En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Durs calculs
Allègements de charges salariales : une idée louable... mais au financement compliqué
Publié le 25 février 2012
Nicolas Sarkozy propose la suppression des charges salariales sur les plus bas salaires, soient 7 millions de salariés français. Reste la question du financement de cette mesure, qui ne pourra être assuré par la seule suppression de la prime pour l'emploi (PPE).
Jérôme de Rocquigny est vice-président en charge de l’emploi et de la formation professionnelle au sein d'une association patronale, le Cerf. Il travaille également avec des représentants des autorités chinoises pour des projets de formation...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme de Rocquigny
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme de Rocquigny est vice-président en charge de l’emploi et de la formation professionnelle au sein d'une association patronale, le Cerf. Il travaille également avec des représentants des autorités chinoises pour des projets de formation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy propose la suppression des charges salariales sur les plus bas salaires, soient 7 millions de salariés français. Reste la question du financement de cette mesure, qui ne pourra être assuré par la seule suppression de la prime pour l'emploi (PPE).

La confusion, certains y trouvent un intérêt, d’autres un danger. En effet, à la lecture de l’annonce sur la mutation des charges salariales en salaires net, on s’interroge sur le calcul des uns et des autres...

Pour les initiateurs, on parle de 1 000 euros par an, pour d’autres comme les amis de François Hollande le compte n’y est pas, et pour l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le grand écart est encore plus spectaculaire, puisque lui parle de 10 euros par an ! Pour nous, chefs d’entreprise, plus simplement nous avons compris que les quelques 22 % de charges salariales seraient reversées aux salariés.

Tout d’abord, on ne peut que se réjouir que la défiscalisation des heures supplémentaires ne soit pas passée à titre posthume au rang des bonnes idées. Idée d’ailleurs préconisée en son temps par le CERF et qui n’était pas - comme certains ont pu le dire ou l’écrire - un cadeau pour les petites et moyennes entreprises, mais un vrai moyen pour les salariés de gagner un peu plus dans un contexte économique particulièrement difficile.

Alors que l’on ne se méprenne pas : toute forme d’effort ou d’avancée qui va dans le sens de l’allégement du coût du travail des bas salaires reste aujourd’hui l'un des rares moyens d’activer un effet de levier sur le pouvoir d’achat des salariés concernés. C’est pourquoi dans un premier temps, nous saluerons la volonté du candidat Sarkozy de répondre à ce besoin par l’annonce du projet visant à transformer le salaire brut en salaire net des femmes et hommes dont le salaire n’excéderait pas 1,4 % du SMIC.

Même si la tentative est louable, elle impose cependant un certain nombre d’interrogations. En effet, que dire aux salariés qui au prix de l’ancienneté ou d’un cursus de formation diplômant gagneraient 1,45 % du SMIC ? Comment leur expliquer par exemple qu’un jeune sans diplôme ni qualification toucherait un salaire net en fin de mois supérieur aux leurs ? Il semblerait que les conseillers du candidat Sarkozy n’aient qu’une expérience assez relative du management en entreprise. Comment gérer en interne cette réforme que certains concernés qualifieront d’injuste voir de discriminatoire ?

Cependant la possibilité que donne ce projet aux dirigeants de TPE (très petites entreprises) et de PME (petites et moyennes entreprises) d’offrir un salaire plus important sans que cela ait d’impact direct sur la trésorerie de l’entreprise est une bonne chose.

Mais si on continue d’analyser un peu plus en profondeur ce type de projet, une inquiétude vient tout de suite à l’esprit du dirigeant lambda : à quoi ressemblera une future fiche de paie ? Comment calculer la CSG (contribution sociale généralisée) ? Comment remplir les déclarations d’URSSAF et autres organismes de prévoyance et de retraite ? Enfin, à quoi ressembleront les futures DADS (Déclaration annuelle des données sociales) des prochains exercices comptables ? L’inquiétude de voir apparaître une usine à gaz administrative, dont nous sommes plus que friands dans notre pays, est plus que réelle.


On peut en revanche se féliciter d’avoir trouvé un moyen de valoriser le travail des catégories les plus basses en augmentant l’écart entre la somme touchée grâce à la prise en charge (certes souvent justifiée) des plus démunis au travers du RSA (revenu de solidarité active) et autres allocations, et celle qui sera touchée grâce à cette mesure. Il y a là une vraie valeur ajoutée pour ceux qui feraient la démarche de revenir à une socialisation que l’état actuel ne rend pas toujours très motivant par les quelques euros d’écart entre un cumul d’indemnité et un Smig (salaire minimum interprofessionnel garanti) classique.

Pour conclure, l'exonération des charges salariales - qui équivaudrait à une augmentation de près de 300 euros mensuel pour quelques 7 millions de salariés, et à une hausse de leur pouvoir d’achat - aura sans doute un effet dopant sur la consommation, et de fait sur la croissance avec l’espoir d’augmenter les recettes fiscales via la TVA. L’idée mérite un bon point, mais sa mise en application semble compliquée et son financement pas forcément assuré par la seule suppression de la prime à l’emploi des feuilles d’impôts. Il est aussi questions d’allouer une partie des nouvelles recettes fiscales au financement de ce projet. On aurait préféré, en bon père de famille, utiliser ces fonds à la relance et au financement des petites et moyennes entreprises.

Comme toute annonce partie d’un bon sentiment électoraliste, elle nécessiterait au vu des bénéfices secondaires qu’elle pourrait engendrer une réelle explication de texte quand à sa mise en application et à son financement. Pour que l'on soit totalement convaincu, ou réellement inquiet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Déclarations des revenus de 2018 : attention aux risques d’erreurs
02.
L’histoire fascinante du commando Kieffer
03.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
06.
Elevage : l'entreprise Hénaff félicitée par... l'association L214
07.
Morts par morsure de serpent : une plaie planétaire contre laquelle l’OMS entend entrer en guerre
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 26/02/2012 - 00:15
Que dire aux salariés qui au prix de l’ancienneté ou d’un cursus
de formation diplômant gagneraient 1,45 % du SMIC ? et comment leur expliquer que leurs propres charges salariales serviront à financer retraites, maladies et arrêts de ces "jeunes sans diplôme ni qualification, et qui toucheraient un salaire net en fin de mois supérieur aux leurs". Sarko tombe dans la démagogie typique du PS, porteuse de sa propre incohérence et inapplicabilité!...
Cap2006
- 25/02/2012 - 19:03
il n'y a pas de charges sociales....
tout (ou presque) est de la rémunération pour le salarié ( et donc un "cout" pour l'employeur)

le salaire net est celui directement touché par le salarié, dont il va pouvoir faire usage pour partie à sa guise, pour la plus grosse partie de manière contrainte ( impots, assurance, logement, transport, énergie, communication, etc...)
les cotisations devraient toutes être dans la même colonne du bulletin de salaire... il s'agit d'un salaire mutualisé ou différé pour partager le risque santé, le risque perte d'emploi et financer la rente des travailleurs agés.
Il ne devrait plus rester en cotisations patronales que le risque accident du travail, le financement de la formation, etc...

Ceux qui parlent de charges sociales rêvent d'un monde ultra libéral, où chacun est libre de s'assurer comme il l'entend...
Jusqu'à nouvel ordre, même à l'UMP, ce principe n'est pas encore remis en cause...
acallens
- 25/02/2012 - 14:23
Sarko/Mélenchon : à 2 doigts d'un tournant historique
Bonne réplique de Mélenchon : "Les travailleurs vont être augmentés avec leur propre argent".
Eh oui ! Ces charges sont de toute façon principalement payées par le travail des travailleurs. Elles constituent en quelque sorte (c'est-à-dire de manière déguisée) un impôt à la source qui s'additionne à celui sur le revenu du travail : l'essentiel du montant de ces impôts est donc bien, à l'origine, la propriété des classes populaires et moyennes, et même si, et c’est un comble, parmi les charges salariales, tout ne revient probablement pas aux salariés. Sans compter, enfin, que la mesure serait financée en partie par le détournement de la prime pour l’emploi destinée à ces travailleurs.
Remarquable aveu de Sarkozy : comprenons que le candidat semble découvrir enfin (au bout de son quinquennat et encore dans une mesure trop réductrice, mais mieux vaut tard que jamais) que l'Etat orchestre jusqu'ici un véritable "racket" auprès de ces classes de travailleurs, engendrant injustice et non-sens économique.
Il faut maintenant aller jusqu'au bout de cette logique : la suppression progressive de l'impôt sur les revenus du travail des classes populaires et moyennes (http://www.outsider2012.com)