En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Des mots d’amour
Emmanuel Macron, cet homme que Balzac avait déjà tellement bien décrit
Publié le 07 février 2017
Eh oui c’est pour ça qu’il plait. A gauche comme à droite. Les cocus seront dans les deux camps.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eh oui c’est pour ça qu’il plait. A gauche comme à droite. Les cocus seront dans les deux camps.

Au commencement était un brillant et séduisant ministre de l’Economie. Il plaisait. On le désirait. Il est mignon disaient les collégiennes. Il est craquant sussuraient les lycéennes. Il a un charme fou murmuraient les jeunes femmes. Il est canon se pâmaient les cougars. Il était beau. On le voulait. Il manquait un “le” final à son prénom pour qu’on l’imagine assis et prometteur dans un fauteuil en osier. En quelque sorte un Objet Sexuel Identifié (OSI)...

Au commencement était aussi une jeune et très jolie (on suppose) étudiante gabonaise. Lors d’une visite dans son université, et conquis par son enthousiasme qu’il croyait politique, Emmanuel Macron lui avait donné son mail. Le malheureux, que n’avait il pas fait là ! Sur sa boite il reçu une avalanche de messages enflammés du genre “prend moi comme une bête !”. Le tout assorti de photos très suggestives et fortement inspiré des positions du Kamasoutra. L’étudiante folle de son c.. était folle du corps d’Emmanuel Macron.

Qu’auriez-vous fait à la place de cet homme si convoité ? On l’imagine assez bien… Mais pas lui. Car Emmanuel Macron n’est pas un homme facile prêt à s’offrir à n’importe quelle nymphomane. Effarouché, et fidèle à sa Brigitte, il déposa plainte pour harcèlement sexuel. Il ne voulait pas du statut d’Objet Sexuel Identifié. Et il opta pour celui, moins contraignant, d’Objet Sexuel Non Identifié (OSNI). Et la clé de son succès vient de là. Les millions d’électeurs, qui n’en doutant pas, lui apporteront leurs suffrages aiment qu’il soit lisse, sans rugosités et inconsistant.

Dans Le père Goriot, Balzac visionnaire, a tracé, il y a presque deux siècles, le portrait d’Emmanuel Macron. Il décrivait ainsi d’une plume vengeresse, les caractéristiques d’un certain Schnock qu’il qualifiait de “rienologue”. La rienologie étant une science qui consiste à étudier le rien, à analyser le rien, à parler du rien. Emmanuel Macron est - aucun risque de se tromper quand on l’écoute - un jeune Schnock.

Il est ni de gauche ni de droite. Il est au dessus des partis. Mais en réalité, selon une heureuse formule qui n’est pas de moi mais que je fais mienne, il est au dessous des partis. Il n’a pas d’odeur. Ou alors celle d’un désodorisant bon marché. Il y a des démagogues populistes. Macron est un démagogue rieniste.

Il est le produit achevé, et poussé à la perfection, de l’ère du vide. Et il remplit ce vide avec un slogan aussi vide que ce vide : “fraternité”. A priori c’est parler pour ne rien dire. Mais dès qu’on entre dans le détail on comprend ce que “fraternité” veut dire. Lors de son meeting à Lyon Macron a déclaré ce qui suit : “Il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse.” Pour le jeune homme bien élevé qu’il est le mot “français” est un gros mot. Car Macron veut plaire aussi à la jeunesse de Trappes, de Sevran et de La Courneuve. Culturellement parlant il doit en pincer le rappeur Booba qui enc… la France sans huile !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Projet de réforme des retraites : règle d’or et cagnotte, les deux points qui risquent de mettre le feu aux poudres
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Agression d’Alain Finkielkraut : dans la convergence des “rouges-bruns” au sein des Gilets jaunes, le rouge tend à dominer le brun
06.
A 100 jours des élections européennes, un rapport révèle ce que pensent les Français de l'Europe
07.
Tensions américano-allemandes : pourquoi la vision géopolitique de l’Europe exprimée par Angela Merkel n’est plus à jour
01.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
03.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
04.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
05.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
06.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Chevalter
- 11/02/2017 - 16:36
L'auteur et les commentaires
il y a un mimétisme historiquement vérifié entre le verbe et l'inspiration de l'auteur et les commentaires sauf rares exceptions touchant à la politique industrielle: le plaisir sardonique de se complaire dans le fielleux bien gras des significations imaginées des apparences : ça en dit beaucoup sur la culture et les ressentiments de l'extreme droite vraiment extrémiste et il faut bien le dire complaisamment vautrée dans la fange sexuelle et post soviétique
l'enclume
- 09/02/2017 - 11:12
Arrêtons le massacre
http://www.causeur.fr/lynchage-francois-fillon-juges-medias-42575.html
Qu'il marche à la voile et à la vapeur m'importe peu. Ce que je retiens entre autre du passage de Monsieur Macron au secrétariat du budget, ce sont deux choses que beaucoup de journalistes oublient volontairement, puisque leurs petits privilèges seront sauvegardés si leur chouchou est élu :
- Alors que Montebourg était résolument contre, Macron a donné son accord pour la vente de SFR à Drahi, résultat des course 2.000 personnes à la soupe + les prestataires.
- Autorisation du dépeçage d'Alstom par Général Electric, société américaine, conséquence le risque de fermeture de Belfort, mais que non, puisque pour sauver le site, l'Etat ou la SNCF ce qui revient au même, l'achat de Ferrari pour rouler sur des départementales. Je signale, lorsque l'on oblige la SNCF à acheter, c'est le contribuable qui met la main à la poche.
viandapneu
- 08/02/2017 - 20:25
Bien adapté
dans ce monde où l'inculture se porte comme une décoration, et où seule compte la sacrosainte image, Macron plait car son image plait. Policé, il parait sérieux, mais véhicule des idées ravageuses, comme l'ubérisation. Je l'ai entendu dire il y a deux ou trois jours que c'était une solution car depuis trente ans, on n'a rien proposé d'autre. Les jeunes qui le suivent savent ils ce qu'est l'uberisation, c'est à dire la déréglementation de toutes les activités : pas de salaire minimum imposé, pas de temps de travail maximum imposé : s'il vous faut 50 euros par jour pour vivre, vous et votre famille, vous travaillerez 10 heures par jour, 7/7 j si votre employeur décide de vous donner 5 euros de l'heure. Vous n'y croyez pas ? ça existe déjà dans d'autres pays de l'UE