En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Résistance
Pourquoi la droite Fillon d'avant le PenelopeGate dérange
Publié le 10 février 2017
"En me choisissant, (la droite) n'a pas bien voté, elle n'a pas cédé aux sirènes du panurgisme" : c'est en ces termes que François Fillon a notamment répondu aux attaques dont il est l'objet depuis plusieurs jours, lors de son meeting à Charleville-Mézières jeudi 3 février.
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Jean-Philippe Vincent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"En me choisissant, (la droite) n'a pas bien voté, elle n'a pas cédé aux sirènes du panurgisme" : c'est en ces termes que François Fillon a notamment répondu aux attaques dont il est l'objet depuis plusieurs jours, lors de son meeting à Charleville-Mézières jeudi 3 février.

Atlantico : A quelle résistance François Fillon peut-il s'attendre de la part de ses adversaires idéologiques ? Quelle stratégie peut-il mettre en place contre eux ?

Jean-Philippe Vincent : Les adversaires de François Fillon vont essayer de montrer que ce qu’il propose est contraire à la fameuse “tradition républicaine française”, sans définir d’ailleurs en quoi elle consiste. Ce procès en suspicion a déjà commencé: on laisse presque entendre que François Fillon n’est pas un “authentique républicain”. Quelle peut être sa stratégie? Montrer, exemples historiques à l’appui, qu’il s’inscrit totalement dans une tradition très française et "républicaine”: celle du conservatisme libéral.

Eric Verhaeghe : Fillon constitue un danger pour l'establishment parce qu'il n'est pas contrôlable et qu'il pourrait effectivement changer la donne. Pour les gens du système, cette dimension-là constitue une menace, dans la mesure où elle pourrait mettre en cause des rentes et des privilèges acquis. Le projet de supprimer 500.000 emplois de fonctionnaires constitue, par exemple, une sorte de provocation pour tous ceux qui sont visés et sont convaincus de beaucoup travailler. Pour tous ceux qui se sentent mis en danger par ce programme, la réponse sera "à la vie à la mort". Fillon peut donc s'attendre à une campagne hostile sans compromis qui tapera sur tous les sujets, de l'avortement jusqu'à la Russie. Pour Fillon, la meilleure riposte consiste à améliorer encore sa présidentialisation en se situant au-dessus de la mêlée. L'appel de plusieurs dizaines de parlementaires à une campagne digne constitue probablement sa riposte la plus habile. 

Reste que (et l'actualité le montre), le danger qu'il représente appelle à une réponse vigoureuse et ordonnée de la part du gouvernement profond dont il menace les intérêts. La virulence de la campagne à laquelle il est exposée aujourd'hui le montre. On peut, sur ce point, reprocher à Fillon une réaction frontale qui ne retourne pas assez la force de l'adversaire sur le thème de la transparence nécessaire de la vie publique. Reste que la convergence des intérêts unis contre lui démontre le danger que son programme représente. 

En remportant haut la primaire de la droite et du centre sur un programme de rupture, François Fillon semble prendre le flambeau de la révolution conservatrice initiée par Nicolas Sarkozy quelques années plus tôt, en poussant plus loin que l'ancien président. En quoi son succès s'explique-t-il par la synthèse radicale qu'opère l'ancien Premier ministre entre conservatisme et libéralisme ?

Eric Verhaeghe : Il me semble que le premier facteur de succès tient à la "discrétion" de la campagne de Fillon. Contrairement à Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé, Fillon n'a pas été adoubé par les médias subventionnés qui lui ont d'ailleurs accordé peu d'importance et ont beaucoup contribué à la sous-estimation de son résultat final. Rétrospectivement, ce fut une chance pour Fillon, car il est apparu comme le candidat qui n'émane pas du "système". Cette expression n'a pas forcément beaucoup de sens, mais elle dit bien ce qu'elle veut dire. Au fond, la meilleure garantie d'honnêteté et de sincérité est aujourd'hui donnée par la méfiance que vous inspirez aux medias. Ce fut le cas de Fillon et la crédibilité de sa synthèse tient largement à cette étrange caractéristique. Elle emporte en effet une multitude de significations. En particulier, elle est la preuve que le candidat n'est prisonnier ni de l'idéologie européiste, ni de la bienpensance. De ce point de vue, Fillon a marqué des points. Sa relative solitude médiatique a nourri l'image d'un homme honnête, intègre, capable de mettre en pratique son programme, loin de ce populisme snob qui caractérise notre classe politique actuelle. Sa synthèse s'appuie sur cette apparente indépendance, qui l'autorise à la fois à un conservatisme certain sur les questions de société, et à un libéralisme économique qui se traduit par ses propositions sur la dépense publique ou sur la stratégie de réformes administratives et techniques. 

Jean-Philippe Vincent : J’éviterais absolument de parler de “révolution conservatrice” en ce qui concerne tant Nicolas Sarkozy que François Fillon. D’une part, les conservateurs estiment que leur pensée n’est pas une “révolution contraire”, mais “le contraire d’une révolution”. Il n’y a rien de plus opposé à l’esprit conservateur que le discours révolutionnaire. D’autre part, historiquement, “la révolution conservatrice” a été un mouvement politique de l’Allemagne de Weimar. Ce mouvement faisait l’apologie d’un Etat ultra-fort, technocratique, agnostique ou athée, dirigiste en économie. Bref le contraire d’un vrai mouvement conservateur, réformant à bon escient pour préserver le meilleur de la tradition. La référence “révolution conservatrice” est donc très suspecte.

Que perdent ou ne voient pas les médias et observateurs qui considèrent, comme a pu le faire Alain Juppé notamment au cours de la campagne de la primaire, qu'il s'agit là d'une candidature "traditionaliste" ? En quoi cette "révolution conservatrice" a-t-elle pris politiquement et pas encore médiatiquement ?

Jean-Philippe Vincent : Ce qui fait le succès de la candidature Fillon, c’est précisément qu’elle n’est pas un traditionalisme. Le traditionalisme est une nostalgie du passé. Le conservatisme, lui, est totalement ancré dans le présent : il est le contraire d’une nostalgie. L’intention de base du conservatisme c’est de réformer à temps pour éviter les situations de rupture révolutionnaire et garantir la continuité politique, culturelle et sociale. Cela correspond à une attente profonde du peuple français et il n’est pas étonnant que beaucoup de médias ne l’aient pas compris. Il faut noter que la demande de conservatisme des Français, historiquement, a eu tendance à se manifester dans les moments de crise aiguë du pays: 1870 et 1958, par exemple.

Eric Verhaeghe : Les médias peinent à discerner les dynamiques nouvelles dans le monde, à l'extérieur de la France comme à l'intérieur. Or, il existe en France une dynamique nouvelle profonde qui modifie probablement durablement notre paysage politique. Après plusieurs mois d'état d'urgence et de menace terroriste, après plusieurs années d'implosion de notre société soumise au diktat du vivre ensemble sans aucune visée collective claire, après plusieurs années de crise économique douloureuse, une classe sociale prend forme: celle d'une bourgeoisie industrieuse, patriote, qui souhaite un redressement et qui fait face à la concurrence internationale sous l'effet d'une réglementation défavorable et même plombante. Cette bourgeoisie industrieuse veut changer les règles, car elle comprend qu'elle combat à armes inégales avec l'étranger et qu'elle sert la soupe à une nomenklatura arrogante et incompétente. 

La révolution conservatrice française prend forme sur ce terreau : celui d'une remise en cause interne de la règle du jeu. Celui d'une aspiration à une régénération radicale des élites, par un appel d'air qui mettra les bobos de côté et favorisera l’avènement d'un autre système, peut-être d'un autre régime. Celui d'une acceptation directe d'un certain nombre de valeurs collectives, notamment des valeurs patriotiques. Incontestablement, la révolution conservatrice, c'est accepter ce que nous sommes et le dire, sans sentiment de transgression, ni de révolte. 

Aller contre cet adversaire médiatique et idéologique semble permettre par ailleurs à ce conservatisme de s'affirmer, comme ce fut le cas lors du recadrage de Charline Vanhoenacker peu avant le premier tour de la primaire de la droite et du centre. Le geste avait été très apprécié à droite. Jusqu'où peut aller François Fillon sur cette ligne de rupture d'un point de vue idéologique ? Peut-il être le Gramsci de la droite  ?

Jean-Philippe Vincent : François Fillon, pour réussir, a besoin de montrer que ce qu’il propose constitue “la nouvelle alliance du conservatisme et du libéralisme”. Il doit essayer de montrer que ce que le conservatisme et le libéralisme (pris isolément) ne peuvent réussir est possible, réalisable si l’on sait les allier. Ce conservatisme libéral est une tradition de la philosophie politique et de la politique françaises. Des penseurs  comme Renan, Taine, Prévost-Paradol étaient sur cette ligne à la fin du XIXe siècle. Et je rappelle qu’un des principaux livres de Renan s’intitulait: La Réforme intellectuelle et morale (1871). Les mots ont un sens.

Eric Verhaeghe : Je n'ai pas perçu que c'était une ligne de rupture. François Fillon a eu le mérite, ce jour-là, de mettre en exergue les contradictions qui animent les bobos qui colonisent et accaparent la télévision aujourd'hui. Personnellement, je suis toujours étonné d'entendre dans leur bouche de grandes considérations sur la démocratie, contre le poujadisme, contre le populisme et, dans le même temps, une sorte de dénigrement systématique et de réduction de tout à la moquerie et à l'ironie, toujours orientée de la même façon. Dites que vous aimez la solidarité, et tout le monde applaudit. Dites que vous êtes pour l'effort, et vous devenez le pire facho. Comment voulez-vous que, dans ces conditions de dénigrement et de partialité, dans cette espèce de dispositif où la dérision est à sens unique, les auditeurs prennent la politique au sérieux, ou, en tout cas, prennent les médias au sérieux. Sur ce point, Fillon rappelle les règles du prestige propre à la fonction. Il envoie à une dignité perdue dans la République. Et l'une des clés de son succès, c'est bel et bien cette capacité au prestige, à la dignité républicaine. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Hausse des salaires : Jeff Bezos peut-il révolutionner le capitalisme américain ?
06.
Près d'un milliard d'euros de dons pour Notre-Dame : une occasion en or pour repenser le lien entre sens de la dépense publique et consentement à l'impôt
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Alliot-Marie : scandale ou acharnement ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
francoise34
- 06/02/2017 - 23:30
Et Hollande
Son coiffeur, la protection de sa maîtresse, et l'essence de son scooter!!!!!!
Combien par an ?
Deudeuche
- 06/02/2017 - 20:23
@clint
Oui ça change de la bourgeoisie libertaire-progressiste qui nous bassine depuis 45 ans. Les hippies enfin à la retraite SVP!
edac44
- 06/02/2017 - 17:53
@ padam
Heureux de vous savoir dans la protection des fonctions cognitives. Çà peut servir sur ce site !... Mais "rassurez vous", en ce qui me concerne, si je lis presque toute la presse française sur le net, de droite comme de gauche sans aucun préjugé, ce qui ne veut pas dire sans réflexion, je ne m'attarde pas sur cette lucarne pour abrutis que le commun des mortels appelle télévision.