont été savamment entretenues par tous les responsables français, Sarkozy inclus.

Pour les « vrais riches », il en va très différemment : pour ces gens là, les cinq dernières années ont été les plus atroces depuis les guerres mondiales. En effet, les vrais riches ont un patrimoine très spécifique : alors que les petits riches n’ont concrètement que de l’immobilier (appelons un chat un chat), un peu d’assurance-vie, un peu de cash, mais pratiquement pas d’actions, les vrais riches, eux, sont plutôt collés aux niveaux du CAC40 ou de l’Eurostoxx. Cela ne signifie pas qu’ils sont complètement dépourvus en matière de produits de taux, de pierre ou d’actions émergentes. Mais lorsqu’ils sont vraiment riches leurs patrimoines dépendent quasi-exclusivement de la valorisation des parts (cotées ou non cotées) de leurs sociétés : ce sont d’anciens entrepreneurs ou des entrepreneurs en activité.

Et comment ont évolué les valorisations depuis le printemps 2007 ? Comme je travaille dans une salle de marchés, je peux vous livrer ce scoop inédit : la réponse n’est pas « vers le haut ». Il y a les dividendes, me direz-vous. Et, bien entendu, et fort heureusement, l’influence de Nicolas Sarkozy est proche d’epsilon sur les marchés : l’effet richesse négatif n’aurait guère été différent au cours d’un quinquennat de Ségolène Royal, de François Bayrou ou de Jean-Luc Mélenchon. Mais c’est un fait que le Grand méchant capital n’a pas été à la fête, et que les années à venir s’annonce pire encore (croissance potentielle quasi-nulle et déficits publics à combler).

Si la France était un paradis pour les riches depuis 5 ans, les riches étrangers auraient été mis au courant (ce sont des gens plutôt bien informés), et le flux de 1200 familles françaises qui quittent chaque année la France pour des raisons fiscales se tarirait (ce qui n’est pas du tout ce que l’on observe). La France fabrique de moins en moins de riches et elle pousse de plus en plus ses riches vers l’expatriation : voilà une tendance de fond que ce quinquennat n’a pas même égratigné.     

Ceux qui ont gagné du temps et/ou de l’argent au cours de ce quinquennat ont été les gens de l’univers « corporate » (les salaires résistent mieux à la crise que les OPCVM), les rentiers (taxis, notaires et pharmaciens qui ont vu la réforme avorter, fonctionnaires de Bercy qui ont tiré profit de la fusion DGI/Trésor…) et les profiteurs du Grenelle. Il a fallu attendre pour accorder une licence à Free. De façon générale, les jeunes et les nouveaux entrants ont été découragés, les vieilles élites mitterrandiennes ont été soutenues, et les incompétents ont été récompensés (Trichet est désormais administrateur d’EADS, Lauvergeon a reçu un chèque de 1,5 million pour un plantage d’Uramin estimé à 1,5 milliard). 

De plus, le gouvernement a réussi pendant 5 ans une performance de niveau mondial en modifiant à peu près tous les mois les dispositifs réglementaires et fiscaux appliqués à l’épargne, à partir d’une base initiale qui était déjà obscure et labyrinthique. L’incertitude des marchés s’est donc doublée d’une incertitude politique radicale (il en va différemment en Italie où, au moins, les riches ont une certitude : celle de pouvoir compter régulièrement sur une amnistie fiscale). Le bouclier fiscal (qui n’a jamais été plus qu’une mesurette) a été introduit puis violé puis abandonné. Les règles sur les stock-options changent de façon stochastique. L’assurance-vie a été défendue puis rognée. La TVA sociale a été envisagée puis congelée puis re-présentée. Les donations ont été facilitées, puis le dispositif a été durci. La fiscalité environnementale progresse par couche géologique mais en accéléré. La taxe Tobin (qui n’a strictement plus aucun rapport avec l’idée de Tobin) va remplacer l’ancien impôt de bourse (enfin, peut-être, peut-être pas). On aurait voulu promouvoir le métier d’avocat fiscaliste ou le secteur de la gestion de fortune en Belgique ou en Suisse, on ne s’y serait pas pris autrement.

Est-ce qu’au moins les mentalités ont changé et le débat a progressé au cours de ces années de présidence « de droite » ? Pas du tout. L’impôt sur la solidarité est toujours présenté comme un impôt sur des sociétés, alors qu’il est (et ne peut être) qu’un impôt sur les actionnaires et sur les salariés : la théorie de l’incidence n’a pas encore pénétré le débat public. L’impôt sur le revenu ne serait pas assez progressif, voilà la conclusion fulgurante du débat fiscal après 5 années de présidence « pour les riches » (alors que 500 000 personnes assurent 46% des recettes de cet impôt, mais peu importe puisque le réel n’existe plus et que monde n’est plus qu’un décor). L’épargne n’est pas à la mode, et on trouve toujours très légitime de la taxer alors que les épargnants ont déjà été taxés au moment de la formation de leur épargne (les cigales sont taxées une fois, les fourmis deux fois, alors qu’elles rendent un plus grand service à la collectivité). On entend beaucoup parler des réformes byzantines et à sommes nulles de Piketty, on entend rarement parler des travaux de Feldstein ou de Kotlikoff : il ne faudrait pas que l’on puisse débattre de la supply-side ou des comptes générationnels. Ainsi va la France, éternelle. Les mesures fiscales se prennent, les réformes se trainent. Avec ou sans Nicolas Sarkozy.     

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
accobrasp
- 03/03/2012 - 10:58
confusion et contradiction indigne d'un travail de journaliste
Qu'il n'ait pas permis à TOUS les riches de s'enrichir davantage ne fait pas de Sarko le président des pauvres... l'auteur reconnais lui même qu'il ne pouvait pas grand chose pour leur enrichissement...(bien que certains de ses amis ont quand même été bien servis) par contre il a tout mis en oeuvre pour leur prendre le moins d'argent possible... au point que certains, les moins égoïstes, demandaient à être plus taxés.
Cela dit , je vous l'accorde , il n'est pas le président de tous les riches: seuls les plus nantis, ceux qui peuvent lui faire profiter de leurs biens les plus prestigieux, brefs ceux qui étaient au Fouquets, bénéficient pleinement de son travail... les autres ne bénéficient que d'effets de bord.
taihun
- 01/03/2012 - 18:17
A mourir de rire
Plus c'est gros plus ca passe. Quand on sait que que cette catégorie de super riches c'est accaparé suivant les pays entre 70% et 80% de la richesse supplémentairecréée depuis les années 80, il est certain que nous allons les plaindre.
Il est édifiant de voir que même des sénateurs américains républicains trouvent que trop c'est trop. Voir le lien suivant (sous-titrée) il est édifiant.
http://www.youtube.com/watch?v=uj8_HLtY1Hk
céleste
- 28/02/2012 - 21:45
Enfin une bonne et honnête analyse.....
..dont on devrait imposer la lecture à tous les ennemis jurés de notre "pauvre" Président, qui s'échine depuis près de 5 ans à nous maintenir la tête hors d'eau. Une catastrophe nous pend au nez s'il n'est pas réélu : le "cher" François ne serait qu'un malheureux débutant en la matière, et donc dangereux pour notre avenir : il n'aimerait que les pauvres......et cela ne fait pas vivre un pays. !