En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

05.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Preuve en image
Des navires de guerres vendus par la France impliqués dans le blocus yéménite
il y a 1 heure 10 min
pépites > France
plus de reports possibles
Evacuation d’un millier de migrants à Grande-Synthe
il y a 1 heure 56 min
pépite vidéo > Justice
une énième confrontation
Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune
il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Marcher jusqu'au soir" de Lydie Salvayre

il y a 4 heures 42 min
pépites > Société
PMA pour toutes
Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Société
Youpi ?

Vous allez pouvoir décrocher les portraits de Macron : un juge de Lyon vous y autorise

il y a 7 heures 19 min
décryptage > International
Union européenne VS Russie

Politique énergétique : avec Nordstream, c’est l’indépendance de l’Europe qui est en jeu

il y a 8 heures 2 min
décryptage > International
élections législatives

Petits repères pour comprendre les élections en Israël

il y a 9 heures 29 min
décryptage > France
Atlantico-Business

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

il y a 10 heures 4 min
décryptage > International
Spectre de la guerre

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

il y a 10 heures 25 min
light > Insolite
Du costume à la tenue de cirque
L’ex-conseiller de Donald Trump participe à l’émission Danse avec les Stars
il y a 1 heure 37 min
de la moquerie dans l'air
Justin Trudeau va réenregistrer son hymne en français
il y a 2 heures 13 min
light > Société
nouveau système de don
L'arrondi sur salaire de plus en plus répandu en France
il y a 3 heures 51 min
pépites > Société
La recherche s'affine
La fraude des numéros de sécurité sociale est estimée entre 117 et 139 millions d'euros
il y a 4 heures 50 min
pépite vidéo > Société
démenti
Alexandre Moix se confie sur la violence de son frère Yann dans leur enfance
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Europe
documents de yellowhammer

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Economie
risque de récession ?

Déficits publics : la zone euro souffre-t-elle d’anorexie budgétaire ?

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Science
maladies cardiovasculaires

Surmortalité et boissons sucrées : pourquoi l'étude européenne qui rend responsable les édulcorants n’est pas valable

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Politique
élections municipales 2020

LREM, cette coalition qui s’ignore

il y a 10 heures 12 min
pépite vidéo > International
Flammes massives
Sites pétroliers attaqués en Arabie Saoudite : la production mondiale de pétrole ralentie
il y a 1 jour 38 min
Durs calculs

Allègements de charges salariales : une idée louable... mais au financement compliqué

Publié le 25 février 2012
Nicolas Sarkozy propose la suppression des charges salariales sur les plus bas salaires, soient 7 millions de salariés français. Reste la question du financement de cette mesure, qui ne pourra être assuré par la seule suppression de la prime pour l'emploi (PPE).
Jérôme de Rocquigny est vice-président en charge de l’emploi et de la formation professionnelle au sein d'une association patronale, le Cerf. Il travaille également avec des représentants des autorités chinoises pour des projets de formation...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme de Rocquigny
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme de Rocquigny est vice-président en charge de l’emploi et de la formation professionnelle au sein d'une association patronale, le Cerf. Il travaille également avec des représentants des autorités chinoises pour des projets de formation...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Sarkozy propose la suppression des charges salariales sur les plus bas salaires, soient 7 millions de salariés français. Reste la question du financement de cette mesure, qui ne pourra être assuré par la seule suppression de la prime pour l'emploi (PPE).

La confusion, certains y trouvent un intérêt, d’autres un danger. En effet, à la lecture de l’annonce sur la mutation des charges salariales en salaires net, on s’interroge sur le calcul des uns et des autres...

Pour les initiateurs, on parle de 1 000 euros par an, pour d’autres comme les amis de François Hollande le compte n’y est pas, et pour l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le grand écart est encore plus spectaculaire, puisque lui parle de 10 euros par an ! Pour nous, chefs d’entreprise, plus simplement nous avons compris que les quelques 22 % de charges salariales seraient reversées aux salariés.

Tout d’abord, on ne peut que se réjouir que la défiscalisation des heures supplémentaires ne soit pas passée à titre posthume au rang des bonnes idées. Idée d’ailleurs préconisée en son temps par le CERF et qui n’était pas - comme certains ont pu le dire ou l’écrire - un cadeau pour les petites et moyennes entreprises, mais un vrai moyen pour les salariés de gagner un peu plus dans un contexte économique particulièrement difficile.

Alors que l’on ne se méprenne pas : toute forme d’effort ou d’avancée qui va dans le sens de l’allégement du coût du travail des bas salaires reste aujourd’hui l'un des rares moyens d’activer un effet de levier sur le pouvoir d’achat des salariés concernés. C’est pourquoi dans un premier temps, nous saluerons la volonté du candidat Sarkozy de répondre à ce besoin par l’annonce du projet visant à transformer le salaire brut en salaire net des femmes et hommes dont le salaire n’excéderait pas 1,4 % du SMIC.

Même si la tentative est louable, elle impose cependant un certain nombre d’interrogations. En effet, que dire aux salariés qui au prix de l’ancienneté ou d’un cursus de formation diplômant gagneraient 1,45 % du SMIC ? Comment leur expliquer par exemple qu’un jeune sans diplôme ni qualification toucherait un salaire net en fin de mois supérieur aux leurs ? Il semblerait que les conseillers du candidat Sarkozy n’aient qu’une expérience assez relative du management en entreprise. Comment gérer en interne cette réforme que certains concernés qualifieront d’injuste voir de discriminatoire ?

Cependant la possibilité que donne ce projet aux dirigeants de TPE (très petites entreprises) et de PME (petites et moyennes entreprises) d’offrir un salaire plus important sans que cela ait d’impact direct sur la trésorerie de l’entreprise est une bonne chose.

Mais si on continue d’analyser un peu plus en profondeur ce type de projet, une inquiétude vient tout de suite à l’esprit du dirigeant lambda : à quoi ressemblera une future fiche de paie ? Comment calculer la CSG (contribution sociale généralisée) ? Comment remplir les déclarations d’URSSAF et autres organismes de prévoyance et de retraite ? Enfin, à quoi ressembleront les futures DADS (Déclaration annuelle des données sociales) des prochains exercices comptables ? L’inquiétude de voir apparaître une usine à gaz administrative, dont nous sommes plus que friands dans notre pays, est plus que réelle.


On peut en revanche se féliciter d’avoir trouvé un moyen de valoriser le travail des catégories les plus basses en augmentant l’écart entre la somme touchée grâce à la prise en charge (certes souvent justifiée) des plus démunis au travers du RSA (revenu de solidarité active) et autres allocations, et celle qui sera touchée grâce à cette mesure. Il y a là une vraie valeur ajoutée pour ceux qui feraient la démarche de revenir à une socialisation que l’état actuel ne rend pas toujours très motivant par les quelques euros d’écart entre un cumul d’indemnité et un Smig (salaire minimum interprofessionnel garanti) classique.

Pour conclure, l'exonération des charges salariales - qui équivaudrait à une augmentation de près de 300 euros mensuel pour quelques 7 millions de salariés, et à une hausse de leur pouvoir d’achat - aura sans doute un effet dopant sur la consommation, et de fait sur la croissance avec l’espoir d’augmenter les recettes fiscales via la TVA. L’idée mérite un bon point, mais sa mise en application semble compliquée et son financement pas forcément assuré par la seule suppression de la prime à l’emploi des feuilles d’impôts. Il est aussi questions d’allouer une partie des nouvelles recettes fiscales au financement de ce projet. On aurait préféré, en bon père de famille, utiliser ces fonds à la relance et au financement des petites et moyennes entreprises.

Comme toute annonce partie d’un bon sentiment électoraliste, elle nécessiterait au vu des bénéfices secondaires qu’elle pourrait engendrer une réelle explication de texte quand à sa mise en application et à son financement. Pour que l'on soit totalement convaincu, ou réellement inquiet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

02.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage fastueux

03.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

04.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

05.

La France continue de créer des emplois industriels alors qu’elle n’ouvre plus d’usine. Bizarre

06.

Thomas Piketty, l'anti-Friedman qui ne fait peur à personne

07.

De l’Arabie saoudite à Gaza, le Moyen-Orient est-il au bord de la conflagration généralisée ?

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Pourquoi nier l’existence du racisme anti-blancs en prouve en fait l’existence

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 26/02/2012 - 00:15
Que dire aux salariés qui au prix de l’ancienneté ou d’un cursus
de formation diplômant gagneraient 1,45 % du SMIC ? et comment leur expliquer que leurs propres charges salariales serviront à financer retraites, maladies et arrêts de ces "jeunes sans diplôme ni qualification, et qui toucheraient un salaire net en fin de mois supérieur aux leurs". Sarko tombe dans la démagogie typique du PS, porteuse de sa propre incohérence et inapplicabilité!...
Cap2006
- 25/02/2012 - 19:03
il n'y a pas de charges sociales....
tout (ou presque) est de la rémunération pour le salarié ( et donc un "cout" pour l'employeur)

le salaire net est celui directement touché par le salarié, dont il va pouvoir faire usage pour partie à sa guise, pour la plus grosse partie de manière contrainte ( impots, assurance, logement, transport, énergie, communication, etc...)
les cotisations devraient toutes être dans la même colonne du bulletin de salaire... il s'agit d'un salaire mutualisé ou différé pour partager le risque santé, le risque perte d'emploi et financer la rente des travailleurs agés.
Il ne devrait plus rester en cotisations patronales que le risque accident du travail, le financement de la formation, etc...

Ceux qui parlent de charges sociales rêvent d'un monde ultra libéral, où chacun est libre de s'assurer comme il l'entend...
Jusqu'à nouvel ordre, même à l'UMP, ce principe n'est pas encore remis en cause...
acallens
- 25/02/2012 - 14:23
Sarko/Mélenchon : à 2 doigts d'un tournant historique
Bonne réplique de Mélenchon : "Les travailleurs vont être augmentés avec leur propre argent".
Eh oui ! Ces charges sont de toute façon principalement payées par le travail des travailleurs. Elles constituent en quelque sorte (c'est-à-dire de manière déguisée) un impôt à la source qui s'additionne à celui sur le revenu du travail : l'essentiel du montant de ces impôts est donc bien, à l'origine, la propriété des classes populaires et moyennes, et même si, et c’est un comble, parmi les charges salariales, tout ne revient probablement pas aux salariés. Sans compter, enfin, que la mesure serait financée en partie par le détournement de la prime pour l’emploi destinée à ces travailleurs.
Remarquable aveu de Sarkozy : comprenons que le candidat semble découvrir enfin (au bout de son quinquennat et encore dans une mesure trop réductrice, mais mieux vaut tard que jamais) que l'Etat orchestre jusqu'ici un véritable "racket" auprès de ces classes de travailleurs, engendrant injustice et non-sens économique.
Il faut maintenant aller jusqu'au bout de cette logique : la suppression progressive de l'impôt sur les revenus du travail des classes populaires et moyennes (http://www.outsider2012.com)